« Jouer avec le feu en Ukraine », un Américain qui flirte avec la sédition.

Note BB cet article est idéologique avec une présentation tronquée des faits et des réalités. C’est le minimum que peut faire son auteur , une sorte de concession, pour avoir le droit d’être publié.

Mais c’est un article écrit par quelqu’un de compètent qui défend un point de vue original, non conforme à celui des va-t-en guerre qui entourent Biden.

Il est a la limite de ce que peuvent entendre les américains mais il ne franchit pas la ligne rouge qui le ferait taxer d’antipatriotisme.

Les risques sous-estimés d’escalade catastrophique

Par John J. Mearsheimer

17 août 2022

Fumée d'une frappe aérienne russe à Lviv, Ukraine, mars 2022
Fumée d’une frappe aérienne russe à Lviv, Ukraine, mars 2022Vladislav Sodel / Reuters

Les décideurs politiques occidentaux semblent être parvenus à un consensus sur la guerre en Ukraine : le conflit s’installera dans une impasse prolongée, et finalement une Russie affaiblie acceptera un accord de paix qui favorise les États-Unis et ses alliés de l’OTAN, ainsi que l’Ukraine. 

Bien que les responsables reconnaissent que Washington et Moscou peuvent escalader pour obtenir un avantage ou pour empêcher la défaite, ils supposent qu’une escalade catastrophique peut être évitée. 

Peu de gens imaginent que les forces américaines seront directement impliquées dans les combats ou que la Russie osera utiliser des armes nucléaires.

Washington et ses alliés sont beaucoup trop cavaliers.

Jouer avec le feu en UkraineLes risques sous-estimés d’escalade catastrophiqueJohn J. Mearsheimer

Articles recommandés

Pourquoi la crise ukrainienne est la faute de l’Occident

Les délires libéraux qui ont provoqué PoutineJohn J. Mearsheimer

Et si la guerre en Ukraine devenait incontrôlable ?

Comment se préparer à une escalade involontaire

©2022 Council on Foreign Relations, Inc. Tous droits réservés.

EN PRIME

https://reader.foreignaffairs.com/2022/08/17/playing-with-fire-in-ukraine/content.html

Description horrifique des risques sous-estimés d’une escalade catastrophique. On peut ne pas partager tous les attendus du propos, à savoir une responsabilité partagée dans le refus de la seule solution, diplomatique, négociée.
Mais Mearsheimer a l’immense mérite de dire les périls et surtout comment ceux-ci le conduisent à une conclusion que tout individu de bon sens ne peut que partager :
On ne peut qu’espérer que les dirigeants des deux camps géreront la guerre de manière à éviter une escalade catastrophique. Mais pour les dizaines de millions de personnes dont la vie est en jeu, ce n’est qu’un maigre réconfort.”
(note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)

illustration: Peter Sellers le nazi fou dans docteur fol amour de Stanley Kubrick.

A la différence près – et la Chine aujourd’hui en témoigne- que durant la guerre froide, l’existence de l’URSS, un camp communiste était un facteur de paix; garantie qui manque aujourd’hui aux peuples, alors que les nazis fous abondent et les partisans de la paix sont désorganisés.

Mais ce qui commande notre point de vue est qu’un peuple qui a fait une révolution ne peut jamais l’oublier, le peuple russe et même ses dirigeants ne sont pas allés aussi loin que le régime de Kiev dans la négation.

Des forces puissantes sont à l’œuvre en Russie (et en Ukraine), pour agir sous le drapeau commun de la victoire contre le nazisme. C’est le fruit non seulement de nos a-priori idéologiques mais d’une rencontre de terrain. (note de DB)

By John J. Mearsheimer | 17 août 2022

Les décideurs occidentaux semblent être parvenus à un consensus sur la guerre en Ukraine : le conflit s’installera dans une impasse prolongée, et finalement une Russie affaiblie acceptera un accord de paix qui favorise les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN, ainsi que l’Ukraine. Bien que les responsables reconnaissent que Washington et Moscou peuvent s’intensifier pour obtenir un avantage ou pour empêcher la défaite, ils supposent qu’une escalade catastrophique peut être évitée. Peu de gens imaginent que les forces américaines seront directement impliquées dans les combats ou que la Russie osera utiliser des armes nucléaires.

