Le fil conducteur du fascisme est tellement gros qu’on ne le voit pas!

Il n’y a jamais eu d’interruption. Le fil n’a jamais été rompu.

Les milieux d’affaires Anglo-saxons ont toujours subrepticement aidé, utilisé et protégé les nazis.

Il suffit de relire l’histoire des années 30 non officielle pour en être persuadé, mais il suffit aussi de se souvenir de la récupération de ces nazis après et avant même la fin de la Seconde Guerre Mondiale. C’est une récupération qui est parfaitement bien documentée par des sources archi-vérifiées.

La véritable obsession anglo-saxonne, comme celle du grand business européen, à cette époque, c’était le risque communiste et singulièrement le risque soviétique; et tout, absolument tout, était bon pour lutter contre ce risque; y compris l’utilisation du fer de lance du fascisme et de ses troupes.

Ce n’est pas de l’opportunisme, comme on a toujours cherché à le faire croire; non, c’est une filiation. Il y a un lien gros comme une corde, ou comme une chaîne, entre d’un côté les très grands intérêts financiers et, de l’autre, le fascisme.

Bien entendu, l’histoire de France officielle nie l’existence de la Cagoule, mais je peux vous dire pour avoir eu l’opportunité de consulter les archives de la Cagoule dans leur dépôt secret dans l’Eure, qu’elle a bel et bien existé et qu’elle a été financée par le très grand patronat. Mitterrand en est un exemple insuffisamment commenté. Si on avait porté attention aux révélations sur son parcours, on aurait pu progresser dans la compréhension du phénomène que constitue le lien entre le fascisme et les très grands milieux d’affaires.

Le grand business a les mêmes intérêts de domination des masses que les nazis, les mêmes méthodes, fondées sur le contrôle et la gouvernance et le même refus de la « démocrasouille »; on retrouve le même intérêt pour la constitution de cartels et de corporations; n’oubliez pas la situation des années 30 marquée par la surproduction, l’effondrement des prix, le chômage de masse et l’agitation sociale. Et souvenez-vous de 1936 en France.

Je vous conseille de lire les ouvrages écrits en 1936 par les auteurs de cette époque; vous prendrez la mesure de la peur des possédants, du grand patronat, vous comprendrez qu’ils sont prêts à tout, y compris à favoriser la montée du fascisme.

Les ouvrages de notre époque comme ceux d’Annie Lacroix-Riz sont très explicites et parfaitement documentés, mais hélas, ils sont peu diffusés et surtout marqués du sceau de l’infamie puisque c’est une stalinienne. En revanche, les ouvrages pro-américains, pro-CIA, pro-AFL-CIO, inspirés par les services américains et publiés par l’Institut d’Histoire Sociale financé par le patronat pour réhabiliter le fascisme ont connu une large audience. Y compris sur les chaînes de télévision.

Je vous conseille aussi de lire les ouvrages de Pierre de Villemarest, qui a été mon ami, ouvrages consacrés au financement des nazis et de la montée d’Hitler… par les Anglo-saxons.

Il y a une filiation directe, même pas dissimulée à l’époque; elle a été enterrée par la suite car les milieux d’argent et d’entreprise ont pris leur distance avec le fascisme lorsqu’il a été vaincu et ce dès Barbarossa.

L’alliance qu’il nous est donnée de voir n’est pas de circonstance, elle est organique, elle tient aux objectifs poursuivis par les uns et par les autres; ces objectifs de grandeur, de renouveau, d’ordre nouveau passent toujours par le sacrifice. Il s’agit de mettre en place des régimes politiques, des idéologies qui servent de justifications au sacrifice de la masse au profit d’une entité, qu’il s’agisse d’un chef, d’une classe sociale, d’une idée ou d’une religion.

Le mot-clef du fascisme, ce n’est pas le racisme, comme on veut le faire croire, le mot-clef, c’est sacrifice.

Votre sacrifice.

Et nous y sommes.

Le sacrifice peut être diversifié:

  • pour l’économie
  • pour la nation
  • pour une idée
  • pour la race
  • pour le chef
  • pour la grandeur
  • pour le rang
  • pour une religion, etc…

Tout est bon car les raisons de se sacrifier sont interchangeables, seul compte le résultat: le sacrifice de la masse.

