L’escarpolette, la Fed admet que cela devient difficile à gérer!

Après un petit détour dans le zig, les marchés sont revenus dans le zag.

Bullard leur a fait le coup de l’escarpolette, selon sa mission et son role dans le comité du soviet suprême de la Fed.

Le S&P500 a chuté de 0,7 % (baisse de 16,8 % depuis le début de l’année).

Le Dow Jones est resté inchangé (baisse de 7,1 %). 

Les services publics ont augmenté de 0,7 % (en baisse de 5,6 %). 

Les banques ont chuté de 3,7 % (baisse de 19,9 %) et les courtiers ont chuté de 2,7 % (baisse de 3,7 %). 

Les Transports perdent 2,1% (-13,5%). 

Le S&P 400 des Midcaps a reculé de 0,8 % (-11,7 %) et les Small Cap du Russell 2000 ont chuté de 1,8 % (-17,6 %).

 Le Nasdaq100 a baissé de 1,2% (en baisse de 28,4%). 

Les semi-conducteurs ont chuté de 1,1 % (en baisse de 31,0 %). 

Les Biotechs reculent de 0,8% (-6,0%). 

7 novembre – CNBC:

« Le président de la Réserve fédérale de Louis, James Bullard, a déclaré… que la banque centrale a encore beaucoup de travail à faire avant de maîtriser l’inflation. 

Membre votant du Federal Open Market Committee chargé de fixer les taux, Bullard a prononcé des remarques centrées sur une approche de l’élaboration des politiques fondée sur des règles. 

En utilisant les normes établies par le professeur d’économie de Stanford, John Taylor, Bullard a insisté sur le fait que les mesures prises par la Fed jusqu’à présent sont insuffisantes. 

« Jusqu’à présent, le changement d’orientation de la politique monétaire semble n’avoir eu que des effets limités sur l’inflation observée, mais les prix du marché suggèrent qu’une désinflation est attendue en 2023 », a-t-il déclaré. 

Même en utilisant des hypothèses qu’il a qualifiées de « généreuses » concernant les progrès que la Fed a réalisés jusqu’à présent dans sa lutte contre l’inflation, il a noté dans une série de diapositives que « le taux directeur n’est pas encore dans une zone qui peut être considérée comme suffisamment restrictive« . « Pour atteindre un niveau suffisamment restrictif, le taux directeur devra encore être relevé », a-t-il ajouté… »

Il convient de noter que Bullard a été l’un des premiers responsables de la Fed à faire « pivoter » les marchés après l’effondrement du marché obligataire au Royaume-Uni. Bullard joue son rôle, un role qu’il affectionned epuis longtemps.

La crédibilité de Bullard est bonne meme si il a l’habitude de se contredire. On ne lui en tient pas rigueur car il donne des « tuyaux » aux initiés des marchés; il les avertit des tournants ou des corections qu’il convient d’apporter aux anticipations.

Bullard a sifflé la fin de la récréation dont le début avait été signifié apr la publicationdes derniers de hausse des prix.

Les taux des bons du Trésor à trois mois ont terminé la semaine à 4,1325 %. 

Les rendements gouvernementaux à deux ans ont bondi de 20 points de base à 4,54 % (en hausse de 380 points de base depuis le début de l’année). 

Les rendements des bons du Trésor à cinq ans ont augmenté de sept points de base à 4,01 % (en hausse de 275 points de base). 

Les rendements des bons du Trésor à dix ans ont ajouté deux points de base à 3,83 % (en hausse de 232 points de base).

 Les rendements obligataires longs ont chuté de neuf points de base à 3,93 % (en hausse de 203 points de base). 

Les rendements de l’indice de référence Fannie Mae MBS ont augmenté de trois points de base à 5,32 % (+325 points de base).

La spéculation sur les marchés est colossale et le fine tuning est plus que jamais indispesnable, il doit être fait au jour le jour tant les sommes en jeu sont importantes. Cela devient pure folie. la Fed ne pouvait laisser les marchés s’emballer sur cette bonne nouvelle de l’indice des prix, car les risques étaient beaucoup trop grands !

