La mobilisation en Russie est la première étape, puis viendra la grande purge. Tout va changer.

La mobilisation en Russie est la première étape, puis viendra la grande purge
22 septembre 2022


Par Yury Podolyaka 
 

« Yury Podolyaka a donné ses prévisions de l’opération spéciale à la lumière du début de la mobilisation en Russie. Il est certain que de grands changements nous attendent, et ils sont liés, entre autres, à une grande purge interne de l’élite politique.

Everyone has been waiting for Vladimir Putin’s address for a long time. Many have held their breath. And so we heard the words of the President, who supported the decision of the citizens of the republics of Donbass and the liberated territories of Ukraine to return to Russia. And this means that Ukrainian aggression is now directed, not only against the republics of Donbass, but against Russia and Russians. And the Russian Army must go into battle.

C’est la raison de la mobilisation partielle annoncée dans le pays. Sous les bannières, ils rassembleront non pas des garçons inexpérimentés, mais ceux qui ont déjà servi et ont des spécialisations militaires. 

Il y a une autre caractéristique – de nombreuses restrictions imposées par l’opération militaire spéciale seront probablement levées. 

Et nous verrons enfin comment de vrais coups seront portés aux fameux « centres de décision » [Kiev, Lvov].

Question (Yury Pronko) : Comment la situation va-t-elle évoluer maintenant, à votre avis ?

Yury Podolyak  : Comme prévu, une mobilisation partielle a été annoncée en Russie – il n’y a aucun intérêt à une mobilisation générale – une telle armée doit être maintenue, et maintenant la Russie n’est pas capable d’armer tout le monde. Ainsi, la mobilisation partielle est quelque peu différente. De nouvelles unités militaires seront créées. Ici, nous pouvons rappeler le récent décret de Vladimir Poutine sur l’augmentation de la taille des forces armées russes à partir du 1er janvier 2023.

Question : Comment cela se produirait-il ?

YP : Conformément aux plans de déploiement des troupes et de reconstitution des effectifs, plusieurs centaines de milliers d’appelés seront appelés pour certaines spécialités militaire. Les éléments d’unité doivent être formés, non pas de n’importe qui, comme c’est le cas à Kiev, mais d’experts techniques spécifiques qui font partie de la structure régulière d’une unité particulière. Naturellement, il est impossible de recruter rapidement le nombre requis de ces personnes parmi les bénévoles. Par conséquent, une décision a été prise en faveur de la mobilisation militaire partielle et, par conséquent, de la mobilisation de l’industrie.

Question : Admettez-vous que non seulement sur le territoire des régions frontalières de la Russie – c’est-à-dire les régions de Koursk, Belgorod, Voronej, Rostov et la Crimée – mais que la loi martiale puisse être déclarée dans tout le pays ?

YP : Je ne peux pas exclure cette possibilité. En effet, à mon avis, la question de la création du Comité de défense de l’État est déjà en retard . Nous vivons maintenant sous les lois du temps de paix. En conséquence, nous ne pouvons influencer certaines structures, y compris le pouvoir étatique et le pouvoir élu, qu’à travers les lois du temps de paix. La tenue de référendums fait monter les enchères et implique déjà une guerre à outrance, car ni Kiev ni l’Occident n’accepteront les résultats des référendums. Par conséquent, tout dépendra des militaires, il n’y aura pas de négociations. L’essence de l’opération spéciale doit changer – c’est inévitable.

Question : Cela signifie-t-il que l’opération militaire spéciale elle-même changera dans son essence ?

YP :  Je pense que c’est inévitable. Car cela n’a aucun sens d’annoncer une mobilisation même partielle dans le cadre de l’Opération Militaire Spéciale (OSM) – et cela ne résoudra pas le problème d’un référendum. Il est clair que le statut de l’OSM doit être modifié ; c’est en discussion depuis longtemps. Si, néanmoins, la loi martiale est déclarée sur le territoire de la Russie, nous pouvons nous attendre à la fin du transit de gaz naturel à travers le territoire de l’Ukraine et à de nombreuses autres conséquences économiques négatives. À l’heure actuelle, je pense que les frappes contre les infrastructures critiques de l’Ukraine devraient tout simplement être inévitables. Et cela mettra rapidement Kiev dans une position inconfortable. Les opérations militaires doivent maintenant se dérouler différemment.

Question : Mais ai-je bien compris qu’il y aura une escalade ?

YP : Bien sûr, c’est la prochaine étape de l’escalade, et au plus haut niveau. La prochaine étape est la déclaration de guerre directe et ouverte. Bien que la guerre ait en fait déjà commencé. Vous pouvez appeler cela une opération militaire spéciale autant que vous le souhaitez, mais l’essence de celle-ci va maintenant changer.

Question : Comment pensez-vous que la situation va évoluer ? Vous avez déjà dit qu’il s’agit d’une escalade, que ce sont des mesures assez dures. J’ai un certain soupçon que la société russe n’est en grande partie pas prête pour une telle évolution de la situation. Comment faire comprendre aux gens que c’est important ? Que cela est nécessaire — une mobilisation partielle et l’introduction de la loi martiale ?

