Une réflexion de John Mauldin sur la retraite. Le meilleur plan de retraite c’est de « ne pas la prendre ».

Je vous livre ce texte de Mauldin à titre didactique.

Il ne s’applique pas exactement a la situation française de retraite dite par répartition, mais on peut transposer. Et puis la capitalisationa a progressé.

On bute dans tous les cas sur l’impossible, sur la difficulté a financer les retraites de façon orthodoxe et en tenant le promesses faites.

Mauldin est clair, compétent et dans tous les cas sa lecture est enrichissante.

La question des retraite est liée à celle de la masse de capital, de sa profitabilité, à celle des progrès dans l’espérance de vie, à celle du rapport actifs contre inactifs, à celle de l’émigration , à celle de l’inflation etc etc .

Helas les syndicats et la presse ayant renoncé depuis longtemps a la compétence et a la vérité vous ne risquez pas d ‘être éclairés honnêtement sur ces problématiques.

En attendant je pense comme Mauldin que la meilleure façon de prévoir sa retraite c’est d’envisage de ne pas la prendre.

Ce n’est pas une boutade.

Yellen a dit -et ce n’est pas tombé dans l’oreilled ‘un sourd- que la monnaie était un bien piètre réservoir de valeur. Je le pense egalement. mais Yellen devait penser que les actifs financiers étaitent un bien meilleur reservoir et là , elle se trompait ou elle mentait.

Pourquoi ? Parce que les actifs financiers sont considérablement surévalués en regard des promesses que l’économie peut tenir. Donc ils seront dépréciés, amputés et non seulement ceux qui ont des actifs financiers perdront sur le prix de ces actifs financiers mais ils perdont car ils sont libellés en monnaie fondante!

Mon opinion est qu’il n’y a pas de reservoir de valeur , tous les reservoirss de valeurs representent du travail mort, cristallisé » et le travail mort est et sera dévalorisé. Pour se defendre il n’y a que le travail vivant, son propre travail ou celui de sa famille.

Mais bien sur continuer à travailler c’est un choix personnel.

Et encore tout le monde n’a pas ce choix!

Encore un mot:

la politique des gouvernments et de leurs administration consiste à mentir, tromper et reporter les problèmes dans le futur pour les faire assumer par ceux qui n’ont pas pris les décisions et n’en sont pas responsables.

Tous les gouvernements sont en partie populistes au sens de démagos. Regardez le Macron, ses déficits et sont stock de dettes ! A ce titre dans le monde actuel des retraite tout est faux, bidonné.

Bonne lecture

Historiquement parlant, cette phase de la vie que nous appelons « la retraite » est un nouveau concept. 

L’idée de pouvoir arrêter de travailler à un certain âge était inconnue jusqu’à tout récemment. Les gens travaillaient aussi longtemps qu’ils le pouvaient physiquement, puis mouraient rapidement à moins qu’ils n’aient de la famille ou des serviteurs pour s’occuper d’eux. C’était normal et accepté.

Maintenant, nous avons des attentes différentes, du moins dans le monde développé. Nous pensons que la vie devrait se terminer par une décennie ou deux de loisirs relatifs. Le défi est que les loisirs ne sont pas gratuits. La population qui ne travaille pas pour subvenir à ses besoins a besoin d’une sorte de mécanisme de financement… et c’est là que ça commence à se compliquer.

Idéalement, la retraite serait autofinancée, les personnes accumulant des économies pendant leurs années de travail pour les dépenser à la retraite. C’est plus facile à dire qu’à faire. Beaucoup de gens ne peuvent pas ou n’épargnent pas assez, pour une grande variété de raisons.

Mais le vrai problème est le grand nombre de personnes qui pensent qu’elles sont prêtes pour la retraite mais qui ne le sont pas. J’ai décrit certaines des raisons le mois dernier dans Pension Sandpile , mais c’est en fait encore pire. Non seulement les tas de sable vont s’effondrer, mais des millions de personnes seront sous eux quand ils le feront.

Aujourd’hui, nous allons approfondir ce problème. Comme vous le verrez, les régimes de retraite et les régimes de retraite modernes dépendent d’hypothèses que personne ne devrait tenir pour acquises, mais pratiquement tout le monde le fait.

Très sensible

Les « régimes de retraite sous-financés » dont nous entendons parler sont généralement des régimes à prestations déterminées (ci-après PD). Cela signifie que les bénéficiaires (c’est-à-dire les travailleurs retraités) se voient promettre certains paiements selon un calendrier défini à vie. Parfois, ils bénéficient également de prestations de soins de santé. Ce qui n’est pas défini aussi clairement, c’est d’où viendra l’argent et combien est nécessaire.