Qu’on en juge. Plus que la hausse ou la baisse le vrai problème auquel les autorités doivent faire face c’est l’instabilité.

14 novembre – Bloomberg  :

« Les quants à argent rapide ont été effectivement contraints d’acheter environ 225 milliards de dollars d’actions et d’obligations en seulement deux séances de bourse Alors que le refroidissement des données sur les prix à la consommation a déclenché un rallye multi-actifs, les traders qui suivaient les tendances ont été contraints de dénouer des positions courtes totalisant environ 150 milliards de dollars en actions et 75 milliards de dollars en titres à revenu fixe jeudi et vendredi, a estimé le stratège de JPMorgan Nikolaos Panigirtzoglou.

18 novembre – MarketWatch :

« Les options sur actions d’une valeur nominale de 2,1 trillions de dollars doivent expirer vendredi lors du dernier événement mensuel où les options hebdomadaires et mensuelles liées à des actions uniques, des indices boursiers et des fonds négociés en bourse expirent… Chaque mois , une équipe d’analystes de Goldman Sachs publie une ventilation des options qui arrivent à expiration. Et l’un des détails les plus notables du rapport de ce mois-ci est un graphique montrant combien de transactions se sont déplacées vers des contrats d’options avec 24 heures ou moins avant leur expiration. La négociation de ces types d’options représente désormais 44 % de l’ensemble des transactions sur options liées à l’indice S&P 500. Ils négocient désormais en moyenne 470 milliards de dollars en valeur notionnelle par jour… »

14 novembre – Financial Times :

« Acheter et vendre sur le plus grand marché obligataire du monde est censé être facile. Cependant, pendant la majeure partie de cette année, explique Gregory Whiteley, gestionnaire de portefeuille obligataire chez DoubleLine Capital, cela a été tout sauf simple. Whiteley dit qu’un trader pouvait auparavant mettre la main sur 400 millions de dollars de bons du Trésor américain – pas une quantité démesurée sur ce marché de 24 milliards de dollars – de manière routinière. Mais maintenant, cela implique généralement de diviser la commande en plus petits morceaux; peut-être en faisant 100 millions de dollars de transactions par voie électronique, explique-t-il, ….Le marché des bons du Trésor américain a subi une énorme frayeur au début de la pandémie de coronavirus… le marché obligataire le plus important du monde grince à nouveau. La liquidité sur le marché – une mesure cruciale de son bon fonctionnement – ​​est à son pire niveau depuis mars 2020… »

13 novembre – Financial Times :

« Les investisseurs ont versé des sommes record dans des fonds à effet de levier à haut risque cette année malgré l’effondrement des marchés financiers. Les fonds, conçus pour amplifier les gains du marché, aggravent également les pertes si les prix des actifs chutent… À l’échelle mondiale, les investisseurs ont injecté 28,3 milliards de dollars nets dans des fonds négociés en bourse à effet de levier et inversés au cours des neuf premiers mois de l’année…, soit 5,4% de tous achats d’ETF. C’est plus du double du total annuel de 13,2 milliards de dollars de 2021, qui ne représentait que 1,1 % des flux exceptionnels d’ETF de l’année dernière, et confortablement au-dessus du record annuel de 17 milliards de dollars établi en 2008. »

Les responsables de la conduite de la politique monétaire et je devrais ajouter de la politique financière, sont de plusen plus conscients de la difficulté de leur tache:

13 novembre – Financial Times :

« La banque centrale américaine entre dans une nouvelle phase de resserrement politique qui sera plus difficile à gérer, a averti un haut responsable, alors que la pression monte sur la Réserve fédérale pour tempérer ce qui est devenu l’un des ses campagnes les plus agressives pour augmenter les taux d’intérêt depuis des décennies. « Cette prochaine phase de l’élaboration des politiques est beaucoup plus difficile, car vous devez être conscient de beaucoup de choses », a déclaré Mary Daly, présidente de la succursale de San Francisco au Financial Times. «Vous devez être conscient du resserrement cumulatif qui est déjà dans le système. Il faut être conscient des décalages temporels de la politique monétaire. Vous devez être conscient des risques qui pèsent sur l’ensemble de l’économie mondiale et de l’énorme incertitude que nous avons même quant à l’évolution de l’inflation.

