Billet. Le tailrisk, le risque d’évènement rare et brutal augmente

La Fed vient de hausser ses taux, ce qui signifie qu’elle a l’intention mener une politique moins stimulante. Si on accepte le cheminement que Yellen a exposé, nous entrons dans un vrai cycle de hausse des taux qui doit finalement les porter à 3% en 2018 ou 2019. Il est évident que ceci modifie considérablement le contexte et la situation de l’investissement en valeurs mobilières: à terme, la search for yield, la recherche à tout prix du rendement va s’estomper sinon disparaitre. Compte tenu du niveau très élevé atteint par les valorisarions et de cette perspective de normalisation monétaire, il est rationnel de réduire l’exposition des portefeuilles et de conserver de la poudre séche. C’est la raison pour laquelle depuis plusieurs jours, sinon quelques semaines nous multiplions les articles fondamenataux destinés à attirer l’attention des vrais investisseurs sur cette perspective. En effet nous  affirmons qu’en investissement,  dans une perspective de long terme, il n’y a aucun intérêt à s’engager, tout est trop cher et le risque de chute intercalaire dans une perspective de 12 ans est colossal.

Nous nous abstenons de donner des avis  en trading en général car ceci n’est pas du domaine de la prévision ou de la logique, la spéculation  est affaire de préférence pour le jeu. D’appétit pour le jeu.

Jusqu’à présent l’appétit pour le jeu est resté élevé et même si l’unanimité des marchés s’érode, les indicateurs restent plutôt positifs. Que ce soit sur l’extension, sur les primes de risques, l’intérêt spéculatif reste assez généralisé; bien entendu les secteurs et valeurs liées aux taux sont délaissés et cela crée une forte divergence au sein des indices larges comme celui du NYSE. Certains observateurs ont tendance à négliger ce phénomène, nous ne le faisons pas. Nous considérons que c’est important. Certes la hausse des taux longs depuis juin a été bien absorbée par les marchés, le 10 ans du Trésor US a passé les 2,60% sans déclencher de ventes , mais cela ne veut pas dire qu’il n’ y aura pas un jour ou l’autre des effets de seuil et si les 2,60% étaient un point critique, les 3% en sont un autre. Selon nous les 3% sont possibles et si cela se produisait , ce niveau pourrait provoquer un choc.

En trading, notre opinion est la suivante: le risque d’un choc brutal, d’une prise  de conscience violente et cumulative n’est plus exclu. Ce que l’on appelle le « tail risk » a considérabelemnt augmenté. Le tail risk c’est le risque à faible probabilité d’apparition, mais à très forte conséquence .

Le Skew, qui permet de se protéger contre le risk hors normes, le cygne noir, explose. Voir le lien ci dessous .

http://www.cboe.com/products/vix-index-volatility/volatility-indicators/skew

Voici les raisons de cet avis:

-Tout va bien, beaucoup considèrent que le ciel est bleu

-Les opérateurs et le public, tout le monde est du même coté du bateau

-Les prises de conscience sont des phénomènes brutaux, imprévisibles

-Les élites se sont trompées sur l’incidence du Brexit, elles ont prévu le pire et c’est le meilleur qui est arrivé. A un tel point que beaucoup ne croient plus aux conséquences  négatives du Brexit: ils ont tort,  elles sont devant nous, elles arrivent et ce sera comme un coup de tonnerre. S’agissant du Brexit, sans être pessimiste ou critique il faut savoir que nous entrons « dans le dur ».

-Les élites se sont trompées sur Trump, elles ont été prises à contrepied et le Trump Rally par sa durée, son ampleur a créé des illusions, des promesses qui ne pourront être tenues, c’est la raison même. La croissance anticipée de 2 à 2,5% en 2017 va exercer une forte pression sur le marché du travail avec un chômage officiel à 4,6% seulement, l’inflation montera à 2/2,5% d’ici un an contre 1,7% actuellement. L’usage d’une stimulation fiscale en cette période de fin de cycle, des dépenses d’infrastructure, des rabais fiscaux, tout cela est à contre tendance et à contretemps. Il y a du souci à se faire sur les déficits et sur les budgets, et par conséquent sur la dette.

-La politique de Trump va dans le sens de la hausse des taux, de la hausse du dollar etde sa raréfcation pour le funding des banques. Les conséquences vont en être très importantes pour les émergents et singulièrerement l’Asie. Les pays d’Asie vont souffrir, monétairement, financièrement et économiquement. Certains ont les moyens d ‘y faire face, d’autres ne les ont pas. La dette privée de certains pays est très élevée, les dettes corporate en dollars ont fortement progressé.

-La Chine est dans une situation critique, elle tente de colmater jusqu’au 19e Congrès de fin 2017. Pour des raisons politiques,  Xi tient à tenir les plans de croissance à 6,5% alors que le potentiel chinois n’est plus que de 3%, ce qui signifie un usage excessif du crédit, fragilisation du système, et maintien d’investissements et de surcapacités. Les déficits, les dettes et les créances irrecouvrables, tout est bien plus important que les chiffres publiés. La hausse des taux américains dans un régime de change de semi-peg, de peg soft au dollar est très négative pour la Chine, d’ailleurs la presse chinoise a été très violente dans ses critiques de la hausse des taux de la Fed ces derniers jours. La politique de Trump n’est pas seulement économique, il veut géopolitiquement affaiblir la Chine, au besoin en la mettant en difficulté. Voire en crise.

