Document. Briefing de la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Maria Zakharova, Moscou, 15 septembre 2022. Vous ne le trouverez nulle part ailleurs!

Vous pouvez commencer la lecture apr les parties sur fond bleu.

Briefing du Ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à l’intention des chefs des missions diplomatiques accréditées à Moscou

Le 19 septembre à 12h00, le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov rencontrera les chefs des missions diplomatiques accréditées à Moscou avant la 77e session de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Au cours de l’événement, nous présenterons nos priorités pour la session en cours de l’Assemblée générale et les principaux domaines de travail de la délégation russe dans les activités de l’ONU au cours de l’année à venir. L’agenda international actuel ne sera pas non plus négligé.

La réunion vise à expliquer les approches de la Fédération de Russie aux pays dont les ambassadeurs sont représentés dans notre capitale. Nous vous tiendrons au courant du résultat de cet événement. La rencontre aura lieu à huis clos.

Exposition de documents d’archives à l’occasion du 250e anniversaire de la réunification des peuples de Russie et de Biélorussie

Le 19 septembre, le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov participera à la cérémonie d’ouverture d’une exposition préparée par notre ministère à l’occasion du 250e anniversaire de la réunification des peuples de Russie et de Biélorussie.

Parmi les objets exposés figurent les joyaux de la couronne des archives de la politique étrangère de l’Empire russe – originaux des conventions russo-prussiennes et russo-autrichiennes sur la première division de la Pologne en 1772, le traité de paix de Varsovie sur l’annexion de certaines terres polonaises à la Russie, des notes à Catherine la Grande sur les affaires polonaises du membre du Collège des affaires étrangères Alexander Bezborodko, ainsi que la propre résolution manuscrite de l’impératrice.

L’événement sera suivi par Dmitry Krutoy, ambassadeur de Biélorussie en Russie, Dmitry Mezentsev, secrétaire d’État de l’État de l’Union, et des représentants du corps diplomatique à Moscou.

Des copies des documents historiques seront données à la Biélorussie.

Ouverture de la 77e session de l’Assemblée générale des Nations Unies

La 77e session de l’Assemblée générale des Nations Unies a commencé ses travaux le 13 septembre de cette année. La délégation russe à cette session est dirigée par le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Lors du débat général du 20 au 26 septembre, il prononcera un discours lors de la session de l’Assemblée générale de l’ONU et participera à plusieurs réunions bilatérales et événements multilatéraux. À l’heure actuelle, le calendrier de M. Lavrov est toujours en cours d’élaboration. Il devrait assister à une vingtaine de réunions bilatérales. Ce ne sont que les demandes que nous avons reçues jusqu’à présent. En règle générale, davantage de réunions ont lieu en marge des principaux événements. Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a également proposé une rencontre avec la délégation russe.

Les représentants russes maintiendront leurs positions de principe lors de cette session de l’Assemblée générale. Nous continuerons à plaider pour le renforcement du rôle central de coordination de l’ONU dans les affaires mondiales et le strict respect de sa Charte, y compris les principes de l’égalité souveraine des États et de la non-ingérence dans leurs affaires intérieures. Nous pensons que l’organisation mondiale reste le noyau du système multilatéral et le seul forum véritablement universel pour résoudre les problèmes urgents de notre temps. Nous ne sous-estimons pas l’importance des forums régionaux et des organisations internationales traitant des questions de sécurité régionale et d’autres défis, mais l’ONU demeure une plate-forme véritablement universelle.

Malheureusement, nous voyons comment les représentants occidentaux utilisent sans vergogne la plate-forme de l’ONU pour faire adopter des décisions politisées contre-productives dans l’intérêt d’un groupe restreint de pays. Ils salissent les pays qui poursuivent des politiques étrangères indépendantes et tentent d’exclure ou de limiter leur participation aux organes de l’ONU. Ils le font en inventant des restrictions de visa, en créant des problèmes logistiques et en rendant difficile l’accès au siège de l’ONU à New York. Ils utilisent différentes méthodes et nous en parlons régulièrement.

L’un des exemples les plus frappants est la pratique à grande échelle de Washington de refuser ou de retarder ouvertement la délivrance de visas d’entrée aux États-Unis aux membres des délégations à la 77e Assemblée générale. En faisant cela, les Américains commettent une violation grossière de leur engagement en vertu de l’Accord concernant le siège des Nations Unies.

À cet égard, la Russie entend se concentrer sur la lutte contre de telles tentatives visant à saper l’autorité de l’organisation mondiale et à la soumettre aux caprices de l’Occident collectif.

Par tradition, nous prévoyons de promouvoir de nombreuses initiatives sur des questions internationales clés malgré ce contexte défavorable pendant la session. Cela sera fait, en partie, par la délégation russe. Notre pays présentera de nouveaux projets de résolutions de l’Assemblée générale dans des domaines aussi importants que le renforcement de la maîtrise des armements, la promotion du désarmement et de la non-prolifération, la prévention de la militarisation de l’espace extra-atmosphérique, l’établissement de règles de conduite universelles dans l’espace de l’information et la lutte contre la glorification du nazisme. Nous invitons tous les membres responsables de la communauté internationale à soutenir les entreprises de la Russie.

Un compte rendu plus détaillé des approches de la Russie à l’ordre du jour de la 77e Assemblée générale est publié sur le site Web du ministère.

Événements BRICS en marge de l’Assemblée générale de l’ONU

Une traditionnelle réunion des ministres des affaires étrangères des pays BRICS est prévue en marge de la semaine de haut niveau de la session. Selon la pratique établie, il sera organisé par l’Afrique du Sud en tant que prochaine présidence des cinq pays BRICS.

