La réponse de Scholz au sabotage de son pipe line: se rapprocher des Chinois. Lecture indispensable.

 

BY 

M. K. BHADRAKUMAR

La diplomatie allemande a présenté un spectacle fascinant de « contrepoint » avec la ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock accueillant ses partenaires du G7 à Münster les 3 et 4 novembre, alors même que le chancelier Olaf Sholz embarquait de Berlin pour une visite d’une journée à Pékin. 

La séance photo montrait le secrétaire d’État américain Antony Blinken flanquant Baerbock à la table principale avec la sous-secrétaire d’État Victoria Nuland – mieux connue comme la maîtresse de cérémonie lors du coup d’État «Maidan» de 2014 à Kiev – regardant par derrière. 

L’Allemagne rattrape son retard sur le photojournalisme. Sérieusement, la photo n’aurait pas pu figer de manière plus significative pour le public mondial le double visage de la diplomatie allemande alors que la coalition de l’actuel gouvernement tire dans des directions différentes. 

Essentiellement, Baerbock a souligné son mécontentement face à la visite de Scholz en Chine en rassemblant autour d’elle les homologues du G7 partageant les mêmes idées. Même selon les normes de la politique de coalition, c’est un geste excessif. Lorsque le plus haut dirigeant d’un pays est en visite à l’étranger, une démonstration de dissonance sape la diplomatie. 

De même, les homologues du G7 de Baerbock ont ​​choisi de ne pas attendre le retour de Scholz. Apparemment, ils ont l’esprit fermé et la nouvelle des discussions de Scholz à Pékin n’y changera rien. 

Dès lundi, Scholz devrait en bonne logique demander la démission de Baerbeck. Mieux encore, cette dernière devrait présenter sa démission. Mais ni l’un ni l’autre ne le fera. 

À l’approche de la visite de Scholz en Chine, il a été vivement critiqué pour avoir entrepris une telle mission à Pékin avec une délégation commerciale de puissants PDG allemands. De toute évidence, l’administration Biden s’est tournée vers Baerbock et les cercles influents «atlantistes» intégrés à l’économie politique allemande pour mener la charge. 

Scholz a-t-il mordu plus qu’il ne pouvait avaler ? La réponse dépend d’une contre-question: Scholz vise-t-il un héritage dans la grande tradition de ses prédécesseurs au Parti social-démocrate, Willy Brandt (1969-1974), Helmut Schmidt (1974-1982)?  

Ces deux figures titanesques ont pris des initiatives révolutionnaires envers l’ex-Union soviétique et la Chine respectivement à des moments décisifs de l’histoire moderne, défiant les chaînes de l’atlantisme qui ont freiné l’autonomie stratégique de l’Allemagne et consigné ce pays comme un subalterne dans le système d’alliance dirigé par les États-Unis. 

La différence cardinale aujourd’hui est que Brandt (qui a navigué dans l’Ostpolitik en ignorant les furieuses protestations américaines contre le tout premier gazoduc reliant les champs gaziers soviétiques à l’Allemagne) et Schmidt (qui a saisi le moment pour profiter de la normalisation américano-chinoise) – et le chancelier Gerhard Schroeder (1998-2005) aussi, qui a étendu et approfondi l’expansion des relations commerciales avec la Russie et a noué une relation de travail sans précédent avec les dirigeants du Kremlin, au grand dam de Washington, était des dirigeants affirmés. 

Autrement dit, tout dépend de la volonté collective de l’Allemagne de briser   le plafond de verre de l’OTAN, que Lord Ismay, le premier secrétaire général de l’Alliance, avait succinctement capturé comme destiné à « keep the Soviet Union out, the Americans in, and the Germans down.” ». .” Actuellement, l’interaction de trois facteurs a un impact sur la politique allemande. 

Tout d’abord, la stratégie Indo-Pacifique. 

