L’Ukraine n’est pas la bonne guerre, c’est juste la guerre actuelle, celle qu’ils promeuvent par leur propagande

Toujours s’opposer à la dernière guerre mais pas à l’actuelle

 e:

Toujours s’opposer à la dernière guerre mais pas à l’actuelle

Caitlin Johnstone

Ceux qui détestent le plus la Russie sont ceux qui incarnent tout ce qu’ils prétendent détester à son sujet : ils sont tous pro-guerre, pro-censure, pro-propagande, pro-trolling et ils soutiennent l’Ukraine dans son interdiction anti démocratique des partis politiques et des médias d’opposition. . 

Ils sont ce qu’ils prétendent détester.

Pendant ce temps, ceux d’entre nous qui s’opposent à ces choses se voient dire de « déménager en Russie », même si nous sommes les défenseurs des prétendues « valeurs occidentales » qu’ils prétendent soutenir alors qu’ils font tout ce qu’ils peuvent pour les saper.

La propagande occidentale fait en sorte que les gens s’opposent toujours à la dernière guerre mais jamais à la guerre actuelle. 

Le fait que les États-Unis provoquent et entretiennent leur guerre par procuration contre l’Ukraine n’est pas plus éthique que leur invasion de l’Irak ; ça en a juste l’air à cause de la propagande. 

L’Ukraine n’est pas la bonne guerre, c’est juste la guerre actuelle.

Ce n’est que par la masse de propagande dont nous sommes abreuvés que cela n’est pas immédiatement évident pour tout le monde.

 À l’avenir (en supposant que nous ne nous anéantissons pas d’abord), la propagande se sera suffisamment dissipée pour que les gens voient clairement et réalisent qu’on leur a menti. 

Les États-Unis ont indiscutablement délibérément provoqué cette guerre 

Les États-Unis maintiennent indiscutablement cette guerre . 

Les États-Unis profitent indiscutablement de cette guerre tandis que les Ukrainiens, les Russes et les Européens n’en retirent que des souffrances. 

Les apologistes de l’Empire admettront cette réalité dans de rares moments d’honnêteté, comme Matthew Yglesias l’a récemment fait lorsqu’il a écrit ce qui suit :

Les États-Unis utilisent beaucoup d’équipement militaire dans la guerre, mais ils sont utilisés dans le but de détruire l’équipement militaire russe. Comme nous étions déjà pleinement engagés dans une alliance militaire anti-russe, c’est en fait une très bonne affaire pour nous. Fondamentalement, l’équipement de l’OTAN + les vies ukrainiennes sont échangés contre l’équipement russe + les vies russes, ce qui laisse l’OTAN en tête. 

C’est doublement vrai parce que l’OTAN est beaucoup plus riche que la Russie, donc nous gagnons dans un jeu de long terme où « tout le monde fait exploser ses armes aussi vite qu’il peut les fabriquer ».

Encore une fois, cependant, ce qui rend cela vraiment vrai, c’est que le matériel de l’OTAN tue des soldats russes, tandis que le matériel russe tue des soldats ukrainiens. 

Il est facile de s’opposer à la dernière guerre. 

Il est plus difficile de s’opposer aux guerres actuelles car la machine de propagande nous les enfonce dans la gorge. 

Tout le monde est anti-guerre jusqu’à ce que la propagande de guerre commence.

Caitlin Johnston@caitozLa guerre par procuration la plus bidon et la plus intensive en relations publiques de tous les temps.La colline@la collineMark Hamill a envoyé 500 drones en Ukraine le mois dernier https://t.co/H6vgTg49lo https://t.co/fuHSMLi5J600 h 10 ∙ 22 octobre 20222 217 J’aime417 Retweets

Le fait que la Maison Blanche envisage un examen au nom de la sécurité nationale de l’achat de Twitter par Elon Musk parce qu’il est perçu comme ayant une « position de plus en plus favorable à la Russie » est un aveu que le gouvernement américain considère les grandes plateformes de médias sociaux comme ses propres services de propagande.

Il n’y a personne à qui l’on puisse confier l’autorité de déterminer ce qui constitue de la « désinformation » ou de la « mésinformation » .Nous ne sommes pas des divinités omniscientes impartiales, mais des humains hautement faillibles et biaisés avec nos propres intérêts acquis. 