Les ministres discuteront d’un large éventail de questions internationales urgentes, y compris l’ordre du jour de la 77e session de l’Assemblée générale des Nations Unies. Ils prévoient également de revoir la coopération dans le cadre du partenariat stratégique BRICS, y compris le développement institutionnel de l’association.

La ministre des Relations internationales et de la Coopération d’Afrique du Sud, Naledi Pandor, décrira à ses collègues les projets de la présidence sud-africaine des BRICS en 2023.

Parallèlement au Conseil des ministres des affaires étrangères des BRICS, les cinq pays ont l’intention d’organiser un certain nombre de grands événements de haut niveau – réunions des ministres du tourisme (19 septembre), de l’énergie (22 septembre), des chefs des services d’intervention d’urgence (23 septembre), et les ministres de la science, de la technologie et des innovations (27 septembre). Le Forum des juges en chef des BRICS aura lieu le 21 septembre.

Dans la poursuite d’un partenariat stratégique, les pays BRICS accordent une grande attention au domaine humanitaire. Le forum des villes et municipalités jumelles des pays BRICS se déroulera au format hybride le 20 septembre. Le 4e Forum municipal international BRICS+ se tiendra à Saint-Pétersbourg du 24 au 26 novembre. Des délégations de plus de 40 pays, représentant les autorités régionales ainsi que les milieux d’affaires et de la recherche, sont attendues. Le forum vise à établir des contacts entre les représentants des municipalités et des communautés d’affaires des cinq États BRICS et à attirer des investissements dans les projets multi-industriels de leurs régions et villes.

Le programme de la participation de la délégation russe aux événements de la 77e session de l’Assemblée générale est loin d’être complet. Le calendrier est toujours en cours de préparation. Les problèmes de logistique doivent être résolus. La délégation russe atteindra-t-elle le siège de l’ONU, compte tenu des barrières illégales créées par Washington ? Les États-Unis se sont engagés envers l’ONU à faciliter son travail. Cela implique une interaction avec les délégations et ceux qui se rendent au siège de l’ONU pour travailler.

Mise à jour Donbass et Ukraine

L’ opération militaire spéciale en cours en Ukraine et dans le Donbass a prouvé de manière convaincante les nombreuses déclarations des autorités russes : nous combattons « l’Occident collectif » en Ukraine. L’objectif à long terme de ce « collectivisme » d’inspiration occidentale est de « vaincre la Russie sur le champ de bataille » à tout prix, et jusqu’au dernier Ukrainien. L’Ukraine n’est pas un otage. Je pense que la situation a changé. Il n’est plus utilisé comme instrument. L’Ukraine est constamment détruite par ses gestionnaires, qui lui ont promis un avenir radieux. Franchement, je n’aurais jamais pensé que le « brillant avenir » de l’Ukraine serait aussi tragique et horrible.

Des preuves récentes en ont été fournies par des responsables américains de haut rang, dont le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan et le président des chefs d’état-major interarmées Mark Milley, dans le numéro du 13 septembre du New York Times. Ils ont admis que l’armée américaine avait planifié la « contre-offensive » dans la région de Kharkov au cours des derniers mois, notamment en fournissant des informations de renseignement et en frappant des armes au régime de Kiev.

Je me demande si c’était les forces armées ukrainiennes ou les forces combinées de l’Ukraine et de l’Occident ? Il ne s’agit pas seulement de services de conseil ou d’un soutien psychologique et moral. Il s’agit d’une implication directe à grande échelle avec des conséquences prévisibles. CNN a récemment rapporté – je dois citer CNN parce que c’est une source américaine rapportant des informations américaines, qui devraient être acceptées comme preuve fiable aux États-Unis. Les Américains ne croient pas les autres sources. CNN n’a pas encore été déclaré « agent étranger » aux États-Unis, c’est pourquoi je le cite – CNN a écrit que, selon des responsables du Pentagone, ils préparaient une analyse détaillée et cherchaient comment soutenir l’armée ukrainienne à moyen terme. – et à long terme, pas seulement lors de l’opération militaire spéciale, dont les Américains s’attendent à durer longtemps, mais aussi pendant cinq ans après sa fin. C’est la preuve de l’intérêt des États-Unis à faire durer les combats en Ukraine le plus longtemps possible et à contrôler la situation. C’est la preuve de l’implication directe des États-Unis dans les hostilités.

Un rapport et des recommandations sur les garanties de sécurité pour l’Ukraine, qui ont été présentés l’autre jour par un groupe d’experts dirigé par le chef du bureau du président ukrainien Andrey Yermak et l’ancien secrétaire général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen, servent le même objectif. Ils prévoient la poursuite de la livraison d’armes occidentales à l’Ukraine et la formation de ses militaires pour combattre la Russie. Nous nous souvenons que l’ancien président américain George W. Bush a déclaré il y a plusieurs mois que la « mission de l’Ukraine est de détruire autant de troupes russes que possible ». Il semble qu’il y ait un sens hautement contraire à l’éthique aux mots nobles. Ce ne sont pas des « garanties de sécurité » pour l’Ukraine, mais une volonté de nous tuer. Dans le passé, l’Occident ne le disait pas ouvertement. Il a dit que nous sommes inacceptablement différents, que nous devrions être réformés, ajustés et redressés, et que nous enseigner prendrait beaucoup de temps. Ils ont maintenant changé de ton et disent ouvertement que les Russes doivent être tués.

La cinquième réunion du Groupe de contact sur la défense de l’Ukraine qui s’est tenue à la base aérienne de Ramstein le 8 septembre s’est déroulée dans le même esprit. Ils ont annoncé un nouveau programme d’assistance militaire américaine à l’Ukraine d’une valeur de 675 millions de dollars, qui comprendra des munitions pour les systèmes de roquettes d’artillerie HIMARS.

