« Il n’y a qu’un seul vainqueur dans le conflit ukrainien, et c’est la Russie ». Scott Ritter.

Scott Ritter
.
Les craintes que le conflit ukrainien ne s’enlise désormais dans une sorte d’impasse qui risquerait une escalade dangereuse de la part des parties concernées afin de remporter la victoire sont infondées. Il n’y a qu’un seul vainqueur dans le conflit ukrainien, et c’est la Russie. 

Rien ne peut changer cette réalité.

L’intellectuel américain de renom John Mearsheimer a écrit un article important sur le conflit, intitulé : « Jouer avec le feu en Ukraine : les risques sous-estimés d’une escalade catastrophique ». L’article brosse un tableau sombre à la fois de la nature de la guerre en Ukraine (impasse prolongée) et de son issue probable (escalade décisive par les parties impliquées pour éviter la défaite).

Les prémisses sous-jacentes de Mearsheimer, cependant, sont fondamentalement erronées. 

La Russie possède l’initiative stratégique – militairement, politiquement et économiquement – en ce qui concerne la guerre en Ukraine et l’engagement plus large par procuration avec l’OTAN. De plus, ni les États-Unis ni l’OTAN ne sont en mesure d’intensifier, de manière décisive ou non, pour contrecarrer une victoire russe, et la Russie n’a pas besoin d’une escalade similaire de sa part.

Bref, le conflit ukrainien est terminé et la Russie a gagné. Il ne reste plus qu’un long et sanglant nettoyage.

La clé pour comprendre comment Mearsheimer s’est tellement trompé est de disséquer sa compréhension des ambitions des États-Unis et de la Russie en la matière. Selon Mearsheimer, « Depuis le début de la guerre, Moscou et Washington ont considérablement relevé leurs ambitions, et tous deux sont maintenant profondément déterminés à gagner la guerre et à atteindre des objectifs politiques formidables ».

L’Ukraine et ses soutiens occidentaux devraient être tenus pour responsables de l’attaque « suicidaire » contre la plus grande centrale nucléaire d’Europe .


Ce passage est particulièrement difficile à analyser. Tout d’abord, il est extrêmement difficile d’articuler une base de référence solide lorsqu’il s’agit d’évaluer les «ambitions» américaines vis-à-vis de l’Ukraine et de la Russie. L’administration du président Joe Biden a hérité de la politique qui avait été conçue à l’époque de George W. Bush et partiellement mise en œuvre sous l’équipe de Barack Obama (où Biden a joué un rôle essentiel). Il s’agissait d’une politique très agressive visant à saper la Russie dans le but d’affaiblir le président russe, Vladimir Poutine, à tel point qu’il serait finalement remplacé par une personnalité plus disposée à adhérer à une ligne politique dictée par les États-Unis.

Mais on ne peut pas prétendre qu’il n’y a pas eu quatre années de politique de l’administration Trump qui ont renversé le récit anti-Poutine – et, par extension, anti-Russie – promulgué par l’administration Obama. Alors que Trump n’a jamais été en mesure de gagner du terrain par son approche « pourquoi ne pouvons-nous pas être amis » de la diplomatie américano-russe, il a pu sérieusement saper deux piliers politiques majeurs qui ont soutenu la politique de l’ère Obama, à savoir l’unité de l’OTAN et la solidarité avec l’Ukraine .

L’administration Biden n’a jamais été en mesure de ressusciter l’orientation politique de l’ère Obama concernant la Russie, y compris ses buts et objectifs anti-Poutine. L’affaiblissement par Trump de l’unité et de l’objectif de l’OTAN, combiné au retrait humiliant d’Afghanistan, a mis le bloc en retrait lorsqu’il s’est agi de relever le défi d’un État russe déterminé à s’affirmer davantage sur ce qu’il considérait comme ses intérêts légitimes de sécurité nationale, y compris la création d’un nouveau cadre de sécurité européen respectueux de la notion de « sphère d’influence » russe.

Au lieu de cela, le monde a eu droit au spectacle de Joe Biden insultant son homologue russe avec des commentaires caricaturaux « c’est un tueur », tout en faisant des promesses concernant des initiatives diplomatiques (faire pression sur l’Ukraine pour qu’elle accepte Minsk II, entamer des pourparlers « significatifs » sur le contrôle des armements) que son administration s’est avérée incapable de concrétiser.

Le fait est que, alors que les responsables du gouvernement américain peuvent faire des déclarations audacieuses sur la nécessité d’infliger des dommages, par procuration, à l’armée russe en fournissant des milliards de dollars d’armes à l’Ukraine, ce sont les États-Unis qui ont subi la défaite en termes de pertes continues de son armée supplétive ukrainienne et de destruction de l’équipement fourni. Les États-Unis, comme leurs alliés de l’OTAN, se sont avérés très bons pour faire des déclarations audacieuses sur les objectifs et les intentions, mais très mauvais pour les mettre en pratique.

C’est l’état des « ambitions » américaines vis-à-vis de l’Ukraine aujourd’hui n’est que de la rhétorique, pas d’action significative. Toute crainte d’une intervention militaire des États-Unis et/ou de l’OTAN en Ukraine doit être mise en balance avec le fait que l’air chaud ne génère pas d’acier froid . 

Les politiciens américains pourraient être habiles à remplir les pages d’un média grand public docile avec des mots au son impressionnant, mais ni l’armée américaine ni ses alliés de l’OTAN ne sont en mesure de générer le type de capacité militaire significative nécessaire pour défier efficacement la Russie sur le terrain en Ukraine.