Nous devons comprendre la différence entre « sous-financé » et « entièrement financé ». 

Je vais essayer d’expliquer cela avec un exemple simplifié. (Les lecteurs ayant une expertise en matière de retraite reconnaîtront que j’omets de nombreux détails. Ils sont importants mais marginaux ici).

Supposons que vous soyez responsable du régime à prestations déterminées d’une administration locale : un service d’incendie, par exemple. Vous savez combien de pompiers sont dévolus au régime, quand ils atteindront l’âge de la retraite et à combien s’élèveront leurs prestations mensuelles. Ajoutez des données sur l’espérance de vie et vous pouvez établir un calendrier de responsabilité de nombreuses années dans le futur.

Votre estimation montre qu’en 2032, vous aurez 1 000 retraités chacun devant recevoir 50 000 $ par an. (J’utilise des chiffres ronds pour plus de simplicité). Vous devez donc disposer de 50 millions de dollars en espèces pour les payer, mais vous n’en avez pas besoin maintenant. Vous avez dix ans pour l’accumuler.

Avec cette connaissance, vous pouvez faire un calcul de « valeur actuelle ». De quelle somme d’argent avez-vous besoin aujourd’hui pour être sûr d’avoir 50 millions de dollars dans dix ans?

Bien sûr, cela dépend du « retour » que vous pouvez faire d’ici là. En supposant des rendements annuels de 3 % pendant 10 ans, 37,2 millions de dollars maintenant deviendront 50 millions de dollars dans une décennie. La magie des intérêts composés.

Mais cela est très sensible à votre hypothèse de taux. À 5 %, vous n’avez besoin que de 30,6 millions de dollars. Supposons 7 %, et ce n’est que 25,4 millions de dollars. Supposons prudemment 1%, et vous aurez besoin de 45,3 millions de dollars. (Vous pouvez jouer avec les maths vous-même ici .)

Naturellement, puisque nous aimons tous garder nos problèmes gérables, les promoteurs de régimes de retraite gravitent autour d’hypothèses de rendement plus élevé. Cela leur permet de minimiser les cotisations de l’année en cours, ce qui plaît à la fois aux contribuables et aux pompiers, mais cela ne change rien au calcul. Des problèmes suivront si les rendements futurs ne correspondent pas aux hypothèses.

Notez que cet exemple ne représente qu’environ un an de dettes futures. La situation réelle est beaucoup plus complexe, avec des passifs s’étendant loin dans le futur. 

Nous disons qu’un régime est « sous-capitalisé » lorsque sa trajectoire actuelle rendra les retraites impossibles à payer à un moment donné. Et ces hypothèses peuvent être optimistes. Si vous projetez un rendement de 7 % et que vous n’obtenez que 4 % à 5 %, votre conseiller en retraite peut dire que vous êtes correctement financé sur la base des hypothèses, mais le chiffre réel en bas à droite dira autre chose.

Malheureusement, dans tant de villes et d’États, ils prennent les projections roses et passent à autre chose, car prendre la projection la moins optimiste (si réaliste) signifie que vous devez prélever de l’argent sur le budget actuel qui est destiné à la police, aux nids-de-poule et aux parcs. Trop souvent, la décision est de reporter la cotisation de retraite d’une année, puis d’une autre….

Et il est essentiel de comprendre que les prestations de retraite ne sont pas facultatives. Ils doivent être payés comme défini, et le non-paiement constitue un défaut. Dans certains États, les gouvernements sont tenus par la Constitution de verser la totalité des prestations, comme promis. Cela semble juste, mais que se passe-t-il lorsque les pensions représentent 50 % ou plus de votre budget et que vous souhaitez augmenter les impôts ?

C’est encore plus compliqué, cependant, parce que les passifs eux-mêmes impliquent également des hypothèses. J’ai mentionné l’espérance de vie. C’est assez prévisible dans un groupe assez grand, mais les choses peuvent changer. Un remède contre le cancer ou les maladies cardiaques serait merveilleux pour l’humanité, mais un gros problème pour les engagements de retraite.

Ensuite, il y a l’inflation. De nombreux régimes PD (la plupart?) incluent des ajustements au coût de la vie basés sur le CPI ou sur un autre point de référence. Cela signifie que les calculs doivent refléter les rendements réels. Ils n’ont pas besoin de seulement 3 % (ou quel que soit l’objectif qu’ils choisissent) pendant dix ans, etc. Ils ont besoin de 3 % de plus que l’inflation pour cette période.

