Billet Macron le révisionniste hors sol

Macron a qualifié récemment la colonisation de crime contre l’humanité. Il s’est attiré les foudres de Hamon, lequel  a aussitot  exprimé  son incompréhension face aux propos d’Emmanuel Macron.

« Nous sommes sur des questions beaucoup trop graves pour qu’on jette des mots comme cela », a dit Benoît Hamon. « Crime contre l’humanité, ce n’est pas juste une formule. Ça renvoie à d’autres réalités : à la traite des Noirs, à la Shoah. »

« Avant de dire ‘crime contre l’humanité’ il faut pouvoir dire que l’on assume les conséquences de cela. Je ne sais pas si Emmanuel Macron les assume. En tout cas, moi, je me refuse à me lancer aujourd’hui sur ce terrain-là ».

« Oui, c’est un fardeau qui pèse sur nos épaules, oui, il faudra que nous fassions davantage la lumière sur la responsabilité qui a été celle de la France durant la colonisation, ce n’est pas simple », a-t-il dit.

« Je n’écarte rien mais je ne m’engage pas sur ce terrain-là, à l’aventure, avec des mots que je jetterais comme cela », a-t-il ajouté à l’adresse d’Emmanuel Macron. « Tous ces mots ont des conséquences ».

Nous vous rappelons que les socialistes avec Jules Ferry étaient d’ardents colonisateurs, voir le remarquable ouvrage « 1885, le tournant colonial de la République », La Découverte.

On constate dans cet ouvrage de débats compilés par Manceron que Jules Ferry, le socialiste, y défendait l’idée d’une « colonisation républicaine au nom du droit des races supérieures vis à vis des races inférieures » Rien de moins!

Dans un premier temps nous avons considéré cette empoignade  comme dérisoire, mais nous pensons que nous avons eu tort; certes ces discussions sont fort éloignées des vrais problèmes concrets qui se posent aux  Français, mais elles sont fondamentales sur beaucoup de points et en particulier sur l’idéologie  de progrès et sur l’idée de racisme.

Elles sont également fondamentales pour comprendre le positionnement de chacun des protagonistes.

Les socialistes prétendent gérer le magistère de la pensée, la droite étant censée, elle, gérer l’économie et la production. A ce titres les socialistes prétendent à un monopole du coeur, de la morale  et du progrés. Leur leitmotiv n’est il pas de « rassembler les hommes de progrès »? La classe politique de gauche ne cesse d’en appeler au rassemblement des « forces de progrès » contre les « hommes du passé » », et de tonner contre les conservateurs, archaiques, tenants de  « l’obscurantisme médiéval ». Dans le discours public, le mot « progrès », souvent confondu avec « modernité »  a globalement une charge positive. L’appel au progrès ou à la modernité reste un moyen de trancher entre les bons et les mauvais. Pourtant progrès n’est pas équivalent à modernité.

Pour que la thématique du progrès ou de la modernité, que nous confondons pour le moment pour des raisons de simplification, pour que cette thématique fonctionne, il faut qu’elle apparaisse comme infaillible. Il y a les bons et les méchants, les barbares et les civilisés et ce sont les socialistes qui détiennent le sabre pour trancher entre les deux. Mais que faire quand le sabre se trouve tenu par le père Ubu? c’est le problème que pose l’épisode colonial des socialistes.

Il faut un mythe de l’infaillibilité du progrès , c’est à dire en fait un mythe de l’infaillibilité pontificale socialiste! Si il apparait qu’ils se trompent, qu’ils sont incapables de déchiffrer l’histoire et de commettre des atrocités au nom de leur idéologie ,alors, l’édifice se mine, une partie de leur pouvoir/légitimité  s’écroule.

C’est le cas avec la questionde la colonisation. Mais en fait le problème dépasse la colonisation: par exemple la question du voile islamique, par exemple la question de l’école: les socialistes ont il le droit de décreter ce qui est bien ou mal, ce qui est progressiste ou rétrograde? C’est le cas avec la colonisation, mais c’est encore plus grave s’agissant du racisme car nos socialistes de servent du racisme et de l’anti racisme pour rejetter hors du champ politque près d’un Français sur trois! Si leur valeurs étaient éternelles, alors ils ne se tromperaient pas; hélas, les valeurs, les mots, les classifications, les concepts évoluent et alors ils sont pris au piège. Il leur faut faire des contorsions.

