Les combats en Ukraine pourraient se poursuivre jusqu’en 2023 – et même au-delà. 

PAR MK BHADRAKUMAR

Qu’attendre de l’offensive hivernale russe en Ukraine

PAR 

MK BHADRAKUMAR

En parcourant la transcription de 18 000 mots d’une réunion d’une heure que le président Vladimir Poutine a eue avec les « mères de soldats » vendredi dernier à Moscou, on a l’impression que les combats en Ukraine pourraient se poursuivre jusqu’en 2023 – et même au-delà. 

Dans une remarque des plus révélatrices, Poutine a reconnu que Moscou avait commis une gaffe en 2014 en laissant le Donbass une affaire inachevée – contrairement à la Crimée – en se laissant entraîner dans le cessez-le-feu négocié par l’Allemagne et la France et les accords de Minsk. 

Moscou a mis du temps à se rendre compte que l’Allemagne et la France étaient de connivence avec les dirigeants de Kiev pour faire échouer la mise en œuvre de l’accord de Minsk. Le président ukrainien de l’époque, Petro Porochenko, a admis dans une série d’entretiens avec des médias occidentaux ces derniers mois, notamment à la télévision allemande Deutsche Welle et à l’unité ukrainienne de Radio Free Europe, que le cessez-le-feu de 2015 était   une distraction destinée à gagner du temps à Kiev pour reconstruire son armée. 

Dans ses mots, « Nous avions réalisé tout ce que nous voulions, notre objectif était, d’abord, d’arrêter la menace [russe], ou au moins de retarder la guerre – de garantir huit ans pour restaurer la croissance économique et créer de puissantes forces armées. 

La soi-disant formule Steinmeier (proposée par le président allemand Frank-Walter Steinmeier en 2016 lorsqu’il était ministre des Affaires étrangères) sur le séquençage de l’accord de Minsk, avait appelé à la tenue d’élections dans les territoires séparatistes du Donbass en vertu de la législation ukrainienne et la supervision de l’OSCE ; et, si l’OSCE jugeait   le scrutin libre et équitable, alors un statut autonome spécial pour les territoires du Donbass serait lancé et le contrôle de l’Ukraine sur sa frontière la plus à l’est avec la Russie serait rétabli.   

Poutine a admis que la Russie avait accepté les accords de Minsk en ignorant les souhaits de la population russe du Donbass. Pour le citer, « Nous y sommes allés sincèrement. Mais nous n’avons pas vraiment ressenti l’état d’esprit des gens, il était impossible de bien comprendre ce qui s’y passait. Mais maintenant, il est probablement devenu évident que cette réunion [du Donbass] aurait dû avoir lieu plus tôt. Peut-être qu’il n’y aurait pas eu autant de pertes parmi les civils, il n’y aurait pas eu autant d’enfants morts sous les bombardements… » 

Pour la première fois, peut-être, un dirigeant sortant du Kremlin a admis avoir commis des erreurs. Le passage poignant ci-dessus   devient donc une pierre de touche pour les décisions futures de Poutine, alors que la mobilisation russe approche de la phase finale et d’ici la fin décembre, environ 4 lakh de troupes russes supplémentaires auront été déployées dans des positions avancées. 

En fin de compte, Poutine a claqué la porte d’un autre méli-mélo de meubles modernes et d’antiquités à la Minsk. Comment cela se traduit-il en réalité politique ? 

Tout d’abord, tout comme Moscou est ouvert au dialogue sans conditions préalables, les négociateurs russes seront liés par les récents amendements à la Constitution du pays, qui ont incorporé les régions de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporozhye dans la Fédération de Russie. 

Deuxièmement, la réunion de vendredi a été, de toute évidence, une initiative audacieuse de Poutine – risquée, politiquement parlant. Ses interlocuteurs comprenaient des mères venues de régions éloignées, dont les fils soit combattent activement sur le front de guerre, soit ont vécu la tragédie de fils tués dans les combats, soit gravement blessés et ont besoin d’une réhabilitation prolongée. 

C’étaient des femmes fortes, c’est sûr, et pourtant, comme l’a dit l’une d’entre elles de la petite ville de Kirovsk à Louhansk à Poutine en se remémorant la mort de son fils Konstantin Pshenichkin sur la ligne de front, « Mon cœur saigne, mon âme se fige, sombre des souvenirs obscurcissent mon esprit, des larmes, des larmes, et soudain mon fils me demande : « Maman, ne sois pas triste, je te verrai, tu n’as qu’à attendre. Tu traverseras cette vie pour moi, et dans cette vie, nous serons à nouveau ensemble.

Poutine a affirmé ouvertement – ​​ce qui est très inhabituel pour un dirigeant du Kremlin – qu’il s’était préparé pour la réunion. Mais il avait encore des surprises en réserve. De telles rencontres sont impossibles à chorégraphier tant les émotions refoulées se jouent devant les caméras de télévision. 

