Editorial Macron lève le masque: c’est bien un coup d’état.

Macron lève le masque: c’est bien un coup d’état.

Macron vient de déclarer : « visé par une enquête judiciaire , Fillon n’est plus en capacité de devenir le garant des institutions ». Le mot important de Macron, c’est un aveu: « visé ». Il suffit de « viser ».

Toute personne raisonnable a remarqué que les révélations sur Fillon n’étaient pas tombées du ciel, tout comme leur mise en résonance médiatique, tout comme l’articulation stratégique de leur diffusion, tout comme leur utilisation par le Parquet National Financier.

Les faits sont ce qu’ils sont, mais ici l’important ce ne sont pas les faits, mais leur utilisation et le moment choisi pour les utiliser. La terre est ronde, mais vous ne le dites pas à tout propos, vous le dites quand cela est utile, quand cela vous sert. Tout énoncé exprime, trahit un désir.

Derrière l’énoncé des faits reprochés à Fillon, il y avait un non-dit et ce non-dit, Macron vient de le compléter. Il vient de le verbaliser, de le rendre manifeste. Tout par conséquent suggère une manoeuvre. Et la déclaration de Macron rapportée ci dessus, vient sceller sa complicité, elle  donne tout son sens à la manoeuvre,  nous soutenons qu’elle le salit, lui Macron. Au plus haut niveau, on fait les poubelles:  il est dit que Fillon est disqualifié!

Quelle erreur de la part de Macron! Au lieu d’être au dessus, noble, propre  il ramasse la fange; s’y vautre. C’est un coup d’état. Un pas de clerc comme les socialistes en ont tenté en 1968 quand ils ont cru que le pouvoir était à prendre, à ramasser.

C’est grave. Fillon a -il été condamné? Non! Il  soutient et beaucoup d’élus de droite et de gauche soutiennent que ce qu’il a fait est légal. Bartolone, le président socialiste de l’assemblée nationale a fait de même et expliqué pourquoi. Martin Schultz le leader socialiste rival de Merkel  en Allemagne fait l’objet des mêmes attaques.

La faute de Fillon, car c’est est une, c’est la naiveté, la négligence, l’inconséquence, ce n’est même pas une faute morale contrairement à sa défense simplette .

Non car le choix, quand on est candidat politique, quand on a un besoin considérable de fonds et que l’on est marginalisé dans son propre parti,  le choix c’est de sélectionner d’où vont venir ces fonds, de qui on va les accepter, de qui on va devenir l’obligé.  Et Fillon s’honore d’avoir tenté d’être moins dépendant et de prendre les fonds là ou ils étaient à sa disposition, « sans fil à la patte attaché »,  plutôt que du côté de la grande finance apatride, à Londres, à l’Ile de Man ou au Liban. Plutot que du côté des grands bâtisseurs spécialistes des enveloppes kraft. Plutot que du côté des banques qui accordent des crédits aux candidats et qu’elles abandonnent ensuite subrepticement dans un fatras d’écritures compliquées à souhait.

Regardez la vidéo ci-dessous, un modèle de modération et de compétence sur un sujet qui exige la qualification. 

Remarques:

-est  ce que la démocratie c’est le règne des valeurs imposées par certains ou bien est ce que c’est le pouvoir du peuple et pour le peuple?

-est ce que maintenant dans le nouveau système, le Pouvoir en place grâce à sa majorité godillot a la possibilité de faire passer des textes, de nommer des magistrats, de créer des tribunaux spéciaux, de mener des campagnes de presse afin de contourner le suffrage universel?

-est ce que la calomnie est ratifiée comme moyen de conquérir le pouvoir avec la complicité d’une partie de la magistrature

-Macron prétend être un rassembleur, il nie les clivages politiques et que fait il? Il divise irrémédiablement, il  cherche à priver une partie des citoyens d’une représentation légitime exactement dans ligne de la stratégie des élites lesquelles, préparent la future   guerre civile, en disqualifiant 40% de la population. Si il est élu il représentera moins de 15% de la population! Et encore en  ayant menti à 10% d’entre elle, car son projet n’est pas ce qu’il prétend être .

Avertissement: 

Le phénomène le plus important de notre époque, c’est la rupture du monopole de la parole de nos élites. Elle ont perdu le monopole de nous dire ce que nous devons penser. Ainsi se réintroduit un aspect actif dans notre passivité. Nous redevenons acteurs de notre vie. Et bien sur de notre vie politique.

Par la production, par le tri critique et l’apprentissage de l’information, par   sa diffusion, vous avez un rôle à jouer. Mais c’est presque un sacerdoce, il implique rigueur, frustration, discipline et abandon de la jouissance facile de  l’invective.

Ce qui se produit, c’est un basculement, une récupération du pouvoir , il revient bottom-up au lieu de top-down, il crée une réalité autre, il balise le champ social autrement.

Pensez-y.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s