Cette faille logique fatale dans le business naissant de la «vérification des faits» et de la «contre-désinformation» saute aux yeux au premier coup d’œil, et elle devient encore plus flagrante une fois que vous remarquez que tous les acteurs majeurs impliqués dans l’instauration et la normalisation de ces pratiques ont des liens au pouvoir du statu quo 

L’idée que quelqu’un doit être chargé de décider ce qui est vrai et faux au nom des citoyens de base est de plus en plus largement acceptée, et c’est tout simplement irrationnel.

En pratique, ce n’est rien d’autre qu’un appel à une propagande plus agressive auprès du public. Les propagandistes peuvent vous faire croire qu’ils sont totalement impartiaux et objectifs mais tant qu’ils ont un soutien oligarchique ou étatique, direct ou indirect, ils administrent nécessairement de la propagande au nom des puissants.

Remettez en question l’hypothèse selon laquelle les gens qui se disent de mauvaises choses sur Internet est un problème qui doit être résolu. Les gens se sont toujours dit de mauvaises choses. Le mensonge a toujours existé. Nous avons néanmoins réussi. Ce n’est pas un problème, nous n’avons aucune raison de vouloir que les puissants le résolvent pour nous

.❖Caitlin Johnston@caitozUn régime qui pointe des armes sur des gens parce qu’ils brandissent des caméras est un régime qui considère la vérité comme une menace.Chris Hutchinson@ChrisHu34451470Les forces d’occupation israéliennes attaquent brutalement le caméraman de Palestine TV Mohammed Enaya. https://t.co/e268FZGYrP23:12 ∙ 21 oct. 20223 754 J’aime1 786 retweets

La science devrait être l’entreprise la plus collaborative au monde. Chaque scientifique sur terre devrait collaborer et communiquer. Au lieu de cela, à cause de nos modèles basés sur la concurrence, c’est exactement le contraire : l’exploration scientifique est divisée en innovateurs en concurrence avec d’autres innovateurs, des sociétés en concurrence avec d’autres sociétés, des nations en concurrence avec d’autres nations. 

Si nous pouvions voir combien nous perdons au profit de ces modèles basés sur la concurrence, combien d’innovations ne sont pas réalisées, combien d’épanouissement humain est sacrifié, comment nous perdons presque tout notre potentiel intellectuel au profit de ces modèles, nous tomberions à genoux et hurlons de rage. 

Si la science avait été une entreprise d’esprit de ruche mondiale entièrement collaborative au lieu d’être divisée et retournée contre elle-même pour le profit et la puissance militaire, notre civilisation serait incroyablement plus avancée qu’elle ne l’est. 

C’est une certitude . 

Nous avons abandonné le paradis pour enrichir quelques bâtards. Il n’est pas trop tard pour changer , bien sûr. Nous pourrions encore abandonner nos modèles basés sur la compétition pour des modèles basés sur la collaboration et créer ensemble le paradis sur terre ; nous devons juste le vouloir assez fort en tant qu’espèce. 

Une société basée sur la collaboration où chacun obtient ce dont il a besoin ne se contenterait pas d’éliminer les inefficacités et les obstacles créés par la concurrence : elle libérerait la matière grise de toute notre espèce pour se consacrer à l’innovation et à la découverte. 

Comme l’a dit Stephen J Gould, « je suis, en quelque sorte, moins intéressé par le poids et les circonvolutions du cerveau d’Einstein que par la quasi-certitude que des personnes de talent égal ont vécu et sont mortes dans des champs de coton et des ateliers clandestins. »

La pauvreté, les inégalités, le système des brevets, la nécessité de gagner de l’argent pour survivre, la concurrence des entreprises, le secret des entreprises, la concurrence entre États, le secret d’État, la guerre, le militarisme ; tous ces drainages ne nous laissent qu’une infime fraction de notre potentiel scientifique disponible. 

Surmonter les obstacles existentiels que nous nous sommes créés va nécessiter une quantité énorme de brillance, et nous n’aurons pas accès à cette brillance tant que nous ne deviendrons pas une espèce consciente et que nous ne passerons pas de modèles basés sur la concurrence à des modèles collaboratifs.
Publicité

4 réflexions sur “L’Ukraine n’est pas la bonne guerre, c’est juste la guerre actuelle, celle qu’ils promeuvent par leur propagande

  1. Encore une fois, à moyen terme et à la vue de l evolution des 2 blocs (BRICS et OTAN) qui se scindent inévitablement, il suffirait qu’à terme la Chine arme la Russie en se mettant officiellement de son côté sur l Ukraine, alors les US se prendront en pleine poire leur stratégie du « rapport de forces » sur le long terme. .. Sans compter une UE pouvant siffler la fin de partie du tout obéir aux US. l Histoire s’accèlere depuis peu …

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s