L’Allemagne d’abord…

https://www.politico.eu/article/olaf-scholz-message-europe-germany-first/

Alors que le crépuscule enveloppe la capitale allemande, Olaf Scholz se tient sur le balcon de sa chancellerie, regardant au loin un Français à col roulé qui gesticule.

Ce qui pourrait ressembler a une caricature intelligente était en fait une photographie officielle de la rencontre de Scholz avec le président français Emmanuel Macron à Berlin la semaine dernière. Elle offre une métaphore pertinente, quoique involontaire, de la position distante de Scholz envers le reste de l’Europe.

Alors que l’Europe est sous le choc de l’impact de la guerre de la Russie sur l’Ukraine, Scholz a fait semblant d’être solidaire, tout en suivant sa propre voie pour l’Allemagne. 

Que la question concerne les livraisons d’armes à l’Ukraine ou comment amortir l’impact de la flambée des prix du gaz naturel, l’approche de Scholz a été claire : l’Allemagne d’abord.

Le projet de Berlin de créer un fonds d’urgence de 200 milliards d’euros pour subventionner la hausse des prix du gaz a déclenché une réponse furieuse de la part de certains dirigeants européens la semaine dernière. 

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a même accusé Scholz d’« égoïsme » et de « détruire » le marché unique. En effet les subventions allemandes donneront aux fabricants du pays un avantage injuste par rapport à l’industrie des autres pays de l’UE.  

« Le pays le plus riche, le pays le plus puissant de l’UE essaie d’utiliser cette crise pour obtenir un avantage concurrentiel pour ses entreprises sur le marché unique. Ce n’est pas juste, ce n’est pas ainsi que le marché unique devrait fonctionner », a déclaré Morawiecki en marge d’un sommet informel de l’UE à Prague vendredi.

Le Premier ministre polonais n’est pas été un fan du gouvernement de Scholz il n’est pas le seul. La Première ministre finlandaise Sanna Marin et la dirigeante estonienne Kaja Kallas ont exprimé des préoccupations similaires, bien que dans un langage plus diplomatique, appelant à un plan de l’UE pour résoudre le problème.

« Nous devons trouver une solution commune, sinon les pays avec plus de flexibilité budgétaire auront un avantage sur les autres », a déclaré Kallas à Prague.

Scholz a défendu les plans de Berlin, affirmant que d’autres pays d’Europe poursuivaient des démarches similaires. Bien que cela soit vrai, aucun de ces programmes ne se rapproche de l’ampleur de la proposition allemande.  

Faire cavalier seul

Pourtant, ce qui inquiète les dirigeants européens plus que les détails du fonds gazier de Scholz, c’est la tendance croissante du plus grand acteur du continent à faire cavalier seul sur les questions économiques et de sécurité clés.

Alors même que la chancelière allemande a parlé avec grandeur de la façon dont la guerre de la Russie a « insufflé une nouvelle vie au mot solidarité » en Europe, Scholz lui n’a pas inhalé.

Quelques heures après l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie, par exemple, Scholz a répondu en annonçant un Sondervermögen de 100 milliards d’euros , un fonds spécial destiné non pas à la sécurité européenne, mais à celle de l’Allemagne.

De même, l’approche de son gouvernement face aux pénuries imminentes de gaz et d’électricité cet hiver s’est concentrée sur l’Allemagne plutôt que sur l’Europe.

La semaine dernière, Scholz s’est rendu en Espagne , où il a fait pression pour l’achèvement d’un nouveau gazoduc reliant la péninsule ibérique au nord de l’Europe afin de compenser l’approvisionnement que l’Allemagne a perdu de la Russie. 

Macron s’est opposé avec véhémence au plan, qui traverserait le territoire français, arguant qu’il n’a pas de sens économique. Ce point de vue est partagé par la Commission européenne, mais la chancelière allemande va quand même de l’avant, explorant même si le projet pourrait complètement contourner la France.

On pourrait soutenir avec un certain mérite que Scholz a été élu pour donner la priorité à son pays .

Fin août, Scholz s’est même rendu à Prague avec un avion chargé de journalistes pour prononcer ce qui a été présenté comme un « discours historique » sur l’Europe à la célèbre université de la ville.  