Des rendements réels positifs ne se produisent pas automatiquement, en particulier dans une économie aussi endettée que la nôtre et avec le genre de mauvaise gestion fiscale et monétaire comme c’est maintenant normal. 

Leur taille même empêche les plans géants de faire mieux que les références. À long terme, la meilleure hypothèse est qu’ils ne croîtront que dans la mesure où l’économie croît. Ce qui, sur la base du PIB de la dernière décennie environ, signifie 2 % de rendements réels et probablement moins à l’avenir. Peu d’employeurs peuvent payer les cotisations nécessaires pour faire fonctionner un régime PD à ce taux.

Mais le vrai problème, c’est l’incertitude. 

Les régimes de retraite à prestations déterminées sont structurés autour de tant d’hypothèses sur des choses que personne ne peut savoir – les risques à long terme sont incalculables. C’est pourquoi les entreprises privées les ont en grande partie abandonnées il y a longtemps.

Ceux qui ont le luxe d’imposer des impôts pensent différemment ; par conséquent, les plans DB sont toujours populaires pour les gouvernements, qui peuvent transférer le problème à d’autres personnes qui ne l’ont pas créé.

Investir est difficile

En théorie, les régimes PD peuvent fonctionner avec une gestion conservatrice et un peu de chance. Ceux-ci sont rares. Elles sont un peu comme des banques dans un système de réserve fractionnaire. C’est un numéro de jonglage géant dans lequel certains jongleurs vont manquer. Vous ne savez pas qui ni quand.

Le système bancaire fonctionne parce qu’il a un prêteur en dernier ressort : le système de la Réserve fédérale. Les régimes PD ont également un garant ultime, la Pension Benefit Guaranty Corporation (PBGC) à charte fédérale. Il lui manque la plupart des pouvoirs de la Fed et est lui-même sous-financé. Même lorsque PBGC fonctionne, les prestations qu’elle verse aux travailleurs dont les plans ont échoué sont souvent bien inférieures à ce qui avait été promis aux travailleurs. Et cela ne couvre que les plans du secteur privé, pas les gouvernements étatiques ou locaux où résident la plupart des problèmes.

Comme indiqué ci-dessus, le secteur privé est principalement passé à 401K et à des régimes similaires à « cotisations définies ». Les employeurs et les travailleurs contribuent en espèces chaque année, après quoi les rendements dépendent de la façon dont le travailleur choisit d’investir. Les employeurs aiment ces régimes parce qu’ils ne créent pas d’obligations futures pour l’employeur . Le risque ne disparaît pas ; il est simplement transféré aux travailleurs, qui peuvent ou non être en mesure de prendre leur retraite avec autant de revenus que prévu.

Ici, nous avons une déconnexion. De nombreux travailleurs aiment les plans 401K parce qu’ils peuvent contrôler leur propre destin. D’autres, peut-être la plupart, n’ont aucun intérêt à prendre des décisions de placement et souhaitent que quelqu’un d’autre le fasse à leur place, comme c’est le cas dans un régime PD. Il n’est pas clair que l’un ou l’autre des groupes obtienne des résultats optimaux. Investir est difficile même pour les professionnels à temps plein. Parfois, cela semble particulièrement difficile pour les professionnels à temps plein.

Pire encore, les travailleurs sont tentés de se retirer et de dépenser leurs fonds de retraite chaque fois qu’ils changent d’emploi, ce qui, dans cette économie, est assez fréquent. La pénalité fiscale ne les décourage souvent pas, particulièrement les jeunes pour qui la retraite est une pensée lointaine.

En conséquence, ce n’est pas une bonne hypothèse que quelqu’un est prêt pour la retraite simplement parce qu’il a (ou avait) un plan 401K ou similaire. Leurs hypothèses peuvent être aussi irréalistes que celles des promoteurs de régimes à prestations déterminées.

Ensuite, il y a le fait gênant que de nombreux travailleurs passent la totalité ou la plupart de leurs années de travail sans 401K. Les employeurs ne sont pas obligés de les offrir. Beaucoup ne le font pas, ou ne le faisaient pas jusqu’à tout récemment. Les IRA sont plus largement disponibles, mais le travailleur doit prendre des initiatives pour y arriver. Les gens ont d’autres choses en tête. Et même s’ils reconnaissent le besoin, épargner est difficile lorsque vous êtes dans les 2 à 30 % inférieurs de l’échelle des revenus avec un enfant et des prix élevés de l’essence et de la nourriture.

