Poutine se prépare à une guerre « chaude » avec l’OTAN. Les Russes doivent être préparés.

Un affrontement militaire direct entre les forces armées de la Fédération de Russie et l’OTAN est inévitable.

Un coup écrasant contre l’armée de l’OTAN est tout ce dont la Russie a besoin ici et Gerasimov a été nommé pour accomplir la mission.

La Russie doit dissuader les États-Unis de lancer une frappe nucléaire préventive.

La Russie a annoncé le 16 janvier que les munitions pour torpilles nucléaires Poséidon destinées au sous-marin nucléaire Belgorod étaient prêtes.

Les Russes doivent être préparés à une guerre chaude avec l’OTAN

La Russie sera finalement libérée du sort d’être enterrée par le mondialisme dans les arrière-cours du monde occidental



LA PRAVDA


16/01/2023

Lyuba Lulko


Les États-Unis et l’OTAN mènent une guerre par procuration contre la Russie sur le territoire de l’ancienne Ukraine, mais elle se terminera inévitablement par une confrontation militaire directe. 

Les Russes doivent s’y préparer.

Poutine se prépare à une guerre chaude avec l'OTAN.  Les Russes doivent être préparés

Les Russes devraient se préparer à une guerre chaude avec l’OTAN

Les sanctions contre la Fédération de Russie ne peuvent pas faire partie du plan de l’OTAN. Le monde occidental n’arrivera à rien avec des sanctions justes. Comme l’a dit à juste titre le président croate Zoran Milanovic, les sanctions sont « idiotes, elles n’ont pas brisé (Slobodan) Milosevic non plus, elles y ont recours de guerre en guerre ».

La défaite des forces armées ukrainiennes près de Soledar a été une défaite pour l’OTAN. Il est devenu évident que même dans la tactique de la guerre de position, les forces armées russes gagnent, alors que la stratégie de Moscou visant à épuiser le régime de Kyiv exerce une forte pression sur l’économie de l’Occident. Les enjeux de la guerre par procuration augmentent (des chars lourds pour les forces armées ukrainiennes sont en route).

C’est bien compris en Russie — c’est ce qui explique la nomination du chef d’état-major général Valery Gerasimov au poste de commandant de l’opération spéciale en Ukraine. Gerasimov est un homme qui a beaucoup plus d’influence, d’objectifs et de ressources que le général Sergei Surovikin. Sans aucun doute, l’objectif de Gerasimov est de reconstruire le pouvoir de la Fédération de Russie, de le rendre aussi grand que l’URSS.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, est le porte-parole de la stratégie de l’Occident de l’autre côté de la barricade. Il a déclaré le 15 janvier que les relations entre les pays occidentaux et la Russie ne reviendraient pas à la normale même après la fin du conflit en Ukraine. On ne sait toujours pas de quel genre de résultat il parlait, mais une chose est claire : plus rien ne sera comme avant. Les États-Unis et leurs alliés n’ont pas non plus besoin d’une longue guerre en Ukraine, car le conflit conduit à l’épuisement des ressources, de l’influence, du moral et fait grandir les sentiments de protestation de la population.

Aspects militaires de la confrontation directe entre la Russie et l’OTAN

Un affrontement militaire direct entre les forces armées de la Fédération de Russie et l’OTAN est inévitable, et il y a trois aspects importants ici.

La première. Ce serait mieux si cela se passait sur le territoire de l’ancienne Ukraine. Cela pourrait être, par exemple, une attaque contre les Polonais qui pourraient oser envahir Volyn, ou contre des équipages américains et allemands utilisant des armes de missiles à guidage de précision fournies aux Forces armées ukrainiennes, des chars et des avions (à livrer). Un coup écrasant contre l’armée de l’OTAN est tout ce dont la Russie a besoin ici, et Gerasimov a été nommé pour accomplir la mission. Après tout, il détient les clés des forces de missiles stratégiques et du potentiel nucléaire.

Deuxièmement, la Russie doit dissuader les États-Unis de lancer une frappe nucléaire préventive. À cette fin, la Russie a annoncé le 16 janvier que les munitions pour torpilles nucléaires Poséidon destinées au sous-marin nucléaire Belgorod étaient prêtes.

Citant une source, l’agence de presse TASS a déclaré que les tests des principaux composants du véhicule sous-marin à la pointe de la technologie, y compris sa centrale nucléaire, ont été achevés avec succès.

L’OTAN comprend qu’il n’y a aucun moyen d’empêcher le drone sous-marin d’approcher une cible à une profondeur d’un kilomètre à une vitesse de 200 km/h transportant une ogive nucléaire d’une capacité allant jusqu’à 100 mégatonnes.

Son explosion créera une vague géante pouvant atteindre 500 mètres de haut au large des côtes, par exemple, des îles britanniques. Malgré la destruction physique, la vague apportera un fort rayonnement et détruira tout être vivant sur son chemin. Les îles britanniques seront transformées en îles britanniques radioactives désertes .

La frégate Admiral Gorshkov armée de missiles hypersoniques Zirkon est également en mission de combat.

« Laissez-la s’ancrer à environ 100 milles au large de la côte, plus près du fleuve Potomac », a écrit Dmitri Medvedev, vice-président du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, sur sa chaîne Telegram.

Il y a aussi la troisième partie de la triade nucléaire – les porte-missiles Tu-160, Tu-95MC et Tu-22M3. L’OTAN n’a pas non plus d’armes contre eux.

Troisièmement, les Russes doivent être préparés à une guerre chaude avec l’OTAN. Le président Poutine a tout calculé, bien qu’il puisse sembler à première vue qu’il puisse prendre d’étranges décisions « un pas en avant, deux pas en arrière ».

La Russie sera finalement libérée du sort d’être enterrée par le mondialisme dans les arrière-cours du monde occidental. L’Occident ne voit la Russie que comme une station-service, mais il apparaît que c’est l’État « d’exception » qui va accepter les nouvelles conditions du nouveau monde émergent.

Nom de l’auteur Lyuba Lulko

*

Éditeur Dmitry Sudakov

Une réflexion sur “Poutine se prépare à une guerre « chaude » avec l’OTAN. Les Russes doivent être préparés.

  1. Bonjour M. Bertez

    Les déclarations d’Alexei Reznikov, ministre de la défense du gouvernement de Kiev, affirmant que l’Ukraine est ,de facto sinon de jure, membre de l’Otan ont le mérite d’être justes et de clarifier la situation. Au grand embarras des gouvernements Occidentaux qui espèrent progresser aussi longtemps que possible planqués derrière les murailles de cadavres ukrainiens, pour dissimuler la réalité aux yeux de leurs peuples.
    Cordialement.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s