Ne vous méprenez pas, la guerre par procuration en Ukraine est une répétition générale de l’inévitable confrontation entre les États-Unis et la Chine sur la question de Taiwan. Dans les deux cas qui impliquent l’équilibre stratégique mondial, les enjeux sont extrêmement élevés pour l’hégémonie mondiale des États-Unis et la multipolarité dans l’ordre mondial. 

L’Allemagne a un rôle central dans cette lutte historique, non seulement en occupant le terrain très instable au milieu de l’Europe qui porte également des vestiges de l’histoire, mais en étant la puissance économique du continent au seuil de devenir une superpuissance. 

L’inquiétude à Washington va de soi: la visite de Scholz en Chine pourrait contrecarrer le dessein géopolitique des États-Unis qui vise à répéter l’exploit impressionnant de réussir l’unité occidentale sur l’Ukraine si les tensions débordent en Asie-Pacifique et que la Chine est forcée d’agir. 

Bien sûr, aucune analogie n’est totale car il est peu probable que la Chine opte pour une opération militaire spéciale mesurée et progressive de 9 mois comme la Russie pour «écraser» l’armée taïwanaise et détruire l’État ukrainien. Elle agira vite. Ce sera la guerre mondiale dès le premier jour. 

L’analogie est complète, cependant, si on se place au niveau des les sanctions infernales que l’administration Biden imposera à la Chine et du brigandage de la confiscation des «avoirs gelés» de la Chine (dépassant au moins un trillion de dollars)qui s’ensuivra, en plus de paralyser la Chine au niveau des chaînes d’approvisionnement. 

Qu’il suffise de dire que « refaire à la Chine le coup de l’ Ukraine » constitue la clé de la perpétuation de l’hégémonie mondiale des États-Unis. Les actifs financiers de la Chine sont appropriés pour soutenir l’économie en difficulté de l’Amérique, le statut du dollar en tant que monnaie mondiale, le néo-mercantalisme et le contrôle des mouvements de capitaux, etc. . 

Deuxièmement, la grande victoire diplomatique de l’administration Biden jusqu’à présent a été dans la politique transatlantique où elle a réussi à consolider sa domination sur l’Europe en mettant au centre de la scène la question russe. Les craintes manichéennes des pays européens d’une résurgence historique de la puissance russe ont opportunément été attisées. 

Peu de gens s’attendaient à une résurgence russe si peu de temps après le célèbre discours du président Vladimir Poutine à la Conférence de Munich sur la sécurité en février 2007. 

Le récit occidental à l’époque était que la Russie n’avait tout simplement pas la capacité de se régénérer en tant que puissance mondiale, car la modernisation de l’armée russe était irréalisable. On peut dire que toute la diplomatie de la chancelière Angela Merkel envers la Russie (2005-2021) reposait sur ce récit facile. 

Ainsi, lorsque Poutine a annoncé de manière très inattendue lors d’une réunion du Conseil du ministère de la Défense à Moscou le 24 décembre 2019 que la Russie était devenue le leader mondial de l’armement hypersonique et que « pas un seul pays ne possède d’armes hypersoniques, encore moins d’armes hypersoniques à portée continentale », l’Occident l’a entendu avec une horreur non dissimulée. 

L’équipe Biden a profité de la profonde inquiétude dans les capitales européennes pour les rallier et susciter « l’unité occidentale » sur l’Ukraine. 

Mais une fissure capillaire apparaît maintenant au cours de la visite de Scholz à Pékin. Blinken s’est précipité pour repousser Scholz dans le giron. 

Troisièmement, à la suite de ce qui précède, une contradiction fondamentale est apparue   aujourd’hui alors que les «sanctions infernales» de l’Occident contre la Russie ont explosé sur les Européens, les poussant dans la récession. 

L’Allemagne a été très durement touchée, guettant le spectre de l’effondrement de secteurs entiers de son industrie, du chômage qui en résulte et des troubles sociaux et politiques. 

Le miracle industriel allemand reposait sur la disponibilité d’un approvisionnement énergétique bon marché, illimité et assuré en provenance de Russie et la perturbation crée des ravages. De plus, le sabotage des pipelines Nord Stream exclut une relance du lien énergétique entre l’Allemagne et la Russie, ce que l’opinion publique allemande souhaite. 

