Valls cocu mais content. Toute honte bue! La droite la plus bête du monde. Le vrai lever de rideau de la campagne.

 

Ravalant toute honte, Valls qui est avec l’ensemble des Français, victime du coup machiavélique monté par Hollande au profit de lui même et de Macron, Valls, le peu fier catalan se rallie, comme nous l’avions prévu dès le premier jour, à Macron. Il aura un strapontin dans le nouveau PS.

Non seulement il rentre dans le rang des moutons qui suivent un faux Bergé(r) , mais il va à la niche, afin croit-il de préserver une carrière future au sein du nouveau parti qui va se reconstituer. Il renie sa participation aux primaires, il renie la cohérence qui normalement en participant aux primaires, lui enjoignait d’en soutenir le vainqueur, Hamon! Participer à la primaire était signer un contrat implicite d’en respecter les règles morales.

Honte à lui, honte en plus à tous ces éléphants du PS qui se sont prêtés à cette magouille, que nous avons dénoncé le premier et tout de suite, magouille qui consistait à présenter Macron comme un homme nouveau sans attaches et ensuite à lui rallier le PS.

Macron a été construit non comme l’homme d’un parti, mais a on fait du PS, le parti du candidat . Cela permettra de recycler des incapables, de sauver des  carrières, d’aller à la soupe. Honte à la droite qui ne nous a pas emboîté le pas après notre analyse et n’ a pas misé sur le thème de la continuité dissimulée, qui n’a pas démontée la mécanique, qui n’a pas montré que Macron c’était Hollande et le PS avec des faux nez et des perruques.

Il fallait dès le départ clouer Macron sur la croix du Hollandisme et des solferiniens , les forcer soit à se révéler soit à prendre leurs distances, il fallait les mettre face à leur contradiction centrale, la contradiction de l’héritage qui empêche d’être authentiquement nouveau.

Macron a vu l’écueil et pour paralyser la pensée des Français, des fois qu’ils seraient en train de prendre conscience,  il a dit hier dit: ce n’est pas parce qu’ils se rallient et forment la majorité présidentielle  que cela va ôter quoi que ce soit à ma volonté de réforme .

Etre tombée dans le piège, n’avoir pas démonté la stratégie d’inversion concoctée par Hollande, n’avoir pas vu que là était le vice, la faille, le génie, l’avoir sous estimé, disqualifie intellectuellement la droite: ce sont d’authentiques nuls. Du balai! Comme le disait Leo  Ferré : « quand ils se lèveront, nous resterons chez nous! »

Quant aux amis et électeurs de Hamon , on attend leurs réactions, reconnaître que l’on s’est fait « mettre » ne suffit pas, auront ils un peu de dignité, se rebelleront ils concrètement? Ils savent qu’on leur a planté un coup de poignard dans le dos à eux et à tous les socialistes de la Première Gauche , qu’on les a baladé avec des primaires attrape nigauds et qu’ils ont servi en fait à dédouaner Macron, à laver le bébé Macron des souillures de son géniteur, à le présenter comme non soumis à l’héritage. Alors que vont ils faire, aujourd’hui, demain,  après demain? Ou sont les ex-penseurs de la première gauche, où sont les Aubry, les Filoche, les Chevènement et autres? Ou sont les Médiapart révolutionnaires de salon, d’antichambres, si ce n’est en chambre, qui prêtent leur caution à de tristes opérations roses solférinennes du  genre le plus indécent? A ce stade ce ne sont même plus d’ailleurs des ballets roses ce sont des ballets bleus, ne suivez pas mon regard. Ils vont comprendre que lorsque l’on mange avec le diable il faut de très longues cuillers! C’est maintenant que manquent leurs analyses et leurs revélations! Et les Charlie Hebdo? Ils claquent leurs millions  d’euros d’arrosage! C’est le bal des cocus, mais à la différence du fameux bal des pompiers, tout le monde va danser. Tout le monde va danser au rythme de la baguette allemande tenur par leur ami Macron!

Le ralliement de Valls, c’est le vrai lever de rideau, c’est le début de la vraie campagne. On va voir si il y a encore des acteurs ou bien si il n’y a plus que des spectateurs.

Valls a annoncé mercredi qu’il voterait dès le premier tour de la présidentielle pour Emmanuel Macron, candidat du mouvement En Marche!, estimant qu’il ne fallait prendre « aucun risque » face au Front national.

Comme si il y avait un risque avec Marine qui plafonne et s ‘érode au premier tour et n’a jamais eu la moindre  chance au second! Mauvaise foi quand tu nous tiens, tu ne nous grandis pas.

Le candidat malheureux de la primaire organisée par le Parti socialiste fin janvier avait confirmé mardi devant ses soutiens réunis à l’Assemblée nationale son intention, qui faisait l’objet de spéculations croissantes dans les médias, d’opter pour un « vote utile » au profit de son ancien ministre de l’Economie.

« Ce n’est pas un ralliement, c’est le choix de la raison », a-t-il dit, sur BFMTV RMC. « Je ne prendrai aucun risque pour la République, je ne prendrai aucun risque pour la France, je ne veux pas le soir du premier tour que je me retrouve face au choix entre François Fillon et Marine Le Pen ». Ce n’est pas un ralliement! Vous connaissez ce que Freud appelle la dénégation, la Verneinung, qui consiste à essayer de dire le contraire de quelque chose et ce faisant à l’affirmer! Traduction: c’est un ralliement.

