Editorial. La fortune, le pouvoir des classes dominantes en Europe prend sa source dans le système américain, les compradors ont gagné.

Le suicide économique et social de l’Europe« , vous lisez tout cela jour après jour sur mon service, mais c’est un constat inépuisable et il faut de temps à autre essayer de faire une synthèse, essayer de remettre en perspective les éléments fragmentaires quotidiens.

Ce qui compte c’est « The big picture » . La vision d’ensemble. Mais pour avoir une vision d ‘ensemble, il faut non pas prendre de la hauteur, mais creuser!

Il faut mettre de l’ordre, avoir un cadre analytique solide. Il faut aller à l’essentiel en profondeur, être en un mot: radical, « radical » comme dans « racine« .

Il faut collecter, il faut retirer la gangue évènementielle , il faut mettre bout à bout. Il faut s’interroge sur les ressorts et les causes ultimes.

Nous sommes parvenu à un point ou il faut bien tenter de proposer des hypothèses, tenter d’offrir un cadre analytique cohérent et relier organiquement -pas rhétoriquement- les différents éléments du kaléidoscope qui nous est offert par les classes dominantes.

Ce sont les faits qui doivent s’enchainer, pas les mots.

Il faut se risquer à interpréter; il faut se risquer à donner du sens, il faut se risquer à mettre au grand jour ce qui est enfoui ou voilé.

Le monde est mu, mis en mouvement, par le non-dit.

C’est une découverte de Carl Jung à savoir que ce qui meut le monde ce sont les déterminations cachées, inexplorées. Ce qui gouverne un système c’est son inconscient, ses structures, pas son manifeste. Ce n’est pas le superficiel, pas ce qui apparait mais au contraire ce qui est caché, non su, refoulé. Et c’est pour cela que l’on vous abreuve d’évidences et d’images!

Rien de ce que disent les élites européennes n’est cohérent. Mais personne ne met les éléments disparates bout à bout, personne ne s’intéresse « au tout ».

Elles ne peuvent maintenir leur discours unilatéral, leur discours de Maitre, sur le monde que parce qu’elles ont supprimé le droit de suite, le droit de les interroger et de les pousser dans leur retranchements.

Il n’y a plus d’Assemblée Nationale, y a plus de journalistes, il n’y a que des passes-plats accrédités, il n’y a plus que des intellectuels aux ordres et des rebellocrates. Pas de gens qui acceptent de se battre a mort socialement pour pousser les élites dans les retranchements de leurs mensonges et dissimulations;

La vraie question centrale est celle ci:

pourquoi les élites dominantes en Europe sont elles autant attachées à leur statut de vassal, de suiveurs des Anglos saxons?

Personne n’a de réponse satisfaisante. Certains évoquent la dépendance par le chantage et la corruption, mais ce n’est pas suffisant.

Il n’y a qu’une réponse assez satisfaisante et assez vaste pour tout englober: ce sont les conditions de production de leur richesse, de leur statut et de leur pouvoir qui déterminent leur allégeances. Le suivisme à l’égard des Anglos-saxons c’est la branche sur laquelle les classes dominantes européennes sont assises. C’est l’éternel qui t’ a fait Roi?

Et bien la dépendance, la vassalitude, la soumission, tout cela est multiforme et et multi causé. Le fond c’est le lien, la forme c’est la composition, la couleur du lien et sa déclinaison.

Depuis des décennies , depuis les années 20 et 30, depuis le grand combat de la Grande Coalition contre la Révolution Russe, la classe dominante européenne s’est formée , s’est modelée en tant que Comprador. Ceci a été accéléré par la crise des années 30 et surtout par la guerre de 39-45 et le Plan Marshall et ensuite la guerre froide et ensuite mai 68. Eh oui, mai 68 a joué un rôle important sur l’avènement de la société de consommation européenne a l’américaine et son modèle de reproduction et d ‘accumulation du Capital.

On ne comprend pas le comportement des élites européennes si on ne fait pas le pari qu’elles ne sont élites que grâce aux conditions de production de la richesse mises en place par les Etats- Unis et les élites Anglos saxonnes en général. Ce sont ces gens qui ont fixé les règles du jeu mondial et les bourgeoisies européennes ont été trop contentes de s’y adapter. Elles se sont pliées au World America Made.

C’est cette réalité qui n’est pas explorée ou qui est explorée en surface. c’est , mieux, cette réalité qui est occultée, rejetée, quand elle ose se révéler.

Les conditions de production du système capitaliste ont été imposées par les Anglo Saxons et ceux qui ont le mieux réussi en Europe ce sont ceux qui les ont adoptées, les ont servies et même maintenant ceux qui nous les imposent.

D’où d’ailleurs l’éloignement de la démocratie en Europe sous la pression de la gouvernance venue d’ailleurs.

