Tapie sera-t-il le leader populiste de gauche?

Nanard est un populiste , dans  le ton, dans le verbe, la gouaille  et ses détracteurs ajouteront dans  la vulgarité. Si mes souvenirs sont bons, Tapie a fréquenté les communistes il y a fort longtemps. Il a été compagnon de route des socialistes, type deuxième gauche par amitié avec Claude Colombani  qui l’a aidé dans  ses opérations de procédure collective  à ses débuts.   Mais si on cherche à tout prix à lui coller une étiquette, on est plutôt du côté des radicaux. Mais cette fois ce serait du côté « droite » . Pas très loin de Borloo.  Mais si on nous demandait notre avis, nous le verrions plutôt côté Luchini, anar de droite.

Bernard Tapie a "décidé de revenir en politique" pour faire face au FN

Mais tout cela est approximatif, fluctuant, opportuniste. Gageons que si il décide d’entrer en politique sous l’étiquette anti-Front ,  certains lui rappelleront des propos un peu scabreux tenus dans sa jeunesse. Il n’en a que faire. Ce qui est sûr c’est qu’il a un culot monstre et du bagout, ce qu’il faut à un véritable tribun populiste. Beaucoup de choses dépendront de la place qui lui sera réservée dans les médias, c’est là qu’il excelle.

Bernard Tapie annonce dimanche son retour en politique pour faire échec à la montée du Front national, indiquant qu’il veut reprendre son combat en faveur de l’emploi des jeunes au moment où le gouvernement réfléchit aux moyens d’endiguer le chômage. Tapie a des amis, des gens de haut niveau  qui savent penser, publicitairement parlant, du niveau des Segala par exemple, aussi des gens  qui savent écrire. As -t- il des stratèges politiques, je l’ignore. M ais peut-être que la stratégie personnelle de Tapie s’inscrit dans  une stratégie plus vaste dont on ne verra les contours que plus tard?

Dans une interview au Journal du Dimanche, il déclare qu’il présentera d’ici à fin janvier un « premier projet pour la remise en activité de tous les jeunes de 18 à 25?ans. »

« J’ai décidé de revenir en politique », dit-il en estimant que le résultat des élections régionales est « incontestablement un signal d’alarme qui doit alerter tous ceux qui ont l’envie et la compétence d’apporter des réponses aux problèmes du pays. »

« Personne ne peut contester mes succès passés face au FN, notamment aux européennes de 1994, quand je l’avais ramené, comme je l’avais promis, à 10% des voix. C’est toujours faisable à condition d’adopter les bonnes méthodes », assure-t-il.

Selon lui, « il faut que les hommes politiques cessent de parler des conséquences, du mal de vivre de ces Français qui votent FN, et qu’ils apportent des remèdes aux causes de leurs problèmes ».

Parmi ceux-ci, figure le chômage des jeunes, « un combat que je veux reprendre aujourd’hui ».

« J’affirme qu’en capitalisant intelligemment tout ce qui est dépensé à tort et à travers, on aurait de quoi donner un travail à tous les jeunes qui le souhaitent et qui devront l’accepter », assure Bernard Tapie.

« En particulier, en dispensant des formations pour des métiers dont le marché du travail a besoin, et en utilisant davantage les outils qui permettent de détecter les talents de chacun », explique-t-il.

A la question de savoir si son plan pourrait être retenu par le gouvernement, il répond que « la volonté du pouvoir actuel a l’air d’aller dans ce sens puisqu’ils ont demandé, à juste titre, l’union nationale sur ce sujet. »

Prié de dire s’il pourrait se présenter à la présidentielle de 2017, l’homme d’affaires indique: « Chaque chose en son temps. La politique, ce n’est pas seulement être élu. »

« La seule élection qui me faisait envie, c’était celle de la mairie de Marseille en 1995, pour laquelle on s’est dépêché de me rendre inéligible ».

S’agissant de la décision de la cour d’appel, Bernard Tapie souligne qu’il a décidé de se pourvoir en cassation et que les sociétés de son groupe, qui n’étaient pas soumises au compromis d’arbitrage, vont elles aussi intenter des recours.

« Le pénal me projette donc à nouveau dans un long marathon. Mais à 72 ans, j’ai le temps, il me reste encore au moins vingt-huit ans ! « , dit-il encore.

Publicité

Une réflexion sur “Tapie sera-t-il le leader populiste de gauche?

  1. Je partage le point de vue d’ERIC83.
    En outre, à partir du moment où la motivation affichée de son retour en politique serait de combattre le FN, son retour serait déjà une très mauvaise nouvelle, car le but n’est pas de faire de l’anti ou d’aboyer avec la meute des manipulateurs mafieux (même si on n’est pas admiratif devant le programme du FN), mais de faire du pro-quelque chose pour retrouver la niaque et redonner espoir aux décrochés du Système. Il ne suffira pas de parler du chômage des jeunes et de faire des promesses plus ou moins réalistes et surtout cohérentes !
    Enfin, je vois mal comment un anar de droite (une catégorisation pléonastique, me semble-t-il) pourrait représenter un populisme de gauche ; maintenant, il est de plus en plus clair que les différenciations entre gauche et droite sont de moins en moins claires.

    J’aime

Répondre à COSTE CHRISTIAN Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s