Les dépêches mardi, la Chine reste en surchauffe spéculative. Le débat sur l’inflation et les taux

La Réserve fédérale pourrait passer à la vitesse supérieure en matière de resserrement monétaire en raison d’une inflation qui semble enfin s’accélérer et aller ainsi au-delà des trois hausses de taux annoncées pour cette année.  Telle est maintenant l’opinion qui se profile. Les marchés sont pratiquement certains que la Fed procèdera mercredi, au terme de sa réunion de politique monétaire de deux jours, à son premier relèvement de taux de l’année, le troisième depuis le débutde la campagne.

L’économie semble plus près d’atteindre les objectifs de la banque centrale, à savoir le plein emploi et une inflation de 2%, que celle-ci ne le pensait encore en décembre, mois où elle publia ses dernières prévisions économiques.

A 4,7%, le taux de chômage est inférieur à ce que les responsables de l’institut d’émission considèrent comme étant la norme à long terme. A 1,7%, l’inflation avoisine déjà l’objectif qu’ils s’étaient fixé d’ici à la fin de l’année . De fait, les signes inflationnistes semblent se multiplier aux Etats-Unis: l’effet déflateur du dollar sur les prix intérieurs est moins flagrant, les anticipations d’inflation se tendent et la statistique de l’emploi parue vendredi a montré une hausse annuelle des salaires de 2,8% en février ainsi que 235.000 créations d’emplois, un nombre appréciable. Les observateurs sophistiqués attendent néanmoins avant de se preciter car ils considèrent que l’effet de base sur les  couts de l’énergie est important, mais temporaire. Les choses seront plus claires au second semestre.

La mesure de l’inflation que la Fed privilégie, l’indice des prix PCE « core » (hors prix des produits alimentaires et prix de l’énergie), a enregistré en janvier sa hausse mensuelle la plus vive depuis cinq ans , il  affichait une progression annuelle de 1,7% comme en décembre.

Au vu de tels indicateurs, la plupart des responsables de la Fed voient enfin l’inflation s’acheminer résolument vers l’objectif de la banque centrale après en être restée éloignée plusieurs années durant.

Dans la zone euro, l’inflation annuelle a inscrit en janvier un pic de quatre ans de 2,0%, dépassant l’objectif de la Banque centrale européenne (BCE) qui est d’un petit peu moins de 2%.

Le taux d’inflation anticipé à cinq ans, un autre étalon très suivi par la Fed, ressort à 2,14% contre 1,60% un an plus tôt.

La présidente Janet Yellen a dit ce mois-ci que la banque centrale n’était pas à la traîne vis-à-vis de l’inflation, alors que le rigoriste Jeffrey Lacker, le président de la Fed de Richmond, pense que le danger de l’être est bien réel. John Williams, le président de la Fed de San Francisco, proche de Yellen,  pense à présent que le risque de voir une inflation stagner encore longtemps est beaucoup moins aigu et qu’en conséquence la situation se prête à une remontée soutenue des taux d’intérêt.

 

[Bloomberg] Asian Stocks Mixed Before Fed as Yen Fluctuates: Markets Wrap

[Bloomberg] China Home Sales Surge 23% in First Two Months, Defying Curbs

[Reuters] China property sales surge despite gov’t efforts to cool market

[Bloomberg] China’s Economy Holds Momentum as Output, Investment Accelerate

[Bloomberg] Chinese Leaders Back Bankruptcies for Unwanted Zombie Firms

[WSJ] Be Careful: Stock Volatility is Hiding, Not Hibernating

[WSJ] Mexico’s States Gained Power and Money; Then Came Corruption

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s