PJ: Nous nous sommes réveillés le 24 février dans un pays complètement différent. C’est juste que les gens essaient toujours de ne pas le remarquer. Mais c’est à prévoir, vraiment. Après tout, tant au début de la Première Guerre mondiale qu’au début de la Grande Guerre patriotique, les gens n’ont pas non plus pleinement compris l’essence des événements qui se sont déroulés au début. Et même les dirigeants de l’Union soviétique n’ont finalement désigné la Grande Guerre patriotique comme la Grande Guerre patriotique que les 10 et 11 août 1941, et pas du tout le 22 juin. C’est pareil pour nous maintenant. La guerre est déjà en cours, et nous avons eu un autre pays depuis le 24 février. Par étapes graduelles, notre société devrait arriver à la prise de conscience . Et pourtant nous n’allons nulle part ailleurs. Le pays sera différent. Le monde sera différent. Et nous, en conséquence, devons gagner notre place sous le soleil du nouveau monde pour notre pays. Il n’y a pas d’autres options. Si nous ne le faisons pas, nous serons dans la poubelle de l’histoire.

Question : Qu’est-ce que cela signifiera du point de vue pratique de nos compatriotes, les Russes ordinaires ?

YP : En fait, pour le commun des mortels, rien ne changera fondamentalement, pas encore. Mais les règles du jeu dans le pays vont changer. C’est-à-dire que beaucoup de choses qui pourraient encore être faites – critiquer l’opération militaire spéciale, critiquer l’armée, exprimer, comme certains disent, « leur opinion personnelle » sur ces événements qui nuisent à la société russe – tout cela sera progressivement rogné. Il est clair que vous ne pouvez pas mener d’opérations militaires lorsqu’une puissante cinquième colonne vous combat à l’arrière. Ceci le Russe ordinaire devra le comprendre.

Il y a un autre problème. De nombreux responsables attendent que tout revienne là où il était dans l’espoir que l’armée russe perdra en Ukraine. Je le ressens et le vois quand je communique avec les gens. Et j’espère vraiment qu’après le discours de Vladimir Poutine, tout cela restera dans le passé. Chaque officiel sera soumis à des exigences complètement différentes. Ils devront soit supporter ce qui se passe, soit ils seront chassés de leur place.

Question : Vous êtes donc convaincu que le comportement et la pensée de la soi-disant élite vont changer ?

YP : Pas tout de suite. Mais les choses vont changer très rapidement. Cependant, la mobilisation touchera un très petit nombre de personnes. Ce ne sera plus que quelques centaines de milliers de personnes.

Question : Je comprends ce que signifie la transition vers le modèle de mobilisation de l’économie. Cependant, j’ai des doutes très importants, compte tenu de la structure de l’économie nationale, compte tenu des propriétaires qui contrôlent les actifs. Je suis sceptique quant au fait que tout ce groupe commencera à changer. Selon vous, que signifie l’économie de la mobilisation ?

YP : L’économie de la mobilisation peut être différente – totale, partielle, etc. Je ne pense pas que l’accent sera mis là-dessus maintenant comme c’était le cas en Union soviétique en 1941. C’est-à-dire, tout pour la victoire, et rien d’autre pour rien. Cependant, la production d’armes sera augmentée; nous verrons certains changements dans les priorités. Nous devons de toute urgence nous rendre indépendants maintenant, y compris dans l’espace de l’information, dans le domaine de l’informatique. Et si auparavant nous avons essayé de persuader les propriétaires d’actifs de le faire, nous devons maintenant les contraindre par ordre de l’État.

Question :  Pourquoi n’avons-nous pas opté pour un logiciel domestique ?

YP : Parce que, franchement, c’était inférieur et plus cher. Mais maintenant, j’attends des solutions qui nous faciliteront la transition vers une économie indépendante.

Question : Avons-nous assez de force, avons-nous les ressources, à votre avis ? Si vous comprenez que soutenir le régime de Kiev, c’est tout l’Occident. Et nous voilà, combien sommes-nous ? Nous sommes tellement nombreux, et pas plus que ça.

YP : En fait, ce n’est pas tout l’Ouest. L’Occident montre que Kiev n’est qu’un outil de manipulation. Mais l’Occident ne se battra pas jusqu’au bout pour Kiev. C’est déjà évident. Oui, l’Occident aide Kiev. Mais, premièrement, tout le monde n’aide pas, donc l’Occident est assez désuni. Et tout ce qu’ils font n’est pas aussi beau que certains de nos propagandistes le décrivent.

Question : Où est la ligne après laquelle on peut dire qu’on a gagné ?

YP : L’état de l’Ukraine devrait disparaître de la carte. C’est alors que ce sera une victoire. Je pense que les deux tiers de l’Ukraine devraient nous appartenir. C’est quelque part le long d’une ligne à tracer entre Zaporozhye et Vinnitsa.

Question : Quand cela peut-il arriver ?

