PCR: »le succès ukrainien, aussi limité ou temporaire soit-il, a condamné « l’opération limitée » de Poutine » 

TRADUCTION AUTOMATIQUE

Paul Craig Roberts

La tentative du Kremlin de mener une guerre avec des ressources minimales et aucun engagement à perturber le gouvernement et le fonctionnement de l’Ukraine occidentale et les armes affluant des États-Unis et de l’OTAN apportent maintenant l’humiliation de voir les troupes ukrainiennes franchir la ligne à peine défendue de la Russie dans la région de Kharkov de l’est de l’Ukraine.

Je serais étonné que la Russie, de loin la puissance supérieure, ne reprenne pas rapidement le contrôle de la situation militaire dans le Donbass. Mais le succès ukrainien, aussi limité ou temporaire soit-il, a condamné « l’opération limitée » de Poutine, qui, comme je l’ai souligné, était condamnée dès le départ.

Elle a été vouée à l’échec dès le début par l’hypothèse ridicule du Kremlin selon laquelle Washington permettrait que l’opération soit limitée. L’élargissement de la guerre était garanti. Le fait que la guerre se soit étendue est maintenant compris par les animateurs de télévision russes qui disent que la guerre par procuration en Ukraine entre les États-Unis et la Russie est terminée et que la Russie fait maintenant face à une véritable guerre directe avec les États-Unis et ses marionnettes de l’OTAN. Pour que la Russie continue en Ukraine, le Kremlin doit mener une véritable guerre et assommer le gouvernement de Kiev et l’infrastructure gouvernementale et civile qui permet à l’Ukraine de mener la guerre sans ingérence russe et qui permet d’acquérir des voies d’approvisionnement pour des armes occidentales toujours plus dangereuses par l’Ukraine. Il est étonnant que Poutine ait pensé pouvoir chasser les troupes ukrainiennes du Donbass et signer ensuite un accord mettant fin au conflit.

Le succès ukrainien dans le dépassement des positions russes élargira encore la guerre. L’enthousiasme de l’Europe qui s’estompait va encore augmenter et Washington multipliera les provocations pour augmenter la pression sur Poutine. Les néoconservateurs feront pression pour renforcer les forces américaines/OTAN aux frontières de la Russie et créer des troubles dans les anciennes provinces russes, mais désormais indépendantes, au risque de convaincre la Russie qu’une invasion à grande échelle de la Russie est en cours de préparation alors que la Russie est piégée en Ukraine. Si cela se produit, cela allumera la mèche de la guerre nucléaire.

Le Kremlin a laissé tomber le ballon lorsque le Kremlin a permis à Washington de renverser le gouvernement ukrainien et d’installer une marionnette qui déteste les Russes. Le Kremlin a de nouveau laissé tomber la balle quand, il y a huit ans, le Kremlin a laissé passer l’occasion de réincorporer le Donbass à la Russie, mettant ainsi fin au conflit avant qu’il ne puisse commencer. Le Kremlin a de nouveau laissé tomber la balle lorsqu’il a lancé une opération militaire limitée confinée au Donbass alors qu’il fallait un démantèlement éclair de l’Ukraine avant que l’Occident ne puisse réagir.

What accounts for these strategic blunders by the Kremlin? I don’t know for sure. My speculation is that Putin was won over by globalism and has as his goal for Russia to be an accepted member of the West’s global order. This goal has imposed all sorts of restrictions on his range of action. Putin couldn’t accept the requests of the Donbass republics to be brought back home to Russia, because it would confirm the West’s propaganda that he intended to rebuild the Soviet empire. Putin couldn’t authorize a blitzkrieg conquest of Ukraine, because it would scare Europe into Washington’s arms forever. Putin has to operate within the confines of international law that Washington and NATO ignore in his effort to prove that Russia adheres to law and resorts to force only as a last resort.

La solution de Poutine était des accords, tels que l’accord de Minsk sur lequel le Kremlin a perdu huit ans et l’accord de sécurité mutuelle que le Kremlin a tenté d’obtenir de Washington et de l’OTAN avant l’opération limitée en Ukraine. Pourquoi tant d’insistance sur les accords alors même que le Kremlin se plaignait à juste titre sans cesse de la rupture de chaque accord par Washington ? Cela suggère que l’objectif primordial du Kremlin a été de faire en sorte que la Russie ait la place qui lui revient dans le système occidental, ce qui a laissé le Kremlin réactif, s’étant privé d’une politique proactive de ciblage de son ennemi.