Enhardi par les récentes promesses occidentales, le régime de Zelensky est prêt à sacrifier des centaines de milliers de vies ukrainiennes (et la vie de nombreux mercenaires) pour recevoir une aide militaire et financière à grande échelle des États-Unis et de ses alliés de l’OTAN, car Kiev sait que sinon ça ne durera pas longtemps. Cela fait partie d’un énorme stratagème de corruption impliquant le transfert et le blanchiment de fonds occidentaux via le régime de Kiev.

Dans ce contexte, la rhétorique de plus en plus agressive de Kiev sur l’importance de combattre la Russie jusqu’à sa destruction est révélatrice. Le secrétaire du Conseil de la sécurité nationale et de la défense de l’Ukraine, Alexeï Danilov, a ouvertement annoncé les plans de l’Ukraine de revenir aux frontières de 1991 et d’assurer la reddition et la démilitarisation de la Russie, qui doit payer « d’énormes réparations ».

Nous sommes particulièrement alarmés par les nombreux rapports sur les activités de filtrage des services de sécurité ukrainiens et des unités néonazies dans les territoires que les forces alliées ont quittés dans le cadre de leurs plans de regroupement. Aimez-vous le terme « activités de filtration ? » Cela concerne des milliers de personnes. On ne sait pas ce que l’armée ukrainienne leur fait. En fait, ils font ce qu’ils veulent, notamment assassiner des gens. Ce n’est pas une question de justice, car il n’y a pas de justice là où se trouvent les forces armées ukrainiennes. Nous savons ce qu’ils ont fait aux prisonniers de guerre. Ils font la même chose aux gens au cours de la « filtration ». C’est une anarchie absolue et scandaleuse, qui n’a rien à voir avec le droit humanitaire. Je voudrais vous rappeler que des milliers de personnes, des civils pacifiques sont soumis à des « processus de filtrage ». Les autorités de Kiev ont annoncé leur intention d’identifier ceux qui soutiennent la Russie ou détiennent des passeports russes et de les punir pour « trahison et collaboration » avec la Russie. Ils soulignent que tous les citoyens seront soumis à une ukrainisation forcée. Et cela se passe au 21e siècle.

Les chaînes ukrainiennes Telegram regorgent de données personnelles et de photographies de centaines de personnes que les forces punitives ukrainiennes accusent de « trahison ». Ce sont des gens qui refusent de déclarer leur loyauté aux banderites et n’acceptent pas la logique nationaliste. Ils ont reçu des menaces de mort, comme nous le savons par Telegram. Le régime de Kiev les détruit physiquement. Selon des témoins, les militaires ukrainiens se sont rendus coupables de pillages, de tortures, de passages à tabac et d’exécutions de civils. Ils enregistrent sur vidéo les résultats de leurs crimes, probablement pour pouvoir rejeter la faute sur la Russie plus tard. Ils doivent inventer de nouveaux trucs qu’ils peuvent rapporter à ceux qui se sont donné pour tâche de tuer autant de Russes que possible. Depuis que la provocation sanglante de Bucha a montré ce que le régime de Zelensky peut faire, nous exhortons les organisations internationales concernées à user de leur influence sur Kiev pour l’empêcher de massacrer des citoyens pacifiques. Cela doit être fait immédiatement, si vous voulez être considéré comme des organisations humanitaires.

Nous avons pris note des allégations faites par le conseiller du chef du bureau présidentiel ukrainien Mikhail Podolyak sur la chaîne de télévision israélienne Kan 11 concernant les projets de la Russie d’attaquer les pèlerins juifs visitant le lieu de sépulture du rabbin hassidique Nachman de Bratslav à Ouman, dans la région de Tcherkassy , pendant Roch Hachana, le nouvel an juif célébré du 25 au 27 septembre. Bien qu’il s’agisse d’une pensée absurde, ces allégations doivent être prises au sérieux car elles émanent du régime de Kiev, qui a plus d’une fois tenté de jouer sur les sentiments des juifs ultrareligieux et est assez brutal pour profiter de cette occasion pour créer un autre anti- Provocation russe.

Les actions de «l’Occident collectif» et de son régime fantoche à Kiev sont la preuve de l’urgence d’atteindre les buts et objectifs de l’opération militaire spéciale. Cette importance grandit de jour en jour. Il y a une signification politique profonde dans nos efforts pour protéger les habitants du Donbass, les objectifs de démilitarisation et de dénazification de l’Ukraine déclarés par les autorités russes, et l’élimination des menaces émanant de l’Ukraine envers la Russie et les autres États voisins. Ensemble avec des personnes partageant les mêmes idées, nous luttons pour la vérité et contre la montée du nazisme et du révisionnisme, dont le but ultime est, en gros, la déshumanisation. Nous luttons pour un monde multipolaire et le droit des États souverains à vivre et à se développer sans la pression et les menaces incessantes des États-Unis et de leurs alliés occidentaux.

Washington a jeté le régime de Kiev à l’abattoir. L’État ukrainien a été détruit. Un grand nombre de personnes – des militaires et des civils d’Ukraine et de Russie, ainsi que des mercenaires qui ont subi un lavage de cerveau ou qui le font pour une grosse rémunération – ont été victimes des ambitions américaines. Qui sera le prochain ? Dans quelle autre partie du monde Washington et ses satellites de l’OTAN mèneront-ils de telles expériences basées sur des technologies hybrides ? Je peux répondre à cette question : ils le feront là où il y a des ressources naturelles, du pétrole, du gaz, de l’or et de l’eau douce, dont ils ont besoin pour reconstituer leurs propres réserves. Ils le feront dans les pays où les gens refusent de céder ce qui leur appartient historiquement, où ils ont labouré la terre, récolté les récoltes, élevé des enfants et protégé leur terre pendant de nombreuses générations. C’est dans ces pays que se feront les tentatives de diffusion de la démocratie. L’OTAN dirigée par les États-Unis y fera ce qu’elle voudra sous de faux drapeaux, tout en parlant de liberté et de démocratie et en essayant d’imposer ses « valeurs libérales » visant à corrompre les gens.