Ainsi, Marina Bakhilina de la République de Sakha, mère de trois fils (dont l’un est un soldat hautement décoré des Forces aéroportées d’élite, 83e Brigade et récipiendaire de l’Ordre du Courage) s’est plainte qu’il n’y a pas de plats chauds sur la ligne de front. Elle a dit à Poutine : « Comprenez-vous ce qui se passe ? Si nos gens ne peuvent pas fournir de repas chauds à nos soldats, moi, en tant que maître des sports et CMC de tir, j’aimerais aller là-bas, en première ligne pour cuisiner. 

Poutine a répondu gentiment : « Il semblerait que les problèmes aient déjà été pour la plupart résolus… cela signifie que tout n’est pas normal… » 

Ce qui ressort de ces échanges francs, c’est le capital politique massif de Poutine, issu de la grande consolidation qu’il a rassemblée pour amener la nation à se rallier à lui. L’ambiance générale de la réunion était celle de l’engagement envers la cause de la Russie et de la confiance dans la victoire finale. Bien sûr, cela renforce les mains de Poutine.

C’est là que l’analogie de la crise des missiles cubains de 1962 se défait. L’opinion publique n’était pas un facteur clé il y a 60 ans. En un mot,   le bon sens a prévalu en 1962 lorsque l’on s’est rendu compte que tout manquement à prendre en compte les intérêts de sécurité de la puissance rivale pouvait avoir une issue apocalyptique. 

La différence aujourd’hui est que si le président Joe Biden s’est isolé   et n’est pas responsable de sa poursuite acharnée d’une défaite russe sur le champ de bataille en Ukraine et d’un «changement de régime» qui s’ensuit à Moscou, Poutine insiste pour se tenir responsable devant son peuple. Est-ce qu’un politicien « libéral » occidental au pouvoir osera imiter l’extraordinaire rencontre de Poutine avec les « mères de soldats » ? 

Si les difficultés économiques entraînent des troubles sociaux et des troubles politiques en Europe occidentale, les politiciens au pouvoir seront désavantagés. Poutine mène une « guerre populaire », alors que les politiciens occidentaux ne peuvent même pas admettre qu’ils combattent la Russie. Mais combien de temps peut-on cacher au public en Pologne ou en France que leurs ressortissants se font tuer dans la steppe ukrainienne ? Les politiciens occidentaux peuvent-ils promettre que leurs « volontaires » ne sont pas morts en vain ? Que se passe-t-il si un flux de réfugiés d’Ukraine vers l’Europe de l’Ouest commence à l’approche de l’hiver ? 

En termes militaires, la Russie jouit d’une domination de l’escalade – une position nettement supérieure sur son rival de l’OTAN, à travers une gamme d’échelons au fur et à mesure que le conflit progresse. L’accélération de l’opération russe à Bakhmut en est un bon exemple. Le déploiement de troupes régulières ces derniers jours montre que la Russie est sur l’échelle de l’escalade pour conclure le « grind » vieux de 4 mois dans la ville de Bakhmut à Donetsk, que les analystes militaires décrivent souvent comme la cheville ouvrière de la défense de Kiev dans la région orientale du Donbass. . 

Un rapport du New York Times publié dimanche a souligné l’énorme ampleur des pertes subies par les forces ukrainiennes ces dernières semaines. De toute évidence, le groupe Wagner d’entrepreneurs militaires russes qui menaient les combats a immobilisé les forces ukrainiennes en position défensive, estimées à environ 30 000 soldats, y compris des unités d’élite « qui ont été usées par des assauts russes incessants ». 

Le rapport du Times admet, citant un responsable américain de la défense, que l’intention russe aurait pu être de faire de la ville de Bakhmut « un trou noir gourmand en ressources pour Kyiv ». Ce paradigme se répétera ailleurs également, sauf que les forces russes seront beaucoup plus fortes, bien supérieures en nombre et bien mieux équipées et combattront à partir de positions fortement fortifiées. 

Poutine a clairement indiqué lors de la réunion de vendredi que vaincre les banderites néo-nazis restera un objectif ferme. Bien que le changement de régime à Kiev ne soit pas un objectif déclaré, Poutine ne se contentera pas d’une répétition du cessez-le-feu et de la paix comme en 2015, qui a laissé au pouvoir un régime anti-russe par procuration des États-Unis. 

Cela dit, Poutine a souligné que « malgré tous les problèmes liés à l’opération militaire spéciale, nous ne changeons pas nos plans pour le développement de l’État, pour le développement du pays, pour le développement de l’économie, de sa sphère sociale, pour projets nationaux. Nous avons d’énormes, grands projets… » 

Pris ensemble, tous ces éléments définissent la soi-disant offensive d’hiver de la Russie. Le commandant de théâtre trié sur le volet par Poutine en Ukraine, le général Sergei Surovikin, n’est pas dans le moule de Patton ou de MacArthur. Fondamentalement, il tient la boussole des opérations militaires spéciales, tout en incorporant l’expérience accumulée au cours des 8 derniers mois d’implication de l’OTAN dans les combats. Mais jamais Poutine n’a utilisé l’expression « guerre » pour caractériser le conflit. 

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s