Tout cela signifie que le problème des «retraites non capitalisées» est bien plus grave que l’on ne pense , des millions de personnes atteindront l’âge de la retraite dans une position médiocre (ou pire) parce que leurs plans 401K et IRA n’ont pas fonctionné ou qu’ils n’ont pas suffisamment épargné.

La solide performance des marchés boursiers et la baisse générale des taux d’intérêt (qui favorisent les rendements obligataires) nous ont longtemps protégés des conséquences de cette situation. 

Ces jours sont comptés, je pense.

« Mais John, » dites-vous, « Ceux qui n’ont pas planifié ou qui ont eu de la malchance ont toujours la sécurité sociale. Ils iront bien, même si leurs années dorées ne sont pas si dorées.

Je n’en serais pas si sûr.

Sécurité non financée

Aux États-Unis, nous avons un système de retraite de la sécurité sociale couvrant, plus ou moins, tous ceux qui ont déjà eu un emploi. Il est financé par une taxe « FICA » prélevée sur les travailleurs et les employeurs. Les prestations d’un retraité sont calculées à partir d’une formule qui tient compte de son âge et du salaire gagné de tous ses emplois.

Fonctionnellement, la sécurité sociale est essentiellement un régime géant à prestations définies. La participation ne nécessite aucune action de votre part. Vous avez une certaine latitude quant au moment de votre retraite, ce qui peut faire une différence. Sinon, il suffit d’avoir un travail, et tout le reste est automatique.

L’idée originale était que la sécurité sociale serait autosuffisante, les impôts d’un plus grand nombre de travailleurs soutenant un plus petit nombre de retraités. 

C’est généralement vrai , mais c’est de plus en plus difficile. Le dernier rapport du fiduciaire montre que le fonds en fiducie qui couvre les retraités et leurs survivants sera épuisé en 2034.

En d’autres termes, la sécurité sociale est « non capitalisée » à peu près de la même manière que de nombreux régimes à prestations définies – ce n’est pas un problème pour le moment, mais cela le deviendra si rien ne change.

On espère que le Congrès n’attendra pas jusqu’en 2034 pour régler ce problème. Le retard rendra les choses plus difficiles, pas plus faciles. L’âge de la retraite, les critères de ressources et les montants des prestations seront probablement sur la table. Certaines de ces mesures sont attendues depuis longtemps. Le monde a changé depuis les années 1930, lorsque l’âge de 65 ans était considéré comme une «personne âgée». Nous vivons maintenant plus longtemps et en meilleure santé.

Cela nous amène à une autre différence entre la sécurité sociale et les régimes à prestations définies. Un plan DB est contractuel. L’employeur et les travailleurs conviennent de faire certaines choses, et il est très difficile pour l’employeur d’échapper à ses obligations en matière de prestations.

La sécurité sociale n’est pas comme ça. Vous n’avez pas de contrat avec le gouvernement. Le Congrès peut modifier les règles à tout moment, malgré le fait que vous avez payé toutes ces taxes FICA. Une affaire de la Cour suprême de 1960, Flemming v. Nestor , a statué que la sécurité sociale n’est qu’un autre programme de prestations et que le FICA n’est qu’un autre impôt. Payer la taxe ne vous « gagne » rien en retour.

Le Congrès ne voudra pas donner un coup de pied dans ce nid de frelons, bien sûr, mais il n’a pas non plus de pouvoirs magiques. Confrontée à des revenus limités, à une capacité d’emprunt limitée et à de nombreux plans de dépenses concurrents, elle devra faire des choix difficiles.

Je pense que l’histoire regardera en arrière et verra que ce rêve d’une retraite longue et tranquille n’a jamais été durable ou évolutif pour l’ensemble de la population. La plupart de ceux qui s’attendent à une telle retraite seront cruellement déçus.

Mon mentor de longue date, le Dr Gary North, a toujours dit que le meilleur plan de retraite était « ne prenez pas votre retraite ».

 Il suivit également ses propres conseils, travaillant presque jusqu’au bout. Idéalement, nous devrions passer à un autre type de travail qui correspond à nos capacités changeantes. Continuez à générer des revenus aussi longtemps que vous le pouvez, en réservant les actifs du portefeuille jusqu’à ce que vous en ayez vraiment besoin.

Ma part consiste à aider les lecteurs comme vous à tirer le meilleur parti de vos portefeuilles, qu’ils soient grands ou petits. J’ai l’intention de le faire encore pendant de nombreuses années.

Réflexions sur l’emploi, les taux et la politique de la Fed

Il y a tellement plus que nous couvrirons à l’avenir sur les retraites, mais je veux faire un commentaire rapide sur la Fed, les taux d’intérêt et la politique.