Utilisation de mines antipersonnel par l’Ukraine

De nombreux cas d’utilisation de mines antipersonnel par les forces armées ukrainiennes ont été documentés au cours de l’opération militaire spéciale. Cela se produit en violation des obligations de Kiev en vertu de la Convention sur l’interdiction de l’utilisation, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction, une obligation que l’Ukraine a assumée en tant qu’État. C’est à propos du droit international et de la manière dont sa mise en œuvre est interprétée. 

Des mines antipersonnel ont été installées dans de nombreuses communautés du Donbass, en particulier dans les lieux publics fréquentés par les civils. Vladimir Zelensky appelle ces personnes ses compatriotes. En effet, certaines personnes sont parquées dans des camps de filtration, tandis que d’autres sont conduites sur des champs de mines, afin de ne pas perdre un temps précieux dans les camps. Chaque jour, ces mines tuent des civils, y compris des enfants. L’utilisation de mines antipersonnel papillon contre des civils en est l’exemple le plus flagrant. Le personnel de service ukrainien plante activement ces mines dans les villes et les villages. Oui, ce n’est pas la même chose qu’un fragment de trolleybus exposé par Petr Porochenko partout dans le monde, ni la même chose que les passeports qu’il a montrés à la Conférence de Munich, ou une brique. Le régime de Kiev plante ces mines et les utilise contre des civils. Elle les plante dans les lieux publics, et non sur les champs de bataille.

Ces actions criminelles du régime de Kiev violent également directement le Protocole II modifié, qui interdit et restreint l’utilisation des mines et des pièges contre les civils, leur installation sur des sites non militaires et de telle manière qu’elle puisse causer des décès accidentels parmi les civils. Les gens de Kiev vous diront qu’ils ne font pas cela. Bien sûr, ils ne recherchent pas de victimes fortuites, ils frappent des civils de manière délibérée et ignoble.

Ces faits montrent le mépris total des autorités ukrainiennes pour le droit international humanitaire, y compris le Protocole additionnel aux Conventions de Genève de 1949. Dans le même temps, nous notons que le collectif Occident ne montre aucun intérêt pour une enquête impartiale ou une recherche des responsables de la création de la situation humanitaire désastreuse actuelle. Il ferme les yeux sur les nombreuses violations par l’Ukraine des conventions internationales.

Imaginez si quelque chose de ce genre se produisait en Syrie. Imaginez si les Casques blancs ont planté de telles mines ou leurs fragments en utilisant l’argent qu’ils ont obtenu de l’Occident. Cela ferait grand bruit : conférences de presse, tables rondes, stars hollywoodiennes présentant des programmes entiers de soutien aux victimes et de condamnation des coupables. Ils consacreraient des reportages entiers à cette question. Des affiches avec des photos de victimes innocentes seraient collées partout. Des films, des clips vidéo et des chansons sur ce sujet seraient diffusés. Je suis sûr que des pancartes à ce sujet décoreraient les tribunes et que les dirigeants du monde s’adresseraient à leur public en posant devant les photos des victimes. Et que voyons-nous ici ? La réponse est simple : ces personnes qui meurent appartiennent désormais à une autre catégorie. Le droit humanitaire occidental et la simple compassion humaine ne s’appliquent pas à ces personnes. C’est ce qu’est le nazisme, quand il divise les gens entre ceux avec qui on peut sympathiser et ceux qui sont considérés comme consommables.

Nous exhortons tous les États membres de l’ONU, le Comité international de la Croix-Rouge et d’autres organisations internationales spécialisées à influencer les autorités de Kiev et à les forcer à prendre des mesures efficaces pour éviter des conséquences humanitaires désastreuses pour la population civile.

Position de l’UNICEF sur les violations des droits des enfants du Donbass en ligne

Depuis plusieurs années, les activités anarchiques du site ukrainien Mirotvorets (Peacemaker) sont exacerbées par l’inclusion dans sa soi-disant base de données des données personnelles d’enfants du Donbass, dont le nombre augmente pratiquement chaque jour qui passe. Le site cible désormais les enfants, ce qui n’est pas surprenant car ses sponsors idéologiques sont en Occident, dont il utilise les serveurs depuis des années. Ces enfants ne sont pas des victimes occasionnelles ; ils ont été délibérément choisis et désignés comme cibles. S’il leur arrive quelque chose, comme à d’autres personnes figurant sur ce site, seront-elles également barrées ou cochées comme éliminées ?

La publication de données de ce type sur une ressource Internet ouverte constitue une menace directe pour la vie et la santé des enfants mineurs et une violation pénale de leurs droits. Où est tout le monde? Où sont les pays qui, pendant des années, ont imposé des lois sur la protection de l’enfance à tout le monde, y compris la Russie, et ont dit à chacun comment vivre en famille et nouer des relations avec les enfants ? Ils ont dit que seules leurs lois sur la protection de l’enfance pouvaient… et ainsi de suite. Où sont les lois sur la protection de l’enfance dans ce cas? Ce n’est même pas barbare. Je ne suis pas sûr que les barbares aient jamais fait ce genre de choses.    