Washington et ses alliés sont beaucoup trop cavaliers.

Bien qu’une escalade désastreuse puisse être évitée, la capacité des parties belligérantes à gérer ce danger est loin d’être certaine. Le risque est considérablement plus grand que ce que la sagesse conventionnelle contient. Et étant donné que les conséquences de l’escalade pourraient inclure une guerre majeure en Europe et peut-être même l’anéantissement nucléaire, il y a de bonnes raisons de s’inquiéter davantage.

Pour comprendre la dynamique de l’escalade en Ukraine, commencez par les objectifs de chaque partie. Depuis le début de la guerre, Moscou et Washington ont considérablement augmenté leurs ambitions, et tous deux sont maintenant profondément engagés à gagner la guerre et à atteindre des objectifs politiques redoutables. En conséquence, chaque partie a de puissantes incitations à trouver des moyens de l’emporter et, plus important encore, d’éviter de perdre.

En pratique, cela signifie que les États-Unis pourraient se joindre aux combats s’ils sont désespérés de gagner ou d’empêcher l’Ukraine de perdre, tandis que la Russie pourrait utiliser des armes nucléaires si elle est désespérée de gagner ou fait face à une défaite imminente, ce qui serait probable si les forces américaines étaient entraînées dans les combats.

En outre, étant donné la détermination de chaque camp à atteindre ses objectifs, il y a peu de chances qu’un compromis significatif soit trouvé. La pensée maximaliste qui prévaut tant à Washington qu’à à Moscou donne à chaque partie encore plus de raisons de gagner sur le champ de bataille afin d’être en position de force pour dicter les termes de la paix éventuelle.

En effet, l’absence d’une possible de solution diplomatique incite davantage les deux camps à gravir les échelons de l’escalade. Ce qui se trouve plus haut dans les échelons pourrait être quelque chose de vraiment catastrophique : un niveau de mort et de destruction supérieur à celui de la Seconde Guerre mondiale.

VISER HAUT

Les États-Unis et leurs alliés ont d’abord soutenu l’Ukraine pour empêcher une victoire russe et aider à négocier une fin favorable aux combats. Mais une fois que l’armée ukrainienne a commencé à marteler les forces russes, en particulier autour de Kiev, l’administration Biden a changé de cap et s’est engagée à aider l’Ukraine à gagner la guerre contre la Russie. Il a également cherché à nuire gravement à l’économie russe en imposant des sanctions sans précédent. Comme l’a expliqué le secrétaire à la Défense Lloyd Austin en avril, « nous voulons voir la Russie affaiblie au point qu’elle ne peut pas faire le genre de choses qu’elle a faites en envahissant l’Ukraine ». En effet, les États-Unis ont annoncé leur intention de faire sortir la Russie des rangs des grandes puissances.

Qui plus est les USA ont liés leur propre réputation à l’ issue du combat; le president des USA Joe Biden a qualifié la guerre russe en Ukraine, de “génocide” et accusé le président russe Vladimir Poutine d” être un “criminel de guerre” qui devra affronter un ” procés pour crime de guerre “De telles déclarations rendent difficiles d imaginer un recul des Etats Unis; si la Russie l emportait en Ukraine, la position des USA dans le monde en souffrirait sérieusement ; les ambitions russes ont également augmenté.Contrairement à la sagesse conventionelle de l Ouest, Moscou n a pas envahi l Ukraine pour la conquérir et l intérer à la Grande Russie. Moscou était principalement concerné par empêcher l Ukraine de devenir la cloison occidentale sur la frontière russe ; Poutine et ses conseillers étaient particulièrement concernés par l intégration éventuelle de l Ukraine dans l OTAN. Le ministre des Affaires Etrangères, Sergey Lavrov, avait fait valoir ce point à la mi janvier, en déclarant lors d’une conférence de presse ” la clé de tout est la garantie que l OTAN ne se développera pas vers l’ EST”. Pour les dirigeants russes, la perspective de l adhésion de l Ukraine à l OTAN est, comme Poutine lui même l’ avait dit avant l invasion, ” une menace directe contre la sécurité de la RUSSIE”, une menace qui ne pourra être éliminée que par l ‘entrée en guerre et faire de l Ukraine un Etat neutre ou le rendre défaillant .