Premièrement, le rapport sur l’emploi était assez solide, avec une augmentation de 261 000, 70 000 de plus que prévu. Ce n’était pas si fort qu’il a totalement anéanti les espoirs d’une pause au début de 2023, de sorte que la réponse initiale du marché a été positive. On verra d’ici la fin de journée et la semaine prochaine. Mais il y a quelques mises en garde.

Tout d’abord, ce rapport poursuit une série de nombres d’emplois mensuels généralement inférieurs :

« Le lissage de la volatilité mensuelle place la moyenne de l’emploi salarial sur 3 mois à 289k contre la moyenne sur 6 mois de 347k, la moyenne sur 12 mois de 442k et la moyenne de 2021 de 562k. 

Ainsi, la tendance au ralentissement est désormais évidente… » (h/t Peter Boockvar)

Deuxièmement, les emplois gouvernementaux ont été la moitié de la surprise à la hausse. Lorsque nous examinons l’enquête auprès des ménages, nous constatons des PERTES de 328 000, et nous obtenons ceci… les personnes âgées de 45 à 54 ans, qui sont les meilleures années de revenu, ont subi des PERTES de 406 000. Cela montre une réticence à embaucher et une volonté de supprimer des employés plus coûteux.

Troisièmement, le modèle naissance-décès a ajouté environ 455 000 emplois, soit 100 000 de plus qu’au même mois l’an dernier. J’ai récemment fait des entretiens où je souligne que les chiffres de l’emploi du BLS manquent toujours les tournants, et la raison peut souvent être trouvée dans les hypothèses d’emplois naissance-mort. (Remarque : il s’agit de la naissance et de la mort des entreprises, pas des personnes).

Nous sommes clairement à un point d’inflexion. 

Jerome Powell semble prêt à continuer à augmenter les taux jusqu’à ce qu’il voie un chiffre du chômage créer plus d’angoisse que le chiffre de l’inflation. Nous ne savons pas quel est ce chiffre. Certainement pas le taux de chômage de 3,7 % de ce rapport (+0,2 %), qui est historiquement encore assez élevé. Je ne pense pas que Powell sache quel combo inflation/chômage justifiera une pause. C’est l’une de ces choses « nous le saurons quand nous (Powell) le verrons ».

Je pense toujours qu’un taux des fonds fédéraux de 5 % et plus et un taux de chômage de 5 % et plus sont une estimation aussi bonne que n’importe quelle autre. Et c’est ce qu’il faut pour enfoncer un pieu dans le cœur vampirique de l’inflation. Au lieu de sang, le vampire de l’inflation suce le pouvoir d’achat et les modes de vie à la retraite des retraités que nous avons mentionnés ci-dessus.

La Fed ne relèvera-t-elle ses taux que de 50 points de base lors de la prochaine réunion ? Peut-être, mais Powell a précisé qu’une trajectoire plus basse ne signifie pas un taux des fonds fédéraux inférieur à la fin. 

Comme je le dis depuis longtemps, Powell sonne et agit comme s’il avait trouvé son Volcker intérieur.

 Ceux qui espèrent une «pause et un pivot» devront peut-être attendre beaucoup plus longtemps qu’ils ne le pensent. Je ne pense pas que les responsables de la Fed réduiront les taux tant qu’ils ne verront pas l’inflation sous contrôle et évoluer dans la bonne direction.

Fait intéressant, une fois que les chiffres de l’inflation du loyer équivalent des propriétaire diminueront et que la baisse actuelle des prix commencera à apparaître dans les données, étant donné que toutes les autres forces désinflationnistes présentes dans les chaînes d’approvisionnement subsistent, nous pourrions voir l’inflation reculer assez rapidement (plus d’un quart ou deux). ALORS, juste peut-être, peut-être, nous obtiendrons une réduction de taux ou deux.

En attendant, la grande roue des hausses de taux d’intérêt continuera de tourner.

Jean Mauldin
Jean MauldinJohn Mauldin
Cofondateur, Mauldin Economics
Publicité

Une réflexion sur “Une réflexion de John Mauldin sur la retraite. Le meilleur plan de retraite c’est de « ne pas la prendre ».

  1. merci pour cet article: que des pepites!!!!

    « Un remède contre le cancer ou les maladies cardiaques serait merveilleux pour l’humanité, mais un gros problème pour les engagements de retraite. »

    « Et il est essentiel de comprendre que les prestations de retraite ne sont pas facultatives. Ils doivent être payés comme défini, et le non-paiement constitue un défaut. »

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s