A lire: Elections aux pays Bas, élections truquées

Le Premier ministre libéral néerlandais Mark Rutte a fortement chuté dans les élections Néerlandaises; il perd neuf sièges par rapport à 2012 ! La droite du Premier ministre Mark Rutte est arrivée en tête des élections législatives néerlandaises, mais très affaiblie , elle n’a que 31 sièges.

« Il apparaît que le VVD sera le parti le plus important aux Pays-Bas pour la troisième fois de suite », a déclaré hier Mark Rutte, rayonnant (sic) , devant ses partisans.

Le Premier ministre sortant a reçu les félicitations de nombre de voisins européens, notamment de la France, où François Hollande a salué sa « nette victoire contre l’extrémisme ». Ben voyons! Victoire contre l’extremisme qui gagne quatre sièges et augmente fortement son attrait électoral;  victoire de celui qui perd 9 sièges contre celui qui en  gagne 4! Mystification , quand tu nous tiens!  Voila des entourloupes, des astuces  que les peuples ne comprennent pas, ils n’arrivent pas à analyser , ils gobent !

Le peuple ne doit pas savoir qu’il a gagné et encore moins se rendre compte que son vote est utile! Dans un pays démocratique, son vote inflechit le cours des choses. C’est comme cela que le LGBT, extremiste et  minoritaire,  a gagné.

Geert Wilders a félicité Mark Rutte mais s’est dit prêt à une opposition féroce s’il n’entrait pas dans une coalition de gouvernement. Les autres formations ont exclu de constituer une coalition avec le parti eurosceptique.

« J’aurais préféré être le plus grand parti », a-t-il déclaré à des journalistes, devant son bureau au Parlement. « Mais nous avons gagné des sièges. C’est un résultat dont nous pouvons être fiers ». Il peut être fier si il veut, mais il aurait pu mieux faire si il n’avait pas accumulé les bourdes dans la dernière ligne droite des éléctions.

Selon un premier décompte de l’agence de presse nationale ANP le Parti populaire libéral et démocrate (VVD) de Mark Rutte obtient 32 sièges sur les 150 que compte la chambre basse du Parlement, un recul de 9 sièges par rapport à 2012.

Le Parti pour la liberté (PVV) de Geert Wilders arrive en deuxième place avec 19 sièges (un gain de 4 sièges), à égalité avec deux autres partis, l’Appel chrétien-démocrate (CDA) et les sociaux-libéraux des Démocrates 66.

Regardez les titres des médias conformes; ils sont faits sur le même modèle: Défaite de l’extrême droite aux Pays Bas! Et souvent, dès les premières lignes on ajoute que ces élections étaient un test qui préfigurait les consultations futures en Europe et singulièrement en France.

Ces titres sont à la fois de la propagande et un moyen pour les élites de se rassurer. Il ne faut pas que les minorités prennent conscience de leur force, prennent confiance en elle meme, il faut qu’elles vivent dans la soumission.

Nous avons expliqué souvent qu’au dela des élections, les commentaires post électoraux sont importants, ce sont eux qui façonnent l’idée que les gens se font de ce qu’ils représentent. Si les eurosceptiques prennent conscience de leur force, alors, mais seulement alors, ils peuvent faire boule de neige. C’est pour cela q u’il faut les diviser, les minorer, les atomiser.

Une analyse sérieuse permet de faire les observations suivantes:

-la participation a été considérable ce qui suggère que les débats portés par Wilders ont reveillé la démocratie . Le scrutin a été marquée par une participation massive : 81% des 12,9 millions d’électeurs se sont rendus aux urnes, selon l’Institut de sondage Ipsos. Aux dernières élections en 2010 et 2012, ces taux étaient de 74,6% et 75,3%.

-le bouleversement politique de l’échiquier est très significatif aux Pays Bas

-Les travaillistes du PvdA, partenaires de la coalition sortante, ont eux enregistré une défaite historique

-Rutte n’est pas vainqueur mais il s’est bien défendu dos au mur en faisant des concessions sur le terrain de Wilders

-« Déjà marquée par les questions de l’identité et de l’immigration dans ce pays de 17 millions d’habitants, la campagne avait été dominée  par l’éclatement le week-end dernier d’une crise diplomatique avec Ankara après l’interdiction faite par les autorités néerlandaises à des ministres turcs de participer à des meetings en faveur du président Recep Tayyip Erdogan ».

-les excès verbaux  ou idéologiques de Wilders ne lui ont pas permis d’élargir au dela de ce qui est sa part actuelle du marché politique, on ne lui a jamais donné plus de 20 sièges, ce qui ne menait nulle part puisque personne ne veut faire alliance avec lui.

Mais selon nous  et nous sommes surs que les politologues honnêtes le mettrons en avant, Wilders a gagné: tous les partis ont été non seulement obligés de se prononcer sur sa thématique, mais surtout tous avaient, dans leurs programmes et leurs déclarations intégrés des  élements des demandes du PVV de Wilders.

La démocratie a fonctionné, voila ce qui est pour nous le succés .

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s