Devrions-nous serrer la main des Russes plutôt que de leur tourner le dos ? Un bon article façon magazine.

Devrions-nous serrer la main des Russes plutôt que de leur tourner le dos ?

« Heureux les artisans de paix car ils hériteront de la terre ! »

Pr Michael Weddle

Vladimir Poutine est un homme immensément détesté par les médias et l’oligarchie occidentaux – peut-être est-il l’ennemi ultime des élites mondiales. 

Pianiste de concert, passionné d’échecs, joueur de hockey, conducteur de Harley et de semi-remorques, il est également un ancien membre du KGB russe. 

Une gouvernance solide – la Russie étant le 9e pays le moins endetté au monde – a récompensé Poutine avec une note d’approbation par les citoyens de 81 %.

Géographiquement, la Russie est un immense pays multiethnique extrêmement riche en ressources minérales et de la taille de 12 fuseaux horaires. La Russie possède 53% du littoral arctique qui fond sérieusement et deviendra bientôt largement disponible pour l’exploration des ressources et le transport maritime à grande échelle. La contribution de la Russie à l’initiative chinoise Belt Road (BRI) a été, est et restera considérable.

Connu pour consulter des universitaires eurasiens avant de faire équipe avec la Chine, voici la carte de score de Poutine avant le récent partenariat sino-russe :

En fait, la Russie et la Chine sont aujourd’hui partenaires dans à peu près tout. Chaque nation soutient fortement l’autre.

Ensemble, ils nourrissent l’alliance BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) qui représente 43% de la population mondiale. Ils sont également membres fondateurs – avec l’Ouzbékistan, le Kazakhstan, le Kirghizistan et le Tadjikistan – de l’Organisation de coopération de Shanghai qui, selon Google, couvre 60 % de l’Eurasie, 40 % de la population mondiale et 30 % du PIB mondial.

Il convient également de noter que les pays de l’OTAN ne représentent que 15 % de la population mondiale.

Tout comme les nations occidentales ont formé le fameux G-8 – Canada, France, Allemagne, Italie, Japon, Royaume-Uni, UE et États-Unis, un nouveau consortium de nations alternatives du G-8 est en train de se former. On s’attend à ce que la Chine, l’Inde, la Russie, l’Indonésie, le Brésil, le Mexique, l’Iran et la Turquie soient des participants.

La différence notable entre les G-8 concurrents ?

L’ancien G-8 est composé de nations à prédominance blanche et de profiteurs avec l’influence et les tactiques de l’élite monétaire d’antan ; alors que le nouveau G-8 est complètement diversifié, économiquement quasi vierge et enthousiaste à l’idée de partager (et non d’extraire à des fins lucratives) des ressources internationales. En outre, le nouveau G-8 a une population nettement plus importante et donc un accès intensif à d’importants marchés économiques.

Une excellente façon d’équilibrer à quoi ressemblera l’avenir en fonction du comportement du passé serait de lire l’article ci-dessous que j’ai écrit sur l’Afrique le 23 mai 2022. Imaginez à quel point l’Afrique se développera différemment, comment les Africains en bénéficieront, sous l’influence d’un monde organisé dans une perspective multipolaire. Imaginez un développement mondial organisé sans l’influence de la cupidité et du profit.

Peut-on atteindre le paradis sans penser à l’Afrique ?

— Un continent de tant, où tant de gens ont si peu !

m-weddle.medium.com

La domination militariste hégémonique menée par les États-Unis sur le monde, son système bancaire et ses marchés économiques est soit terminée, soit en déclin rapide. En termes simples, le monde veut et est prêt à essayer un leadership multipolaire, et non unipolaire.

L’Ukraine comme catalyseur

Fait intéressant, la guerre en Ukraine en est devenue le catalyseur. C’est un fait que Poutine ne s’est pas précipité dans la guerre et qu’il a soigneusement essayé de l’éviter. Après le coup d’État nationaliste de droite de 2014, la Crimée, Lougansk et Donetsk ont ​​déclaré leur indépendance. La Crimée a ensuite voté par référendum national où 85% ont accepté de rejoindre la Russie. Mais les deux républiques sécessionnistes Dombass ont proclamé leur propre souveraineté, ont voulu leur propre indépendance.

Cela a incité la Russie à articuler les accords de Minsk de 2014 parrainés par l’ONU, qui comprenaient la participation de l’Ukraine, de la France et de l’Allemagne. Les deux accords de Minsk signés donnaient à Luhansk et à Donetsk leur propre autonomie, mais ils continueraient à faire partie de l’Ukraine. Selon le plan de Poutine, l’Ukraine resterait entière.

