Les Bourses continuent de danser au son du pipeau de Powell.

Les données sur l’emploi de novembre publiées vendredi ont rappelé que le cycle de resserrement de la Fed n’a pas encore fait de progrès significatifs. 

L’économie a créé 263 000 emplois. Ce chiffre est plus forts que prévu , octobre a été révisé à 284 000. 

Pour l’année, la population salariale non agricole est en hausse de 4,3 millions. 

Le salaire horaire moyen a bondi de 0,6 % contre une estimation de 0,3 %; c’est une croissance sur un an de 5,1 %. 

À l’opposé des attentes, le taux de participation à la population active a glissé d’un dixième à 62,1 %. Cela fait suite aux 10,334 millions de postes vacants d’octobre (JOLTS) plus forts que prévu annoncés jeudi. 

Malgré l’augmentation des licenciements, les marchés du travail exceptionnellement tendus restent selon la doctrine des autorités incompatibles avec des prix stables.

La Fed a commis de nombreuses erreurs. pour essayerde rattraper elle a décidé de normaliser les taux plus rapidement que prévu. les résultats de ce choix sont très mitigés.

La surprise la plus conséquente a peut-être été que les conditions financières restent très souples sion permissives. Les conditions sur les marchés des valeurs mobilières se sont certes resserrées, mais l’essor des prêts bancaires et « non bancaires » et l’énorme déficit continu des dépenses ont soutenu la croissance élevée du système de crédit. Et entre la croissance robuste du crédit distribué et les résidus du programme de QE pandémique de 5 TN $ de la Fed il y a eu plus qu’assez de carburant monétaire pour maintenir la dynamique inflationniste.

Répondant à une question concernant les efforts de la Fed pour réduire son bilan, Powell a laché le morceau, conformément à ce que nous analysons depuis plusierus semaines; le resserement est Canada Dry! Sa réponse est révélatrice. « Vous savez, avoir beaucoup de réserves dans le système est vraiment une bonne chose. C’est vraiment un avantage public d’avoir beaucoup de réserves, beaucoup de liquidités sur les marchés, dans le système bancaire, dans le système financier en général. . » Powell a tenu le discours de la rigueur et du resserrement certes mais il savait -et l’avoue maintenant- que c’était du pipeau!

28 novembre – Bloomberg :

« Les investisseurs du crédit s’endettent à nouveau avec de longues échéances en espérant que la Réserve fédérale ralentira bientôt son rythme de resserrement. La dette des entreprises américaines à 10 ans ou plus a bondi de 9,5 % jusqu’à présent ce mois-ci, sur la bonne voie pour son plus grand bond depuis décembre 2008. Les obligations ont plongé de plus de 24 % en 2022 compte tenu de leur durée élevée, ce qui fait chuter les prix à mesure que les taux monter. »

Cela ressemble à l’antithèse du degré d’argent nécessaire pour remettre le génie de l’inflation dans la bouteille.

Le cycle de resserrement de la Fed est chaotique car il est fondé non pas sur la gestion de la situation réelle, mais sur les ncécessités de la gestiondes perceptions. Il faut dire, se contredire, maintenir un marché ordonné et encadré. Cela nuit a l’efficacité concrète..

Mohamed El-Erian :

« J’ai dit que cela contribuait à une volatilité excessive du marché. C’est la partie excessive – la volatilité excessive du marché. Je pense, encore une fois, que la Fed n’a pas compris les détails techniques. Encore une fois, la Fed n’a pas compris l’aspect comportemental des marchés. 

Ainsi, alors que le président Powell s’est efforcé d’être équilibré, il a dit aux marchés exactement ce qu’ils voulaient entendre. Tout d’abord, confirmez que nous rétrogradons en décembre. Deuxièmement, faites-le avant le rapport sur le travail – suggérant qu’il savait peut-être quelque chose que les autres ne savaient pas. Troisièmement, parler des risques désormais équilibrés« .

Le drame de la Fed et des autorités en général c’est le « en même temps » généralisé, ils doivent en même temps dire une chose et son contraire afin de rendre leurs actions tolérables ; mais à force , cela rend ces actions inefficaces , voire grotesques. Les autorités veulent rivaliser avec Dieu: elles veulent les causes sans les conséquences et les conséquesn sans les causes; elles refusent les couts, elles veulent les free lunchs perpétuels!

Les marchés « à risque » interprètent les reculades récentes du FOMC comme le prélude à un pivot plus laxiste . Les rendements du Trésor à dix ans ont terminé la semaine à 3,49 %, en baisse de 73 points de base par rapport au plus haut du 7 novembre. Les écarts de crédit aux entreprises (par rapport aux bons du Trésor) se sont échangés vendredi à leurs marges les plus étroites depuis des mois, les écarts de qualité investissement n’ayant pas diminué depuis avril. Le résultat est que les conditions financières se sont considérablement assouplies. Une lutte efficace contre l’inflation nécessite un resserrement majeur.

