Les cinq taches prioritaires des services de sécurité russes.

Voici les cinq tâches auxquelles Poutine a demandé aux services de sécurité russes de donner la priorité.

Chacun d’entre elles est importante à sa manière, mais lorsqu’elles sont considérés collectivement, ils donnent une image plus claire des défis contemporains de la Russie en matière de sécurité.

Le président Poutine a félicité ses anciens collègues à l’occasion de la Journée des travailleurs de l’Agence de sécurité, au cours de laquelle il a énoncé cinq tâches auxquelles ils doivent donner la priorité.

Celles-ci sont les suivantes :

– Lutter contre le terrorisme dans les régions nouvellement réunifiées de Novorossiya ;

– Débusquer les traîtres, les espions et les diversionnistes ;

– Intensifier les travaux sur la sécurité des frontières ;

– Contrer les récits ethno-extrémistes de type « diviser pour régner » ;

– Et poursuivre les tâches traditionnelles comme la lutte contre la corruption.

La guerre par procuration qui en résulte entre le leader américain du Golden Billion et le membre russe du Global South, dirigé conjointement par les BRICS et l’OCS, est le conflit le plus dangereux de la nouvelle guerre froide concernant l’orientation de la transition systémique mondiale.

Dans ce contexte, il est logique que la première des cinq tâches que le président Poutine a assignées aux services de sécurité russes soit la lutte contre le terrorisme dans les régions nouvellement réunifiées de Novorossiya.


Les forces de Kiev, entièrement soutenues par l’OTAN mais dirigées par des Ukrainiens, continuent d’y prendre pour cible les civils dans le cadre de leur guerre de terreur hybride contre la Russie.


Ces actes d’agression asymétrique sont perpétrés parce que les mandataires du Golden Billion ne disposent pas des moyens conventionnels nécessaires pour modifier la ligne de contrôle (LOC) telle qu’elle existe actuellement.


Leurs attaques terroristes, qu’il s’agisse de celles typiquement associées à cette méthode de guerre non conventionnelle ou de celles, comparativement plus traditionnelles, liées au repérage de cibles civiles pour les frappes de missiles, sont soutenues derrière la ligne de contrôle par des traîtres, des espions et des diversionnistes.

Cette observation permet de passer facilement à la deuxième tâche, qui consiste à éliminer ces moyens de renseignement étrangers, en se concentrant en priorité sur la Novorossiya, mais aussi sur les autres régions frontalières et, plus largement, sur le reste de la Russie.

La troisième tâche est directement liée aux deux précédentes et concerne le renforcement de la sécurité frontalière afin que les ressources terroristes ne puissent plus s’infiltrer à travers la LOC. Cette tâche est extrêmement compliquée, car un grand nombre des personnes qui franchissent la frontière le font légalement en tant que réfugiés, ce qui explique que la priorité soit désormais de les contrôler plus efficacement. Néanmoins, les services de sécurité russes sont manifestement à la hauteur de la tâche et accompliront certainement cette mission délicate.

La quatrième priorité concerne la dimension « guerre de l’information » de la « sécurité démocratique » qui, dans ce contexte, implique de contrer les récits ethno-extrémistes de type « diviser pour régner ». Le fantasme politique de « décolonisation de la Russie » est voué à l’échec en raison du patriotisme de sa population », mais ce concept de renforcement sociopolitique doit être soutenu en permanence face à des moyens d’infoguerre de plus en plus créatifs visant à semer les graines de l’hostilité entre les peuples historiquement cosmopolites de Russie.

Enfin, la dernière tâche consiste simplement à ce que les services de sécurité continuent à faire ce qu’ils ont toujours fait afin que tout continue à fonctionner comme avant. À cette fin, il est impératif de poursuivre la croisade anticorruption du pays, de maintenir la protection de ses ressources d’information (ce qui est lié à la quatrième tâche mais implique également la cybersécurité) et de continuer à enquêter sur les crimes économiques.

Ces priorités permettront à la Russie de préserver son développement socio-économique en ces temps difficiles.

Le président Poutine n’a pas manqué de rappeler à ses anciens collègues que « la sécurité de l’État, la stabilité de la société et la garantie des droits et libertés des citoyens russes sont les résultats les plus importants de votre travail », lorsqu’il a conclu son discours à l’occasion de leur congé professionnel.

Comme il l’a déclaré précédemment dans son discours, « tout au long de l’histoire de notre patrie, les agences de sécurité ont été un pilier fiable de l’État », et cela est tout aussi important aujourd’hui que pendant la Seconde Guerre mondiale.

Via Erwan Castel

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s