Depuis 2021, la Russie tente régulièrement d’attirer l’attention du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) sur ce problème. Mais elle n’a jamais répondu publiquement à nos appels. Sont-ce encore les mauvais enfants ? Réagiraient-ils et travailleraient-ils avec ces enfants s’ils venaient des États-Unis, du Royaume-Uni, de France, d’Allemagne ou d’Espagne ? Mais non, ce sont des enfants slaves et donc, comme d’habitude, l’Occident n’en a pas besoin. Malheureusement, les postes clés dans de nombreuses organisations internationales sont occupés par des représentants occidentaux, qui entravent tout cela. Ce n’est pas seulement une organisation internationale sans cœur et sans visage. Non, ce n’est ni sans cœur, ni sans visage. Il emploie des personnes qui commettent ces actes anarchiques. Je les appelle actes anarchiques pour une seule raison : les règlements adoptés par toutes ces organisations (je ne parle même pas de la Charte des Nations Unies) stipulent noir sur blanc toutes les démarches à entreprendre. Ceci est en contradiction avec les engagements pris par le personnel et ses supérieurs hiérarchiques qui ne font pas ce qu’ils doivent. La plus grande organisation internationale au monde spécialisée dans la protection de l’enfance, l’UNICEF, préfère garder le silence, comme si elle ne voyait pas ces enfants ni le mal qui leur est infligé.      

Nous sommes en droit d’espérer que l’UNICEF dénoncera publiquement les actions criminelles perpétrées par ceux qui s’estiment autorisés à publier en ligne les données personnelles des résidents mineurs du Donbass. Après tout, pendant huit longues années, il a trouvé le courage d’attirer l’attention de la communauté internationale sur le sort des enfants du Donbass.

Progrès des accords d’Istanbul sur les denrées alimentaires et les engrais

Nous continuons à déployer des efforts vigoureux pour assurer la mise en œuvre de l’Initiative pour les céréales de la mer Noire, un accord signé à Istanbul le 22 juillet de cette année sur l’exportation de céréales ukrainiennes depuis les ports d’Odessa, Yuzhny et Chernomorsk, ainsi que l’accord russo-ONU Mémorandum sur la promotion des produits alimentaires et des engrais russes sur les marchés mondiaux. Comme vous le savez, ces accords interconnectés font partie intégrante d’un ensemble unique de mesures – c’est ainsi qu’ils ont été proposés par le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, pour éliminer les menaces à la sécurité alimentaire mondiale.

Nous notons que la mise en œuvre de l’Initiative céréalière de la mer Noire a commencé immédiatement et prend de l’ampleur; cela est démontré par les chiffres.

Selon l’ONU, au 13 septembre (les indicateurs quantitatifs et les données peuvent changer même en une journée), 129 navires transportant 2 872 711 tonnes de nourriture avaient quitté les ports ukrainiens de la mer Noire grâce à l’effort de facilitation du Centre conjoint de coordination d’Istanbul impliquant des représentants de la Russie, de la Turquie, L’Ukraine et les experts de l’ONU. Le fret comprenait principalement du maïs (53 %), du blé (22 %) et de l’huile et des graines de tournesol (8 %). Pour une raison quelconque, il a fallu trois semaines pour transporter le premier million de tonnes de céréales, mais seulement une semaine pour en livrer une autre.

Mais d’autres chiffres ne sont pas moins révélateurs. Il y a quelque chose que la partie russe diffuse alors que l’Occident refuse de le reconnaître ou de le commenter, le nie de toutes les manières possibles et crache une nouvelle vague de fausses histoires sur la Russie. Mais nous continuerons. Selon les informations disponibles – et contrairement aux assurances initiales du Secrétaire général de l’ONU sur la nécessité de nourrir les pays les plus pauvres d’Afrique et d’Asie – les principaux destinataires de la production sont des pays bien développés et fiers de leur prospérité comme la France, l’Allemagne, Grèce, Irlande, Israël, Italie, Pays-Bas, Roumanie, Corée du Sud et Espagne. Je veux juste comprendre ça. Ces pays sont-ils maintenant en détresse et se considèrent-ils comme les plus pauvres, et est-ce la raison pour laquelle la nourriture y va ? Ensuite, ils devraient le dire explicitement. Ou est-ce encore « différent » ? Les affaires sont les affaires, rien de personnel, comme on dit. Les pays occidentaux représentent 44 pour cent de l’approvisionnement alimentaire. Une partie importante de ce produit est également allée en Turquie pour y être transformée dans le cadre de ses obligations commerciales actuelles (19 %). Maintenant la partie amusante. Les pays en situation d’insécurité alimentaire (qui étaient la raison présumée de l’hystérie initiale en Occident) ne représentent que 8 % – le Soudan et le Kenya ont reçu 2 % chacun, et Djibouti, la Somalie, le Yémen et le Liban, 1 % chacun. Je me demande si les oreilles de l’Europe ne sonnent pas. Tout va bien? Vous avez bien mangé ? Les pays en situation d’insécurité alimentaire (qui étaient la raison présumée de l’hystérie initiale en Occident) ne représentent que 8 % – le Soudan et le Kenya ont reçu 2 % chacun, et Djibouti, la Somalie, le Yémen et le Liban, 1 % chacun. Je me demande si les oreilles de l’Europe ne sonnent pas. Tout va bien? Vous avez bien mangé ? Les pays en situation d’insécurité alimentaire (qui étaient la raison présumée de l’hystérie initiale en Occident) ne représentent que 8 % – le Soudan et le Kenya ont reçu 2 % chacun, et Djibouti, la Somalie, le Yémen et le Liban, 1 % chacun. Je me demande si les oreilles de l’Europe ne sonnent pas. Tout va bien? Vous avez bien mangé ?