L’incapacité de la Fed à orchestrer un resserrement significatif et opportun des conditions financières du système est un problème majeur. Elle solvabilise les hausses de prix et elle enracine les croyances dans les futures hausses. En même temps elle contribue a augmenter la masse de risques financiers dans le système ce qui rendra encore plus difficile la gestion future.

La Fed a permis aux forces inflationnistes de s’enraciner. Les entreprises se sont lachées, elles se sont habituées à augmenter les prix, tandis que les salariés sont encouragés , voire obligés d’ exiger une rémunération plus élevée. . Et chaque mois où des conditions financières plus souples s’adaptent davantage à cette dynamique, l’inflation s’enracine plus profondément dans l’économie. L’échelle de perroquet a été enclenchée.

Cela suggère des pressions persistantes sur les prix. 

Dans ce contexte lorsque la dynamique du ralentissement reviendra sur les marchés mondiaux, une inflation élevée incitera la Fed et les banquiers centraux mondiaux à réagir avec « prudence » ils injecteront les liquidités supplémentaires massives qu’exigeront les marchés.

Les bourses ont refranchi des seuils techniques positifs!

Le S&P500 a augmenté de 0,4 % (en baisse de 14,6 % depuis le début de l’année), tandis que le Dow Jones a peu changé (en baisse de 5,3 %). 

Les Utilities sont restées inchangées (-2,6%). 

Les banques sont restées à peu près inchangées (en baisse de 19,5 %), tandis que les courtiers ont monté de 0,4 % (en hausse de 0,1 %). 

Les Transports reculent de 0,3% (-11,9%). 

Les Midcaps du S&P 400 sont restés inchangés (-9,4%), tandis que les petites capitalisations du Russell 2000 ont gagné 0,4% (-15,7%). 

Le Nasdaq100 a augmenté de 0,2 % (en baisse de 26,5 %). Les semi-conducteurs gagnent 0,4% (-29,8%). 

Les Biotechs progressent de 0,6% (-1,5%). 

Le lingot a bondi de 43 $, l’indice HUI des actions aurifères a peu changé (baisse de 8,5 %).

La baisse des taux a été significative.sur toutes les échéances et partout dans le monde.

Les taux des bons du Trésor à trois mois ont terminé la semaine à 4,1475 %. Les rendements gouvernementaux à deux ans ont chuté de 18 points de base à 4,27 % (en hausse de 354 points de base depuis le début de l’année). 

Les rendements des bons du Trésor à cinq ans ont chuté de 21 points de base à 3,65 % (en hausse de 239 points de base). 

Les rendements du Trésor à dix ans ont chuté de 19 points de base à 3,49 % (en hausse de 198 points de base). 

Les rendements obligataires longs ont chuté de 19 points de base à 3,55 % (en hausse de 165 points de base). 

Les rendements des MBS de référence Fannie Mae ont chuté de 25 points de base à 4,89 % (en hausse de 282 points de base).

Dans le reste du Monde

Les rendements des Bunds allemands ont chuté de 12 points de base à 1,86 % (en hausse de 203 points de base). Les taux français ont baissé de 13 points de base à 2,31 % (+211 points de base). L’écart entre les obligations françaises et allemandes à 10 ans s’est rétréci à 45 points de base.

Les rendements grecs à 10 ans ont chuté de 26 points de base à 3,88 % (en hausse de 256 points de base depuis le début de l’année). 

Les rendements italiens ont chuté de neuf points de base à 3,77 % (en hausse de 260 points de base). Les rendements espagnols à 10 ans ont chuté de huit points de base à 2,87 % (en hausse de 231 points de base). 

Baisse du dollar assez nette:

L’indice du dollar américain a baissé de 1,3 % à 104,55 (en hausse de 9,3 % depuis le début de l’année). 

En hausse, le yen japonais a augmenté de 3,6%, le réal brésilien de 3,4%, le dollar néo-zélandais de 2,5%, le dollar de Singapour de 1,9%, le won sud-coréen de 1,9%, la livre sterling de 1,6%, l’euro de 1,4% , la couronne norvégienne 1,1 %, la couronne suédoise 1,1 %, le franc suisse 0,9 % et le dollar australien 0,6 %. 

En revanche, le rand sud-africain a baissé de 2,4 %, le dollar canadien de 0,7 % et le peso mexicain de 0,4 %. 

Le renminbi chinois (onshore) a gagné 1,58 % par rapport au dollar (baisse de 9,89 % depuis le début de l’année).

 

L’indice Nikkei Equities du Japon a perdu 1,8 % (en baisse de 3,5 % depuis le début de l’année). Les rendements japonais « JGB » à 10 ans ont peu changé à 0,255 % (en hausse de 18 pb depuis le début de l’année). 

Le CAC40 français a augmenté de 0,4 % (en baisse de 5,7 %). 

L’indice des actions allemandes DAX est resté pratiquement inchangé (en baisse de 8,5%). 

L’indice des actions espagnoles IBEX 35 a reculé de 0,4 % (en baisse de 3,8 %). L’indice italien FTSE MIB a reculé de 0,4 % (en baisse de 10,0 %). 