Les médias cachent l’idéologie fasciste de la milice ukrainienne qui visite le Congrès

Les médias « occidentaux » continuent de dénazifier l’Ukraine en prétendant que les formations nazies de ce pays, qu’ils avaient longtemps décriées, sont désormais un rassemblement inoffensif de célébrités.

On pourrait suivre ces changements à travers divers articles du New York Times :

15 mars 2019 :

Sur son gilet pare-balles se trouvait un symbole couramment utilisé par 

le bataillon Azov, une organisation paramilitaire néo-nazie ukrainienne .

11 février 2020 :

Les défenseurs du bataillon ukrainien Azov, que le FBI appelle 

« une unité paramilitaire » notoire pour son « association avec l’idéologie néonazie », nous accusent de faire partie d’une campagne du Kremlin visant à « diaboliser » le groupe.

17 mars 2022 :

La semaine dernière, Facebook a déclaré qu’il faisait une exception à sa politique anti-extrémisme pour permettre l’éloge de 

l’unité militaire ukrainienne d’extrême droite du bataillon Azov , « strictement dans le contexte de la défense de l’Ukraine, ou dans leur rôle au sein de la Garde nationale ukrainienne ».

29 avril 2022 :

Ces scènes proviennent de vidéos partagées en ligne ces derniers jours par 

le régiment Azov, une unité de l’armée ukrainienne , qui dit qu’elles ont été prises dans les bunkers en forme de labyrinthe sous la tentaculaire aciérie Azovstal à Marioupol, en Ukraine.

Comme je l’avais écrit précédemment :

Ce qui était autrefois « une organisation paramilitaire néo-nazie ukrainienne » qui, selon le FBI, est notoire pour son « association avec l’idéologie néo-nazie » a d’abord été rebaptisée simplement « extrême droite » avant de devenir une « unité normale de l’armée ukrainienne ». .

Aujourd’hui, le New York Times a dépassé cette évolution en transformant un communiqué de presse du gouvernement ukrainien en une histoire larmoyante sur la réunion des perdants d’Azov libérés avec leurs familles :

Les commandants Azov libérés ont une réunion émouvante avec des membres de leur famille en Turquie .

Les commandants du célèbre bataillon ukrainien Azov ont tenu une réunion émouvante avec leurs familles en Turquie, ont déclaré des responsables ukrainiens, honorant les combattants libérés de l’internement russe le mois dernier dans le cadre du plus grand échange de prisonniers depuis le début de la guerre.

Parmi les 215 prisonniers de guerre ukrainiens libérés lors de l’échange figuraient 108 membres du bataillon Azov. La défense par le groupe de l’aciérie Azovstal à Marioupol – la ville portuaire du sud décimée par les forces russes dans les premiers mois de la guerre – est devenue un symbole puissant des souffrances infligées par la Russie et de la résistance montée par l’Ukraine.

Aux termes de l’échange, les commandants du bataillon doivent rester en Turquie – qui a négocié l’échange – jusqu’à la fin de la guerre. Après des mois d’attente, ils ont retrouvé lundi des membres de leur famille, selon un communiqué du bureau du président ukrainien Volodymyr Zelensky et des photographies distribuées par le service de presse présidentiel ukrainien.

« Il y a beaucoup d’émotions », a déclaré la première dame d’Ukraine, Olena Zelenska, qui a assisté à la réunion, dans un post sur Telegram. « La route vers ce moment a été longue et difficile. Enfin, ils ont pu se faire un câlin….Mme Zelenska a dit qu’elle avait adressé aux membres du bataillon Azov « les remerciements de l’Ukraine, du président et de tous les gens pour lesquels ils se battent ».

Comment quiconque travaillant au New York Times ne peut- il pas avoir honte de ce blanchiment d’une organisation profondément fasciste.

Le NYT est loin d’être le seul média « occidental » à le faire. Il m’a été facile de trouver une quarantaine d’articles dans les principaux médias qui, entre 2014 et avril 2022, ont discuté de manière critique de l’idéologie nazie «controversée» d’Azov et d’autres milices ukrainiennes. Puis la couverture a brusquement changé, transformant ces groupes fascistes en patriotes inoffensifs.