À cette fin, il semble que les objectifs territoriaux de la Russie se soient nettement élargis depuis le début de la guerre. Jusqu’à la veille de l’invasion, la Russie s’était engagée à appliquer l’accord de Minsk II, qui aurait maintenu le Donbas dans le giron de l’Ukraine. Cependant, au cours de la guerre, la Russie s’est emparée de larges pans de territoire dans l’est et le sud de l’Ukraine, et il est de plus en plus évident que Poutine a désormais l’intention d’annexer tout ou partie de ces terres, ce qui transformerait effectivement ce qui reste de l’Ukraine en un État croupion dysfonctionnel.

La menace qui pèse aujourd’hui sur la Russie est encore plus grande qu’avant la guerre, principalement parce que l’administration Biden est désormais déterminée à faire reculer les gains territoriaux de la Russie et à paralyser définitivement sa puissance. Pour aggraver encore les choses pour Moscou, la Finlande et la Suède rejoignent l’OTAN, et l’Ukraine est mieux armée et plus étroitement alliée à l’Occident. Moscou ne peut pas se permettre de perdre en Ukraine, et elle utilisera tous les moyens à sa disposition pour éviter la défaite. Poutine semble convaincu que la Russie finira par l’emporter sur l’Ukraine et ses soutiens occidentaux. “Aujourd’hui, nous entendons dire qu’ils veulent nous vaincre sur le champ de bataille”, a-t-il déclaré début juillet. “Qu’est-ce que vous pouvez dire ? Qu’ils essaient. Les objectifs de l’opération militaire spéciale seront atteints. Il n’y a aucun doute à ce sujet.”

L’Ukraine, pour sa part, a les mêmes objectifs que l’administration Biden. Les Ukrainiens sont déterminés à reconquérir le territoire perdu au profit de la Russie – y compris la Crimée – et une Russie plus faible est certainement moins menaçante pour l’Ukraine. En outre, ils sont convaincus de pouvoir gagner, comme l’a clairement indiqué le ministre ukrainien de la défense, Oleksii Reznikov, à la mi-juillet, lorsqu’il a déclaré : “La Russie peut certainement être vaincue, et l’Ukraine a déjà montré comment.” Son homologue américain est apparemment d’accord. “Notre assistance fait une réelle différence sur le terrain”, a déclaré Austin dans un discours prononcé fin juillet. “La Russie pense qu’elle peut survivre à l’Ukraine – et nous survivre. Mais ce n’est que le dernier épisode de la série d’erreurs de calcul de la Russie.”

En substance, Kiev, Washington et Moscou sont tous profondément déterminés à gagner aux dépens de leur adversaire, ce qui laisse peu de place au compromis. Ni l’Ukraine ni les États-Unis, par exemple, ne sont susceptibles d’accepter une Ukraine neutre ; en fait, l’Ukraine se rapproche chaque jour davantage de l’Occident. La Russie n’est pas non plus susceptible de restituer la totalité ou même la majeure partie du territoire qu’elle a pris à l’Ukraine, d’autant que les animosités qui alimentent depuis huit ans le conflit dans le Donbas entre les séparatistes pro-russes et le gouvernement ukrainien sont plus intenses que jamais.

Ces intérêts contradictoires expliquent pourquoi tant d’observateurs pensent qu’un règlement négocié ne se produira pas de sitôt et prévoient donc une impasse sanglante. Ils ont raison sur ce point. Il existe trois voies fondamentales d’escalade inhérentes à la conduite de la guerre : l’une ou les deux parties s’intensifient délibérément pour gagner, l’une ou les deux parties s’intensifient délibérément pour empêcher la défaite, ou les combats s’intensifient non pas par choix délibéré mais par inadvertance.