Quant à la mise en œuvre du mémorandum russo-ONU sur l’exportation d’engrais et de produits agricoles russes, il n’y a pas encore de résultats spécifiques. Les opérateurs économiques et les producteurs russes continuent de lutter pour le transport et l’assurance des marchandises, ainsi que pour les paiements bancaires. Qui entrave cela ? L’Occident bien sûr, qui s’est tant inquiété et désespéré de nourrir les pays asiatiques et africains. Mais nous voyons où vont maintenant les céréales ukrainiennes – vers des pays qui crient à la prospérité. Les marchandises dont les pays en situation d’insécurité ont vraiment besoin – et que la partie russe est prête à expédier – sont bloquées. Cela confirme le fait que les États-Unis et l’Union européenne excluant les engrais et les aliments des sanctions universelles ne fonctionnent pas réellement. Ce n’étaient que des mots. L’un des exemples éloquents est la clarification de l’UE sur les engrais potassiques publiée le 10 août. La façon dont elle est formulée, seule l’importation de ces engrais vers les pays de l’UE est autorisée, mais pas leur transit ultérieur. Pensez-y. Cela ne fait qu’ajouter à leur prospérité, qu’ils ont montrée à tous ces événements, ces sommets des démocraties, annonçant fièrement qu’ils sont au sommet et que le reste du monde n’a qu’à se rattraper et atteindre le même niveau. Ils ont dit que la question n’était pas politique, qu’ils organisaient simplement leurs États de manière à ce que les gens profitent de la vie plutôt que de la souffrance. Que font-ils cette fois ? Ils peuvent acheter nos produits maintenant. Ils sont même prêts à assouplir un peu les sanctions. Mais ce produit ne peut pas aller en Afrique et en Asie – non. Qu’est-ce que c’est de toute façon ? Ne sont-ils pas au courant de cette situation à Paris, Berlin, Rome, Madrid, Bruxelles ? N’est-ce pas? Bien sûr, ils le font. Une question pour leurs journalistes qui fournissent cette information de fond. Pourquoi ne pas aborder ce problème ? C’est une honte d’étouffer ce problème, d’organiser des banquets, des conférences et des réceptions dédiées à la lutte contre la faim en Afrique et à l’aide humanitaire aux personnes dans le besoin. Il est impossible de ne pas remarquer le comportement abominable des pays occidentaux envers ceux qu’ils prétendent protéger.

Cette situation doit être corrigée sans délai. Ce n’est pas une question de commerce. Ce n’est pas de cela dont nous parlons en ce moment. C’est une question d’humanité. Vous ne pouvez pas faire ça. Ce n’est pas une question de respect du droit international. C’est quelque chose que tout le monde a réalisé il y a longtemps – il n’y a pas de droit international pour l’Occident. Ils l’ont ouvertement déclaré, soulignant qu’ils préfèrent maintenant vivre selon certaines «règles». Nous avons compris depuis longtemps qu’il n’existe pas d’économie libérale – autorégulée et reposant sur les lois de l’économie (élasticité de l’offre et de la demande). Mais si la nourriture et les engrais ne parviennent pas à ceux qui en ont vraiment besoin, cela peut entraîner de plus gros problèmes. Pourquoi ne peuvent-ils pas les atteindre ? Parce qu’ils sont entravés par l’Occident avec des sanctions, des menaces, légalement, physiquement, etc. Que faut-il faire pour remédier à la situation ? Nous continuons de coopérer avec Rebeca Grynspan, Secrétaire générale de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement et son équipe sur toutes les questions concernant la mise en œuvre du Mémorandum. Du 7 au 9 septembre de cette année, les premières consultations en face à face entre la Russie et l’ONU ont eu lieu à Genève, auxquelles ont participé des représentants des agences et des entreprises concernées. Le résultat de ces efforts devrait être un progrès concret dans la normalisation des exportations russes. À cet égard, nous notons les déclarations du Secrétaire général des Nations Unies selon lesquelles l’accès sans entrave de nos engrais et de nos aliments aux marchés mondiaux est essentiel pour assurer la sécurité alimentaire mondiale. Secrétaire général de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement et son équipe sur toutes les questions concernant la mise en œuvre du Mémorandum. Du 7 au 9 septembre de cette année, les premières consultations en face à face entre la Russie et l’ONU ont eu lieu à Genève, auxquelles ont participé des représentants des agences et des entreprises concernées. Le résultat de ces efforts devrait être un progrès concret dans la normalisation des exportations russes. À cet égard, nous notons les déclarations du Secrétaire général des Nations Unies selon lesquelles l’accès sans entrave de nos engrais et de nos aliments aux marchés mondiaux est essentiel pour assurer la sécurité alimentaire mondiale. Secrétaire général de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement et son équipe sur toutes les questions concernant la mise en œuvre du Mémorandum. Du 7 au 9 septembre de cette année, les premières consultations en face à face entre la Russie et l’ONU ont eu lieu à Genève, auxquelles ont participé des représentants des agences et des entreprises concernées. Le résultat de ces efforts devrait être un progrès concret dans la normalisation des exportations russes. À cet égard, nous notons les déclarations du Secrétaire général des Nations Unies selon lesquelles l’accès sans entrave de nos engrais et de nos aliments aux marchés mondiaux est essentiel pour assurer la sécurité alimentaire mondiale. Le résultat de ces efforts devrait être un progrès concret dans la normalisation des exportations russes. À cet égard, nous notons les déclarations du Secrétaire général des Nations Unies selon lesquelles l’accès sans entrave de nos engrais et de nos aliments aux marchés mondiaux est essentiel pour assurer la sécurité alimentaire mondiale. Le résultat de ces efforts devrait être un progrès concret dans la normalisation des exportations russes. À cet égard, nous notons les déclarations du Secrétaire général des Nations Unies selon lesquelles l’accès sans entrave de nos engrais et de nos aliments aux marchés mondiaux est essentiel pour assurer la sécurité alimentaire mondiale.