D’autres ont fait des analyses similaires :

Afin de mieux comprendre comment l’approche des médias canadiens en matière de reportage sur le régiment Azov (anciennement le bataillon Azov) a changé au fil des ans, nous avons recherché chaque mention du groupe dans les archives du Toronto Star, du Globe and Mail, et Poste nationale. Nous avons également effectué des recherches sur le site Web de CBC News, ainsi que sur certaines de leurs émissions. Toutes les 90 mentions uniques que nous avons trouvées (au 10 août) ont été compilées, la description d’Azov fournie dans ledit article ou émission étant notée à des fins de comparaison.

Nous avons constaté que ces organes de presse (et les services de presse sur lesquels une grande partie de leur couverture s’appuyait) sont passés de la reconnaissance directe de l’idéologie néonazie d’Azov à la suggestion que le groupe est simplement « controversé » ou a un « passé mouvementé ». Certains rapports ne comportaient aucun qualificatif et présentaient simplement le groupe comme une autre unité militaire ukrainienne combattant la Russie.

Ce ne sont pas seulement les médias mais aussi les politiciens qui ont fait volte-face, passant de la condamnation d’Azov et d’autres groupes nazis à leur accueil en tant qu’invités à Washington DC.

Le 27 mars 2028 , The Hill a rapporté :

Le Congrès interdit les armes aux milices ukrainiennes liées aux néo-nazis

Une disposition peu remarquée dans le projet de loi de dépenses du gouvernement de 2 232 pages adopté la semaine dernière interdit aux armes américaines d’aller à une milice ultranationaliste controversée en Ukraine qui a ouvertement accepté des néonazis dans ses rangs.

Les projets de loi de dépenses adoptés par la Chambre au cours des trois dernières années ont inclus une interdiction de l’aide américaine à l’Ukraine d’aller au bataillon Azov, mais la disposition a été supprimée avant le passage final chaque année.

Cette année, cependant, le projet de loi de dépenses omnibus de 1,3 billion de dollars promulgué la semaine dernière stipule qu' »aucun des fonds mis à disposition par cette loi ne peut être utilisé pour fournir des armes, une formation ou toute autre assistance au bataillon Azov ».

« La suprématie blanche et le néonazisme sont inacceptables et n’ont pas leur place dans notre monde », a déclaré mardi le représentant Ro Khanna (D-Californie), un critique virulent de l’aide létale à l’Ukraine, dans un communiqué à The Hill. « Je suis très heureux que l’omnibus récemment adopté empêche les États-Unis de fournir des armes et une aide à la formation au bataillon néo-nazi Azov combattant en Ukraine. »

Un an plus tard, ce libellé a de nouveau été supprimé du projet de loi omnibus sur les dépenses.

Trois ans plus tard, les mêmes nazis sont accueillis par des membres éminents du Congrès :
plus gros

Le représentant démocrate de Californie, Adam Schiff, qui a poussé le canular Trump-Russie aussi fort que quiconque, a invité des néonazis servant dans le bataillon ukrainien Azov au Capitole américain et les a rencontrés lundi.

« La gauche américaine s’aligne ouvertement sur les nazis tout en dépeignant son opposition politique intérieure comme des nazis qui présentent un danger pour la démocratie », a noté Sean Adl-Tabatabai dans une analyse de News Punch du 27 septembre .

Comme ils semblent vite oublier.

Il y a à peine trois ans, 40 sénateurs américains ont signé une lettre demandant que le bataillon Azov soit ajouté à une liste d’organisations terroristes….Lorsqu’il a été rapporté que le bataillon Azov était au cœur de la lutte contre l’invasion russe cette année, les démocrates et leurs anciens alliés médiatiques les ont traités plus comme des héros que comme des terroristes, disent les critiques….Au cours de leur visite, les soldats ukrainiens auraient remercié le Congrès américain pour les milliards d’aide qu’il avait approuvés jusqu’à présent… puis en auraient demandé davantage.