-Le National Trade Agenda (1) de Trump qui a fuité dans le FT est terrible, c’est un véritable choc, la principale puissance mondiale cesse de soutenir le libre échange, elle envisage de contester le WTO (l’OMC)  et de remettre en vigueur des lois américaines de protection . On sait que les lois américaines sont supérieures aux lois des autres pays et aux lois internationales! La « supply chain » mondiale n’a qu’à bien se tenir, elle est menacée de perturbations.

(1)http://im.ft-static.com/content/images/1dd70b12-fe25-11e6-96f8-3700c5664d30.pdf

-L’Europe connait une embellie  économique produite par la régulation afin de passer le cap des élections de 2017, l’amélioration artificielle est censée faire passer les élections avec les dégats minimum. La reprise est faite à la main comme on dit pour influencer les votes. Les niveaux d’activité sont au plus haut de trois ans dans certains pays et au plus haut de 5 ans dans d’autres comme la France, Autriche ou Pays Bas. Une normalisation de la politique de la BCE au dela des élections en Europe s’impose, elle sera perturbante pour l’euro. Les risques de désintégration n’ont pas disparu, les problèmes n’ont pas été traités. La stabilité actuelle a été achetée par la BCE d’une part et un renouveau du laxisme budgétaire d’autre part. L’Europe vit sur une montagne d’artifices.

 

Publicités

2 réflexions sur “Billet. Le tailrisk, le risque d’évènement rare et brutal augmente

  1. Bonjour,

    Il est intéressant de noter que la plupart des gens ne sont pas capables de conscientiser les ruptures, les disruptions, …

    La plupart des gens que je connais voient le monde et le futur comme une espace temps linéaire, sans accident, sans brutalité, … ce qui leur rend quasi impossible toute approche prudente de l’avenir.

    Ca va bien aujourd’hui, ca ira bien demain et après demain.

    Parlez leur de la Grèce, de l’Argentine, de la rupture du peg Euro/Franc suisse, pour illustrer que l’histoire n’est pas linéaire et que des accidents aux extrémités de la courbe de gauss se produisent, qu’il y a des signaux annonciateurs qui ne cessent de se multiplier ? Ils ne comprennent pas, se pensent hors d’atteinte de l’histoire.

    Je ne sais pas si c’est générationnel ou le propre de l’homme .

    Ce qui me rend triste c’est que l’énorme travail que vous faites ne sert que les lecteurs qui sont des hyper sensibles et la majorité se fera massacrer lors du prochain big one.

    Mais c’est un travail indispensable et j’essaie de le diffuser autant que possible.

    Cdlt.

    J'aime

    1. « A man’s got to do what he’s got to do ». John Wayne
      Un homme doit faire ce qu’il a à faire.
      La plus grande partie des gens vivent dans un monde horizontal, à deux dimensions seulement. Ils n’ont pas conscience de l’histoire, pour eux, c’est une abstraction. Un signe ou un ensemble de signes qui ne font pas sens, c’est à dire pas trace dans leur conscience. Ces signes ne font référence à rien: ils sont eux même, dans leur immédiateté.

      Pour eux tout est linéaire, sans rupture, c’est l’idéologie de la fin de l’histoire vécue au quotidien. Et la propagande est ainsi faite qu’elle s’efforce de gommer les ruptures quand il y en a comme en 2008 ou comme il y en a en ce moment avec la montée de forces politiques nouvelles.

      C’est un monde ou on n’ a pas de dette, pas de gratitude, pas de reconnaissance à l’égard du passé, à l’égard de ceux qui nous ont laissé cette civilisation merveilleuse.Ou même ceux qui l’entretiennent sont raillés.

      Faute de gratitude, faute de conscience , les gens vivent en effaçant la dette, les dettes, ils vivent en effaçant les traces comme l’identité et les valeurs. Les gens vivent comme des immigrés dans leur prore pays; en prédateurs, en pillards, ils profitent de ce qui est disponible comme si cela était un dû, comme si cela n’avait pas été le fruit des efforts, du génie et des sacrifices de ceux qui nous ont précédé. Ce monde que je décris est un monde ou les flux sont dominants, l’accumulation ne se manifeste plus qu’à un seul niveau, celui d’une forme de capital perverti, réservé à une klepto-élite.

      Ils ne veulent plus payer, investir , s’investir dans le maintien du système, ils vivent en prédateurs. C’est le phénomène Fillon ou un homme politique faute de trouver normalement les ressources dans un fonctionnement démocratique propre et transparent est obligé de faire des contorsions qui le déshonnorent.

      Le remplacisme est un phénomène qui dépasse largement l’émigration et le « ôte toi de là que je m’y mette du vivre ensemble »; le remplacisme, les individus que l’on apppellent citoyens abusivement, ce sont eux qui le font.

      Le remplacisme c’est cela: le remplacement de citoyens à part entière, de l’homme debout, vertical qui construit, par celui qui consomme, pille et dilapide. Le remplacisme c’est le remplacement de l’homme historique, éternel par celui qui n’est que de passage. C’est le fond du retour à la barbarie.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s