Opinion sur la division latente de l’Europe

La division est à prévoir, à moins que vous n’acceptiez la propagande enfantine occidentale selon laquelle la figure du méchant Poutine tout-puissant va tout unifier durablement.

La réalité est celle d’une société complexe avec de nombreux acteurs, forces et intérêts qui ne peuvent certes s’xprimer car les institutions actuelles ne sont guère représentatives.

L’épreuve de réalité, la rareté vont à mon sens tout fracasser, elle va décaper les colles et vernis superficiels et les clivages finiront par apparaitre. Mon pari est que les manifestaions de divergences feront boule de neige car elles auront pris un certain retard, les divergences sont sur un ressort.

Nous voyons déjà des signes de scission ou de nervosité européenne. 

La Hongrie bien sûr et la Bulgarie aussi. Je m’attendrais à ce que l’Italie et l’Autriche deviennent également plus favorables à la Russie, si elles obtiennent leur gaz via un hub en Turquie. La Slovaquie aussi est un peu bancale. La France aussi est très bancale face à la guerre en ce moment. Il y a des forces puissantes d’opposition en Allemagne y compris chez Scholz.

Il me semble que vous pouvez diviser l’Europe en plusieurs groupes. 

D’abord le groupe violemment hostile, avec des lignes de fracture très historiques voire religieuses. Je place la Pologne, la Lituanie, la Roumanie et l’ouest de l’Ukraine dans cette catégorie. J’ajoute le Royaume-Uni dans ce groupe, car ils utilisent et manipulent cette hostilité historique à leur propre profit et ils sont pour d’autres raisons russophobes. La Lettonie et l’Estonie appartiennent probablement aussi à ce groupe , mais cela peut être plus complexe ou eux.

Ensuite, il y a la Scandinavie plus deux pays baltes. La proximité avec la Russie et l’histoire leur ont donné un motif légitime de prudence, mais il semblerait que la neutralité des années 1950-2000 ait disparu et qu’ils soient désormais devenus très vassaux des USA. Je ne sais pas trop pourquoi, mais ils ont jeté leur dévolu vers l’ouest. ils deviendront très isolés, car leur réputation de courtiers honnêtes est brisée.

L’Europe du Sud veut juste rester à l’écart du danger et ne pas être trop impliquée – l’Espagne, le Portugal, l’Italie et je pense que vous pourriez presque ajouter la France à ce groupe. cIls considèrent que la Russie est loin . Il suffit de faire tourner l’économie. Il sera possible de tirer profit du gâchis quel que soit le résultat.

Ensuite, il y a la confusion balkanique où la Russie, la Turquie et l’Occident se disputent l’influence. Trop complexe à saisir pour le moment, mais je m’attends à ce que la Russie et la Turquie dominent en raison de leur situation géographie .

Il y a le petit groupe pro Russie – la Serbie et la Biélorussie. Autrefois j’aurais placé la Grèce ici, mais maintenant c’est moins clair.

la Turquie joue son propre jeu

Et puis il y a l’Allemagne à laquelle je pense que vous pourriez ajouter le groupe Benelux et les deux républiques tchèques/slovaques. 

Ces nations sont pour la plupart des rivales de la Pologne et risquent de perdre très lourdement de l’isolement du gaz russe. En tant que nations industrielles, elles vont faire faillite, car elles ont besoin de gaz russe bon marché pour concurrencer la Chine. 

Bien sûr, l’Allemagne est en train de remplir son stockage en ce moment, mais le prix du gaz en 2023 signifiera que ses grandes industries – le verre, les produits chimiques, la céramique et probablement la fabrication automobile – vont s’effondrer. 

Puisque l’Allemagne finance les nations de l’UE, les petits péripheriques vont être malmenés et n’auront tout simplement plus de bonus européen. Où iront-ils pour trouver un autre papa gateau?

Watcher

Publicité

2 réflexions sur “Opinion sur la division latente de l’Europe

  1. Du Portugal à la Bulgarie, incluant la Serbie et la Hongrie (et excluant l’Autriche), l’Europe du Sud a intérêt à se désolidariser du désastreux axe anglo-germanique, qui a fait de l’Europe – depuis une centaine d’années – la ridicule colonie qu’elle est.
    Je suis certain que les Russes y pensent.
    Concernant la Roumanie (et la Moldavie), elle fait naturellement partie de ce Sud. C’est là, à commencer par la fusion de la Transnistrie dans la Novorussie, que se jouera cette politique dont nous avins tout à espérer.

    Aimé par 1 personne

  2. L Autriche, qui n est pas membre de l OTAN, joue un jeu delicat. Son opposition recente a l entree de la Roumanie et de la Bulgarie dans l espace Schengen, pourrait etre intreprete comme une action a garder ces pays ( plus la Hongrie et la Serbie) dans un bloc appartenant a une epoque pas si eloignee a l Empire de Habsbourg. Par son action economique des 30 derniers annees, l Autriche, (avec le un siege de l OPEC a Vienne, ne l oublions pas) domine soft tous ces pays.
    Le cas de la Roumanie est particulier, a cause le l origine de son president et la maniere dont il a ete impose au peuple qui lui, est loin d etre russophobe.
    Plusieurs voix, dont un ex ministre des affaires externes, se sont eleves pour crier des faits connus par tout le monde, comme quoi les 33 derniers annees la Roumanie n a eu aucun souci avec la Russie, par contre, beaucoup de problemes avec une Ukraine haineuse et agressive face a la communaute roumaine de ce pays. Les actions militaires qui se deroullent sont illegales , imposes d un haut par un president illegitime et sa cour corrompue, a l encontre du sentiment de paix et de non ingerence du peuple.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s