Les relations Poutine-Erdogan

PAR 

MK BHADRAKUMAR

Le président turc Recep Erdogan a révélé que le président russe Vladimir Poutine pourrait assister à la cérémonie de chargement du combustible nucléaire le 27 avril à la centrale nucléaire d’Akkuyu. 

L’attaché de presse de Poutine, Dmitri Peskov, a habilement géré la bombe politique, choisissant de ne pas réfuter la déclaration d’Erdogan. Selon Erdogan, la participation de Poutine à la cérémonie pourrait faire partie d’une visite officielle. 

Les précédents engagements de Poutine concernant la centrale nucléaire d’Akkuyu se sont déroulés par vidéoconférence et lors de la cérémonie marquant le début des travaux de construction du prestigieux projet en avril 2018, il a promis d’assister à la cérémonie de lancement en 2023.

Rosatom a tenu sa promesse de terminer le projet dans les délais, et c’est maintenant au tour de Poutine. 

De toute évidence, Erdogan se soucie beaucoup du récent « mandat d’arrêt » de la Cour pénale internationale contre Poutine. Le président chinois Xi Jinping a montré comment l’ignorer. La sherpa russe du G20, Svetlana Lukash, a déclaré vendredi que Poutine devrait se rendre en Inde deux fois cette année – le sommet du G20 en septembre et le sommet de l’OCS de 2023 plus tard. 

La position officielle de Turkiye est que « Même si la Turquie n’est pas un État partie au Statut de Rome, les activités de la CPI sont suivies de près et les réunions annuelles de l’Assemblée des États parties qui ont lieu à La Haye ou à New York sont suivies par nos fonctionnaires. .” Mais Erdogan dément ouvertement le complot anglo-saxon visant à diaboliser Poutine. 

Un tel défi dédaigneux est en partie en réaction à l’ingérence croissante des États-Unis dans l’élection présidentielle de Turkiye prévue pour le 14 mai. Dans des propos incendiaires dimanche , Erdogan a juré «de donner une leçon à l’Amérique». 

Cependant, en invitant Poutine à être l’invité principal du lancement de la centrale nucléaire d’Akkuyu, qui est sans aucun doute un événement historique, Erdogan signale combien il apprécie la contribution de Poutine à l’expansion et à l’approfondissement des relations turco-russes. 

Certes, le lien personnel entre les deux dirigeants a largement contribué à renforcer la relation. Erdogan presentera probablement le lancement de la centrale nucléaire d’Akkuyu comme son héritage présidentiel pendant sa campagne électorale. 

En effet, la centrale nucléaire d’Akkuyu, d’une valeur de 20 milliards de dollars, est la première du genre sous différents angles – la seule grande centrale nucléaire de Turquie (avec quatre réacteurs russes VVER-1200) ; le plus grand projet de l’histoire de la coopération russo-turque ; le premier projet de centrale nucléaire au monde mis en œuvre selon le modèle BOO (Build – Own – Operate) et ainsi de suite.

La centrale nucléaire d’Akkuyu est essentiellement un symbole du changement de politique étrangère de la Turquie à l’époque d’Erdogan – la Turquie a reflechi à prendre ses distances avec le système d’alliance occidental et elle est à la recherche de voies indépendantes qui renforceraient l’autonomie stratégique du pays, avec un pivot vers l’Est et une ouverture à l’intégration eurasienne. Ce processus a conduit la Turquie aux portes des BRICS. 

Bien sûr, l’Occident n’a jamais offert à la Turquie une relation de partenariat à ‘égalité. Encore une fois, la tentative de coup d’État soutenue par les États-Unis en 2016 pour renverser Erdogan a été une expérience traumatisante qui l’a profondément ébranlé. Les relations turco-américaines ne se sont jamais vraiment rétablies. 

Mais il faut reconnaître que la Turquie, qui a une riche histoire en diplomatie internationale, est également une puissance régionale habile. Elle est placée de manière unique en tant qu’État pont entre l’Occident et l’Orient – dotée d’une connaissance intuitive de la confrontation qui se prépare. entre l’Occident et la Russie et la lutte pour façonner l’ordre mondial. 

De toute évidence, la Turquie a vu les tempêtes se profiler à l’horizon et a compris que le déclin de l’Occident est  une réalité géopolitique et que la Turquie devait se positionner en avance plutôt que d’être dépassée par les événements.

