L’exploitation des gogos qui jouent en croyant investir.

Voici une formulation claire et définitive de ce que je m’efforce de faire comprendre depuis des décennies.

Bien entendu cela ne concerne que le véritable investissement, pas le jeu .

Tout le cynisme, toute la vilenie des élites a été depuis ces décennies de brouiller la ligne de partage entre investissement et spéculation. Pourquoi parce que le joueur est un gogo structurel, il s’exagère toujours les chances de gagner ce qui permet de le plumer.

Grace à cela ils ont fait jouer au lieu d’investir

Ils ont transformé un espace de mobilisation des investissements, la Bourse en un colossal casino qui leur permet :

d’exploiter les épargnants comme ils exploitent les salariés

de spolier les pauvres par leurs retraites

de bonifier les superbénéfices des ultra riches

de détruire toute rationalité économique

de faire régresser les citoyens au lieu de les faire progresser

Les mouvements de cours en Bourse sont des pièges à cons, la seule chose qui importe pour prendre ses décisions, c’est la valorisation, c’est à dire combien vous payez les flux futurs qui vont vous être délivrés.

Lisez, ceci a été écrit en 2001 par Hussman.

Je me rends compte que toute la teneur des commentaires sur les marchés est: « Un bon investisseur surmonte les tempêtes. 

Tenez, à long terme et tout ira bien. 

Le problème est que les acteurs du marché ont cessé d’être des investisseurs lorsqu’ils ont accepté l’idée que les actions sont toujours attrayantes, quel que soit le prix payé pour elles. 

Bien que les prix aient baissé rapidement, je n’ai pas vu beaucoup de preuves que les investisseurs aient réellement réduit leur exposition. Ils gardent pour le fameux long terme.

Oui, ils ressentent de la douleur, mais ils espèrent que la douleur s’arrêtera sans qu’il soit nécessaire de faire quoi que ce soit. 

Encore une fois, le vrai problème est qu’ils n’ont aucune du concept de valeur. 

Ils regardent dans quelle mesure les prix ont baissé et ils décident que cela doit être suffisant. 

Mais à moins qu’ils ne comprennent ce que c’est que la valeur, et ne soient capable de l’apprécier, ils ne réalisent pas à quel point les prix devraient baisser juste pour atteindre les valorisations historiques médianes. 

La valeur n’est pas mesurée par la mesure dans laquelle les prix ont baissé, mais par la relation entre les prix et les flux de trésorerie correctement actualisés que procure un investissement. 

– John P. Hussman, Ph.D., 15 mars 2001

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s