L’Ukraine a accepté cela, mais n’a jamais respecté sa part de l’accord. Il n’a pas réussi à établir une communication significative avec Luhansk ou Donetsk. L’Ukraine n’a pris aucune mesure pour mettre en œuvre les accords de Minsk. De plus, en 2019, l’Ukraine a rompu le traité d’amitié russo-ukrainien de 1997 qui interdisait à chaque nation d’envahir l’autre.

Au lieu de cela, des éléments de la milice ukrainienne nazie et fasciste ont commencé à attaquer les deux nations séparatistes. Après huit ans de conflit, 14 000 personnes ont été tuées. Avant que Poutine ne réponde aux demandes d’aide de Lougansk et de Donetsk et avant que le parlement russe ne reconnaisse officiellement leur souveraineté, l’Ukraine avait stationné près de 100 000 soldats aux frontières de Dombass, prêts pour la guerre.

La vidéo montre que l’Ukraine a construit une vie semblable à un appartement construit dans un énorme système de retranchement souterrain. C’est à partir de là que des civils innocents ont été continuellement bombardés et bombardés par des gens comme les milices nazies d’Azov. L’Ukraine a également imposé des restrictions empêchant les citoyens ukrainiens de parler russe et tous les partis politiques opposés au président ukrainien Vladimir Zelensky ont été interdits.

Essentiellement, l’Ukraine a utilisé les accords de Minsk comme bouclier pour construire son énorme armée. En juin dernier, l’ancien président ukrainien Petro Porochenko (2014-2019) a accordé plusieurs interviews aux médias. Parmi eux, il a déclaré à la télévision allemande Deutsche Welle et à la radio publique américaine Radio Free Europe-Ukraine ce qui suit :

« Nous avions réalisé tout ce que nous voulions… Notre objectif était, d’abord, d’arrêter la menace, ou du moins de retarder la guerre – de garantir huit ans pour rétablir la croissance économique et créer de puissantes forces armées. »

L’Ukraine, en tant que nation la plus pauvre de toute l’Europe, n’avait pas besoin de devenir la nation européenne dotée de la 2e plus grande armée. Par conception américaine, l’armée ukrainienne a été entièrement entraînée et équipée par l’OTAN. L’armée ukrainienne s’est organisée sous l’influence des mercenaires privés hautement qualifiés d’Eric Prince (Blackwater), des soldats nazis dévoués d’Azov et des groupes néo-fascistes/néo-nazis comme Right Sector, C-14, Svoboda et des milices Stepan Bandera à plus petite échelle. L’Ukraine est devenue résolue à faire la guerre à la Russie. Ce n’était qu’une question de temps.

De nombreux fascistes ukrainiens ont obtenu des postes importants dans tout le gouvernement ukrainien :

Comment l’extrême droite a pris des postes de haut niveau dans le vide du pouvoir en Ukraine

Dans le nouveau gouvernement ukrainien, des politiciens liés à l’extrême droite ont pris des postes de vice-Premier ministre à la tête…

www.channel4.com

Profil : Qui sont les régiments ukrainiens d’extrême droite Azov ?

Alors que l’invasion russe de l’Ukraine entre dans son sixième jour, un régiment militaire ukrainien d’extrême droite est de retour dans le…

www.aljazeera.com

La table maintenant dressée, les États-Unis – habitués à se débrouiller via le contrôle des médias occidentaux, les puissances de sanction, le poids économique, la puissance militaire, la manipulation des agences de l’ONU ou le vol pur et simple – ont poussé la Russie à engager son armée en Ukraine, convaincue qu’elle créait un piège à Poutine.

Mais pendant huit ans, Poutine a été têtu. La Russie a demandé à plusieurs reprises à l’Ukraine d’accepter finalement les accords de Minsk, de s’engager à la neutralité de l’OTAN, de cesser sa militarisation contre Louhansk et Donetsk, de cesser de bloquer l’approvisionnement principal en eau douce de la Crimée et de supprimer les influences nazies et fascistes substantielles au sein du gouvernement ukrainien.

L’Ukrainien Zelensky, élu en tant que candidat pour la paix, a plutôt lancé une campagne de relations publiques suppliant les États-Unis et l’Union européenne de fournir à l’Ukraine des armes plus puissantes, même en se vantant que l’Ukraine pourrait relancer son programme nucléaire autrefois étendu de l’ancienne Union soviétique. Il semble que Zelensky se vantant de ramener des armes nucléaires ukrainiennes a fait basculer Poutine par-dessus bord. Quelques jours après les remarques de Zelensky sur le nucléaire, la Russie a lancé son opération militaire spéciale, ce que les États-Unis appellent couramment une « incursion militaire ».

