La Chine veut freiner la dé-mondialisation.

La Chine a été le grand bénéficaire de la mondialisation. Elle lui permis de se hisser au second rang mondial.

Les USA ont également été les grands bénéficiaires de cette mondialisation, en effet :

-elle a consacré le role hégémonique du dollar

-elle a permis le financement des twin deficits par le recyclage

-elle a consacré le role mondial de Wall Street comme centre d’attraction mondial pour les capitaux

-elle a modéré les salaires

-elle a surtout interrompu ou limité la tendance endémique à la chute du taux de profit a trois niveaux, d’abord la baisse des prix de revient, ensuite l’économie du capital enfin l’ouverture de nouveaux débouchés.

Les préoccupations stratégiques prennent le pas sur les considérations economiques. Ceci va se traduire par un recul de la croissance, une remontée du facteur risque, une moindre productivité, une moindre fluidité dans tous les domaines.

La tendance l’inflation des prix des biens et des services va redevenir une donnée de base.

Les organes chinois comme Global Times tentent de lutter contre la démondialisation , la fragmentation et les redomestications. En effet la Chine aimerait que cela dure encore un peu, le temps qu’elle absorbe le nettoyage de ses bulles et qu’elle remplisse son programme d’arement.

GT Voice : les États-Unis sont le plus grand obstacle à la reprise mondiale en 2023

Par Global TimesPublié: 17 janv. 2023 23:22

Le FMI a déclaré dans son dernier rapport qu’après des décennies d’intégration économique mondiale croissante, le monde est confronté au risque de fragmentation. Ceci qui pourrait réduire la production économique mondiale jusqu’à 7 %. Et si on ajoute « découplage » technologique, la perte de production pourrait atteindre 8 à 12% dans certains pays, a-t-il averti.

En plus de la pandémie de COVID-19, de la forte inflation, des conflits géopolitiques et de l’incertitude économique régionale, entre autres, le rapport du FMI pointe en fait l’une des plus grandes inquiétudes pour l’économie mondiale en 2023.

À un moment où les États-Unis poussent pour le le « découplage » technologique et vers le transfert anormal des chaînes industrielles qui « tuent » la mondialisation, il semble que la fragmentation des chaînes d’approvisionnement et des échanges mondiaux soit devenue une tendance inévitable. Cette tendance ne manquera pas d’affecter gravement la reprise économique mondiale.Les États-Unis sont responsables de la tendance anti-mondialisation actuelle de l’économie mondiale. 

Au fil des ans, les États-Unis ont tenté de promouvoir le retour des emplois manufacturiers par le biais de diverses politiques. Au cours de ce processus, ces politiques s’écartent progressivement des principes et des règles du libre-échange. Washington ne se soucie plus de savoir si cela nuit aux intérêts du reste du monde, comme obliger TSMC et les fabricants de puces sud-coréens à déplacer la production. aux États-Unis.

Par exemple, lors de la « cérémonie de relocalisation » de la première usine de TSMC en Arizona le mois dernier, le fondateur de TSMC, Morris Chang, a déclaré que la mondialisation et le libre-échange étaient « presque morts », tandis que le président américain Joe Biden a affirmé dans son discours que « la fabrication américaine est de retour » . 

C’est peut-être la manifestation parfaite de l’US’ 

Dans ce contexte, il y a une tendance croissante à la politisation des facteurs déterminant les chaînes industrielles mondiales et l’allocation des ressources, s’écarte des considérations économiques. Certains pays ont un fort désir de renforcer leurs industries nationales et se méfient de la coopération internationale. 

En déformant et en politisant la politique industrielle, les États-Unis pourront peut-être voir un certain degré de reprise des fabrications à court terme, mais à long terme, cela entraînera une augmentation significative des coûts, créant un chaos inutile dans la chaîne industrielle mondiale. . 

De plus, sous prétexte d’améliorer la soi-disant sécurité et la résilience de la chaîne d’approvisionnement, les États-Unis ont cherché à isoler la Chine des chaînes d’approvisionnement mondiales, ce qui est une autre raison importante de la tendance croissante à la fragmentation industrielle. 

Dans le secteur des semi-conducteurs, par exemple, les États-Unis entravent la Chine avec des interdictions d’exportation depuis des années, et ils ont annoncé en octobre une escalade des mesures pour couper la Chine de certaines puces semi-conductrices fabriquées partout dans le monde avec des équipements américains. Les États-Unis seraient également en pourparlers avec le Japon, les Pays-Bas et la Corée du Sud sur la restriction des exportations de semi-conducteurs vers la Chine.Cette décision affecte non seulement la Chine, mais également la chaîne industrielle mondiale des semi-conducteurs, brisant le consensus traditionnel sur la division mondiale du travail qui s’est développé au cours des dernières décennies. 

Tout le monde est perdant dans la campagne de « découplage » menée par les États-Unis, y compris les entreprises américaines. 

Le seul troisième trimestre de l’année dernière a vu plus de 1,5 trillion de dollars effacés de la valeur marchande combinée des entreprises de puces cotées en bourse aux États-Unis, selon un rapport de The ‘Economist.

En effet, les États-Unis poursuivent leur stratégie mondiale visant à contenir la Chine non seulement dans le secteur des semi-conducteurs, mais également dans des industries telles que le photovoltaïque et les voitures électriques. En adoptant diverses législations ciblant la Chine, ils ont tenté de sevrer son économie et de réduire sa dépendance vis-à-vis des chaînes d’approvisionnement chinoises, afin de saper la dynamique économique chinoise.

Pourtant, la chaîne industrielle et la chaîne d’approvisionnement de la Chine sont une partie inséparable du monde, également une force motrice importante de l’économie mondiale. On s’attend généralement à ce que la reprise économique de la Chine devienne une source majeure d’optimisme pour l’économie mondiale en 2023.

La tentative de Washington de construire une chaîne d’approvisionnement mondiale qui exclut la Chine et de contenir la montée de la Chine perturbera cette chaîne et aura un impact majeur sur l’économie mondiale et la mondialisation, ce qui n’est évidemment pas conforme aux intérêts de la plupart des pays du monde, y compris les États-Unis. 

La reprise économique mondiale a besoin de la chaîne d’approvisionnement de la Chine. Il n’y a pas de substitut. 

Si les États-Unis continuent sur la voie de la fragmentation industrielle, ils seront le principal obstacle à la reprise économique mondiale.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s