16 novembre – Bloomberg :

« Les responsables de la Réserve fédérale ont soutenu les attentes selon lesquelles ils modéreront les hausses de taux d’intérêt à 50 points de base le mois prochain, tout en soulignant la nécessité de continuer à grimper jusqu’en 2023… » Les données du passé de ces dernière semaines m’ont mis plus à l’aise en envisageant de passer à une hausse de 50 points de base », a déclaré Waller…« Mais je ne porterai pas de jugement à ce sujet tant que je n’aurai pas vu plus de données.

16 novembre – Reuters :

« La présidente de la Réserve fédérale de San Francisco, Mary Daly… a déclaré que le taux directeur de la banque centrale américaine pourrait se retrouver dans la fourchette de 4,75 % à 5,25 %, suffisamment élevé pour réduire l’inflation de l’économie, mais pas si haut au point de déclencher une grave récession. « Nous … nous resserrons dans une économie forte, et je suis toujours optimiste sur le fait que nous pouvons réduire cela afin que les Américains n’aient pas l’impression que nous avons résolu un mauvais problème en en causant un bien plus grave », a déclaré Daly… « 

Les Etats Unis ont fait la pause mais ailleurs on est resté sur l’effet positif des derniers indices de prix.

Les rendements grecs à 10 ans ont chuté de 27 points de base à 4,25 % (en hausse de 293 points de base depuis le début de l’année). 

Les rendements italiens ont chuté de 31 points de base à 3,90 % (+273 points de base). Les rendements espagnols à 10 ans ont chuté de 19 pb à 3,01 % (en hausse de 244 pb). 

Les rendements des Bunds allemands ont baissé de 15 points de base à 2,01 % (en hausse de 219 points de base). Les taux français ont baissé de 19 points de base à 2,48 % (+228 points de base). L’écart entre les obligations françaises et allemandes à 10 ans s’est rétréci de quatre à 47 points de base. 

Les rendements des gilts britanniques à 10 ans ont chuté de 12 points de base à 3,24 % (en hausse de 227 points de base). L’indice britannique des actions FTSE a progressé de 0,9 % (inchangé depuis le début de l’année).

L’indice Nikkei Equities du Japon a reculé de 1,3 % (en baisse de 3,1 % depuis le début de l’année). Les rendements japonais « JGB » à 10 ans ont ajouté un point de base à 0,25 % (en hausse de 18 pb depuis le début de l’année).

 Le CAC40 français a gagné 0,8% (-7,1%). L’indice des actions allemandes DAX a augmenté de 1,5 % (baisse de 9,1 %). 

L’indice des actions espagnoles IBEX 35 a augmenté de 0,4 % (en baisse de 6,7 %). 

L’indice italien FTSE MIB a gagné 0,9 % (en baisse de 9,8 %). 

Les actions des marchés émergents étaient pour la plupart en baisse. 

L’indice Bovespa du Brésil a chuté de 3,0 % (hausse de 3,9 %) et l’indice Bolsa du Mexique a reculé de 0,7 % (baisse de 3,2 %). 

L’indice Kospi de la Corée du Sud a chuté de 1,6 % (en baisse de 17,9%.

L’indice boursier Sensex de l’Inde a reculé de 0,2 % (hausse de 5,9 %).

 L’indice chinois de la Bourse de Shanghai a augmenté de 0,3 % (en baisse de 14,9 %). 

L’indice turc Borsa Istanbul National 100 a gagné 1,6 % (+144 %). L’indice actions russe MICEX a baissé de 0,5 % (-41,7 %).

Les fonds d’obligations de qualité supérieure ont enregistré des sorties de 895 millions de dollars, tandis que les fonds d’obligations de pacotille ont enregistré des entrées de 2,930 milliards de dollars (de Lipper).

