L’Europe glisse vers l’Est, gare au revanchisme polonais.

Les équilibres internes de l’Union européenne se transforment considérablement à la suite de la guerre par procuration des États-Unis avec la Russie en Ukraine. 

Je conseille vivement de lire:

La guerre d’Ukraine et l’ordre du monde

Catégorie : Cahiers imprimés des colloques de la Fondation Res Publica

https://www.fondation-res-publica.org/shop/La-guerre-d-Ukraine-et-l-ordre-du-monde_p170.html

PAR 

MK BHADRAKUMAR

Les pays proches de la zone de conflit — les pays d’Europe de l’Est et les États baltes — ont un plus grand sentiment d’implication dans le conflit que les pays de la vieille Europe. Ces Nouveaux Européens ont eu une histoire difficile qui les place sur une trajectoire nettement « anti-russe ». 

Leurs peurs manichéennes de la Russie les ont rapprochés des États-Unis et de la Grande-Bretagne post-Brexit plutôt que de leurs alliés naturels en Europe occidentale. 

La Pologne, l’entité la plus puissante de la Nouvelle Europe, investit massivement dans la défense, ce qui pourrait la propulser au rang de première puissance militaire en Europe. 

En 2022, la Pologne a conclu un énorme contrat d’achat d’armement avec la Corée du Sud : chars lourds de combat (quatre fois plus que la France), artillerie, avions de chasse, pour 15 milliards d’euros. Varsovie a également signé le mois dernier un contrat pour l’achat de deux satellites d’observation à la France pour 500 millions d’euros. La Pologne est déterminée à jouer un role toujours plus dans les affaires européennes. 

En revanche, pour l’Allemagne, locomotive de l’Europe, la guerre est un sujet particulièrement sensible et elle est prise dans une certaine remise en cause constante d’elle-même. L’héritage nazi de l’Allemagne, sa dépendance choisie vis-à-vis du gaz russe et sa réticence à livrer les premières armes à l’Ukraine la mettent aujourd’hui à l’agonie face à la question des livraisons de chars lourds. 

Néanmoins, l’Allemagne a rapidement saisi l’opération militaire spéciale russe en Ukraine pour annoncer le 27 février une forte augmentation de ses dépenses militaires à plus de 2 % de sa production économique dans l’un d’une série de changements de politique. Le gouvernement du chancelier Olaf Scholz a décidé de fournir 100 milliards d’euros pour les investissements militaires à partir de son budget 2022. (En comparaison, le budget total de la défense de l’Allemagne était de 47 milliards d’euros en 2021.)

Pour ne pas être en reste, le président Emmanuel Macron a déclaré en juin que l’opération russe en Ukraine avait plongé la France dans « une économie de guerre » qu’il s’attendait à ce que cela dure longtemps. Il a annoncé ce week-end qu’il demanderait au Parlement d’approuver un nouveau budget de 400 milliards d’euros pour la période 2024-2030, contre 295 milliards d’euros pour 2019-2025.

Le nouveau budget vise à moderniser l’armée française face aux multiples nouvelles menaces potentielles, a déclaré Macron vendredi, ajoutant :   « Après avoir réparé les forces armées, nous allons les transformer. Nous devons faire mieux et le faire différemment.

Certes, le tremblement de terre géopolitique en Ukraine a provoqué des secousses dans toute l’Europe et chaque pays évalue sa position et son rôle. Bien qu’aucun pays ne remette en cause son engagement européen, la désorientation est palpable. 

Scholz a écrit dans un essai il y a deux mois dans le magazine Foreign Affairs qu’il était temps pour un Zeitenwende , ou un «tournant» historique, sur la prise de responsabilité de l’Allemagne. 

Vendredi encore, Macron et le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez ont signé un nouveau traité de coopération conjointe, qualifié de traité d’amitié historique pour atteindre des objectifs stratégiques communs. Ils ont décidé de mettre de côté les tensions autour du projet de gazoduc MidCat à travers les Pyrénées (qui a été bloqué par la France pour des raisons environnementales). 

Mais les deux pays ont des motivations différentes. 

La France renforce peut-être le soutien européen alors qu’elle se prépare à se disputer avec les États-Unis sur les milliards de dollars de subventions aux entreprises américaines dans le cadre de la loi sur la réduction de l’inflation du président Joe Biden, qui vise à financer une transition verte. Et l’Espagne vise probablement à devenir un acteur plus important dans le noyau de la puissance européenne, et estime qu’une alliance plus étroite avec la France l’aidera.

Cependant, dimanche, Macron célèbre le 60e anniversaire de la réconciliation franco-allemande de 1961 lors d’un sommet à Paris avec Scholz, couplé à un Conseil des ministres conjoint, avec pour objectif de retrouver ll’esprit de l’axe Paris-Berlin qui présidat l’UE jusqu’à l’éclatement du conflit en Ukraine. 

Reste à savoir si cette fanfaronnade pourra être récupérée. 

La France et l’Allemagne n’étaient pas prêtes pour cette guerre en Ukraine, tandis que les pays du front de l’Est étaient plus vigilants vis-à-vis de Moscou et en percevaient immédiatement les enjeux. Le coût politique de cet écart n’est pas encore quantifiable. 

Pendant ce temps, l’équilibre des forces en Europe a changé, et il est difficile de savoir si la France et l’Allemagne parviendront à forger un nouvel équilibre . 

Pour le moment, Scholz subit une pression croissante de la part de ses alliés pour envoyer des chars de combat Leopard de fabrication allemande en Ukraine ou pour permettre à d’autres pays de réexporter à partir de leurs propres stocks. Les États-Unis mènent cette pantomime par l’arrière. 

