La Russie retarde la réouverture du gazoduc Nord Stream 1, coup dur pour l’Europe en manque de gaz.

La Russie retarde la réouverture du gazoduc Nord Stream 1, coup dur pour l’Europe en manque de gaz.

La Russie a annulé samedi la date limite pour reprendre les flux de gaz via le gazoduc Nord Stream 1, l’une des principales voies d’approvisionnement vers l’Europe, après avoir déclaré avoir découvert une panne lors de la maintenance. Cette annonce aggrave les difficultés de l’Europe à sécuriser le carburant pour l’hiver.

Nord Stream 1, qui passe sous la mer Baltique pour approvisionner l’Allemagne et d’autres pays, devait reprendre ses activités après un arrêt de trois jours pour maintenance samedi à 01h00 GMT.

Mais Gazprom, l’entreprise contrôlée par l’État qui détient le monopole des exportations de gaz russe par gazoduc, a déclaré vendredi qu’elle ne pouvait plus fournir de délai pour redémarrer les livraisons après avoir découvert une fuite de pétrole qui signifiait qu’une turbine de gazoduc ne pouvait pas fonctionner en toute sécurité.

Moscou a accusé les sanctions, imposées par l’Occident après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, d’avoir entravé les opérations de routine et la maintenance du Nord Stream 1. Bruxelles affirme qu’il s’agit d’un prétexte et que la Russie utilise le gaz comme arme économique pour riposter.

La chef de la Commission de l’Union européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré que le bloc devrait imposer un plafond de prix sur le gazoduc russe pour déjouer ce qu’elle a qualifié de tentatives du président russe Vladimir Poutine de manipuler le marché.

Les prix du gaz ont grimpé en flèche, nuisant à l’industrie et aux ménages européens, augmentant d’abord en raison de la reprise de la demande après la pandémie, puis en raison de la crise ukrainienne.

« Nous constatons que le marché de l’électricité ne fonctionne plus car il est massivement perturbé à cause des manipulations de Poutine », a déclaré Von der Leyen, ajoutant qu’un plafonnement du prix du gaz sur les approvisionnements russes par gazoduc pourrait être proposé au niveau européen.

Note BB:

Visiblement la notion de manipulation de prix est dissymétrique! Le fait de plafonner le prix du gaz n’est pas considéré comme une manipulation dans le système de pensée de ces gens. Par ailleur le BA BA de la science économique nous enseigne que tout plafonnement prix se traduit par des pénuries et rationnements sous une forme ou sous une autre. L’autre voie d’équilibrage de l’offre et de la demande est celle de développement de marches parallèles ou marchés noirs.

j’ajoute une remarque plus fondamentale sur laquelle je reviens très souvent: le monde occidental s’enfonce dans un système de prix délirant, tout est faux et archi faux, les prix n’expriment plus les vraies raretés . Comme dans le système de l’Union Sovietique. L’allocation des ressources devient ubuesque comme ce fut le cas avant la chute de l’URSS. Le système occidental sort de la rationalité des marchés, tous les signaux induisent en erreur. L’efficacité économique de l’Occident va s’en ressentir alors que la productivité est en chute.

L’ancien président russe Dmitri Medvedev a déclaré que Moscou couperait les livraisons à l’Europe si Bruxelles imposait un tel plafond.

La réduction des livraisons via Nord Stream, parallèlement à la baisse des flux de gaz via l’Ukraine, une autre route majeure, a laissé les États européens se débattre pour remplir les réservoirs de stockage pour l’hiver et a incité beaucoup à déclencher des plans d’urgence qui pourraient conduire à un rationnement de l’énergie.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, avait déclaré plus tôt vendredi qu’il pourrait y avoir davantage de perturbations dans les livraisons via Nord Stream 1.

« Ce n’est pas la faute de Gazprom si les ressources manquent. Par conséquent, la fiabilité de l’ensemble du système est menacée », a-t-il déclaré lorsqu’on lui a demandé si d’autres pannes pouvaient être attendues.

Le directeur général de Gazprom, Alexei Miller, a déclaré mercredi que les sanctions signifiaient que Siemens Energy, un fournisseur d’équipements de pipelines, ne pouvait pas effectuer l’entretien régulier.

Siemens Energy, qui entretient normalement les turbines Nord Stream 1, a déclaré qu’il n’était pas impliqué dans les travaux de maintenance actuellement menés par Gazprom. Il a également déclaré qu’il était prêt à aider si nécessaire et a déclaré que l’entretien était exclu des sanctions.

EN PRIME

https://t.me/azmilitary11/18311

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s