« De nombreuses personnes ont appelé à juste titre ces dernières années à une Union européenne plus forte, plus souveraine et géopolitique, à une Union consciente de sa place dans l’histoire et la géographie de ce continent et agissant avec force et cohésion dans le monde », a déclaré Scholz à son spectateurs. « Les décisions historiques prises ces derniers mois nous ont rapprochés de cet objectif. »

Ces derniers jours, Scholz est allé encore plus loin, proclamant la « responsabilité particulière » de l’Allemagne de diriger, en tant que puissance majeure au centre de l’Europe.

« Nous prenons cette responsabilité très au sérieux », a-t-il déclaré à l’espagnol El País lors d’une interview la semaine dernière.

Pas convaincu

Le reste de l’Europe — qui a appris à se concentrer sur les actions de Berlin plutôt que sur sa rhétorique — n’est pas convaincu.  

Alors que de nombreuses capitales européennes veulent une coordination -et de l’argent allemande-, elles ne font pas confiance à Berlin pour diriger. La poursuite obstinée de l’Allemagne du gaz russe et sa poursuite chimérique du « dialogue » avec Moscou depuis des années face aux transgressions répétées du président Vladimir Poutine (sans parler du refus de Scholz d’offrir à l’Ukraine un soutien militaire plus solide) ont dépouillé Berlin de sa crédibilité, notamment en Europe centrale et orientale.

Le Premier ministre tchèque Petr Fiala a envoyé un signal clair sur ce qu’il pense des aspirations européennes de son homologue allemand en passant complètement sous silence le discours « historique » de Scholz à Prague.   

L’accueil froid que Scholz a reçu en Europe n’est qu’une des raisons pour lesquelles il s’est replié sur lui-même.

L’autre est que les Allemands semblent tout aussi frustrés par son leadership que le reste de l’Europe. La coalition entre les sociaux-démocrates de Scholz, les verts et les libéraux démocrates libres a été en désaccord pendant des semaines sur la manière de réagir à la flambée des prix de l’énergie et à l’inflation. Le paquet de 200 milliards d’euros finalement convenu, destiné à la fois aux ménages et aux entreprises, est remarquable à la fois par son ampleur et parce qu’il a été entrepris sans aucune considération pour la réaction du reste de l’Europe.

Pourtant, rien n’indique que Scholz recule. Ses sociaux-démocrates occupent désormais la troisième place, à 10 points de pourcentage derrière l’alliance de centre-droit des chrétiens-démocrates, dans le sondage POLITICO des sondages . S’éloigner du paquet signifierait un désastre politique pour sa coalition.

Cela suggère que l’Europe ne restera probablement qu’un accessoire rhétorique pour Scholz, qui est en poste depuis moins d’un an, alors qu’il cherche à relancer sa politique intérieure.

Alors que le plein impact économique de la guerre en Russie commençait à se faire sentir au cours de l’été, Scholz a commencé à invoquer le célèbre cri de ralliement du club de football de Liverpool – « Vous ne marcherez jamais seul ».

Publicité

2 réflexions sur “L’Allemagne d’abord…

  1. Bonjour M. Bertez

    Je dois vous avouer ma perplexité; nous vivons dans une société marchande concurrentielle. La libre concurrence est même un des dogmes fondamentaux de l’Union. Je ne comprends donc pas bien pourquoi on reprocherait à la Deutsche Gmbh de se comporter en société jouant de ses atouts afin de distribuer le maximum de dividendes à ses actionnaires
    Il me souvient des sourires entendus de la gentry française accompagnant le triomphe de Mitterrand qui se vantait d’avoir « cloué à la table de l’euro la main de l’ Allemagne » Ils se voyaient déjà presser la poule aux euros d’or sans avoir à trop se casser le cul!
    Et je suis outré ( I am shocked – en woklish) que le prix Nobel d’économie n’ai pas été attribué aussi à François Mitterrand, notre plus grand économiste depuis Robert d’Artois et John Law!
    Quand à Morawiecki, se plaindre de l’attitude allemande après que les polonais se soient réjouis du sabotage du Nord Stream, il faut le faire!
    Au point où nous en sommes, je me permettrais donc de suggérer à Messieurs Luca De Meo et Carlos Tavares d’imiter les politiques de l’U.E et donc d’exiger que Mercedes Benz, Volkswagen et BMW partagent leurs bénéfices avec Renault & Stellantis, sinon c’est pas de jeu et où serait la fraternité européenne?

    Cordialement

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s