Cette réalité limite considérablement la portée et l’ampleur de toute ambition américaine possible concernant l’Ukraine. En fin de compte, Washington n’a qu’une seule voie à suivre : continuer à gaspiller des milliards de dollars de l’argent des contribuables en envoyant du matériel militaire à l’Ukraine, ce qui n’a aucune chance de changer l’issue sur le champ de bataille, convaincre un public américain que leur gouvernement « fait ce qu’il faut » dans un effort perdu.

Cette conclusion est essentielle pour comprendre les « ambitions » de la Russie. Contrairement aux États-Unis, la Russie a formulé des objectifs clairs et concis concernant sa décision d’envoyer des forces militaires en Ukraine. Celles-ci peuvent être décrites comme suit : la neutralité permanente de l’Ukraine (c’est-à-dire l’absence d’adhésion à l’OTAN), la dénazification de l’Ukraine (l’éradication permanente de l’odieuse idéologie nationaliste de Stepan Bandera) et la démilitarisation de l’État – la destruction et la l’élimination de toute trace d’implication de l’OTAN dans les affaires de sécurité de l’Ukraine.

Ces trois objectifs ne reflètent que les buts immédiats de l’opération militaire spéciale en Ukraine. L’objectif ultime – un cadre de sécurité européen restructuré dans lequel toutes les infrastructures de l’OTAN seraient retirées dans les frontières de 1997 de cette alliance – reste une exigence non négociable qui devra être satisfaite une fois que la Russie aura obtenu sa victoire militaire et politique finale en Ukraine.

En bref, la Russie est en train de gagner sur le terrain en Ukraine, et les États-Unis ou l’OTAN ne peuvent rien faire pour modifier ce résultat. Et une fois que la Russie aura obtenu cette victoire, elle sera dans une position beaucoup plus forte pour insister pour que ses préoccupations concernant un cadre de sécurité européen viable soient respectées et mises en œuvre.

Mearsheimer estime que la situation sur le terrain en Ukraine fournit aux États-Unis et à la Russie « de puissantes incitations à trouver des moyens de l’emporter et, plus important encore, d’éviter de perdre ».

En fin de compte, le conflit ukrainien n’est pas un conflit existentiel ni pour les États-Unis ni pour l’OTAN; une défaite en Ukraine sera un autre revers , une sorte d’Afghanistan sous stéroïdes. Mais une défaite ukrainienne ne signifie pas en elle-même l’effondrement de l’OTAN ni ne signifie la fin de la République américaine.

En termes simples, la crainte de Mearsheimer qu’une perte en Ukraine « signifie que les États-Unis pourraient rejoindre les combats soit qu’ils cherchent désespérément à gagner soit à empêcher l’Ukraine de perdre » est infondée.

Mearsheimer conclut son article en notant que « cette situation périlleuse crée une puissante incitation à trouver une solution diplomatique à la guerre ».

Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Tout comme les États-Unis seraient réticents à rechercher une « solution diplomatique » aux conflits menés contre l’Allemagne nazie et le Japon impérial, la Russie serait également peu encline à s’engager dans une diplomatie qui lui refuserait la pleine mise en œuvre de ses objectifs fondamentaux.

4 réflexions sur “« Il n’y a qu’un seul vainqueur dans le conflit ukrainien, et c’est la Russie ». Scott Ritter.

  1. L’échec de l’OTAN en Ukraine pourrait être existentiel, ce ne sera pas un revers comme les autres: tant de moyens ont été mis en oeuvre que cet échec brisera la crédibilité de l’OTAN comme soutien, qui acceptera encore à jouer les proxis quand on voit le désastre que subira l’Ukraine avec des dizaines de milliers de morts, des milliards de destruction et la perte de la partie de son territoire contribuant le plus à l’économie nationale

    J’aime

  2. Poutine est trop fin pour y aller a fond.
    Il sait que L’Otan veut la guerre minimale pour faire passer un certain agenda.
    Il essaye d’en tirer parti a son profit car il n’a pas le choix.
    Cette guerre minimale arrange les deux partis.
    Si Poutine avait voulu y aller franco,il aurait pu facilement couper l’électricité a Kiev,et bloquer les lignes d’approvisionement du pays.
    Poutine bénéfice de la hausse des matières premières,de l’annexion de certaines régions riches en ressources,de la hausse du rouble,du resserrement des liens avec la Chine et l’Inde.
    En plus il démantèle les labos biologiques a ses portes,il détruit les mafias de toutes sortes installées par les occidentaux.
    Pour les dirigeants européens,cette guerre est l’occasion de pouvoir contourner les parlements respectifs avec des lois d’exception et autres décrets.
    Avec toujours en perspective,la réalisation de l’agenda.

    J’aime

  3. Il n’y pas si longtemps, ce bon M. RITTER tenait un discours extrêmement pessimiste, du fait notamment des dernières livraisons d’armes américaines. Il aura assez vite retourné sa veste, finalement.

    J’aime

    1. Je le sais aussi bien que vous et d’ailleurs Ritter s’en est longuement expliqué.
      Ce qui est sur c’est que cela ne vous autorise pas à publier un jugement ironique et désobligeant sur son travail. L’expression « retournement de veste » et l’expression « ce bon M.Ritter » sont déplacées.

      je ne vous publie que pour pouvoir vous répondre.

      J’aime

Répondre à grouik Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s