La Russie s’est déplacée militairement en Ukraine !

La réponse des États-Unis, de l’UE et de l’OTAN a été d’envoyer des soldats américains dans les pays de l’OTAN, de geler et de réquisitionner les actifs russes, de mettre sur liste noire les artistes, intellectuels et sportifs russes des événements internationaux et d’imposer de sévères sanctions économiques à la Russie et à ses citoyens – tout cela dans une conviction de lourdes sanctions pourraient ruiner l’économie russe, mettre la nation de Poutine à genoux et constituer en fait un coup porté au tapis et le début de sa chute.

L’argent et les actifs de la Russie ont été volés et retirés du système bancaire mondial. On pensait que la monnaie russe, le rouble, s’effondrerait carrément. Les experts à la tête parlante de la télévision d’information ont pris un grand plaisir à saliver sur cette condition. Ils ne savaient pas à quel point ils seraient bientôt désemparés.

Oui, le monde occidental s’est profondément enlisé pour soutenir l’Ukraine. C’était dans la conviction que l’Ukraine était une nation mandataire parfaite (voir les rapports du groupe de réflexion américain sur la défense Rand Corp). Les experts des médias de la défense ont rempli les ondes, affirmant qu’une guerre prolongée affaiblirait la Russie, entraînerait peut-être un changement de régime, voire éliminerait Poutine. L’Occident semblait visiblement heureux !

On croyait également que le mécontentement généralisé qui en résultait parmi les citoyens russes pourrait éventuellement amener la Russie à se diviser en nations territoriales plus petites.

Cela deviendrait alors le rêve humide des oligarques occidentaux alléchés par le profit des ressources et un rappel du bon vieux temps de Boris Eltsine où la corruption et l’oligarchie régnaient, où un milliard ici et un milliard là-bas étaient facilement obtenus. Bien sûr, à l’époque, les États-Unis pouvaient facilement interférer avec une élection russe.

C’est aussi à cette époque que la mafia russe a pris une importance internationale. Des éléments de celui-ci ont atterri sur Brighton Beach à l’extérieur de New York, à Miami et ailleurs. N’oubliez pas. 

Après le régime d’Eltsine, Poutine a expulsé les mauvais oligarques avides de Russie, chacun d’eux devenant alors des ennemis jurés de Poutine. Vous feriez mieux de croire que les médias occidentaux ont puisé dans cette opinion vengeresse et ceci explique une grande partie des critiques que reçoit Poutine. Elles sont alimentées par les oligarques qu’il a banni./

Maintenant, vous connaissez et comprenez certains des types de Russes avec lesquels Trump est devenu ami, pourquoi le magnat des casinos et de l’immobilier Trump a toujours semblé avoir une connexion russe. Cela n’avait rien à voir avec Hillary Clinton ou le Russiagate. Je suis convaincu que Poutine a toujours considéré Trump comme une nuisance – Clinton aussi ! – et que Poutine préférerait de loin récupérer les traités nucléaires que la misérable administration Trump a démantelés.

Il s’avère que Poutine n’a pas seulement joué du piano, monté des Harley et conduit des semi-remorques, il s’est également révélé un sacré bon joueur d’échecs et fin adepte de la politique de la corde raide. Lui et son ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, savaient précisément comment répondre à tout l’affront occidental, qu’ils voyaient venir longtemps à l’avance. Le rapport d’enquête ci-dessous de Vijay Prashad résume à peu près tout :

Le monde ne veut pas d’une OTAN mondiale

La majeure partie du monde rejette les politiques et les aspirations mondiales de l’OTAN et ne souhaite pas diviser la communauté internationale…

consortiumnews.com

Conclusion

Comme indiqué précédemment, Poutine enregistre avec une note d’opinions favorables de 81 %. Comparativement, le président américain Joseph Biden conserve une note favorable inférieure à 40 %, tandis que les membres du Congrès américain détiennent historiquement une note favorable de 20 % couplée à un étonnant taux de réélection sans fin de 95 %. Quelque chose ne va vraiment pas avec la démocratie américaine !

Question clé : pourquoi les politiciens américains sont-ils si protégés et pourquoi deviennent-ils si riches ?

Au sein de la population, en tant que nation, les États-Unis sont profondément divisés. Certains prétendent que nous sommes proches d’un point de guerre civile. Les récentes élections ont été controversées et peu de confiance existe parmi l’électorat. Pire, le pays n’est pas gouverné par l’opinion ou les idéaux démocratiques, mais plutôt par ce que j’appelle les unités de protection des oligarques (OPU), censées préserver uniquement l’oligarchie.

