C’est la guerre de Biden. Les preuves de personnel militaire des États-Unis ayant leurs bottes au sol en Ukraine se multiplient.

PAR 

MK BHADRAKUMAR

Traduction BRUNO BERTEZ

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré le 18 octobre 2022 que les preuves de personnel militaire des États-Unis et d’autres pays occidentaux ayant leurs bottes au sol en Ukraine se multiplient.

L’explication la plus évidente de la mystérieuse course aérienne du ministre britannique de la Défense Ben Wallace à Washington mardi pourrait être qu’il sollicitait le soutien de l’administration Biden pour sa proposition de succéder à Liz Truss en tant que prochain Premier ministre britannique. 

Mais une autre explication plausible peut être que le voyage secret et précipité a marqué un moment décisif dans le conflit en Ukraine, qui montre tous les signes de se transformer en une guerre à part entière

Certes, l’équipe Biden ne peut que s’inquiéter du fait que Londres sombre dans le chaos et que les chefs de faction du Parti conservateur se précipitent comme un poulet sans tête à la recherche d’un remplaçant pour Truss qui a démissionné jeudi. 

L’économie britannique se désintègre et le chancelier de l’Échiquier Jeremy Hunt anticipe qu’une réduction du budget de la défense est inévitable. C’est-à-dire que l’amusement et les ébats du Deep State à Kiev ne sont plus vraiment d’actualité.

 Le Royaume-Uni se dirige vers des temps difficiles, la rubrique de Global Britain semble délirante. 

Le président Biden entre en scène  

Les rapports de Moscou suggèrent que les Russes ont des renseignements solides selon lesquels Washington a exigé du président Zelensky une performance spectaculaire sur le champ de bataille alors que les élections de mi-mandat aux États-Unis le 8 novembre approchent. 

Cela s’ajoute au commentaire énigmatique d’un deuxième ministre de la Défense à Londres, James Heappey, selon lequel les conversations que Wallace aurait à Washington étaient « incroyables », laissant entendre que des questions particulièrement sensibles et sérieuses étaient à l’ordre du jour. 

En effet, après son arrivée à Washington, Wallace s’est dirigé directement vers la Maison Blanche pour rencontrer le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan, la personne de référence de Biden pour la guerre en Ukraine. 

Une lecture de la Maison Blanche a déclaré que les deux responsables « avaient échangé des vues sur les intérêts communs de sécurité nationale, y compris l’Ukraine. Ils ont souligné leur engagement à continuer de fournir à l’Ukraine une assistance en matière de sécurité alors qu’elle se défend contre l’agression russe. 

Alors que la politique britannique s’effondrera dans des magouilles qui se prolongeront pendant des mois, les États-Unis seront une partie prenante plus directe. Historiquement, depuis la Seconde Guerre mondiale, la Grande-Bretagne a mené et piloté les États-Unis dans les coulisses, par l’arrière dans des   situations critiques impliquant la Russie. 

En effet, Biden a publié une rare déclaration sur la sortie de Truss , qui déclarait que les États-Unis et le Royaume-Uni « sont des alliés solides et des amis durables – et que ce fait ne changera jamais ». Il l’a remerciée « pour son partenariat sur une série de questions, notamment en tenant la Russie responsable de sa guerre contre l’Ukraine ». Biden a souligné que « nous poursuivrons notre étroite coopération avec le gouvernement britannique alors que nous travaillons ensemble pour relever les défis mondiaux auxquels nos nations sont confrontées ». 

Biden a envoyé un message puissant à la classe politique britannique en signalant qu’il s’attend à ce qu’elle propose un nouveau Premier ministre qui adhérera fidèlement à la boussole fixée par Boris Johnson sur l’Ukraine. Dans l’immédiat, qu’est-ce que cela signifie pour le projet anglo-américain à Kherson ? Est-ce que ça va aller de l’avant?  C’est la grande question. 

La situation à Kherson prend la nature d’une confrontation militaire à grande échelle, alors que Zelensky y jette toutes ses ressources pour tenter de prendre le contrôle de la ville stratégique de Kherson, sous contrôle russe depuis mars, avant les élections de mi-mandat aux États-Unis. . 

Lors d’une conférence de presse à Moscou mardi, le général d’armée Sergei Surovikin, le commandant de théâtre nouvellement nommé pour les opérations en Ukraine, a reconnu qu’il y avait un danger que les forces ukrainiennes avancent vers la ville de Kherson. 

Pour citer le général, « Une situation difficile a surgi. L’ennemi bombarde délibérément des infrastructures et des immeubles résidentiels à Kherson. Le pont Antonovsky et le barrage de la centrale hydroélectrique de Kakhovskaya ont été endommagés par des missiles HIMARS, la circulation y a été interrompue. 

« En conséquence, l’approvisionnement en nourriture dans la ville est difficile, il y a certains problèmes d’approvisionnement en eau et en électricité. Tout cela complique grandement la vie des citoyens, mais constitue également une menace directe pour leur vie. 

« La direction de l’OTAN des forces armées ukrainiennes exige depuis longtemps des opérations offensives contre Kherson du régime de Kiev, quelles que soient les pertes… Nous avons des données sur la possibilité que le régime de Kiev utilise des méthodes de guerre interdites dans la zone de la ville de Kherson – préparation d’une grande attaque de missiles sur le barrage hydroélectrique de Kakhovskaya, attaques massives et aveugles de missiles et d’artillerie sur la ville…

« Dans ces circonstances, notre priorité absolue est de préserver la vie et la santé des citoyens. Par conséquent, l’armée russe assurera avant tout le départ sûr et déjà annoncé de la population selon le programme de réinstallation en cours de préparation par le gouvernement russe.  Nos futurs plans et actions concernant la ville de Kherson elle-même dépendront de la situation militaro-tactique actuelle. Je le répète, c’est déjà très difficile aujourd’hui . [Je souligne.]

