Didactique: l’impulsion de crédit, variable clef de l’économie.

Le concept d’impulsion de crédit a été introduit pour la première fois par l’économiste de la Deutsche Bank, Michael Biggs, en novembre 2008.

Le concept souligne que les dépenses sont un flux et qu’en tant que telles, elles doivent être comparées aux nouveaux prêts nets, un flux, plutôt qu’à l’encours de crédit, qui est un stock

L’impulsion de crédit est mesurée comme la variation des nouveaux crédits émis en pourcentage du produit intérieur brut (PIB).

Les études, analysant les données de flux de crédit depuis 2008 couvrant plusieurs pays, ont montré que la croissance de l’investissement est très étroitement corrélée à l’impulsion du crédit. Des études montrent également que l’impulsion de crédit, par rapport à d’autres variables de crédit, est mieux à même de prédire les reprises après une récession.

Il conduit l’activité économique et donc la performance des marchés financiers.

C’est pourquoi, malgré le suivi d’innombrables macro-données, les praticiens du marché accordent souvent une attention particulière aux indicateurs de suivi de «l’impression monétaire».

Voici ce qu’écrit ALF a des fins didactiques mais aussi a des fins publicitaires pour sa promotion.

Mais la monnaie n’est pas un sujet anodin : comment mesurer correctement la création monétaire pour l’économie réelle ?
Quels pays impriment plus ou moins d’argent aujourd’hui ?
Qu’est-ce que cela implique pour la croissance et les marchés à venir ?

Cet article répond à toutes ces questions en :

  • Vous expliquer les principes de construction de mon indice phare Global Credit Impulse ;
  • Vous fournir les chiffres les plus récents sur la création monétaire au niveau national (États-Unis, Chine, UE, Royaume-Uni) et au niveau agrégé ;
  • Discuter des implications pour la croissance économique et la performance des classes d’actifs.

Commençons par un graphique vieux de 3 mois qui parle très fort de l’importance de  »l’impression monétaire » :

L’indice TMC Global Credit Impulse (orange, côté gauche) a prédit avec précision la direction de la tendance pour la croissance du bénéfice par action du S&P500 (bleu, RHS) avec quelques trimestres de décalage.

À la fin de l’été 2022, les analystes s’attendaient à une croissance saine du BPA en 2023.


Notre indicateur phare de création monétaire suggérait plutôt que le BPA 2023 se contracterait et deviendrait peut-être déjà négatif d’ici mars.

Eh bien, il s’avère que notre indicateur phare avait raison.

Mais comment mesure-t-on réellement la création monétaire de l’économie réelle ?

Tout d’abord, remettons les pendules à l’heure : les banques commerciales et les gouvernements impriment de l’argent que nous pouvons utiliser, pas les banques centrales – elles impriment de l’argent pour les banques, également appelées réserves bancaires.
Voici comment les banques et les gouvernements impriment de l’argent de l’économie réelle :

Lorsque le système bancaire accorde un prêt ou une hypothèque, il crée un nouveau passif pour le consommateur (prêt/hypothèque) mais aussi un nouvel actif (un nouveau dépôt bancaire).


Ce crédit nouvellement créé est de l’argent qui n’existait pas auparavant, et il est utilisé pour acheter une nouvelle voiture/maison.

Création de crédit bancaire = impression monétaire de l’économie réelle.

Lorsque le gouvernement dépense plus d’argent qu’il ne nous taxe (déficit), il fait un trou dans son bilan et injectre de la richesse nette sur le secteur privé.


La baisse des impôts ou des chèques de relance augmentent l’argent dans l’économie réelle disponible pour le secteur privé.

Dépenses publiques déficitaires = impression monétaire de l’économie réelle.

Jetez un coup d’œil au premier graphique : plus l’argent de l’économie réelle circule dans les plus grandes économies du monde, plus la croissance économique est importante et vice versa. C’est logique, non?

Nous avons établi que la création de crédit bancaire et les déficits publics sont des pièces clés du puzzle pour suivre la création monétaire de l’économie réelle.

Mais que faut-il d’autre pour construire un bon indicateur d’impression monétaire ?


Comment l’indice TMC Global Credit Impulse a-t-il évolué avec la dernière mise à jour des données ?


Et qu’est-ce que cela signifie pour la croissance et les marchés à venir ?

En prime

En prime

China bloomberg credit impulse.

https://en.macromicro.me/charts/35559/china-credit-impulse-index

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s