Et donc l’Amérique !

Pendant ce temps, en réponse boomerang à la crise ukrainienne due aux sanctions anti-russes, les dirigeants européens de la Grande-Bretagne, de l’Italie, de la Bulgarie et de l’Estonie ont démissionné ; Le président français Emanuel Macron a perdu le contrôle du parlement par son parti ; presque tout le monde en Allemagne est sur le siège de la révolte et les gens des petits pays européens deviennent fous alors que les tracteurs agricoles roulent en signe de protestation.

L’Europe semble se diriger vers une augmentation du coût des marchandises, des pénuries alimentaires et une flambée des prix du carburant qui nuiront à presque tout le monde, à la fois aux particuliers et aux entreprises. Vous voyez, la Russie a traditionnellement fourni du gaz et du pétrole à l’Europe. Il a également fourni beaucoup de blé, d’orge, de maïs et d’engrais. Le fait est que l’Europe a besoin de la Russie !

Une petite abeille me dit…

— C’est l’économie, euh, ah, les « sanctions », Stupide !

m-weddle.medium.com

La question persiste : alors que la guerre en Ukraine fait rage, à quoi ressemblera l’hiver prochain pour les Européens ?

Autre question importante : pourquoi l’Ukraine doit-elle continuer à mener une guerre perdue, une guerre où 1 000 soldats ukrainiens sont tués chaque jour ? De nombreux soldats ukrainiens chevronnés sont morts et aujourd’hui, nous voyons principalement de jeunes conscrits et recrues être tués.

Arrêtez cette guerre immédiatement !

Comparatifs américains et russes très intéressants :

Faisons un comparatif. La Russie n’est peut-être pas parfaite, mais les États-Unis non plus. Comparons quelques atouts que la Russie peut détenir par rapport aux États-Unis. Mais, d’abord, rappelons-nous que l’Amérique est une nation qui, historiquement, s’enorgueillit de liberté et de liberté :

Autres faits interessant:

  • La Russie est le 9e pays le moins endetté, les États-Unis étant le 12e pays le plus endetté.
  • La Russie a été le premier pays à légaliser l’avortement.
  • La Russie a interdit les aliments génétiquement modifiés.
  • La Russie offre des soins de santé universels.
  • La Russie offre une éducation gratuite.
  • La Russie propose des retraites (les femmes prennent leur retraite à 55 ans et les hommes à 60 ans).
  • Protections et avantages solides pour les travailleurs.
  • La Russie propose des congés pour garde d’enfants/famille.
  • 82% des Russes sont propriétaires contre 65% des Américains.
  • Le sans-abrisme en Russie pour 10 000 citoyens est de 4 contre 17,7 pour les Américains.
  • Le taux de prisonniers pour 100 000 montre la Russie à 341 et les États-Unis en tête du monde à 639.
  • La Russie n’a pas la peine de mort.
  • La Russie a des contrôles stricts des armes à feu.
  • Le rock n’ roll, le punk rock et le heavy metal sont partout en Russie et les discothèques de Moscou et de Saint-Pétersbourg restent ouvertes toute la nuit. Peu de gens réalisent que Pussy Riot était plus un collectif artistique contestataire qu’un groupe de punk rock.
  • La Russie produit également de très grands joueurs d’échecs et de hockey.

Enfin, je comprends la mentalité américaine. Vous avez été conditionné par les médias occidentaux pour voir et penser à Poutine comme étant seulement torse nu sur un cheval, et tirant trop souvent Trump. Peut-être avez-vous besoin de voir cette photo pour au moins considérer et comprendre une partie de ce que j’ai écrit ci-dessus. Et voilà, c’est pour les néocons bellicistes rouges et bleus !

Rappel : Donald Trump est autant une nuisance pour Vladimir Poutine qu’Hillary Clinton.

Informations Complémentaires

Quelque chose que les Américains devraient sérieusement mâcher !

— Numéro un des États-Unis ?

m-weddle.medium.com

Publicité

2 réflexions sur “Devrions-nous serrer la main des Russes plutôt que de leur tourner le dos ? Un bon article façon magazine.

  1. Bon article de synthèse Mr Bertez.

    Dans « la guerre de l’image », je savais déjà Poutine joueur d’échecs et conducteur de poids lourds pour l’inauguration du pont de Crimée.
    Par contre, j’ignorais Poutine biker sur une Harley. Ce sera délicat pour Sleepy Joe de faire aussi bien : la dernière fois qu’il a fait du vélo sans ses petites roulettes, il est tombé ….

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s