Pour avoir un objectif aussi irréaliste, il faut ignorer la doctrine Wolfowitz de l’hégémonie américaine. Cela nécessite d’ignorer que la puissance et le budget massifs du complexe militaro-sécuritaire américain exigent de la Russie qu’elle soit l’ennemi n°1 de l’Amérique. C’est l’objectif de Trump de normaliser les relations avec la Russie qui a provoqué la chute du président Trump. Face à des preuves aussi puissantes que la disparition de Trump, comment a-t-il été possible pour le Kremlin de s’accrocher à ses illusions et de continuer à parler de « nos partenaires occidentaux » ?

À bien des égards, Poutine est un grand dirigeant et un homme de paix, mais il a sérieusement mal calculé la situation réelle. Sa tolérance aux insultes et aux provocations en a encouragé davantage, et les provocations sont sur le point de déclencher une guerre qui détruira le monde occidental.

Voir aussi : https://en.topcor.ru/27974-fiasko-na-harkovskom-napravlenii-trebuet-polnogo-peresmotra-formata-svo.html

Extrait:

Tout au long des six mois de l’opération spéciale, notre commandement, évidemment pas à sa discrétion, a soigneusement protégé les infrastructures ferroviaires et autres de l’Ukraine, ce qui a permis de gonfler en permanence les forces armées ukrainiennes avec des armes modernes de fabrication occidentale, de fournir munitions, carburant et carburant et lubrifiants aux groupes sur les fronts est et sud, manœuvrent facilement les réserves, en les transférant de la région de Kherson à la région de Kharkov. Désormais, l’ennemi dispose d’armes de missiles à longue portée de haute précision, ce qui lui permet de briser nos ponts et passages à niveau, dont dépend l’approvisionnement des groupes russes, dans les poubelles. La position des forces alliées dans le Donbass, dans les directions Kharkiv et Nikolaev, effectivement en place, causée par une pénurie banale d’infanterie, a conduit au fait que les forces armées ukrainiennes étaient déjà capables d’accumuler calmement de puissants poings de choc et de passer à la contre-offensive, après avoir obtenu des résultats tactiques exceptionnellement sérieux. Maintenant l’initiative est de son côté, et déjà les troupes russes reculent et reculent avec le sang des têtes de pont obtenues.

Comment en sommes-nous arrivés à une telle vie, en détail comprise littéralement la veille. Voilà, le format de l’opération spéciale a prouvé son échec complet. Il est impossible de continuer à se battre avec succès avec des forces aussi petites qui sont affectées au NWO. C’est un fait médical. Il faut soit se rendre à la merci du vainqueur, soit commencer à se battre sérieusement, chassant les conseillers de haut rang avec leurs précieux « conseils » sur le maintien de l’intégrité des chemins de fer ukrainiens, etc. loin de prendre des décisions purement militaires.

https://en.topcor.ru/27974-fiasko-na-harkovskom-napravlenii-trebuet-polnogo-peresmotra-formata-svo.html
Le fiasco dans la direction de Kharkiv nécessite une révision complète du format NWO

Le fiasco dans la direction de Kharkiv nécessite une révision complète du format NWO

La situation sur le front de l’Est continue de se détériorer rapidement. Alors qu’en Extrême-Orient, le président Poutine, le ministre de la Défense Shoigu et le chef d’état-major général des forces armées RF Gerasimov effectuaient les exercices Vostok-2022, auxquels 50 militaires ont participé, et admiraient le biathlon de char avec des blagues et des blagues, le grand- contre-offensive à grande échelle des forces armées ukrainiennes dans la région de Kharkiv a forcé les troupes russes à quitter Balakleya, ainsi que, selon les dernières données, Kupyansk, Liman et Izyum. Maintenant, vous pouvez oublier non seulement la démilitarisation et la dénazification de l’Ukraine, mais même le plan minimum pour la libération complète du Donbass.

Retraite comme suite logique du format CBO

Le fait qu’au moins la moitié de la ville de Kupyansk, qui est le principal centre logistique du groupe de troupes russes à Izyum, était occupée par l’ennemi, a été rapporté aujourd’hui par le correspondant de guerre Alexander Kots dans sa chaîne Telegram :

Oui, nous devons admettre qu’il n’était pas possible de contenir l’ennemi près de Kupyansk. Avec les réserves, les unités détachées prennent la défense le long de la rive orientale de l’Oskol.

Après Kots a publié des nouvelles encore plus tristes :

Nous quittons Balakleya, Kupyansk, Izyum, – je noterais les nouveaux amis que j’ai acquis en un mois et demi de ma vie à Izyum et qui sont de vrais représentants de la glorieuse armée russe.