La question de la colonisation est une tache dans le cursus socialiste. Ce n’est pas un hasard si elle revient , lancée par un non-socialiste, Macron qui cherche à siphonner les voix d’un ex-solferinien  pur jus. Macron en fait se positionne comme plus moderne que Hamon, lequel est bien sur empêtré par le passé de ses glorieux ancêtres.

Rendez vous compte, l’histoire socialiste , c’est celle, encombrante, de Jules Ferry, lequel à partir de 1881 a mis en oeuvre une politique coloniale tous azimuts , sans débats publics. C’était un des axes majeurs de sa politique. En Mars 1884 , Jules Ferry proclame le droit de civiliser dont sont détentrices les races supérieures. Diantre ! Et il récidive peu de temps après: « Il faut le dire nettement, oui les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures… je  répète qu’il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir qui est de civiliser les races inférieures ».  A cette époque, l’opposition ironise: « le droit de civiliser à coups de canons ». Clemenceau raillera Ferry en rappelant que les savants allemands cherchent à démontrer que le Français est d’une race inférieure à l’Allemand et que ceci n’est rien d ‘autre que « la puissance de la force sur le droit ». Clemenceau parle d’or. En 1885, les droits de l’homme ne s’appliquaient pas à tous les êtres humains, voila le fond de l’histoire!

Cette question, comme beaucoup d’autres est significative du positionnement des deux candidats; Hamon est un héritier, il porte le fardeau de l’histoire socialiste, de ses erreurs, de ses compromissions avec les milieux d’affaires, de ses répressions coloniales, de ses trahisons de la classe ouvrière; Macron refuse l’héritage, il parle non pas au nom du passé , de l’histoire, mais au nom du futur dont il prétend être le détenteur de la clef. Macron est hors-sol, il renie les héritages, celui des socialistes et bien sur le boulet de l’héritage Hollande.

Présenté ainsi on voit mieux la différence entre le progrès et la modernité. Hamon peut se réclamer du progrès qui est une amélioration par rapport au passé, Macron lui se réclame de la modernité. Hamon a des racines; Macron est hors sol.

L’orientation des deux candidats vers le futur est bien sur dominante. Dans les deux cas, il s’agit de dévaloriser le passé et le présent au nom d’un futur présumé meilleur par hypothèse. Mais la position de Macron est plus facile à défendre car il est libéré de la pesanteur!

Tous deux valorisent le futur au détriment du passé et du présent, mais pas au nom des mêmes valeurs: pour Hamon c’est au nom d’une idée de l’homme dont les socialistes seraient les gérants et garants, pour Macron c’est au nom du Marché et de la Valeur marchande.  Tous les deux veulent détruire, destructurer, pilonner les traditions, dissoudre les liens familiaux et sociaux, briser les solidarités et les identités mais c’est au nom de deux idéologies différentes qui rapidement vont entrer en conflit. En fait ce sont des Projets de classes dominantes qui se recouvrent partiellement, mais sont en réalité différentes et deviendront antagoniques.

 

Publicités

Une réflexion sur “Billet Macron le révisionniste hors sol

  1. Comment n’être pas d’accord avec vous ?
    Les « valeurs « sont brandies par la gauche moralisatrice pourvu qu’elles soient anti-nationales
    La gauche a mis , Chirac inclus, le feu aux « cités d’avenir » 😅et a dessein
    Réalité historique ?
    Elle n’existe plus dans la doxa, les livres d’histoire sont expurgés
    1830, la France débarque et stoppe le commerce des esclaves qui perdurait depuis le 16eme siècle , institué par les gentils colonisés à l’encontre des chrétiens
    Ce fut déjà un bienfait moral , non ? Mais chut …
    Genocide ?
    Construction d’infrastructures , Sante , éducation
    Bon, en échange , la France s’est servie sur la bête
    Mais ca n’a rien à voir avec le score des américains « libérateurs  » de la Lybie, Afghanistan, Irak, Syrie, l’horreur du Kosovo, l’Ukraine, l’Amérique du Sud
    La France, depuis Sarko/Hollande, a été de tous les mauvais coups, vil mercenaire. Et ajoutons le Yémen
    Et Macron/Soros/Rothschild , nous la joue décomplexé , en route vers votre remplacement , en route vers votre mort, non plus au service de la moraline, mais ouvertement au service du Capital.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s