Le crédit de la Réserve fédérale a diminué de 13,5 milliards de dollars la semaine dernière à 8,629 trillions. Le crédit de la Fed a baissé de 272 milliards de dollars par rapport au sommet du 22 juin. Au cours des 166 dernières semaines, le crédit de la Fed a augmenté de 4,902 trillions , soit 132 %. Le crédit de la Fed a gonflé 5 818 000 milliards de dollars, soit 207 %, au cours des 523 dernières semaines. 

Ailleurs, les avoirs de la Fed pour compte des propriétaires étrangers du Trésor, la dette des agences ont chuté la semaine dernière de 12,3 milliards de dollars à 3,308 milliards de dollars – le plus bas depuis juin 2017. Les  » avoirs en garde  » ont baissé de 160 milliards de dollars, soit 4,6 %, en glissement annuel.

Le total des actifs des fonds du marché monétaire a ajouté 3,0 milliards de dollars à 4,625 milliards de dollars. Le total des fonds monétaires a augmenté de 47 milliards de dollars, ou 1,0 %, en glissement annuel.

Les taux hypothécaires fixes à 30 ans de Freddie Mac ont chuté de 52 points de base à 6,56 % (en hausse de 346 points de base en glissement annuel).

 Les taux à quinze ans ont baissé de 40 points de base à 5,98 % (+359 points de base). Les taux ARM hybrides à cinq ans se sont effondrés de 53 points de base à 5,53 % (en hausse de 304 points de base). L’enquête de Bankrate sur les coûts des emprunts hypothécaires jumbo avait des taux fixes sur 30 ans en hausse d’un point de base à 6,85% (en hausse de 365 points de base).

Sur les devises : le dollar remonte

Pour la semaine, l’indice du dollar américain a ajouté 0,6 % à 106,93 (en hausse de 11,8 % depuis le début de l’année). 

Pour la semaine à la hausse, le dollar néo-zélandais a augmenté de 0,7 %, la livre sterling de 0,5 % et le peso mexicain de 0,3 %.

 À la baisse, la couronne norvégienne a baissé de 2,6 %, la couronne suédoise de 2,4 %, le won sud-coréen de 1,6 %, le franc suisse de 1,4 %, le yen japonais de 1,1 %, le réal brésilien de 0,9 %, le dollar canadien de 0,7 %, le dollar australien de dollar 0,5 %, le dollar singapourien 0,3 %, l’euro 0,2 % et le rand sud-africain 0,1 %. 

Le renminbi chinois (onshore) a baissé de 0,32 % par rapport au dollar (baisse de 10,73 % depuis le début de l’année).

Sur les matières premières :

L’indice Bloomberg Commodities a chuté de 1,8 % (en hausse de 15,8 % depuis le début de l’année). 

L’or au comptant a baissé de 1,2 % à 1 751 $ (en baisse de 4,3 %). L’argent a chuté de 3,5 % à 20,942 $ (en baisse de 10,2 %). 

Le brut WTI a glissé de 8,88 $ à 80,08 $ (en hausse de 7 %). 

L’essence a chuté de 7,2 % (en hausse de 9 %), tandis que le gaz naturel a bondi de 7,2 % à 6,30 $ (en hausse de 69 %). 

Le cuivre a chuté de 7,0 % (en baisse de 18 %). 

Le blé a gagné 1,0 % (en hausse de 7 %) et le maïs a augmenté de 1,1 % (en hausse de 13 %). 

Bitcoin a baissé de 180 $ cette semaine, ou 1,1 %, à 16 630 $ (en baisse de 64 %).

Publicité

2 réflexions sur “L’escarpolette, la Fed admet que cela devient difficile à gérer!

  1. La fête est finie.
    Les élections US de mi mandat sont derrières nous.
    Tout va pouvoir s accélérer maintenant.
    L orchestre du Titanic vient de jouer sa dernière partition.
    Sauve qui peut, tous aux chaloupes !
    Mince, y en a plus …

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s