Il existe toute une série de photos de membres du Congrès et de sénateurs démocrates rencontrant de tels groupes, publiées par Daria Kaleniuk, directrice adjointe d’un groupe d’activistes ukrainiens appelé Centre d’action anti-corruption. Le Centre d’action anti-corruption est une organisation non gouvernementale financée par le gouvernement américain à Kiev. Avec le controversé Bureau national ukrainien de lutte contre la corruption , c’est un exécuteur politique qui accuse quiconque en Ukraine de « corruption » dès qu’il s’écarte de la ligne dictée par les États-Unis. En juillet, il a même pris Zelenski :

[B] de nombreux experts politiques et militants anti-corruption ont considéré la destitution d’Ivan Bakanov, chef du service de renseignement de l’État ukrainien, le SBU, et d’Iryna Venediktova, procureure générale du pays, par décret présidentiel comme Zelenskyy profitant d’une autorité extraordinaire en temps de guerre pour consolider son propre pouvoir.

«Ce n’est pas une décision de faire la bonne chose. C’est une décision pour mieux contrôler nos principaux organes chargés de l’application de la loi », a déclaré Tetiana Shevchuk, avocate et militante au Centre d’action anti-corruption basé à Kyiv, dans une interview.

Le Centre d’action anti-corruption financé par les États-Unis encourage désormais les visites de fascistes au centre du pouvoir américain. Les démocrates les accueillent. Leur haine de tout ce qui concerne la Russie leur permet de s’allier même avec les pires personnes auxquelles on puisse penser, tandis que les médias grand public couvrent l’idéologie haineuse de ces personnes. 

« b » de MoA

EN PRIME

Soutien aux fascistes

Fin octobre 1922, Mussolini menace de marcher sur la capitale italienne pour prendre le contrôle du gouvernement. Des milliers de personnes sont descendues à Rome le 28 octobre dans le but de persuader le roi de céder le pouvoir.

C’est cette marche que le gouvernement britannique a aidé à organiser car il voulait que Mussolini soit le leader, ont affirmé les auteurs de Nero di Londra. M. Fasanella a déclaré au Times : « Les Britanniques ont aidé à orchestrer la marche et à propulser Mussolini au pouvoir parce qu’ils voulaient faire de lui le personnage clé d’un gouvernement qui leur serait utile. »

Sir Ronald Graham, alors ambassadeur britannique en Italie, a assuré la liaison avec les dirigeants de la marche dans les jours précédents, selon des documents des Archives nationales du Royaume-Uni. Les dirigeants se sont réunis dans un bâtiment appartenant à un aristocrate à moitié anglais, Romeo Adriano Gallenga Stuart, qui, selon les auteurs, était un informateur du renseignement britannique.

M. Cerenghino a déclaré au Times qu’ils pensaient que Graham donnait des conseils utiles aux fascistes car il était « constamment » informé par les marcheurs alors qu’ils descendaient sur Rome. Non seulement cela, mais un haut responsable politique conservateur britannique, Sir Samuel Hoare, a affirmé que l’argent britannique avait été utilisé pour « former le parti fasciste et financer la marche », révèlent des documents.

https://www.express.co.uk/news/history/1677577/benito-mussolini-british-government-dictatorship-nero-di-londra-spt/amp

Posté par: Down South | 5 octobre 2022 9:47 UTC | dix

EN PRIME


https://www.youtube.com/watch?v=xRsAfqxNKrA

5 réflexions sur “Le fil conducteur du fascisme est tellement gros qu’on ne le voit pas!