La fortune, le pouvoir des classes dominantes en Europe prend sa source dans le système américain. c’est vrai au niveau des productions, au niveau des finances, au niveau des cultures, au niveau des théories, au niveau ….c’est encore plus vrai si on admet comme moi que la Construction dite européenne est une Production américaine.

Maintenant la liste des fils que les Anglo-saxons ont mis à la patte des classes supérieures européennes ne cesse de s’allonger et se diversifier; je pense aux investissements étrangers, aux réseaux sociaux, aux technologies digitales, aux théories sur les marchés efficients et rationnels, aux fameuses règles tombées du ciel des neocons, je pense par exemple à la Mer des Sargasses des Young Leaders qu’ils nous ont imposés. Young Leaders cornaqués, financés et nourris par le grand capital Comprador européen mais adoubés par le suzerain US.

Mais ce qui est caché, ce n’est pas cela, ce n’est pas ce que je viens d’effleurer, non ce qui est caché c’est le maillage enfoui, inconscient de la dollarisation.

Je soutiens que la classe dominante en Europe a son argent, sa fortune aux USA en dollars , peu importe que ce soit dans les paradis fiscaux soi disant extra territoriaux, car ils sont eux aussi Anglo saxons.

Je soutiens que l’euro n’est pas une monnaie souveraine mais un sous avatar du dollar, un serf du dollar , même pas un associé du dollar. Surtout pas un concurrent!

Pourquoi ?

Parce que l’euro est une monnaie structurellement dollarisée!

La vraie monnaie européenne ce n’est pas la monnaie banque centrale, c’est la monnaie bancaire, la monnaie émise par les banques.

La vraie monnaie européenne c’est la monnaie que vous avez dans votre compte de dépôt, dans les livres de votre banque.

La monnaie européenne c’est celle de votre banque , de la banque dont vous êtes créditeur, c’est le droit que vous avez sur elle.

Ce sont les euros du système bancaire. Le stock de monnaie c’est le stock de dépôts ; ce stock ne vaut que si et seulement si les banques dont vous êtes créditeurs tiennent, ne s’effondrent pas.

Or leur bilan est dollarisé.

Ces banques avides, incapables , compradors ont passé ces dernières décennies à se dollariser et à dollariser leurs bilans, Elles ont compris qu’avec le système Bretton Woods II , la mine d’or c’était le recyclage des déficits américains, le recyclages des excédents mondiaux en dollars vers les USA.

Elles ont assis leur prospérité sur ce recyclage et ce faisant elles se sont rendu dépendantes bilantiellement de l’eurodollar, de l’asiadollar, du dollar extérieur, de New York, de la Fed et du DOJ!

La preuve, c’est que dans chaque crise , de façon récurrente la BCE est obligée d’aller mendier des Swaps de dollars à la Fed!

La preuve c’est que le système bancaire européen ne peut que se conformer aux sanctions imposées par les USA sous peine d’être sanctionné lui même.

La BCE et les banques européennes, sont au centuple dans la situation des banques russes avant février , elles sont dollar-dépendantes.

Ce que les USA ont fait aux Russes, à l’Iran etc ils le feront à l’Europe si l’Europe s’avise de bouger un cil . Les USA tireront sur le fil , sur la chaine dorée et l’édifice européen s’écroulera , en panique.

Les classe dominantes européennes ont vendu votre liberté pour un plat de lentilles pour vous et un capital colossal en dollars pour elles.

NOTE BB

Je simplifie et caricature pour être plus percutant, mais la réalité est plus complexe car il subsiste des fractions de bourgeoisie nationales, productrices, voire industrielles qui elles sont restées nationales. Mais elles ont été vaincues, mises au pas comme par exemple Peugeot ou Michelin.

La distinction entre capital productif et capital financier croise la distinction entre monde réel et monde imaginaire et elle croise aussi celle entre le bloc occidental impérial dominé par la culture de la subjectivité du signe opposée a celle des nations et de l’objectivité matérialiste. .

Publicité

3 réflexions sur “Editorial. La fortune, le pouvoir des classes dominantes en Europe prend sa source dans le système américain, les compradors ont gagné.

  1. Oui l’euro n’a été crée que pour alimenter le ponzi du système financier dollar, il fallait de nouveaux entrants de nouveaux pays à endetter avec la caution de l’Allemagne. Quand les Usa ont crée le deutschemark, ils ont échangé tous les reichmarks pour le même montant qu’importe combien vous en aviez, les grandes fortunes allemandes elles, avaient leurs avoirs en dollars déjà.

    J’aime

  2. Auriez-vous quelques graphes sui mettent en évidence les bilans dollarisés des banques européennes, et de quels types d’actifs il s’agit ? Est-ce difficile j’imagine d’échanger ces actifs ?

    Même question pour les super élites.

    J’aime

  3. Cher monsieur,
    Merci de cette mise au point interprétative, absolument nécessaire car fondamentale pour rester lucide.
    Elle permet d’en tirer des conclusions pratiques salutaires, pour peu qu’on s’en donne la peine intellectuelle.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s