Washington est déterminé à mettre les derniers clous sur le cercueil du rapprochement germano-russe et à perturber la relance de l’axe franco-allemand pour aborder conjointement une réponse européenne à la loi sur les subventions prédatrices de Biden et tracer des voies pour protéger l’industrie européenne. Les enjeux économiques sont très importants car, attirés par les subventions américaines, une migration de l’industrie européenne vers l’Amérique est probable. 

La France et l’Allemagne sont profondément sceptiques sur le fait que Washington apportera des changements significatifs au plan d’investissement vert. L’enjeu est « l’idéal d’une Europe unie et en pleine maîtrise de son destin », comme l’a dit Macron lors de la cérémonie à la Sorbonne à Paris aujourd’hui avec Scholz à ses côtés. Scholz a déclaré à son tour : « Aujourd’hui, nous nous efforçons côte à côte de renforcer la souveraineté de l’Europe. Ils ont affirmé l’amitié indestructible (amitié indestructible.)

En effet, la Pologne a justement choisi aujourd’hui de braquer ses armes sur l’Allemagne, alors que Macron et Scholz fêtaient les 60 ans du traité de l’Elysée à Paris pour consolider leur alliance par une journée de cérémonies et de discussions sur la sécurité, l’énergie et d’autres défis de l’Europe. 

Le Premier ministre polonais Morawiecki a « déchiré » Scholz dans un langage extrêmement dur menaçant de former une « petite coalition » de pays européens si l’Allemagne n’acceptait pas le transfert des chars Leopard 2. Morawiecki a tonné : « L’Ukraine et l’Europe gagneront cette guerre – avec ou sans l’Allemagne. »

Il a accusé Scholz de ne pas « agir selon le potentiel de l’État allemand » et de saper ou de saboter « les actions d’autres pays ». Morawiecki a montré une colère incontrôlable : « Ils (les politiciens allemands) espéraient mettre en gage l’ours russe avec des contrats généreux. Cette politique les a mis en faillite et, à ce jour, l’Allemagne a du mal à admettre son erreur. Wandel durch Handel est devenu synonyme d’erreur d’époque. 

Il reste encore 36 heures pour le premier anniversaire de l’opération russe en Ukraine (BB ?). Mais la guerre a débordé sur l’Europe. Alors que la Russie prend progressivement le dessus sur le plan militaire et que le spectre de la défaite hante les États-Unis et l’OTAN, la Pologne devient frénétique. 

Un point de basculement arrive pour qu’il récupère son « territoire perdu » dans l’ouest de l’Ukraine si et quand ce pays s’effondre – bien que Staline ait compensé la Pologne avec plus de 40 000 miles carrés de terres est-allemandes. 

Il est peu probable que l’Europe soit partie prenante du revanchisme polonais, en particulier l’Allemagne. Ces vastes manœuvres politiques peuvent être considérées comme une tentative de s’adapter au nouveau monde de la guerre et, peut-être aussi, de préparer l’Europe à celui qui vient après. 

Publicité

4 réflexions sur “L’Europe glisse vers l’Est, gare au revanchisme polonais.

  1. L’Europe des 6, puis celle des 9 aurait pu être certainement viable, mais dès qu’elle a succombé aux injonctions américaines (qui arrangeait bien l’Allemagne) d’amalgamer les pays de l’Est (amalgamer pas intégrén au sens où les précédents pays rajouté ont été intégré, Espagne et Portugal, entre autre) la pérennité de ce machin était fortement compromise et les antagonismes historiques ne peuvent que resurgir. Quand à la volonté de souveraineté de l’Europe de la part de Macron, outre que je crois il s’agit d’un mensonge ou à tout le moins d’un acte de communication, elle est impossible, parce que l’Europe n’existe plus si ce n’est qu’en tant que vassal servile des USA

    J’aime

  2. Je me marre
    Depuis la création de l’UE je dis que cette dernière n’est pas la paix mais la guerre
    et le temps me donne raison

    Mais bon….un peuple de décérébré juste bon à regarder de la tv réalité et s’abreuver des conneries des journaux tv et autres pseudo journaliste ceci sans jamais avoir une once d’esprit critique

    L’europe déjà depuis de nombreuses années en train de baisser ne fait qu’accélérer sa chute……ensuite viendra les US qui a creuser sa propre tombe en imposant ses conditions au monde ceci grâce au dollar

    Même le plus costaud de l’école comprend vite qu’il doit ménager les petits pour ne pas les prendre tous d’un coup sur le dos à la sortie de l’école….certain apparemment n’ont pas compris

    J’aime

  3. Le tragi-comique de cette situation est que jusqu’ici le contribuable allemand finance toute l’Europe de l’Est….
    Nous pouvons également nous demander si le conflit ne va pas prendre une dimension religieuse ….. Le fait d’avoir brûlé un Coran devant l’Ambassade de Turquie fournit un excellent argument au Sultan pour marchander et faire monter les enchères ….

    J’aime

  4. Pantalonnades et pantomimes. Ces quelques micro-pays de l’Est s’assoient sur leur population qui ne veut certainement pas la guerre, exactement hystériques comme VdLeyen, la missi dominici des USA. C’est une farce tragique qui nous conduit à la guerre, tout cela avec les vrais motivations undercover, plaire aux USA, occultar à tout prix la corruption idéologique et possiblement financiere (cf Parlement européen) massive qui règne dans des effets de manche putrides. « l’idéal d’une Europe unie et en pleine maîtrise de son destin », comme l’a dit Macron lors de la cérémonie à la Sorbonne à Paris aujourd’hui »…On se demande comment les populations ne réagissent pas, alors que tout montre que Macron est l’évident valet le plus zélé de Washington…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s