YP : Je crois que les hostilités dureront toute l’année 2023. Avant cela cette guerre ne finira pas. ”

4 réflexions sur “La mobilisation en Russie est la première étape, puis viendra la grande purge. Tout va changer.

  1. Nous sommes, dans le couloir de la mort, au niveau européen/anglo-saxons dans une « drôle de guerre ».
    Pour le moment nous livrons des armes et des sanctions économiques et financières mais la suite, si on suit la trajectoire jusqu’au bout des actions/réactions, cela semble devenir une 3ème guerre mondiale plus ouverte et affirmée, c’est à dire que d’une guerre par proxy « jusqu’au dernier ukrainien », nous allons passer au « jusqu’au dernier missile kinjal ». Celui-ci traverserait le ciel européen à 12000 kmh à mach 10, juste le temps pour nous laisser prendre un selfie en souriant niaisement avec la Tour Eiffel en arrière plan.

    Notre 5ème colonne globaliste qui a actuellement investis tous les réseaux décisionnels, qui a trahis les peuples rendus aveugle aux perspectives géopolitiques qui animent l’hystérie occidentale au nom de la « démocratie et de ses valeurs » alors meme que la période covid a flingué les derniers vestiges du droit que l’on aurait pu considérer comme une émanation de la démocratie et des libertés que l’on était censé attendre d’elle.

    La démocrature, c’est comme le transhumanisme: un tremplin vers une radicalité appelée pour l’un « dictature » et pour le second: « post humanisme ». Synthétiquement dictature et post-humanisme traduisent à eux 2, la mort existentielle de notre civilisation et in-fine de l’Etre… un non retour possible à une condition ante ou l’Humain devient Golem et nos données un nutriment aux I.A pour se calcifier en cyborg bio-technologique et se meta-matérialiser en avatars du metaverse. L’Humain véritable, naturel aura été « annulé », « cancellisé ».

    Ce n’est pas la Russie ou la Chine notre ennemi mais bien la troupe sectaire et leurs gourous qui constituent la cage aux folles dans laquelle on nous a scientifiquement enfermé en vue d’actualiser un suicide collectif dont nous voyons bien que le « green deal » de l’extérieur, dans sa version moraline issue du marketing-arc en ciel en mode turbo-wokiste, justifie que le rouge brun politique développé à l’intérieur de l’espace politique justifiera un contrôle absolu de notre vie jusqu’aux moindre recoins de nos intimes et cela biensur, tout en nous dépossédant du droit inaliénable d’etre souverain de nos corps et de nos biens gagnés à la sueur de nos fronts et au prix du sang de nos aïeux.

    C’est un mixte de la politique chinoise au dehors et une destruction de ce que représente l’Etre Naturel, un « en soi qui ne va plus de soi »

    J’aime

  2. Bonjour
    La Russie se met petit à petit en mode … ‘ guerre totale ‘ … pendant que leurs ‘ rats ‘ quittent la patrie …
    Alors nous occidentaux … nous sommes en mode …’ heuuuu quoi ? il va faire froid , j’ai faim ‘ … et nous allons ‘ récupérer ‘ les ‘ rats ‘ qui veulent pas se battre pour leur pays … déjà que chez nous , plus personne ne veut se battre … super …

    J’aime

    1. Bonjour.
      Chez nous personne ne se battra , il n’y a pas la population nécessaire à la guerre. Regardez bien la population incorporable dans l’armée. Premiérement il n’y a plus de conscription, donc plus de bâtiments et de structures pour acceuillir et former les recrues. Toutes les casernes ont été transformées en Starup nation pour des boites de services inutiles. Deuxièmement la jeunesse française se divise en deux : les européens et les immigrés du sud. Aucuns des sudistes pour la plupart musulmans si ce n’est islamistes n’iront se battre pour l’Otan , ni pour la France. Ceux lá , ce doit être 30% des 18/35 ans. Les 70 % européens qui restent, si vous enlevez 30 % de handicapés physiques (obèses,malades,camés….), 20 % d’extrène gauche ( punk à chiens, wokistes, antiracistes, autoracistes,…) il vous reste 30% de glandus qui bossent en bureaux, en services et autres glandouillerie et 5% d’hommes « à guerre » ( paysans, ouvriers, travailleurs manuels).
      Donc la France et la guerre NIET !
      L’Europe pas mieux, les US pire, si ce n’est qu’ils arrivent à remplir les rangs de l’armée qu’ avec tous leurs laissés pour compte qui n’ont comme espoir d’acenseur social que l’armée.
      La seul possibilité de guerre pour le camp du bien se sont les proxis comme les bourrins d’ukrainiens ou les psy d’islamistes.
      Il y a eu la drôle de guerre , il y a eu les similis guerres, et maintenant il va y avoir la triste guerre en Ukraine où la dinguerie monzis (mondialistes nazis) va se vautrer, avant la guerre pitoyable en Orient où les monzis vont couler définitivement. Et ce sera tant mieux. Nous serons pauvres mais libres. Schwab finira en prison au mieux.

      J’aime

Répondre à loulou Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s