Chaque voie est susceptible d’entraîner les États-Unis dans le combat ou de conduire la Russie à utiliser des armes nucléaires, voire les deux.

L’AMÉRIQUE ENTRE EN JEU

Une fois que l’administration Biden a conclu que la Russie pouvait être battue en Ukraine, elle a envoyé davantage d’armes (et plus puissantes) à Kiev. L’Occident a commencé à accroître la capacité offensive de l’Ukraine en lui envoyant des armes telles que le système de roquettes à lancement multiple HIMARS, en plus des armes “défensives” telles que le missile antichar Javelin. Au fil du temps, la létalité et la quantité des armes ont augmenté. Il faut savoir qu’en mars, Washington a opposé son veto à un projet de transfert d’avions de combat MiG-29 polonais à l’Ukraine, au motif que cela risquait d’intensifier le combat, mais en juillet, il n’a soulevé aucune objection lorsque la Slovaquie a annoncé qu’elle envisageait d’envoyer les mêmes avions à Kiev. Les États-Unis envisagent également de donner leurs propres F-15 et F-16 à l’Ukraine.

Les États-Unis et leurs alliés forment également l’armée ukrainienne et lui fournissent des renseignements essentiels qu’elle utilise pour détruire des cibles russes clés. En outre, comme l’a rapporté le New York Times, l’Occident dispose d’un “réseau furtif de commandos et d’espions” sur le terrain en Ukraine. Washington n’est peut-être pas directement engagé dans les combats, mais il est profondément impliqué dans la guerre. Et il ne lui reste plus qu’un pas à franchir pour que ses propres soldats appuient sur la gâchette et ses propres pilotes sur les boutons.

L’armée américaine pourrait s’impliquer dans les combats de diverses manières. Envisageons une situation où la guerre s’éternise pendant un an ou plus, et où il n’y a pas de solution diplomatique en vue ni de voie praticable vers une victoire ukrainienne. Dans le même temps, Washington cherche désespérément à mettre fin à la guerre, peut-être parce qu’il doit se concentrer sur l’endiguement de la Chine ou parce que les coûts économiques du soutien à l’Ukraine causent des problèmes politiques dans le pays et en Europe. Dans ces circonstances, les décideurs américains auraient toutes les raisons d’envisager de prendre des mesures plus risquées – comme l’imposition d’une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine ou l’insertion de petits contingents de forces terrestres américaines – pour aider l’Ukraine à vaincre la Russie.

Un scénario plus probable pour une intervention américaine se produirait si l’armée ukrainienne commençait à s’effondrer et que la Russie semblait susceptible de remporter une victoire majeure. Dans ce cas, étant donné l’engagement profond de l’administration Biden à empêcher cette issue, les États-Unis pourraient essayer de renverser la vapeur en s’impliquant directement dans les combats. On peut facilement imaginer des responsables américains croyant que la crédibilité de leur pays est en jeu et se convainquant qu’un recours limité à la force sauverait l’Ukraine sans inciter Poutine à utiliser des armes nucléaires. Alternativement, une Ukraine désespérée pourrait lancer des attaques à grande échelle contre des villes russes, en espérant qu’une telle escalade provoquerait une réponse massive de la Russie qui obligerait finalement les États-Unis à se joindre aux combats.

Le dernier scénario d’implication américaine est celui de l’escalade par inadvertance : sans le vouloir, Washington est entraîné dans la guerre par un événement imprévu qui s’amplifie. Peut-être que des avions de chasse américains et russes, qui sont entrés en contact étroit au-dessus de la mer Baltique, entrent accidentellement en collision. Un tel incident pourrait facilement dégénérer, étant donné les niveaux élevés de peur des deux côtés, le manque de communication et la diabolisation mutuelle.

