Les Hôtels Baverez, tiens tiens ils réflechissent …

Nous suivons cette affaire, non parce qu’elle est bien gérée, mais  parce qu’elle est très sous évaluée et qu’elle a annoncé un pacte d ‘actionnaires.

Le groupe les Hotels Baverez  qui exploite les hôtels de luxe parisiens Regina, Raphaël et Majestic, a enregistré une légère baisse de son chiffre d’affaires 2016 à 26,26 millions d’euros, tandis que l’exploitation est restée déficitaire, à -0,19 ME, après -0,77 ME en 2015. La société a notamment réalisé des efforts importants sur ses achats et ses coûts, en bénéficiant d’une charge fiscale un peu moins forte. Le résultat net est une perte de -0,15 ME, après -1,67 ME un an avant.

« L’activité hôtelière a été particulièrement affaiblie encore cette année, en contre coup des grèves et attentats de 2015, mais aussi de ceux de 2016 qui ont marqués la France mais aussi l’Europe », souligne le management.

Les trois hôtels ont souffert mais la baisse est jugée « particulièrement inquiétante » au Majestic, où un audit toujours en cours a été lancé. Un contrôle URSAFF portant sur la période 2014 à 2016 a été notifié. Un contrôleur devrait démarrer ses travaux en avril, précise la direction.

Coup de griffe aux OTA

Le groupe espère une année 2017 plus propice, notamment grâce aux nombreux salons prévus cette année dans la capitale, en particulier le salon du Bourget en juin.

« La notoriété de nos trois établissements et la qualité des services qui y sont proposés, ainsi que les efforts d’investissements consentis, commencent à porter leurs fruits », indique le management, qui regrette la « jungle commerciale » des agences de voyage en ligne, « dont certaines ne respectent pas les engagements contractuels ou qui appliquent des taux de commission léonins ». « Nous restons prudent quant aux résultats attendus pour 2017 car si les chiffres d’affaires globaux doivent être en progression sur l’année, les amortissements et les charges financières consécutives aux financements des rénovations mais également les frais engagés pour maintenir des bons niveaux de ventes directes et le démarchage de nouveaux marchés de proximité ou à l’étranger devraient limiter les résultats de l’année 2017 », résument les dirigeants.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s