A lire absolument. Ukraine: mondialistes contre nationalistes. England uber alles!

Ce texte de Mcgregor me semble exceptionnel; il ouvre une porte d’interprétation nouvelle de la guerre en Ukraine.

ce texte permet de mieux comprendre le comportement de ceux que j’appelle les vassaux: ils n’ont pas conscience de se comporter en vassaux car il se vivent comme combattants d’une idée qui est au dessus de la vassalité: le mondialisme.

La vassalité resssort des vieilles lunes du nationalisme et du patriotisme; mais si vous, Macron, Trudeau, Van der Leyen et autres vous luttez pour faire avancer le mondialisme alors vous n’êtes pas honteux de votre collaboration avec les grandes institutions mondialistes . Vous pensez au contraire que vous êtes du bon coté de l’Histoire, vous êtes un croisé, un précurseur, non pas au service des USA comme nous, nous l’interpretions, mais croisé au profit de la religion du mondialisme.

Cela permet de mieux comprendre le rôle en pointe que joue l’Angleterre dans le combat contre la Russie. L’Angleterre est redevenu depuis le Brexit, le fer de lance mondialiste, avec son Think Tank Chatam House, avec The Economist, avec sa City, avec sa volonté de remplacer le dollar , avec les Rothschild , avec son économie totalement délocalisée et uniquement productrice de services mondiaux.

Ceci ouvre une nouvelle fenêtre dialectique que j’avais envisagée mais que je n’avais pas encore développée: à un moment donné la bourgeoisie américaine conservatrice, traditionnelle, nationaliste va voir le piège. Elle va se rendre compte que la poursuite de la guerre contre la Russie sans espoir de la gagner va l’affaiblir et peut être même lui coûter la place du dollar comme monnaie impériale.

Ceci devrait me conduire accorder plus d’attention à l’avenir aux failles entre les différents groupes sociaux dominants américains et aux divergences développées par les médias là bas. A un moment donné -qu’il faudra guetter- les médias US vont se cliver, s’affronter, révélant ainsi les divergénces d’intérêts dont je vous parle.

Là ou je diverge de l’analyse de Mcgregor c’est dans l’idée qu’il a que le mondialisme siège à Washington, non il siège à Londres. Les américains sont infiltrés et manipulés par les Anglais . Le capitalisme financier, c’est le capitalisme british , celui qui ne produit rien mais qui joue/spécule sur des écarts, qui a besoin que le monde s’unifie pour profiter des dénivellations dans les valeurs et les prix. L’essence de la puissance britannqiue est dans l’unification du monde, un seul monde. Pas besoin d ‘avoir lu Quigley pour en arriver à ces conclusions provisoires, mais prospectives.

Nous sommes chez les Fabiens et la London School of Economics.

Douglas Macgregor

Au cours de la campagne aérienne du Kosovo de 1999, le président Bill Clinton  a déclaré aux  Américains : « C’est de cela qu’il s’agit au Kosovo… C’est le mondialisme contre le tribalisme.

En 1999, très peu d’Américains ont prêté attention aux remarques de Clinton. 

Le Kosovo était encore un autre conflit sur le sol de quelqu’un d’autre avec peu ou pas de rapport avec la vie quotidienne en Amérique. Franchement, l’utilisation par Clinton du mot « tribalisme » a probablement dérouté de nombreux Américains. Pour la plupart des Américains,  le nationalisme signifie la  dévotion au pays, la volonté du citoyen américain en temps de crise ou de conflit de placer les besoins du pays au-dessus des siens. Les nationalistes américains ne sont pas tribaux. Ils veulent protéger et défendre les États-Unis, ses institutions historiques et les droits inscrits dans ses lois, et  non déclencher des guerres .

Le terme « mondialisme » a depuis évolué pour signifier bien plus que le libre-échange et la  courtoisie entre les nations . Aujourd’hui, l’  État-nation occidental  et le nationalisme qu’il inspire sont condamnés par les mondialistes comme sources de préjugés, d’exclusivisme et de guerre. 

Rétrospectivement, l’utilisation par Clinton du terme « mondialisme » s’inscrit dans la continuité de la guerre par procuration de l’administration Biden contre la Russie.

Pour la classe politique dirigeante contemporaine de Washington, le  mondialisme implique plus  que l’achat de produits fabriqués par une main-d’œuvre bon marché dans des pays non occidentaux. Le mondialisme dirigé par Washington promet désormais la dissolution des formes politiques et sociales traditionnelles d’organisation humaine – gouvernements nationaux, frontières, identités, cultures – et les remplace par un monde de consommateurs unis uniquement par leur dépendance à l’égard d’entreprises amorphes, d’organisations non gouvernementales irresponsables ( ONG) et des institutions supranationales.