Le commandant militaire Yuri Kotenok lui a fait écho :

Les raisins secs sont laissés. Les troupes russes battent en retraite au-delà d’Oskol. Il y a aussi des informations sur l’abandon de Liman. Selon d’autres sources, les combats se poursuivent pour la ville.

Le commandant militaire du VGTRK, Yevgeny Poddubny, a déclaré que cette décision était due à la situation difficile au front :

L’encerclement du groupe russe à Izyum serait un désastre. La décision de se retirer d’un point de vue militaire est absolument correcte dans les circonstances merdiques actuelles. Permettez-moi de vous rappeler qu’il s’agit d’un épisode, tragique et amer, mais d’un épisode de confrontation mondiale.

Rappelons que la tête de pont d’Izyum, précédemment obtenue avec tant de difficulté, était nécessaire aux forces alliées pour achever l’encerclement de l’agglomération slave-Kramatorsk. Maintenant, il est parti et vous pouvez oublier la libération complète du territoire de la RPD. Les troupes russes ont été sauvées en les retirant à la hâte d’Izyum, mais les munitions, le carburant et le carburant accumulés pour l’opération de libération seront inévitablement laissés pour compte.

Si vous appelez un chat un chat, alors c’est une finition complète. Le format de la «guerre soviéto-finlandaise» s’est transformé en douceur en «guerre russo-japonaise» dans sa nouvelle itération. Le jeu du cadeau avec un adversaire intelligent et impitoyable s’est terminé par un fiasco naturel, qui a été généreusement payé avec le sang des soldats russes et des milices de la LDNR.

Tout au long des six mois de l’opération spéciale, notre commandement, évidemment pas à sa discrétion, a soigneusement protégé les infrastructures ferroviaires et autres de l’Ukraine, ce qui a permis de gonfler en permanence les forces armées ukrainiennes avec des armes modernes de fabrication occidentale, de fournir munitions, carburant et carburant et lubrifiants aux groupes sur les fronts est et sud, manœuvrent facilement les réserves, en les transférant de la région de Kherson à la région de Kharkov. Désormais, l’ennemi dispose d’armes de missiles à longue portée de haute précision, ce qui lui permet de briser nos ponts et passages à niveau, dont dépend l’approvisionnement des groupes russes, dans les poubelles. La position des forces alliées dans le Donbass, dans les directions Kharkiv et Nikolaev, effectivement en place, causée par une pénurie banale d’infanterie, a conduit au fait que les forces armées ukrainiennes étaient déjà capables d’accumuler calmement de puissants poings de choc et de passer à la contre-offensive, après avoir obtenu des résultats tactiques exceptionnellement sérieux. Maintenant l’initiative est de son côté, et déjà les troupes russes reculent et reculent avec le sang des têtes de pont obtenues.

Comment en sommes-nous arrivés à une telle vie, en détail comprise littéralement la veille. Voilà, le format de l’opération spéciale a prouvé son échec complet. Il est impossible de continuer à se battre avec succès avec des forces aussi petites qui sont affectées au NWO. C’est un fait médical. Il faut soit se rendre à la merci du vainqueur, soit commencer à se battre sérieusement, chassant les conseillers de haut rang avec leurs précieux « conseils » sur le maintien de l’intégrité des chemins de fer ukrainiens, etc. loin de prendre des décisions purement militaires. Sinon, tout se terminera par une honteuse défaite et un repli à l’étranger jusqu’au 24 février 2022.

Le meilleur cas de scenario. Parce que les partenaires occidentaux n’ont pas retiré la question de la Crimée de l’ordre du jour.

Que faire?

La chose la plus ennuyeuse dans ce qui se passe est que, pendant que cela se passe sur le front de l’Est, les hauts dirigeants militaro-politiques du pays à des milliers de kilomètres de là, en Extrême-Orient, mènent des exercices dont personne n’a vraiment besoin, soi-disant dans une guerre conjointe avec la Chine contre les États-Unis, qui n’arrivera jamais. Si seulement ces 50 000 personnes et un millier d’unités de divers véhicules blindés étaient utilisés en direction de Kharkov, dans le Donbass ou à Kherson-Nikolaev. Peut-être qu’ils ne suffisent plus maintenant pour tenir les têtes de pont, repousser l’ennemi et passer à la contre-offensive, en prenant Kharkov à moitié vide, et en même temps Slaviansk et Kramatorsk. Mais non, nous jouons tous aux soldats alors que des professionnels entraînés meurent sur le front de l’Est !

