Les Etats Unis n’ont plus le pouvoir d’isoler ceux qui s’opposent à eux.

Les États-Unis espéraient avoir le pouvoir et l’influence nécessaires pour inciter le monde à isoler la Russie. 

En dehors de l’Europe, cet espoir s’est avéré difficile à réaliser, car les États-Unis ont eu du mal à convaincre des alliés du Quad comme l’Inde et même des alliés de l’OTAN comme la Turquie de se joindre à ses efforts pour isoler le Kremlin. Washington a également été incapable de déplacer le géant chinois.

Même en Europe, les efforts américains pour isoler la Russie se sont avérés difficiles à réaliser. Alors que l’Europe semblait soutenir le régime de sanctions, les importations russes avaient presque retrouvé leurs niveaux d’avant-guerre en avril. 

Ce renversement est en grande partie attribuable aux exportations des pays, y compris les pays européens , qui ont signé des sanctions. 

La Russie a désormais dépassé l’Arabie saoudite en tant que  deuxième fournisseur de pétrole brut de l’Inde , qui importe désormais 819 000 barils de pétrole russe par jour. 

Moscou a également dépassé les Saoudiens en tant que plus grand fournisseur de pétrole de la Chine, envoyant aux Chinois 1,98 million de barils par jour.

Mais ce n’est pas seulement une soif de pétrole russe qui contrecarre les objectifs de Washington. 

Bien que la Chine ait exprimé « des questions et des préoccupations » dans son approche « équilibrée » de la guerre en Ukraine, et que l’Inde ait déclaré que « l’ère d’aujourd’hui n’est pas la guerre » et ait loué « la diplomatie et le dialogue », les deux nations ont continué à souligner leurs liens diplomatiques avec la Russie.

Le Premier ministre indien Nerendra Modi a déclaré dans des commentaires après le sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) que « les relations entre la Russie et l’Inde se sont considérablement améliorées ». Modi a déclaré que les deux nations sont « amies, et pendant des décennies, nous avons toujours été côte à côte. Le monde entier est conscient de la nature des relations russo-indiennes, et le monde connaît aussi la profonde amitié, en particulier les liens amicaux personnels. qui nous lie. » Leur relation, a-t-il ajouté, « ne fera que s’améliorer et se renforcer à l’avenir ».

Le président chinois Xi Jinping, selon une lecture du ministère chinois des Affaires étrangères, a déclaré que « depuis le début de cette année, la Chine et la Russie ont maintenu une communication stratégique efficace ». Xi a souligné que la Chine et la Russie « ont maintenu une coordination étroite sur la scène internationale pour faire respecter les normes fondamentales des relations internationales », et a promis que la Chine « travaillerait avec La Russie, elle s’acquittera de ses responsabilités en tant que grands pays et jouera un rôle de premier plan pour injecter de la stabilité dans un monde de changement et de désordre. 

Il est important de noter que Xi Jinping a ajouté que la Chine « travaillera avec la Russie pour étendre un soutien mutuel solide sur les questions concernant les intérêts fondamentaux de l’autre et approfondir la coopération pratique dans le commerce, l’agriculture, la connectivité et d’autres domaines ».

 En ce qui concerne les organisations internationales multipolaires telles que l’OCS et les BRICS, Xi a déclaré que « les deux parties doivent renforcer la coordination et la coopération ».

Isoler la Russie s’est avéré difficile non seulement économiquement et diplomatiquement, mais militairement. 

Le 29 août, par exemple, la Russie a annoncé que l’exercice militaire Vostok 2022 de septembre inclura des forces russes, chinoises et indiennes.

https://2de0f404d995e6b47ed8388507d2ab04.safeframe.googlesyndication.com/safeframe/1-0-38/html/container.html

Et il n’y a pas que vis à vis de la Russie que les promesses américaines d’isolement ont échoué. 

L’Iran expose également l’écart entre les promesses américaines et ses capacités. Le 15 septembre, l’OCS a signé un mémorandum d’obligations avec Téhéran qui fera bientôt de l’Iran un membre à part entière d’une organisation qui représente 43 % de la population mondiale. 

Loin d’être isolée, l’adhésion à l’OCS accordera à l’Iran des contacts de haut niveau et une coopération économique avec la Russie, la Chine et l’Inde. 

Lors du récent sommet, l’Iran a également été rejoint par la Turquie, qui a désormais le statut de « partenaire de dialogue ». En septembre 2021, l’Arabie saoudite, l’Égypte et le Qatar ont également été  admis à l’OCS  en tant que partenaires de dialogue, rejoignant Bahreïn et les Maldives.

