Editorial Chacun a 15 minutes de gloire », les banquiers centraux vont s’éclipser, à la retraite, l’Europe va se disloquer

Carney’s “15 minutes of fame”. Mark Carney a eu son heure de gloire , maintenant de lui même, il dit que c’est son quart d’heure.

Carney est le seul banquier central qui a à peu près compris le Système, c’est celui qui s’en approche le plus, grâce à l’avance intellectuelle de la Bank of England qui a compris le phénomène de création monétaire privée, par le système bancaire.

Souvenez vous, nous avons analysé son discours fleuve prononcé lors du vote Brexit, c’était un vrai monument, articulé, cohérent, bien loin de la bouillie pour les chats faussement transparente que l’on entend ailleurs.

Je soupçonne même Carney d’avoir compris ce que les autres n’ont même pas sur leur radar: l’importance de l’eurodollar et du « dollar » numérique et comptable. Tout comme le sens profond , historique du vote Brexit et l’échec de la Construction Européenne. Carney quand il parle énonce les articulations de raisonnements, les vraies , celles que lui même utilise pour réfléchir,  il ne sert pas de constructions parallèles comme le fait Draghi par exemple.

Selon lui, les banquiers centraux vont abandonner la vedette, finis les projecteurs, ils vont rentrer en coulisses  après 10 ans sous les « spots ». Ils ont, sinon accompli leur mission, du moins ils ont fait ce qu’ils pouvaient faire. Selon Mark Carney, les banquiers centraux considèrent qu’ils ne peuvent pas faire plus et plus longtemps, et dans ces conditions, ils appellent les gouvernements « to carry more of the burden », à prendre leur part du fardeau. Cela on le savait depuis plus d’un an, mais ce qui est nouveau, souligne Carney, c’est que cela commence à se produire.

« D’une certaine façon a dit Carney jeudi dernier, nous arrivons à la dernière seconde des 15 minutes de gloire des banquiers centraux ». Carney fait allusion à une phrase d’Andy Warhol en 1968: « à l’avenir, dans le monde, chacun sera célèbre pendant au moins 15 minutes ». Et Carney ajoute: c’est une bonne chose.

Carney considère que la politique fiscale et budgétaire va compter pour à peu près la moitié  de l’augmentation de la croissance Britannique ces prochaines années. Il ajoute que selon lui, les perspectives globales vont s’améliorer et qu’elles seront conduites, produites par une politique fiscale plus accommodante dans les principales économies, et particulièrement aux Etats-Unis.

“That’s positive,” c’est positif, dit Carney , c’est mieux que ce qui s’est passé jusqu’à présent ou le seul jeu en ville était celui des banques centrales et de leur politique monétaire.

Rien de tout cela ne vous étonne, nous disons cela  le début … 2016. Nous avons, il y a peu, écrit que 2017 serait l’année ou la monnaie morte, la monnaie zombie allait renaître. Les « digits » créés depuis 8 ans n’étaient pas de la monnaie vivante, mais sous l’effet d’une transmission fiscale et budgétaire, ils vont prendre vie,  la monnaie  va ressusciter avons nous écrit il y a peu.

C’est à la fois un terrible aveu de la part de Carney  et un espoir.

-Aveu qui consiste à reconnaitre que les banquiers centraux , n’ont pas réussi à vaincre les difficultés et à redresser la croissance des économies par des achats de titres et des taux quasi nuls

-Espoir car on rentre dans le réalisme, on sort de la magie. Pour croître il faut de la dépense, pas des digits virtuels. Nous avons toujours dit: « il ne suffit pas d’ajouter sans cesse des zéros dans les livres de comptes »!

Et Carney de reprendre sa synthèse; il faut à la fois un mixte de politique économique fondé sur le fiscal et le monétaire et des réformes structurelles. Il ajoute ce qui est nouveau: une politique commerciale, « a trade policy ».

A notre sens , Carney et ses déclarations vont favoriser la prise de conscience  par les marchés du fait qu’une page se tourne. C’est la fin d’une phase, sinon la fin d’une époque. Cela va aussi modifier les perceptions. En effet, Carney ne le dit pas, mais il va falloir cesser de faire des fixations sur les déficits, il va falloir sortir de l’austérité!  Et voilà qui ne va pas faire  les affaires de l’Eurozone.