Cela dit, la Turquie a également une histoire difficile dans ses relations avec la Russie. C’est là que le sens politique d’Erdogan a fait toute la différence, car il accordait la plus haute importance dans sa diplomatie personnelle à cultiver assidûment une relation de travail optimale avec Poutine au cours des 7 dernières années depuis l’intervention militaire russe en Syrie. 

Pour sa part, Poutine accorde également une grande importance à la diplomatie personnelle. Poutine a dit plus d’une fois publiquement qu’Erdogan n’est pas une personne facile à traiter – étant un interlocuteur qui peut s’entêter à défendre les intérêts de Turkiye. 

Mais c’est une qualité de leadership que Poutine respecte et peut même accepter en tant que réaliste. Poutine a parlé d’occasions où des divergences sont apparues avec Erdogan, mais sa réponse a invariablement été de redoubler d’efforts pour rechercher une solution équitable. Erdogan a apprécié la bonne volonté implicite et, au fil du temps, une masse critique de confiance mutuelle s’est développée. 

La médiation de la Chine dans la normalisation des relations saoudo-iraniennes a reçu les éloges et l’admiration de la communauté mondiale, y compris d’Israël. Les détracteurs se sont tus. Le Jerusalem Post a écrit lundi : « Un réchauffement des relations entre l’Arabie saoudite et l’Iran se traduira par des mouvements ultra-rapides sur l’échiquier du Moyen-Orient dans un proche avenir.

Mais ce qui n’est pas encore sur le radar mais destiné à être tout aussi important, ce sont les efforts robustes de la Russie dans les coulisses pour provoquer un rapprochement saoudo-syrien et une intégration plus large de la Syrie dans son voisinage arabe. 

Contrairement aux États-Unis, qui ont laissé une traînée de mort et de destruction alors qu’ils se retiraient avec des affaires inachevées de leurs guerres éternelles, la Russie s’est bien acquittée en Syrie en accomplissant sa mission de sécurité pour vaincre la menace terroriste contre le gouvernement, puis en assurant le suivi en mettant fondements politiques et diplomatiques pour stimuler également la stabilisation et la reconstruction de ce pays. 

Il est tout à fait concevable que Poutine ait utilisé toutes les opportunités avec le président égyptien Sissi pour s’engager avec Assad . Incidemment, le ministère égyptien des Affaires étrangères a souligné que les discussions entre le ministre des Affaires étrangères Sameh Shoukry et le ministre syrien des Affaires étrangères Fayçal Mekdad au Caire samedi visaient à « aider le peuple syrien à restaurer (l’unité et la souveraineté du pays) sur l’ensemble de ses territoires ». 

En fin de compte, cependant, la diplomatie personnelle de Poutine est à son meilleur dans ses efforts pour restaurer les relations fracturées de la Turquie avec la Syrie. Poutine voit qu’une convergence entre Ankara et Damas n’est pas seulement possible mais est un besoin impératif pour les deux pays ainsi que pour la paix et la sécurité du Levant. 

Fondamentalement, Poutine épouse la pertinence continue de l’ accord d’Adana de 1998 comme base pour s’attaquer efficacement au défi séparatiste kurde qui réduit la possibilité pour Washington de pêcher en eaux troubles et même l’incite à revoir son occupation d’un tiers des territoires syriens sur le prétexte de lutter contre le terrorisme. 

Erdogan en est venu à comprendre que Washington poursuit un programme inavoué en s’alignant sur les groupes militants kurdes du nord de la Syrie qui encouragent le terrorisme transfrontalier contre la Turquie, et par conséquent, Ankara a tout à gagner en travaillant avec Damas.

Idéalement, en vue des élections de mai, Erdogan aurait aimé rencontrer le président Assad, sentant que l’opinion intérieure turque est également favorable à un rapprochement turco-syrien. 

Mais l’occupation turque du territoire syrien reste un obstacle. La Russie travaille dur pour résoudre le problème. Il est possible que les prochains pourparlers quadrilatéraux entre les vice-ministres des Affaires étrangères de la Turquie, de la Russie, de l’Iran et de la Syrie (qui pourraient avoir lieu à Moscou cette semaine) voient la lumière au bout du tunnel. 

Si cela se produit, Poutine aura réussi une percée historique, et sa visite en Turquie pour le lancement cérémoniel de la centrale nucléaire d’Akkuyu pourrait se transformer en un moment déterminant dans la géopolitique de la Méditerranée orientale et de la région de la mer Noire. 

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s