L’Iran commence à sortir de son isolement régional. En août, les Émirats arabes unis et le Koweït ont tous deux annoncé qu’ils renverraient leurs ambassadeurs à Téhéran. Bien que l’Arabie saoudite ne soit pas encore allée aussi loin, ils ont rencontré l’Iran à plusieurs reprises et, le 25 avril,  ont tenu  leur « cinquième cycle de pourparlers » positifs « à Bagdad… sur la normalisation des relations bilatérales », selon Reuters. Le 22 août, le Le ministère iranien des Affaires étrangères a  déclaré  que « les pourparlers avec l’Arabie saoudite sur la reprise des relations vont également dans une direction positive ».

En avril 2021, l’Iran a signé un partenariat stratégique et économique de 25 ans  avec la Chine d’une valeur de 400 milliards de dollars. Et en juin de cette année, l’Iran et le Venezuela ont signé un accord de coopération de 20 ans qui couvre de nombreux domaines, dont le pétrole, la pétrochimie, la défense, l’agriculture, le tourisme, les vols directs et la culture.

Le Venezuela, un autre pays que les États-Unis ont tenté d’isoler, montre également des signes de fuite. Le 29 août, la Colombie a renvoyé son ambassadeur au Venezuela alors que le président colombien nouvellement élu Gustavo Petro a tenu sa promesse électorale de rétablir pleinement les relations diplomatiques avec le Venezuela. 

L’ouverture de la Colombie au Venezuela est une défaite importante pour la politique américaine d’isolement du Venezuela. La Colombie a longtemps été la clé de la projection américaine en Amérique latine et une base d’opérations contre le Venezuela. Biden a écrit dans un éditorial qu’il « a dit à plusieurs reprises  que la Colombie est la clé de voûte de la politique américaine en Amérique latine et dans les Caraïbes ». Il a également  qualifié  la relation entre les deux nations de « partenariat essentiel dont nous avons besoin dans cet hémisphère » et la Colombie de « clé de voûte… de tout l’hémisphère ».

Outre l’ouverture de l’ambassade, Petro et Nicolás Maduro du Venezuela prévoient de rouvrir complètement la frontière entre les deux pays et de rétablir les relations militaires. 

Le rétablissement des relations de la Colombie avec le Venezuela fait suite à l’annonce par l’Argentine en avril de son intention de rétablir les liens avec le Venezuela. Plusieurs autres pays d’Amérique latine ont rouvert les communications avec le Venezuela , notamment le Mexique, le Pérou, le Honduras et le Chili. L’Équateur envisage également de rétablir des relations diplomatiques avec le Venezuela, tandis que le président argentin Alberto Fernandez a appelé tous les pays d’Amérique latine à revoir leurs relations avec Caracas. 

Ces ouvertures au Venezuela font suite à l’invitation de Miguel Díaz-Canel de Cuba et de Nicolás Maduro du Venezuela à la dernière réunion de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC). Ils suivent également les boycotts et montrent leur soutien au Venezuela et à Cuba après que Biden les a exclus du Sommet des Amériques de cette année. Plusieurs nations, dont l’Argentine, le Chili et le Belize ont protesté. Le Mexique, la Bolivie, le Honduras et d’autres ont boycotté le sommet. 

Les trois nations – la Russie, l’Iran et le Venezuela – démontrent la différence entre la capacité prétendue et réelle des États-Unis à diriger l’isolement de ses adversaires.

Les tentatives de Washington pour isoler les pays qui défient son hégémonie ont, ironiquement, conduit des nations ciblées à se tourner les unes vers les autres et à former une communauté de nations isolées. En effet, les tentatives américaines d’isolement ont contribué à cimenter le monde très multipolaire que Washington avait promis d’empêcher.

Via The American Conservative.

Ted Snider

Ted Snider est chroniqueur sur la politique étrangère et l’histoire des États-Unis sur Antiwar.com. Il contribue également fréquemment à Responsible Statecraft ainsi qu’à d’autres médias.

Publicité

Une réflexion sur “Les Etats Unis n’ont plus le pouvoir d’isoler ceux qui s’opposent à eux.

  1. « les tentatives américaines d’isolement ont contribué à cimenter le monde très multipolaire que Washington avait promis d’empêcher ». Cela en est ainsi aussi des sanctions à répétition contre la Russie qui a du élaborer des stratégies de résilience et de contournement. Finalement la Russie comble le fossé économique qu’on a voulu lui creuser pour l’y jeter et inversement, elle renforce ses positions stratégiques en se réorganisant avec ses partenaires ex-pays non alignés; ceux qui ne font pas partie de la fameuse et réductrice « communauté internationale ».