Ou encore, la Lituanie bloque le passage des marchandises sanctionnées qui traversent son territoire pour se rendre de Russie à Kaliningrad, l’enclave russe séparée du reste du pays. C’est ce qu’a fait la Lituanie à la mi-juin, mais elle a fait marche arrière à la mi-juillet, après que Moscou a clairement indiqué qu’elle envisageait des “mesures sévères” pour mettre fin à ce qu’elle considère comme un blocus illégal. Le ministère lituanien des affaires étrangères a toutefois refusé de lever complètement le blocus. La Lituanie étant membre de l’OTAN, les États-Unis se porteraient presque certainement à sa défense si la Russie attaquait le pays.

Ou peut-être que la Russie détruit un bâtiment à Kiev ou un site d’entraînement quelque part en Ukraine et tue involontairement un nombre important d’Américains, tels que des travailleurs humanitaires, des agents de renseignement ou des conseillers militaires.

Enfin, il est possible que les combats dans le sud de l’Ukraine endommagent la centrale nucléaire de Zaporizhzhya, contrôlée par les Russes et la plus grande d’Europe, au point d’émettre des radiations dans toute la région, ce qui amènerait la Russie à réagir de la même manière. Dmitri Medvedev, l’ancien président et premier ministre russe, a répondu de manière sinistre à cette éventualité en déclarant en août : “N’oubliez pas qu’il y a aussi des sites nucléaires dans l’Union européenne. Et des incidents sont possibles là aussi”. Si la Russie devait frapper un réacteur nucléaire européen, les États-Unis entreraient presque certainement dans la bataille.

Bien entendu, Moscou pourrait également être à l’origine de l’escalade. On ne peut écarter la possibilité que la Russie, qui cherche désespérément à stopper le flux d’aide militaire occidentale en Ukraine, frappe les pays par lesquels passe la majeure partie de cette aide : la Pologne ou la Roumanie, qui sont toutes deux membres de l’OTAN. Il est également possible que la Russie lance une cyberattaque massive contre un ou plusieurs pays européens aidant l’Ukraine, causant de gros dégâts à ses infrastructures critiques. Une telle attaque pourrait inciter les États-Unis à lancer une cyberattaque de représailles contre la Russie. En cas de succès, Moscou pourrait répondre militairement ; en cas d’échec, Washington pourrait décider que la seule façon de punir la Russie serait de la frapper directement. De tels scénarios semblent tirés par les cheveux, mais ils ne sont pas impossibles. Et ils ne sont que quelques-unes des nombreuses voies par lesquelles ce qui est aujourd’hui une guerre locale pourrait se transformer en quelque chose de beaucoup plus grand et plus dangereux.

EN AVANT LE NUCLÉAIRE

Bien que l’armée russe ait fait d’énormes dégâts en Ukraine, Moscou a, jusqu’à présent, été réticent à l’escalade pour gagner la guerre. Poutine n’a pas augmenté la taille de ses forces par une conscription à grande échelle. Il n’a pas non plus pris pour cible le réseau électrique de l’Ukraine, ce qui serait relativement facile à faire et infligerait des dommages massifs à ce pays. En fait, de nombreux Russes lui ont reproché de ne pas mener la guerre plus vigoureusement. M. Poutine a reconnu ces critiques, mais a fait savoir qu’il s’engagerait dans une escalade si nécessaire. “Nous n’avons même pas encore commencé quelque chose de sérieux”, a-t-il déclaré en juillet, laissant entendre que la Russie pourrait faire et ferait plus si la situation militaire se détériorait.

Qu’en est-il de la forme ultime de l’escalade ? Il existe trois circonstances dans lesquelles Poutine pourrait utiliser des armes nucléaires. La première serait que les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN entrent dans la bataille. Non seulement cette évolution modifierait sensiblement l’équilibre militaire en défaveur de la Russie, augmentant considérablement la probabilité de sa défaite, mais cela signifierait également que la Russie mènerait une guerre entre grandes puissances à ses portes, qui pourrait facilement déborder sur son territoire. Les dirigeants russes penseraient certainement que leur survie est en danger, ce qui les inciterait fortement à utiliser des armes nucléaires pour sauver la situation. Au minimum, ils envisageraient des frappes de démonstration destinées à convaincre l’Occident de faire marche arrière. Il est impossible de savoir à l’avance si une telle mesure mettrait fin à la guerre ou la conduirait à une escalade incontrôlable.