« Dans tous les cas, comme je l’ai dit, nous partirons de la nécessité de protéger au maximum la vie des civils et de nos militaires.  Nous agirons consciemment et en temps opportun, sans exclure les décisions difficiles . » [Je souligne.] 

L’interview complète du général Sergey Surovikin aux médias russes est ci-dessous :

La pensée du Kremlin trouve un écho dans un appel public du chef de la région de Kherson, Vladimir Saldo, où il a expliqué que l’évacuation des civils n’était pas seulement pour la sécurité des personnes mais aussi pour la liberté opérationnelle de l’armée :

« Chers compatriotes, je tiens à redire que notre armée a de très fortes capacités pour repousser toute attaque. Mais pour que nos militaires travaillent tranquillement et ne pensent pas que les civils sont derrière leur dos, vous DEVEZ sortir de ces quartiers que j’ai mentionnés et permettre aux militaires de faire leur travail correctement, avec moins de victimes pour les civils. Notre cause est juste et nous sommes sûrs de gagner ! 

Le message ici est que l’armée russe est prête à étendre la portée du conflit à Kherson, si nécessaire. Il a été question d’une offensive russe massive vers la mi-novembre. 

Les nouvelles mesures de sécurité  annoncées par Poutine cette semaine et la création d’un conseil de coordination spécial dirigé par le Premier ministre Mikhail Mishustin pour répondre aux besoins des forces armées russes impliquent que la priorité est mise sur le pied de guerre.

De manière significative, le général Surovikin a déclaré à un moment de sa conférence de presse : « L’ennemi ne renonce pas à essayer d’attaquer les positions des troupes russes. Cela concerne tout d’abord les directions Kupyansk (oblast de Kharkov), Krasnolimansky (oblast de Donetsk) et Mykolaïv-Krivoy Rog (oblast voisin de Kherson). Notre ennemi est un régime criminel qui tue les citoyens ukrainiens. Nous sommes un seul peuple avec les Ukrainiens et nous souhaitons que l’Ukraine devienne un État indépendant de l’Occident et de l’OTAN, ami de la Russie… [Soulignement ajouté.]

« Le régime ukrainien essaie de percer nos défenses. À cette fin, l’AFU tire toutes les réserves disponibles vers les lignes de front. Il s’agit principalement des forces de défense territoriale qui n’ont pas suivi une formation complète. En fait, les dirigeants ukrainiens les condamnent à la destruction. 

Puis, il a ajouté : « Nous avons une stratégie différente. Le commandant en chef [le président Poutine] en a déjà parlé. Nous ne visons pas des chiffres d’avance élevés, nous prenons soin de chaque soldat et « broyons » méthodiquement l’ennemi qui avance. Cela limite non seulement nos pertes, mais réduit également considérablement le nombre de victimes civiles. 

C’est-à-dire, en particulier, que les paramètres établis des opérations militaires spéciales axées sur la « démilitarisation » et la « dénazification » restent inchangés tout en visant également le remplacement du régime de Zelensky. 

La Russie surveillera attentivement la profonde crise politique qui se développe en Europe, dont les paroxysmes en Grande-Bretagne sont un signe avant-coureur, ce qui pourrait éroder le soutien britannique à Zelensky, alors que la capacité et l’intérêt de l’Occident à financer l’économie ukrainienne et à alimenter le le conflit militaire peut également être sur le déclin. 

Néanmoins, Surovikin n’a pas pris l’hyperbole mais a plutôt choisi de communiquer directement, de manière réaliste. Il a fait écho à la priorité de Poutine de prendre toutes les mesures et ressources nécessaires en fonction de la situation opérationnelle et tactique au front avec l’objectif suprême de sauver la vie des soldats russes et des civils locaux. 

Le général a donné l’impression que le commandement russe est prêt à tout développement de la situation à Kherson – à la fois un retrait tactique et de violents combats urbains. 

En termes politiques, avec le Royaume-Uni enlisé dans un bourbier intérieur, Biden a la possibilité de passer à la diplomatie. 

C’est la « guerre de Biden » maintenant. Il est sur le point de scénariser son héritage présidentiel en tant que cinquième des 14 présidents américains en fonction depuis la Seconde Guerre mondiale à « posséder » une guerre – après Harry Truman, Lyndon Johnson, George HW Bush et George W. Bush.

Une réflexion sur “C’est la guerre de Biden. Les preuves de personnel militaire des États-Unis ayant leurs bottes au sol en Ukraine se multiplient.

  1. Bonjour M. Bertez
    Deux agenda obéissant à des temps différents:
    – celui des élections de mi novembre pour les USA et particulièrement pour Joe Biden – les américains remplissent les urnes, les ukrainiens les cimetières.
    – celui des opérations spéciales de la FdR: offensive d’hiver dictée par l’état du terrain; protection des civils et des troupes.

    Les troupes de la Fédération doivent résister à l’avance ukrotanienne pour ne pas donner une victoire politique à leurs adversaires, qui serait désastreuse pour eux en terme d’image, à l’international comme en interne tout en épargnant les populations et en renonçant à l’avantage de l’hiver et à la maîtrise du temps des opérations.
    Situation effectivement très difficile
    Cordialement

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s