Discours de Poutine à l’  Union économique eurasienne  (January 23, 2023)

Le 1er janvier 2023, la Russie a pris la présidence du Conseil économique suprême eurasien, du Conseil intergouvernemental eurasien et du Conseil d’administration de la Commission économique eurasienne.

Depuis sa fondation en 2015, l’  Union économique eurasienne n’a cessé de se développer, démontrant clairement son efficacité et sa pertinence. 

En termes absolus, le commerce entre les États membres de l’Union a augmenté de 60 % au cours de cette période pour atteindre un sommet historique de 73,1 milliards de dollars en 2021, tandis que le commerce extérieur a augmenté de 46 % pour atteindre 846,3 milliards de dollars. Chaque année, la part des non-produits de base à haute valeur ajoutée dans le commerce intérieur de l’Union augmente. La croissance du PIB par habitant était de 28,7 % et la part des paiements en monnaies nationales était proche de 75 %.

Notre intégration étroite est une réponse valable à un certain nombre de problèmes mondiaux exacerbés par la pandémie et les sanctions illégales imposées par certains pays, tels que la pauvreté, le changement climatique et la pénurie de ressources, y compris les plus importantes – la nourriture, l’eau et l’énergie. Il est évident que l’Union a toutes les chances de devenir l’un des pôles forts, indépendants et autosuffisants du monde multipolaire émergent, d’être un centre d’attraction pour tous les États indépendants qui partagent nos valeurs et cherchent à coopérer avec l’UEE .

Bien sûr, nous ferons de notre mieux pour promouvoir un approfondissement de l’intégration dans tous les domaines : politique, économique, industriel, financier et technologique. À cet égard, nous pensons qu’il serait opportun d’évaluer ensemble les progrès dans la mise en œuvre des orientations stratégiques actuelles pour le développement de l’intégration économique eurasienne jusqu’en 2025 et de commencer à rédiger cette année de nouveaux documents de planification à long terme qui détermineraient les principaux vecteurs d’intégration. coopération pour la période allant jusqu’en 2030 et 2045.

Le développement du potentiel technologique des États membres de l’UEE, l’obtention d’une véritable indépendance et l’autosuffisance dans ce domaine doivent devenir l’une des priorités stratégiques les plus importantes de notre travail commun. Nous proposons de mutualiser nos efforts pour développer et introduire des solutions scientifiques et technologiques avancées dans des secteurs économiques de pointe tels que l’industrie automobile et chimique, l’ingénierie des transports, la microélectronique, l’industrie aérospatiale, la construction navale, la pharmacie, les écosystèmes numériques, les énergies alternatives, l’agroéquipement. la fabrication, la bio-ingénierie et la production de semences.

Notre programme prévoit également une interaction plus active dans le domaine de la transformation numérique. En particulier, il est prévu de lancer le système d’information intégré de l’UEE et des systèmes nationaux de suivi des ventes et des achats de produits. Cela permettra d’exposer les marchandises dangereuses et de qualité inférieure et de les retirer du marché de l’UEE. Il est nécessaire de coordonner l’introduction d’un réseau juridiquement contraignant de traitement des documents en ligne dans les États membres de l’UEE et de fournir les conditions juridiques et technologiques pour la reconnaissance mutuelle de ces documents. Il est important que les technologies et solutions numériques dans le domaine économique soient introduites dans tous les pays de l’UEE conformément à des principes et approches communs. Il conviendrait de formaliser cette dernière par un document séparé du Conseil intergouvernemental eurasien.

Nos pays disposent d’une base agro-industrielle extrêmement puissante qui non seulement garantit l’autosuffisance en aliments de base mais permet d’exporter des quantités substantielles de produits alimentaires. Afin d’améliorer la sécurité alimentaire, nous suggérons d’élaborer conjointement un large éventail de mesures qui développeraient encore davantage le secteur agricole.

Je voudrais souligner que l’UEE a traditionnellement occupé des positions de leader dans le secteur de l’énergie. Nous devons certainement continuer à créer des marchés communs de l’énergie conformément à des concepts systémiques et bien pensés. L’utilisation des technologies nucléaires civiles les plus avancées permettra d’aborder sereinement les enjeux de la transition énergétique.

