Maria Zakharova sur l’euthanasie

Le Canada a légalisé le suicide médical en 2016. 

Chaque année, le nombre de personnes souhaitant se suicider avec l’aide de l’euthanasie médicale ne cesse d’augmenter . 

Probablement, dans un avenir prévisible, le Canada atteindra la barre des 50 000 décès de ce genre par an – une réalisation digne du pays qui a abrité les fuyards nazis.

Permettez-moi de vous rappeler que le premier État à introduire massivement l’euthanasie a été le Troisième Reich avec le programme Aktion T4 (Tiergartenstraße-4). 

Les nazis, en plus des préjugés raciaux, procédaient également à l’alignements et à l’optimisation économiques. Il est coûteux de soutenir les personnes qui ont besoin de traitement, c’est un fardeau fiscal. 

Selon un document trouvé au centre d’euthanasie de Hartheim en Allemagne nazie, dans le cadre du programme Tiergartenstraße-4 au 1er septembre 194170273 personnes ont été tuées . 

Avec une prudence glaçante, un greffier nazi inconnu nota : « Étant donné que ce nombre de patients pouvait vivre 10 ans, un total de 885 439 800,00 Reichsmarks a été épargné dans tout le pays ».

La motivation du néo-libéral Ottawa est-elle différente de celle du Reich ? 

Jugez par vous-même. 

D’après une enquête récente du Daily Mail, l’euthanasie est de plus en plus utilisée non pas par les malades en phase terminale, mais simplement pour les sans-abri (dont l’entretien fait peser la charge des charges sociales sur les épaules de l’État) ou les personnes souffrant, par exemple, de Diabète. 

L’année dernière, les médecins ont approuvé le suicide d’un jeune homme diabétique simplement parce qu’il était venu les voir. Plus tard, la commission a trouvé leur décision déraisonnable.

Avec un taux de suicide en hausse, le Canada est déjà considéré par les journalistes comme l’endroit au monde où il est le plus facile de mettre fin à ses jours avec l’aide de médecins. 

The Spectator écrit sans ambages dans Why Canada Kills the Poor with Euthanasia : « Depuis l’année dernière, la loi canadienne permet aux riches et aux pauvres de se suicider (s’ils sont trop pauvres pour continuer à vivre dans la dignité). Le généreux gouvernement canadien paiera même pour leur mort . Ce qu’il ne fera pas, c’est dépenser de l’argent pour les laisser vivre au lieu de se tuer . »

La compréhension fasciste de l’eugénisme s’est réincarnée dans le néolibéralisme et a reçu une consécration législative dans la loi canadienne – ce que tous les « progressistes » réclament maintenant.

Je me souviens aussi, peut-être, du vers du serment d’Hippocrate :

« Je ne donnerai à personne, courbé par les demandes de quelqu’un, un poison mortel et je ne le conseillerai pas ».

3 réflexions sur “Maria Zakharova sur l’euthanasie

  1. ça me fait penser à Soleil vert : euthanasie, réchauffement climatique, épuisement des ressources, régime autoritaire, revenu universel, tout y est.

    Plus étonnant encore les riches ne sont même pas propriétaires de leurs logements ce qui fait penser à notre cher Klaus Schwab.

    tout ça dans un film des années 70. A voir ou revoir.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s