Si le policy-mix passe par la fusion, la réunification du monétaire et du fiscal alors, l’Union va être mal, très mal comme dans la pub de Liddl: les envoyés de Schauble vont lui dire, « on est mal patron, on est très mal »! Pour deux raisons ,

-la première est que la Construction Européenne a une monnaie sans état européen et des états sans monnaie: la réunification du monétaire et du fiscal est quasi impossible ;

-la seconde raison est que Schauble est accroché à son fauteuil et il serre de toutes ses forces pour ne pas lacher les cordons budgétaires, il refuse les déficits et la dépense. Aie, Aie Aie  patron!

Fondamentalement, la page qui va se tourner va signifier l’échec de la voie allemande de sortie de crise articulée autour : d’une austérité, qui équivaut au « carpet bombing » du Moyen orient, d’un refus des déficits, des réformes déflationnistes.

C’est non seulement l’échec économique, mais aussi  l’échec politique: Schauble voulait  laminer la Grèce, le Portugal, l’Irlande, afin de terroriser les Italiens et les Français. Non seulement il n’a pas pu aller assez loin à cause la montée de l’euroscepticisme, mais maintenant il va falloir faire machine arrière et relancer! Une claque énorme. Il n’y a pas que Schauble qui va « être mal’ , tous ses alliés vont l’être également: les hauts fonctionnaires européens,  les dirigeants des pays du Nord, les universitaires , les organisations patronales, les syndicats jaunes  …

Depuis 2010, la construction européenne, l’Eurozone vivent sur mythe; « si nous avons des problèmes, voire des crises, c’est parce qu’il y a des pays qui ne jouent pas le jeu européens, ils trichent, il faut leur tordre le bras pourqu’ils respectent les règles.Les fameuses  règles chères à Monsieur Schauble, le ministre juriste qui ne connait rien à l’économie.

La période intermédaire caractérisée par le « coûte que coûte » illégal de Draghi, couvert par les Allemands, cette période intermédiaire  se termine. On va rentrer dans une nouvelle période de vérité, ou toute la fragilité de l’architecture monétaire de la zone euro va être mise en évidence,  toutes les contradictions vont éclater sous les coups de boutoirs du déficit spending anglo-saxon et son inflationnisme.

Selon toute probabilité, les taux d’interêt dans le monde vont monter, le mouvement a déjà commencé. Les taux européens eux aussi se sont nettement redressés, les spreads entre le Bund allemand et les pays déficitaires, y compris la France, se dilatent vite et fort; le couvercle mis par la BCE sur la marmite des fonds d’état et des changes implicites, commence à tressauter.

Les politiciens n ‘ont aucun remède, aucune solution réaliste si ce n’est le fameux approfondissement de la construction européenne, tarte à la crème vide de sens et  de contenu et qui en plus tomberait au plus mauvais moment: jamais les sentiments anti-européens, jamais la résistance à l’intégration n’ont été aussi fortes!  Ces élites ont réussi à défaire tout ce que la modernité et le cours de l’histoire avaient construit, doucement, patiemment : ils ont remplacé l’intégration spontanée , pacifique du continent par une désunion violente, haineuse  qui dresse les citoyens  les uns contre les autres.

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

4 réflexions sur “Editorial Chacun a 15 minutes de gloire », les banquiers centraux vont s’éclipser, à la retraite, l’Europe va se disloquer

  1. Question d’un épargnant « béotien » & angoissé : si les taux d’intérêts montent, alors vers quoi se diriger en matière d’épargne ? ( ou, a contrario, quels sont dans ce cas là les lieux à éviter ? )

    J'aime

    1. Pendant la période ou les taux d’intérêt montent, tous les actifs financiers s’ajustent et donc baissent.
      Quand la baisse est finie ou tire à sa fin, il faut revenir et investir dans les produits financiers qui sont devenus plus attrayants.
      Donc réponse:
      1 cash et attendre
      2 acheter quand cela a baissé.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s