Dans son discours du 24 février annonçant l’invasion, Poutine a fortement laissé entendre qu’il aurait recours aux armes nucléaires si les États-Unis et leurs alliés entraient en guerre. S’adressant à “ceux qui pourraient être tentés d’intervenir”, il a déclaré : “Ils doivent savoir que la Russie répondra immédiatement, et les conséquences seront telles que vous n’en avez jamais vues dans toute votre histoire.” Son avertissement n’a pas échappé à Avril Haines, directrice du renseignement national américain, qui a prédit en mai que Poutine pourrait utiliser des armes nucléaires si l’OTAN “intervient ou est sur le point d’intervenir”, en bonne partie parce que cela “contribuerait évidemment à donner l’impression qu’il est sur le point de perdre la guerre en Ukraine”.

Dans le deuxième scénario nucléaire, l’Ukraine renverse la situation sur le champ de bataille par elle-même, sans implication directe des États-Unis. Si les forces ukrainiennes étaient sur le point de vaincre l’armée russe et de reprendre le territoire perdu par leur pays, il ne fait aucun doute que Moscou pourrait facilement considérer ce résultat comme une menace existentielle nécessitant une réponse nucléaire. Après tout, Poutine et ses conseillers ont été suffisamment alarmés par l’alignement croissant de Kiev sur l’Occident pour choisir délibérément d’attaquer l’Ukraine, malgré les avertissements clairs des États-Unis et de leurs alliés quant aux graves conséquences auxquelles la Russie serait confrontée. Contrairement au premier scénario, Moscou utiliserait des armes nucléaires non pas dans le cadre d’une guerre avec les États-Unis, mais contre l’Ukraine. Elle le ferait sans grande crainte de représailles nucléaires, puisque Kiev ne possède pas d’armes nucléaires et que Washington n’aurait aucun intérêt à déclencher une guerre nucléaire. En l’absence d’une menace claire de représailles, il serait plus facile pour Poutine d’envisager l’utilisation de l’arme nucléaire.

Dans le troisième scénario, la guerre s’installe dans une impasse prolongée qui n’a pas de solution diplomatique et devient extrêmement coûteuse pour Moscou. Désespérant de mettre fin au conflit dans des conditions favorables, Poutine pourrait poursuivre l’escalade nucléaire pour gagner. Comme dans le scénario précédent, où il s’intensifie pour éviter la défaite, les représailles nucléaires américaines seraient hautement improbables. Dans les deux scénarios, la Russie est susceptible d’utiliser des armes nucléaires tactiques contre un petit nombre de cibles militaires, du moins dans un premier temps. Elle pourrait frapper des villes et des villages lors d’attaques ultérieures, si nécessaire. L’obtention d’un avantage militaire serait l’un des objectifs de la stratégie, mais le plus important serait de porter un coup qui changerait la donne – de créer une telle peur en Occident que les États-Unis et leurs alliés agiraient rapidement pour mettre fin au conflit dans des conditions favorables à Moscou. Il n’est pas étonnant que William Burns, le directeur de la CIA, ait fait remarquer en avril : “Aucun d’entre nous ne peut prendre à la légère la menace que représente un recours potentiel à des armes nucléaires tactiques ou à des armes nucléaires à faible rendement.”

LA CATASTROPHE

On pourrait admettre que, bien que l’un de ces scénarios catastrophiques puisse théoriquement se produire, les chances sont faibles et devraient donc être peu préoccupantes. Après tout, les dirigeants des deux camps sont fortement incités à tenir les Américains à l’écart des combats et à éviter un usage limité du nucléaire, sans parler d’une véritable guerre nucléaire…