En d’autres termes, le mondialisme est désormais synonyme de la vision de la gauche progressiste de l’ordre de sécurité international libéral d’après-guerre qui doit s’étendre pour survivre. 

La guerre par procuration de Washington en Ukraine est le schéma mondialiste visant à transcender la continuité de l’histoire, de la culture et de la géographie incarnée dans l’État-nation, afin d’homogénéiser des peuples disparates dans le processus d’assimilation des changements sociaux et technologiques rapides.

 En ce sens, le récent appel du président ukrainien Volodymyr  Zelensky  à Washington et à ses partenaires stratégiques pour établir un contrôle mondial des armes nucléaires russes s’aligne parfaitement sur la vision mondialiste progressiste de l’administration Biden.

Et c’est là que réside le problème. Les nations et leurs peuples n’évoluent pas dans le vide et n’abandonnent pas leur existence sans combattre.

Ces points devraient alerter Washington sur le fait que sa guerre par procuration pour le mondialisme en Ukraine  implique l’identité nationale , une force dynamique qui suscite les émotions humaines les plus profondes. 

Pourtant, ce ne sont pas seulement deux types de nationalismes, ukrainien et russe, ancrés dans la langue, la culture et l’histoire, qui s’affrontent. La marque de mondialisme de Washington, habillée sous le couvert de l’expansion de l’OTAN, défie directement l’identité et la culture nationales russes. C’est le rôle géographique unique de la Russie dans le lien entre les civilisations européenne et asiatique, ainsi que sa culture chrétienne orthodoxe – un système de croyance inscrit dans l’idéologie d’État, la politique étrangère et de sécurité actuelle de la Russie – qui sont en péril.

À la lumière des interventions militaires de l’OTAN dirigées par les États-Unis dans les Balkans, en Afghanistan et en Irak, il est fondamentalement malhonnête de prétendre que l’empiétement de l’OTAN sur la frontière occidentale de la Russie est bénin. Mais il est bien plus dangereux d’ignorer la vérité selon laquelle, selon Moscou, l’expansion de l’OTAN en Ukraine est inextricablement liée à l’extension du  mondialisme à la Russie .

Les déclarations des secrétaires d’État et de la Défense des États-Unis selon lesquelles Washington  veut « affaiblir »  la Russie montrent clairement que « l’ordre fondé sur des règles » prétendument bienveillant de Washington n’est d’aucun avantage pour la Russie. En fait, ces déclarations ne font que confirmer dans l’esprit des Russes la conviction que les États-Unis sont un co-belligérant dans la guerre de l’Ukraine pour l’élargissement de l’OTAN.

Peut-être encore plus importante est la suggestion selon laquelle la Pologne, l’enfant sauvage proverbial de l’OTAN, fournirait des soi-disant  «forces de maintien de la paix» à l’Ukraine . Ce n’est un secret pour personne pour les Européens que la Pologne a dominé la majeure partie de l’Ukraine pendant près de 400 ans, ou que la Moldavie, bien que techniquement roumaine, a passé 300 ans en tant qu’État vassal de l’Empire ottoman. La volonté apparente de Washington d’introduire  des forces polonaises revanchardes  en Ukraine occidentale et, potentiellement,  des forces roumaines revanchardes  en Moldavie suggère que les globalistes de Washington feront  n’importe quoi pour nuire à la Russie  , même si cela implique de faire progresser les ambitions territoriales des ennemis historiques de la Russie.

La guerre teste toujours la légitimité de ceux qui gouvernent à l’intérieur des États belligérants, ainsi que la résilience de leurs sociétés. Cette observation s’applique autant à l’administration Biden qu’aux gouvernements de Zelensky et de Poutine. Alors qu’il préside à la crise budgétaire, à la rareté et à la criminalité croissante en Amérique, et affiche son ignorance volontaire de l’Europe de l’Est et de ses peuples, le président Biden et ses partisans sur la Colline remuent une marmite régionale qui pourrait rapidement déborder avec des conséquences dangereuses pour Washington et ses partenaires de l’OTAN. 

Comme Sigmund Freud  l’ a écrit à propos  du prédécesseur « internationaliste » de Biden, Woodrow Wilson, Biden « a une merveilleuse capacité à ignorer les faits et à croire ce qu’il veut ». Cependant, il est beaucoup plus difficile maintenant qu’il ne l’était en 1917 de se moquer des yeux des Américains.