    Le Marxisme, avant d’être un système philosophique, économique et politique, est une conspiration pour la Révolution. Et comme pour nous la Révolution est le seul absolu, il s’en suit que la philosophie, l’économie et la politique n’ont de vrai qu’en ce qu’elles mènent à la Révolution. (…) Marx fut un génie. Si ses œuvres avaient simplement consisté en la critique approfondie du Capitalisme, cela seul aurait déjà été en soi une œuvre scientifique insurpassable : mais là où ses écrits sont ceux d’un maître, c’est où il produit un effet d’apparente ironie. « Le Communisme, dit-il, doit vaincre, parce que le Capital lui donnera cette victoire tout en étant son ennemi » (…) sans la présence d’un immortel idiotisme dans l’homo economicus, il ne pourrait apparaître en lui de continuelles contradictions comme le proclame Marx. Etre capable d’effectuer la transformation de l’homo sapiens en homo stultum, c’est posséder une puissance magique capable de faire redescendre l’homme jusqu’en bas de l’échelle zoologique, c’est-à-dire au niveau de la brute, de l’animal.
    Or c’est seulement si à l’époque de l’apogée du Capitalisme on trouve l’homo stultum (NB: l’Etre insensé, stupide) que Marx peut formuler sa proposition axiomatique : les contradictions, plus le temps = le Communisme. »

    Je me permets cette reprise de l’extrait de l’interrogatoire de Radowsky car ses explications font écho à ce que nous observons des événements troublants pour nos jours de « chaos » et l’objectif révolutionnaire qui se dessine:
    -le crétinisme ambiant comme figure de proue du productivisme industrialisé par « l’éducation nationale » accentue le désœuvrement de la pensée critique de nos citoyens devenu à travers l’Homo Economicus des beaux jours « d’abondance »cet Homo stultum qui connaîtra les effets douloureux de la « sobriété décarbonée ». On ajoutera que les ablutions ludiques et médiatiques destinée à la masse pour nous divertir du réel et nous façonner un univers artificiel utilisent des faits qui sont savamment détournés de leurs vérités 1ères et produisent sur les masses une alchimie ontologiquement réductrice des Etres qui sont ramenés par l’objet de la Peur au statut hystérique de l’animal animé par la peur (voir période covid entre autre et la servitude volontaire des moutons) . Ces constructions parallèles ne servent qu’à cornaquer les masses afin de mieux les soumettre et programmer leurs réactions au profit d’une élite dépositaire d’un pouvoir et d’un savoir méphitique.

    -« comme pour nous la Révolution est le seul absolu, il s’en suit que la philosophie, l’économie et la politique n’ont de vrai qu’en ce qu’elles mènent à la Révolution ».

    N’a t-on vu les transformations successives de nos institutions nationales devenir des chambres d’échos pour des décisions prises du haut de l’Olympe à Bruxelles par des « commissaires au plan » non élus mais placés aux bons endroits stratégiques pour mener une révolution anti démocratique faces à des peuples dépossédés?
    N’a t’on mieux usurpé et fait glisser l’idée de la souveraineté individuelle et nationale au profit exclusif d’une classe technocratique qui entend rendre « Inclusif » le maillon faible humain dans son mécano géant numérique. Enfer d’un panopticon ou nous devenons les plus simples pièces changeables et programmables à agréger à une gigantesque machine systémique froide qui contemple son efficacité fonctionnelle en éliminant tout ce qui lui ferait obstacle? Etres doivent disparaitre: le dissident, car dangereux par sa pensée critique et celui que l’on jugera inutile au fonctionnement performatif du Système.

    N’a t-on vu le communisme œuvrer au sein de la machinerie décisionnelle administrative et diriger nos vies jusqu’à devoir nous atteindre, par delà nos comportements, nos choix moraux jusqu’à notre manière intime de penser le monde et soi-meme?

    N’est ce pas la « transition énergétique » qui exige plus de sacrifice personnel et collectif afin d’être contraint par des événements idéologiquement provoqués de se joindre ainsi dans la douleur de l’enfantement pour qu’émerge enfin une « 4ème révolution technologique » aux visées purement post-humanistes?

    Redisons le comme l’aurait dit Randowsky aujourd’hui: « pour nous la 4ème Révolution technologique est le seul absolu, il s’en suit que la philosophie (wokiste de la cancel culture), l’économie (crony) et la politique (fiction) n’ont de vrai qu’en ce qu’elles mènent à la Révolution. (…) Schwab-Marx fut un génie. »
    (Tiré de la Symphonie rouge » https://catholicapedia.net/Documents/cahier-saint-charlemagne/documents/C120_Rakovsky_32p.pdf

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s