Si seulement on pouvait être aussi optimiste. En fait, la vision conventionnelle sous-estime largement les dangers d’une escalade en Ukraine. Pour commencer, les guerres ont tendance à avoir une logique propre, ce qui rend difficile de prévoir leur déroulement. Quiconque affirme savoir avec certitude quel chemin prendra la guerre en Ukraine se trompe. La dynamique de l’escalade en temps de guerre est tout aussi difficile à prévoir ou à contrôler, ce qui devrait servir d’avertissement à ceux qui sont convaincus que les événements en Ukraine peuvent être gérés. En outre, comme l’a reconnu le théoricien militaire prussien Carl von Clausewitz, le nationalisme encourage les guerres modernes à s’intensifier jusqu’à leur forme la plus extrême, surtout lorsque les enjeux sont élevés pour les deux parties. Cela ne veut pas dire que les guerres ne peuvent pas être limitées, mais cela n’est pas facile. Enfin, étant donné les coûts stupéfiants d’une guerre nucléaire entre grandes puissances, le moindre risque qu’elle se produise devrait inciter chacun à réfléchir longuement à la direction que pourrait prendre ce conflit. 

Cette situation périlleuse crée une incitation puissante à trouver une solution diplomatique à la guerre. Malheureusement, il n’y a pas de règlement politique en vue, car les deux parties sont fermement engagées dans des objectifs de guerre qui rendent tout compromis presque impossible. L’administration Biden aurait dû collaborer avec la Russie pour régler la crise ukrainienne avant que la guerre n’éclate en février. Il est maintenant trop tard pour conclure un accord. La Russie, l’Ukraine et l’Occident sont bloqués dans une situation terrible, sans issue évidente. On ne peut qu’espérer que les dirigeants des deux camps géreront la guerre de manière à éviter une escalade catastrophique. Mais pour les dizaines de millions de personnes dont la vie est en jeu, ce n’est qu’un maigre réconfort.

ABOUT THE AUTHOR:

JOHN J. MEARSHEIMER is R. Wendell Harrison Distinguished Service Professor of Political Science at the University of Chicago.

2 réflexions sur “« Jouer avec le feu en Ukraine », un Américain qui flirte avec la sédition.

  1. Bonjour M; Bertez
    Comme vous l’avez dit, J. Mearsheimer s’est autocensuré: face à l’Otan ( comme bras armé des US/UK) il ne considère que la Russie. Et il s’abstient de l’économie.
    Ceci obère l’analyse du conflit long destiné à affaiblir la Russie car de fait elle n’est pas seule géopolitiquement. Ses alliances au sein du BRICS et des autres organisations liées à l’Asie centrale et à la Chine ont démontré la fausseté des analyses européennes sur l’affaiblissement de l’économie Russe. Par ailleurs, l’analyse de J. Mearsheimer ne prend pas non plus en compte les effets délétères des sanctions économiques sur ses promoteurs même: U.E en premier.
    Il faudrait donc penser la suite hors de l’hypothèse du conflit long destiné à affaiblir la Russie, ce qui ne laisse que des voies dangereuses en perspective, celle d’une poussée à outrance de Kiev destinée à provoquer une réponse forte des Russes entraînant une entrée en scène ouverte de l’Otan et donc augmentant dangereusement le risque nucléaire. Le régime de Kiev joue sa survie tant face aux russes qu’aux américains.
    Par ailleurs, la pression de la Chine , alliée de la Russie, sur Taïwan et donc sur des unités de production essentielles au hardware de l’économie moderne occidentale « fixe » en partie les USA ; et son importance économique propre pèse sur l’économie de l’Otan: les confinements et autres mesures agissent à volonté comme des freins.
    On ne saurait raisonner juste sur l’issue ukrainienne en omettant l’ensemble des facteurs régissant les sociétés modernes.
    En attendant des décisions raisonnables, nous avons de quoi frissonner, de froid ou d’inquiétude et de peur , pour les mois qui viennent et probablement jusqu’en 2024.

    Cordialement.

    J’aime

  2. Je comprend à la lecture de cette article que si Zelensky va trop loin, toutes les principales instances de gouvernement ukrainiennes seront rasées sans préavis; et que l’otan n’entrera pas en guerre.
    Et c’est bien comme ça!

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s