Une réduction cohérente des risques économiques créés par l’utilisation des devises étrangères et des systèmes de paiement pour le commerce mutuel est considérée comme une tâche urgente. Nous pensons que la connexion des partenaires au système de messagerie financière de la Banque de Russie et le développement de la coopération intersystèmes entre les systèmes de paiement nationaux sont une condition indispensable pour des règlements stables au sein de l’Union. 

L’harmonisation des marchés financiers devrait créer des conditions favorables pour que les capitaux des États membres restent au sein de l’union et pour qu’ils soient investis dans les économies nationales. Nous estimons également opportun d’examiner la possibilité de créer une agence de notation eurasienne qui fournirait des outils d’évaluation au service de l’activité économique croissante dans notre macro-région.

La poursuite de l’approfondissement de l’interaction d’intégration dépendra aussi largement de l’alignement des conditions de concurrence pour les entreprises de l’Union, notamment par la convergence de la réglementation fiscale, l’introduction de méthodes avancées d’administration fiscale et l’unification des procédures douanières à l’aide d’un système de gestion des risques à nos frontières extérieures.

Et, bien sûr, nous devons continuer à travailler à la formation d’une nouvelle infrastructure de transport et de logistique qui répondrait pleinement aux réalités économiques actuelles. Le développement de corridors de transport internationaux continus et sûrs reliant les États membres de l’UEE revêt une importance particulière aujourd’hui.

L’un des aspects clés de la coopération en matière d’intégration est la formation de personnel qualifié et la création de nouveaux emplois. Le marché du travail eurasien devrait relever les défis ambitieux du développement des industries de haute technologie et de l’introduction des technologies numériques dans la production. À cet égard, il est important de s’efforcer d’harmoniser les programmes nationaux de science et de technologie, de développer des normes éducatives et professionnelles communes et de lancer des programmes de formation communs et des manuels communs dans les matières techniques et les sciences humaines. La pratique des stages interuniversitaires et des échanges académiques devrait également être développée. Et de manière générale, les questions de sciences humaines – éducation, culture et sport – ne doivent pas rester à la périphérie de notre intégration. Bien sûr, en même temps,

Je voudrais souligner en particulier l’importance de construire une coopération mutuellement bénéfique et équitable entre le syndicat et les partenaires externes et les associations internationales. On voit l’effet positif évident des accords de libre-échange existants avec des tiers. Nous avons l’intention de fournir toute l’assistance nécessaire pour achever les travaux sur des accords similaires avec l’Égypte, l’Iran et l’Inde, et pour activer de nouvelles voies de négociation, notamment avec l’Indonésie et les Émirats arabes unis. L’élargissement de la géographie des liens et des contacts internationaux de l’UEE avec les pays de la région Asie-Pacifique, du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Amérique latine contribuerait à stimuler les exportations des produits de l’Union et à construire de nouvelles chaînes logistiques. Notre association peut jouer le rôle d’un des pôles clés du partenariat de la Grande Eurasie.

Pour réussir ces projets à grande échelle, nous devons améliorer les institutions pannationales que nous avons créées, principalement la Commission économique eurasienne. Dans cette optique, nous voyons la nécessité d’élargir les compétences de la commission et d’examiner des propositions de délégation de pouvoirs supplémentaires à la CEE. Dans le même temps, toutes les décisions clés doivent être fondées sur le consensus, comme auparavant. Ce principe demeure une valeur fondamentale, notre réalisation commune et un avantage concurrentiel.

Depuis plus de mille ans, nos peuples vivent ensemble, explorant collectivement leur espace géographique. Notre compréhension commune du destin historique, les liens économiques séculaires, la préservation et le renforcement de l’affinité culturelle et sociale des peuples de l’union sont les clés du succès dans toutes nos entreprises.

Nous comptons sur une coopération et un soutien étroits des États membres de l’UEE dans la mise en œuvre pratique des priorités de la présidence russe en 2023. Nous sommes convaincus qu’ensemble, nous pouvons obtenir des résultats substantiels dans le développement d’une coopération basée sur l’intégration au profit de nos nations.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s