Pour notre part, nous réaffirmons notre volonté d’exporter environ 30 millions de tonnes de céréales et plus de 20 millions de tonnes d’engrais d’ici la fin de cette année. Je souhaite que ces sommes soient réparties entre les pays asiatiques et africains. Ils doivent savoir que la Russie est prête à leur fournir de la nourriture. Cela contribuera bien sûr à parvenir à une stabilisation durable des prix sur les marchés mondiaux, ce qui est essentiel pour les pays acheteurs de denrées alimentaires, et à garantir une récolte future (nous faisons référence aux engrais disponibles aujourd’hui, ainsi qu’aux approvisionnements de l’année prochaine , et l’année d’après, etc.) dans les pays producteurs agricoles qui dépendent de ces engrais. Nous pensons que des questions telles que la menace de la faim et la prévention d’une crise alimentaire mondiale ne doivent pas être politisées ou subordonnées à des conditions préalables.

Nous savons que l’Occident ne fait pas ce qui a été convenu. Mais il doit y avoir des limites même au cynisme occidental. Nous devons continuer à le leur faire remarquer. C’est ainsi que le cynisme, la loi et tout ce qui se passe sont liés – après tout, pour commettre ces actes de corruption (poser des mines qui font exploser des civils dans le Donbass ou manipuler de la nourriture), ils ont avant tout besoin d’un support d’information. C’est ce qui donne à l’Occident le sentiment qu’il a le droit de faire n’importe quoi ici. Ils cherchent désespérément à empêcher la diffusion d’informations véridiques et factuelles (ils le disent clairement, on le voit dans leurs actions). Ils font tout pour que le monde devienne monochromatique, que l’information soit présentée à sens unique, que le paysage de l’information soit à sens unique, avec un seul centre qui fournit l’information, sans rétroaction ni possibilité pour d’autres voix d’être entendues .

Censure contre les missions étrangères russes sur YouTube et d’autres plateformes numériques américaines

Les médias sociaux occidentaux détenus par le monopole américain de l’informatique continuent d’accomplir obséquieusement la volonté de leurs maîtres à l’étranger, alors qu’ils épongent l’espace numérique mondial et suppriment tous les points de vue alternatifs à ceux diffusés par les autorités de Washington. Les comptes et ressources russes sont pour la plupart soumis à la censure. Tout le monde est bien conscient du génocide des ressources médiatiques et des journalistes russes perpétré par Washington. Maintenant, ils s’attaquent aux ressources officielles de l’État, aux comptes diplomatiques, aux comptes des agences russes ainsi qu’à nos missions étrangères.

Le service d’hébergement de vidéos YouTube appartenant à Google est au sommet de l’anti-classement des russophobes numériques.

Sans fournir aucune explication, les administrateurs de YouTube ont supprimé deux notes d’information du porte-parole officiel de notre ministère qui, comme toujours, mettaient en évidence la position de notre pays et du ministère des Affaires étrangères sur un large éventail de priorités en matière de politique étrangère. Les briefings sont une plateforme de communication libre avec les journalistes. Quelle est la position officielle de YouTube et Google sur la censure ? Au fait, les journalistes occidentaux posent des questions lors des briefings, et vous les coupez aussi.

On peut supposer que quelqu’un ne veut tout simplement pas voir nos points de vue librement disponibles. Ce n’est même pas une supposition; c’est un fait. Ils craignent que leur propre public ne se familiarise avec nos arguments pour contourner la censure des médias et agences de presse occidentaux, qui étouffent régulièrement ou même déforment délibérément de nombreux sujets.

Dans le paradigme occidental moderne, le principe de la liberté d’information est à sens unique. Ils peuvent diffuser des informations, et tout le monde ne peut que les absorber. Vous ne pouvez même pas le nier.

Comme il l’a fait un mois plus tôt, sans avertissement ni explication, YouTube a supprimé plusieurs vidéos de la chaîne officielle gérée par l’ ambassade de Russie au Royaume-Uni . Conformément à la compréhension occidentale de la liberté d’expression, quatre vidéos ont été supprimées et l’accès a été restreint à une autre, dont l’interview du chargé d’affaires de Russie au Royaume-Uni Alexander Gusarov avec les chaînes de télévision russes. Pensez-vous que c’est bien? Un diplomate russe donne une interview aux chaînes de télévision russes, et le YouTube américain la supprime.

Comme toujours, Twitter se range ouvertement du côté du régime de Kiev et de ses sponsors occidentaux et ferme les yeux sur le chaos dans son segment anglophone causé par des groupes organisés de trolls et de bots ukrainiens. C’est un classique : je ne vois pas, je n’entends pas, donc ça n’existe pas. Dans le même temps, nos missions à l’étranger, qui apportent honnêtement des informations aux utilisateurs, sont soumises à une censure stricte. Les postes des ambassades russes sont de plus en plus bloqués et les comptes des ambassades russes au Népal et en Roumanie ont été complètement suspendus. Nos questions sur les raisons formelles de ces décisions sont restées sans réponse. D’où une question : pensez-vous qu’on ne peut pas apporter une réponse asymétrique ? Nous pouvons et nous le ferons. Nous en avons déjà parlé et des pas vers cette fin ont été faits.

Nous assistons à des tentatives flagrantes de limiter les activités d’information des missions étrangères russes et de priver le public mondial de sources d’information fiables. Cette politique des entreprises américaines viole les principes de liberté d’expression et de diffusion de l’information sur lesquels elles ont toujours exercé des pressions. Il s’avère que ce n’est que de la rhétorique. En fait, il s’agit d’un contrôle dur qui rappelle les pires pratiques totalitaires et d’une tentative de limiter les points de vue qui sont une alternative aux grands médias occidentaux.