Washington a activement cultivé  la guerre entre l’Ukraine et la Russie pendant de nombreuses années, exploitant le nationalisme ukrainien – la force incendiaire que les mondialistes prétendent détester – au service de leur cause. Ça a marché. Maintenant, les mêmes mondialistes  prolongent la guerre  avec des armes, des conseils et des encouragements, même si l’Ukraine est en train d’être détruite.

Au cours des 30 dernières années, l’importance excessive accordée par Washington à l’assistance militaire et à l’intervention dans la poursuite d’un changement de régime a entraîné les États-Unis dans des conflits et des crises dans les Balkans, au Proche-Orient, en Afrique du Nord et en Asie du Sud-Ouest. 

Les nationalistes américains  ne sont pas responsables de la guerre actuelle en Ukraine ou des trois dernières décennies des guerres autodestructrices de Washington. Mais les nationalistes américains sont plus que jamais nécessaires pour arrêter la  guerre mondialiste visant à détruire la Russie  avant que cette guerre ne se propage comme un cancer à travers l’Europe de l’Est.

via: https://www.veteranstoday.com/2022/12/29/the-war-for-globalism-in-ukraine/

Douglas Macgregor, colonel (retraité) est un chercheur principal de  The American Conservative , l’ancien conseiller du secrétaire à la Défense dans l’administration Trump, un ancien combattant décoré et l’auteur de cinq livres.

Publicité

3 réflexions sur “A lire absolument. Ukraine: mondialistes contre nationalistes. England uber alles!

  1. L’alliance entre le mondialisme (sous visage OTAN) et le nationalisme ukrainien est paradoxal tellement le nationalisme ukrainien est à l’opposé de la machine à uniformiser du mondialisme. On peut se poser la question si l’objectif anglo-saxon (qui est le maître, Washington ou Londres?) en plus d’affaiblir la Russie, de vassaliser totalement l’Europe, n’est pas aussi la destruction de ce nationalisme (embrassade devant, couteau derrière)

    J’aime

  2. Bonjour

    Le bon chasseur et le mauvais chasseur …

    Pareil pour le nationaliste … ou l’islamiste … le ‘ bon ‘ c’est celui qui sert les ‘ intérêts ‘ du camp du bien … comme a dit si bien FAFABUSBUS … DAECH fait du bon boulot en Syrie … et les NAZIS du bon boulot en Ukraine … dans l’intérêt des USA , des anglo-saxons , la démocratie , la liberté …etc… la vérité quoi …

    C’est un enfumage de première … car tout nationaliste défend sont pays , ça culture et ces traditions … sans pour autant vouloir détruire l’autre … mais se ‘ servir ‘ des nationalistes de n’importe quel pays pour attiser la ‘ haine ‘ et en faire un bon mercenaire Playmobils pour combattre les méchants russes mangeurs d’enfants n’est que de la manipulation … vive Goebbels et ces héritiers …

    J’adore l’incohérence de toutes ces personnes qui vont se battre contre les Russes … car la plus part partage les mêmes ‘ valeurs ‘ qu’eux … l’honneur , la fierté , l’appartenance a un groupe , la famille , la négation de soit même pour le bien de la communauté …etc… mais servent de chair a canon pour les mondialistes manipulateurs … qui eux prônent la destructions de toutes cultures, de toutes valeurs morales, de toutes attachent …

    Pareil pour nos force de l’ordre … qui ici iront massacrer le peuple sur ordre … et qui partagent la même existence que la masse qu’elle éborgne … tout ça par ce qu’ils ‘ exécutent ‘ les ordres de leurs ‘ chefs ‘ …

    Divisé pour mieux régner et faire en sorte que les uns se battent avec les autres pour rester au dessus du panier et regarder le spectacle qu’elles ont mi en place … et voir a quel point tous ce petit monde est manipulable a souhait … de la ‘ pâte a modeler ‘ … surtout tous ces ‘ lèches ‘ bottes , journalistes , politiques , sportifs, artistes …etc… prêt a servir de ‘ kapo ‘ pour espérer une quelconque reconnaissance de leurs maîtres …

    L’humain est pathétique … au lieu de s’élever … il se rabaisse …

    J’aime

  3. Si cette vidéo effrayante sur la vision du mondialisme par jacques Attali n’était pas aussi étayée on parlerait de complotisme. On peut légitimement penser que c’est la vision des élites davosienne car tout y est sur l’homme nouveau orphelin, et déraciné. On comprend mieux que la position russe perturbe cette vision qui est en réalité un projet.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s