Certes, avec toutes les données disponibles sur les fonds marins de la mer Baltique, Scholz doit être bien conscient des conséquences géopolitiques de ce que les États-Unis ont fait à l’Allemagne. Mais il n’est pas en mesure de créer un chahut et il a plutôt choisi d’intérioriser le sentiment d’amertume, d’autant plus que l’Allemagne est dans une position humiliante de devoir acheter du GNL horriblement cher à des entreprises américaines pour remplacer le gaz russe. 

La seule option qui reste à l’Allemagne est de tendre la main à la Chine dans une recherche désespérée pour relancer son économie. 

Incidemment, la mission de Scholz visait principalement la relocalisation des unités de production de BASF, la multinationale allemande de la chimie et le plus grand producteur de produits chimiques au monde, en Chine. 

Il est hautement improbable, cependant, que Washington laisse les mains libres à Scholz. Fortuitement pour Washington, les partenaires de la coalition de Scholz sont des atlantistes sans fard et sont également prêts à jouer le jeu américain. 

Brandt ou Schroeder auraient riposté, mais Scholz n’est pas un combattant de rue, bien qu’il perçoive le grand dessein des États-Unis de transformer l’Allemagne en appendice de l’économie américaine et de l’intégrer dans une chaîne d’approvisionnement unique. En termes simples, Washington s’attend à ce que l’Allemagne soit un rouage indispensable dans la roue de l’Occident collectif. 

Pendant ce temps, Washington tient une main forte, car le secteur des entreprises allemand est également une maison divisée avec de nombreuses entreprises qui sont bien placées pour bénéficier du changement de modèle économique que Washington promeut, montrant une réticence à soutenir Scholz – bien qu’il soit lui-même un chancelier corporatiste.

Les États-Unis savent tirer parti de telles situations. 

Selon certaines informations, certaines entreprises allemandes de haute technologie n’ont pas accepté l’invitation de Scholz à l’accompagner à Pékin, notamment les PDG de Mercedes-Benz, Bosch, Continental, Infineon, SAP et Thyssen Krupp.    

EN PRIME

Publicité

8 réflexions sur “La réponse de Scholz au sabotage de son pipe line: se rapprocher des Chinois. Lecture indispensable.

  1. Bonsoir.
    L’Allemagne comme toute l’Europe, enfin ceux qui le souhaiteraient, ne peuvent sortir de l’emprise américaine qu’en sortant leur banques du marché dollar, ce qu’ils savent trés bien, être leur chaines otaniennes. Or, il faut dix ans au moins devant soit, soit une guerre que les États Unis perdent. Que mise l’Allemagne en Chine ? Peut être une défaite américaine sur Taïwan, et sur leur sol ?

    J’aime

  2. « Dès lundi, Scholz devrait en bonne logique demander la démission de Baerbeck. Mieux encore, cette dernière devrait présenter sa démission. Mais ni l’un ni l’autre ne le fera. »
    Pour l’Allemand de la rue, c’est « Ein Affentheater ! », littéralement « un théâtre de singe ! « .

    J’aime

  3. Scholtz n’a surement pas le choix mais il prend un énorme risque.

    Car ce qu’il manque comme toujours avec nos dirigeants européens c’est de la cohérence. Pendant qu’il va en Chine et semble faire un pied de nez aux américains, il achète des F16 et, même en trainant la patte, obéit aux ordres US pour sanctionner la Russie.

    Il ne fait pourtant pas de doute que l’Allemagne sera encore cocue si les américains réussissent à pousser la Chine à attaquer Taïwan.

    La propagande mettra les chinois du côté des méchants et imposera des sanctions comme elle l’a fait pour les russes.

    Les américains utilisent la même méthode qu’en Ukraine en surarmant Taïwan de sorte que les chinois sont obligés de se demander s’il ne vaut pas mieux attaquer avant d’avoir des ogives nucléaires sous le nez.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s