Il existe d’autres plateformes en ligne que nous aimerions vous mentionner. Allez-y et abonnez-vous aux ressources officielles exploitées par le ministère des Affaires étrangères et nos ambassades sur d’autres plateformes. Toutes les informations et vidéos publiées sont disponibles sur le site officiel du ministère des Affaires étrangères et sur nos comptes Telegram, RuTube, VKontakte et Odnoklassniki et sur d’autres plateformes. Venez, abonnez-vous et suivez-nous.

Publicité

4 réflexions sur “Document. Briefing de la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Maria Zakharova, Moscou, 15 septembre 2022. Vous ne le trouverez nulle part ailleurs!

  1. J’ai retrouvé dans mes archives, l’interview des 2 auteurs de « stop OTAN ». Petit extrait de juin 2019 qui donne du poids à la lecture des événements actuels et de ceux auxquels nous pourrions etre confrontés:

    « H. Hannoun et P. Dittus expliquent ensuite comment le changement radical de la doctrine nucléaire des Etats-Unis, qui est entre autre appliquée à travers l’OTAN, représente un danger d’escalade dont l’Europe serait le première victime. Ils se réfèrent spécifiquement à un document publié en février 2018 par le gouvernement américain, où est envisagée la possibilité d’utiliser l’arme nucléaire après toute attaque par des armes conventionnelles, soit non nucléaires.
    C’est un renversement inquiétant de la doctrine nucléaire américaine, qui jusque alors ne concevait l’utilisation de l’arme nucléaire que comme outil défensif en cas d’attaque nucléaire. De plus, le retrait des Etats-Unis du Traité INF (Forces Nucléaires à Portée Intermédiaire), qui avait permis de mettre fin à la crise des euromissiles des années 80, a relancé le déploiement d’armes nucléaires tactiques par l’OTAN dans différents pays d’Europe. On estime qu’il y en a actuellement 150 sur le territoire européen, ce qui fait de l’Union Européenne une cible pour toute attaque nucléaire. Finalement, l’attitude plus offensive des Etats-Unis vis-à-vis du nucléaire, le déploiement d’armes sur le territoire européen ainsi que l’obéissance de l’Union Européenne à travers l’OTAN risque de la placer en danger en cas de conflit entre les deux puissances ».

    Et bien nous y sommes à l’orée de l’enfer nucléaire grâce aux traîtres et collabos du Quai d’Orsay qui dégagèrent les derniers gaullistes à la faveur de Sarkozy l’américain, du flamby Hollande et du sycophante Macron qui n’est là finalement que pour achever la Nation et briser l’échine d’un peuple vendu à la coupe aux démiurges de Davos et de Washington.
    https://www.idn-france.org/europe/stop-otan/

    J’aime

  2. Ma réaction est sûrement dérisoire au regard de la monstruosité décrite dans ce texte. Sa lecture donne la nausée et suscite une honte insidieuse d’être ce que nous sommes devenus, en Occident. Dans Les frères Karamazov, Dostoïevski nous avait déjà alerté que « Si Dieu n’existe pas, …alors tout est permis. » Nous y voilà !

    J’aime

    1. Ah les frères Karamazov! Un texte magnifique pour la pensée critique, un phare dans la brume qui éclaire la question du sens de la morale et celle existentielle de l’Etre. Un écho avec le « dernier homme » de Nietzsche ou le vide cotoie de façon fascinante le Néantisme des « sachants » qui ne savent rien. Ils travestissent la morale et la liberté et nous les retournent comme une arme pour une perspective anthropocidaire. Ce qui s’expose, c’est la maladie de l’Ame et ce qui s’impose à nous se sont les états cliniques de cette maladie métapsychique qui s’est si bien répandue en occident. La maladie est passée de l’Ame au Corps, a investi la raison, a surdimensionné l’Ego au point de le congestionner… tout le reste, vicieusement comme un cercle et de l’avoir trop inconsciemment caressé, s’est projeté dans l’univers des faits pour retomber sur l’Etre et le confirmer et conformer dans sa folie, son aveuglement.
      On comprend tout l’enjeu du crétinisme enjoint de l’amnésie générale; cela revient à élever l’Humain comme on élève des tomates hors sols, seulement nourris au nutriments qui sont consubstantiels d’une essence viscéralement perverse et déstructurante pour notre identité profonde. Identité mise à nue en tant qu’Etre spirituellement incarné pour devoir éprouver l’effort missionnaire de la libération en pleine conscience et responsabilité…. L’exact inverse de ce vers quoi et par quoi le monde occidental a failli depuis la Renaissance pour s’entrainer dans la sénescence.
      Le déclin appelle la finitude, il en est ainsi des cycles saisonniers que l’hiver achève tout ce qui devra totalement s’effacer pour que naisse à nouveau le printemps.
      Celui-ci était déjà inscrit dans les cycles qui le précèdent.

      Si nous devions rechercher les causes 1ères, nous serions menés à nous questionner sur les causes finales mais pour se faire il faudrait comprendre à la fois métaphysiquement ce qui fait sens existentiel chez l’Etre et par écho ce qui fait sens à la Nature et l’univers dans leur phénoménologie. De plus, si nous convenons que le hasard n’est que le nom donné aux événements que nous ne pouvons saisir dans leur dessein, il sera alors fait le constat autant de notre incomplétude que de notre finitude intellectuelle à travers le prisme étroit de notre lecture égotique et sensible des faits. Il conviendra, en toute humilité, de désirer comprendre ce qui, au pole opposé de l’orgueil, nous éviterait de prendre des vessies pour des lanternes.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s