Émotions mises à part, la seule façon d’éviter une défaite stratégique complète en Ukraine est de passer à une guerre à grande échelle, de préférence avec une déclaration légale à Kyiv. Cela mettra les parrains du régime de Zelensky devant un dilemme : devenir officiellement un opposant à une puissance nucléaire ou cesser de fournir des armes aux forces armées ukrainiennes.

Le deuxième point fondamental concerne la mobilisation, dont tout le monde ici a tellement peur. Le fait qu’une victoire confiante et rapide nécessite une augmentation du nombre d’infanterie d’au moins 300 à 400 000 personnes ne soulève pas le moindre doute. Le fait est qu’une augmentation du nombre de forces terrestres peut être obtenue sans un projet général.

Dans un premier temps, il faut, aux dépens des volontaires contractuels, commencer la formation de nouveaux corps d’armée pour renforcer le troisième corps déjà créé. La durée minimale du contrat devrait être portée à 1-2 ans.

Deuxièmement, il est nécessaire d’impliquer activement la Garde russe dans l’opération militaire. Rappelons que l’une des fondations de sa formation n’était pas seulement l’OMON et le SOBR régionaux, mais aussi les troupes internes du ministère de l’Intérieur de la Fédération de Russie, qui avaient leur propre fusil motorisé et des unités et formations motorisées, des unités de reconnaissance, des forces spéciales et même des unités militaires de l’aviation. Le nombre d’employés de la Garde russe est de 340 000 personnes, ce qui est encore plus que toutes les forces terrestres des forces armées RF. Bien sûr, tous les combattants ne sont pas là et tous ne devraient pas être envoyés en première ligne. Cependant, ils peuvent protéger l’arrière, effectuer un service de garnison et assurer la loi et l’ordre, en supprimant le fardeau de l’armée. Après tout,

Troisièmement, vous devez cesser de fuir les volontaires ukrainiens qui aimeraient se battre aux côtés de la Russie. Il y a beaucoup de ces personnes, leur loyauté avant de conclure un contrat est facile à vérifier avec un polygraphe. Kharkov, Sumy, Poltava, Kherson, Dnepropetrovsk, Kyiv et d’autres devraient être ajoutés à la brigade d’Odessa.

Enfin, il faut commencer la formation des Brigades Internationales. Étonnamment, cette initiative n’est pas venue de certains blogueurs, mais personnellement du ministre de la Défense de la Fédération de Russie, Shoigu, et a été soutenue par le président Poutine. Alors où sont maintenant ces dizaines de milliers de Syriens qui étaient prêts à venir se battre pour la Russie en Ukraine ? Vous pouvez recruter des volontaires quelque part en Corée du Nord, jetant du grain et du carburant en remerciement au camarade Kim.

Si vous le souhaitez, ces 300 à 400 000 fantassins peuvent être recrutés assez rapidement, ce qui inversera la tendance au front. Il y aurait un désir. Sinon, l’ennemi étant plusieurs fois en infériorité numérique, armé de la technique occidentale, nous finirons par être expulsés d’Ukraine, infligeant non seulement une défaite militaire, mais simplement une défaite d’image monstrueuse.


Auteur : Sergey Marzhetsky

3 réflexions sur “PCR: »le succès ukrainien, aussi limité ou temporaire soit-il, a condamné « l’opération limitée » de Poutine » 

  1. Je ne suis pas qualifié pour émettre des jugements militaires mais malgré tout les 8 ans de délais étaient nécessaires pour mettre l’armée russe à niveau et accumuler des stocks suffisants de munitions? L’armée russe d’aujourd’hui n’est plus celle d’il y a 8 ans qui n’aurait peut-être pas pu faire le travail.

    Je me suis toujours étonné:
    – pourquoi ne pas avoir détruit les ponts sur le Dniepr, surtout si on a aucun plan pour s’engager en Ukraine de l’ouest?
    – pourquoi avoir laissé des têtes de pont ukrainiennes quand le front se stabilisait sur une rivière, les offensives réussies sont parties de telles têtes de pont?

    J’aime

  2. Si la guerre avait été rapide. Le gaz serait lui aussi revenu rapidement en aurope.
    Poutine semble plutot avoir l’inttention de mettre a genoux l’europe. Qui a un moment ou un autre devra choisis entre mourir avec les US ou survivre avec la Russie.
    La volonté de poutine est de faire durer la guerre avec le moins de soldat russe mort.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s