  1. La BRI (Banque des Règlements Internationaux), dont le siège se trouve à Bâle en Suisse, est une institution financière dotée de la totalité des prérogatives diplomatiques d’un État, elle a tous les privilèges, notamment en matière d’immunité de ses membres, et ne rend de compte à personne.
    La BRI est sous contrôle britannique et supervise toutes les banques de réserve du monde entier y compris la Banque centrale de la fédération de Russie et la Banque populaire de Chine.
    La BRI a été créée au tout début des années 1920 par une initiative de Norman Montagu (gouverneur de la banque centrale d’Angleterre), J-P Morgan (banquier d’affaires) et Haljmar Schacht, qui était alors un fonctionnaire subalterne auprès de l’autorité bancaire allemande créée par les alliés à l’issue de la 1ère guerre mondiale et qui devint ministre de l’Économie du Troisième Reich de 1934 à 1939 ; précisons qu’il fut un des trois seuls accusés de Nuremberg qui furent acquittés, tous les autres ayant été condamnés à mort ou à la réclusion perpétuelle.
    Aussi, ce qui deviendra la BRI est, à l’origine, des cartels internationaux basés en Allemagne et dirigés par les Britanniques, qui furent créés dans les années 20. Les deux principaux cartels étaient le Cartel international de l’Acier et le trust chimique « IG Farben ». « IG Farben », a été liquidé après la 2nde guerre mondiale, et ses actifs ont été scindés en neuf sociétés : BASF, Hoechst et BAYER – société mère de MONSANTO – d’une part, et six autres sociétés plus petites, dont AGFA.
    L’histoire de ce cartel est très intéressante, car on y trouve une très étroite imbrication des intérêts allemand et anglo-saxon : « IG Farben » était notamment connu pour avoir financé la campagne de Adolf Hitler et avoir développé le Zyklon B, le gaz des chambres de la mort. Remarquons que, durant la guerre, le siège d’IG Farben, à Francfort, n’a jamais été bombardé alors que le reste de la ville était dévasté par les bombes alliées. Rappelons aussi que le siège d’IG Farben fut établi dans un immeuble construit sur le campus Westend, un gigantesque quartier privé appartenant à la famille Rothschild depuis 1837. Après la guerre, IG Farben deviendra le quartier général suprême des forces alliées européennes, et le siège des forces d’occupation américaines, notamment celui de la CIA, ce qui a conduit à son surnom « le Pentagone de l’Europe ».
    Ce cartel était associé à « l’ordre économique nouveau », ancêtre du « Nouvel Ordre Mondial », déjà recherché par l’Allemagne nazie. Concrètement, sans la BRI, l’Allemagne nazie n’aurait jamais pu financer ses préparatifs de guerre. La BRI a ainsi été la principale machine ouvrière de la 2ème guerre mondiale.
    Remarquons que le communisme de Marx est une « image-miroir » du nazisme hitlérien : tous deux ont été créés par le cartel des banques centrales, et tous deux sont socialistes. La seule différence est que l’un exalte la race tandis que l’autre met en avant la classe sociale.

    J’aime

    1. Publier n’est pas cautionner, je pense qu’il est utile de le rappeler.
      Dans le cas présent. je publie -ce qui est contraire à ma politique- car j’espère que les lecteurs auront la curiosité de vérifier certaines affirmations contenues dans ce post et peut être de nous faire part de leurs recherches.

      J’aime

  2. Bonjour M. Bertez

    Il y a aussi les travaux de Johan Chapoutot, prof. à la Sorbonne.

    Le lien entre le grand patronat et les idéologies totalitaires aboutissant à une dictature inhumaine aaussi été dévoilés au cinéma avant les années 30: Métropolis de Fritz Lang, Le début des temps modernes de Chaplin…étant les plus connus
    On peut rappeler que les liens de Shacht avec le gouverneur de la BoE ont eu pour effet d’orienter des prêts énormes vers l’Allemagne nazie tandis que la Pologne qui avait demandé un prêt à l Angleterre pour moderniser son armement était baladée pour des clopinettes….Et que Winston Churchil avait dû expédier Edward l’abdiqué aux Bermudes pour l’empêcher de nuire davantage tant lui et Simpson étaient pro nazis…..

    Voir les anglo saxons faire « flèche de tout bois » n’a rien de surprenant, c’est habituel chez eux. D’ailleurs l’essor mondial du terrorisme islamique résulte de l’utilisation des extrémistes musulmans en Afghanistan par les USA.
    On ne doit donc pas s’étonner de voir l’extrémisme violent de droite de type S.A et S.S. ressurgir chez nous.

    Cordialement

    J’aime

  3. Bonjour
    Du moment qu’il y a des ‘ marionnettes ‘ qui sont prêt a mourir pour la cause … la grandeur … la gloire … de … ( choisir n’importe quelle raison ) … le marionnettiste continuera à les manipuler …
    Rien de nouveau sous le soleil … quelque soit l’étiquette … religion … politique … système économique … etc… rien n’est fait pour que l’humanité s’élève … bien au contraire …
    Le fascisme est la manipulation de la masse pour le privilège de l’élite … donc tout système social qui se maintient par manipulation est … fasciste … nos ‘ démocraties ‘ sont fasciste car tout est faux … les discours … les promesses
    … l’opposition …etc…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s