Les actions émergentes ont été mitigées. 

L’indice brésilien Bovespa a progressé de 2,7 % (en hausse de 6,8 %), tandis que l’indice mexicain Bolsa a baissé de 0,8 % (en baisse de 3,8 %). 

L’indice Kospi de la Corée du Sud a peu varié (-18,2%). 

L’indice boursier Sensex de l’Inde a gagné 0,9 % (+7,9 %). 

L’indice chinois de la Bourse de Shanghai a augmenté de 1,8 % (en baisse de 13,3 %). 

L’indice turc Borsa Istanbul National 100 a gagné 1,8 % (+167 %). 

L’indice actions russe MICEX a reculé de 0,7 % (en baisse de 42,4 %).

Remontée du pétrole

Le brut WTI a grimpé de 3,70 $ à 79,98 $ (en hausse de 6 %). L’essence a chuté de 2,1 % (en hausse de 2,3 %) et le gaz naturel a chuté de 10,6 % à 6,26 $ (en hausse de 68 %).

29 novembre – Reuters  :

« L’OPEP+ est susceptible de maintenir la politique de production de pétrole inchangée lors d’une réunion dimanche, ont déclaré cinq sources de l’OPEP+, bien que deux sources aient déclaré qu’une réduction supplémentaire de la production était également susceptible d’être envisagée pour soutenir les prix… L’Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, dont la Russie, connue sous le nom d’OPEP+, se réunit alors que la demande fait face aux vents contraires du ralentissement des économies et des blocages chinois du COVD-19, tandis qu’une interdiction imminente de l’Union européenne sur les importations de brut russe et un plafond des prix du G7 sur le pétrole russe met un point d’interrogation sur l’offre.

EN PRIME

Une baleine est en train de crever, sans bruit, tout le monde s’en fout.

1er décembre – Reuters :

«Le Credit Suisse cherche des moyens d’accélérer les réductions de coûts annoncées il y a quelques semaines à peine alors que les sorties de clients et un ralentissement de l’activité pèsent sur ses perspectives de revenus, trois personnes… a dit. Les économies de coûts impliqueront probablement plus de suppressions d’emplois qu’annoncé précédemment pour la première vague de réductions, y compris dans son activité principale de gestion de patrimoine… »

29 novembre – Reuters :

«Les actions du Credit Suisse ont glissé en dessous de 3 francs suisses mardi alors que les investisseurs se sont débarrassés des droits de souscription à de nouvelles actions lors d’un appel en espèces visant à lever 2,3 milliards de dollars pour la banque déficitaire. L’offre, qui fait partie d’une augmentation de capital plus large d’une valeur de 4 milliards de francs qui a remporté l’approbation des actionnaires la semaine dernière, est destinée à aider à financer la tentative du Credit Suisse de se remettre de la plus grande crise de ses 166 ans d’histoire. Les actions du Credit Suisse ont chuté de 3,1% à 2,915 francs à 14h51 GMT, leur plus bas niveau jamais enregistré…, alors que les droits ont chuté de 29,9%… Cela a porté les pertes des actions du Credit Suisse en 2022 à plus de 65%, diminuant encore sa valeur marchande à 12 milliards de francs… A son apogée en 2007, la banque valait environ dix fois plus.

EN PRIME

Un canari dans la mine? Ou les Princes qui jouent contre John Law et exigent leur or?

2 décembre – Reuters :

«Blackstone Inc a limité les retraits de sa fiducie de revenu immobilier non cotée (REIT) de 69 milliards de dollars… après une augmentation des demandes de rachat, un coup sans précédent pour une franchise qui l’a aidée à devenir un géant de la gestion d’actifs. Les limites ont été imposées parce que les rachats ont atteint des seuils prédéfinis,

30 novembre – Bloomberg : « Les investisseurs qui ont prodigué des milliards en pariant sur un retour de Big Tech subissent d’énormes pertes dans le plus grand ETF à effet de levier de Wall Street. L’ETF ProShares UltraPro QQQ, qui vise à offrir une performance trois fois supérieure à celle de l’indice Nasdaq 100, a brûlé environ 20 milliards de dollars jusqu’à présent cette année, alors que le resserrement monétaire le plus agressif depuis des décennies claque les actions technologiques coûteuses – avec TQQQ en baisse d’un énorme 75 % en 2022. »

Publicité

Une réflexion sur “Les Bourses continuent de danser au son du pipeau de Powell.

  1. Powell semble prendre goût à s’exprimer 2 jours avant les NFP…

    Son discours dovish avant des chiffres plus forts qu’attendus et dont il avait manifestement connaissance s’apparente à la mise en place d’un put à court terme.

    Après une baisse initiale sur la révélation des chiffres le marché s’est repris ;

    Le marché à le beurre et l’argent du beurre avec un marché du travail qui reste relativement fort et une Fed qui va ralentir la hausse des taux quand même.

    Sauf surprise la fin d’année ne devrait pas être trop mauvaise sur les marchés US et en tout cas meilleure qu’en Europe.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s