« Je n’ai rien à négocier et je ne demande rien, ce n’est pas un ralliement, c’est une prise de position responsable », a-t-il poursuivi. « Face au danger que représente le Front national, on ne peut pas hésiter ».

L’ancien locataire de Matignon a également dénoncé « l’échec » de la stratégie du candidat investi par le PS Benoît Hamon, ancien frondeur, soulignant qu’il n’acceptait pas « la marginalisation de la gauche de gouvernement ».

Emmanuel Macron, qui engrange depuis plusieurs mois de nombreux soutiens de droite comme de gauche – dont celui du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian – a « remercié » au micro d’Europe 1 Manuel Valls de son soutien. « Ça traduit ce que j’avais indiqué il y a plusieurs mois, c’est-à-dire que les primaires n’étaient pas en situation de réunir ensemble de la gauche, et ça traduit le fait que les sociaux-démocrates et les hommes et les femmes de gauche responsables sont prêts à s’inscrire dans une démarche qui est la mienne », a-t-il déclaré.

Pour autant Macron  entend être « le garant du renouvellement des visages, des pratiques », a indiqué qu’il ne prévoyait pas de gouverner avec Manuel Valls s’il était élu en mai. Et pan un crachat au visage!

Prenez date, prenez un calepin et notez au fil des jours , après les élections, toutes les récompenses qui vont pleuvoir  sur tous ces solferiniens qui vont à la soupe impopulaire.

En prime: Le bouquet d’une carrière politique faite de  reniements

Reniements sur  l’Union de la Gauche , reniements sur l’Europe, Fabius en ce jour grave pour sa famille politique s’exprime … sur le réchauffement climatique!

« Les décisions prises par la nouvelle présidence américaine en matière de lutte contre le réchauffement climatique constituent un « recul grave », a estimé mercredi l’ancien président de la COP21 Laurent Fabius. »

En Prime: Paroles, paroles, toujours des paroles que ces mots là!

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le ralliement de l’ancien Premier ministre à Emmanuel Macron passe mal à gauche…que feront ils au dela des paroles? Telle est la vraie question, seul le réel , le concret comptent , le reste s’oublie, la parole c’est de la fausse monnaie!

Un soutien qui ne surprend personne… mais qui passe mal à gauche. L’ancien Premier ministre Manuel Valls -et candidat malheureux à la primaire de la gauche- a annoncé ce matin qu’il voterait pour Emmanuel Macron, alors que la « logique » voulait que les vaincus de la primaire de la gauche soutiennent le vainqueur.

La gauche voit rouge

Ainsi, le député du Cher Yann Galut, et membre de l’équipe de campagne de Benoit Hamon, n’a pas hésité à parler de “fossoyeur de la gauche” :

Jusqu’au bout @manuelvalls aura été le fossoyeur de la en faisant toujours porter la responsabilité sur les autres

Le député de la 4eme circonscription des Bouches-du-Rhône Patrick Mennucci a également dit à Manuel Valls sa façon de penser :

Arnaud Montebourg, candidat malheureux à la primaire de la gauche mais qui soutient Benoit Hamon, a lui aussi exprimé sa colère, déclarant que “chacun sait désormais ce que vaut un engagement signé sur l’honneur d’un homme comme Manuel Valls : rien. Ce que vaut un homme sans honneur.” Une gauche tellement fracturée qu’elle semble désormais irréconciliable…

En prime: Hamon se réveille

Le candidat socialiste à l’élection présidentielle, Benoît Hamon, a dénoncé mercredi le « jeu morbide » de Manuel Valls après son soutien à Emmanuel Macron et de nouveau appelé Jean-Luc Mélenchon, candidat de La France insoumise, à rallier sa candidature.

Avec le soutien apporté par l’ancien Premier ministre socialiste au candidat d’En Marche!, « la démocratie a pris un grand coup de plus », a-t-il dit lors d’une déclaration au siège de campagne. Il a dénoncé des « comportements et des pratiques indignes depuis le début de la campagne présidentielle ».

« La parole donnée, la parole signée devant le peuple doit être scrupuleusement respectée », a-t-il poursuivi à l’intention de Manuel Valls, finaliste malheureux de la primaire du PS qui s’était engagé à soutenir le vainqueur.

Exhortant les électeurs de gauche à sanctionner « ceux qui se prêtent à ce jeu morbide », Benoît Hamon, dans un ultime appel, a pressé Jean-Luc Mélenchon, qui le précède désormais dans les sondages, et le Parti communiste à s’unir sous sa bannière.

 

 

 

Publicités

9 réflexions sur “Valls cocu mais content. Toute honte bue! La droite la plus bête du monde. Le vrai lever de rideau de la campagne.

      1. Emmanuel Macron se résume à peu de mots : il est une posture pour détruire le ps et la droite et installer la dictature molle de la sociale démocratie où plus aucune alternance ne sera possible. Avec Macron se sera la servitude absolue, tout pouvoir à la finance parce qu’il fera toujours plus de dette et qu’il vendra à la découpe ce qui reste

        J'aime

  1. Je partage tous vos commentaires et analyses, par contre l’inconnu reste de savoir comment vont se positionner ces hommes et femmes qui soutiennent,encore Macron,face au rassemblement politique incohérent d’En Marche.
    Le résultat des votes du premier tour peut nous révéler des surprises (comme un taux d’abstention phénoménal véritable révélateur du ras le bol généralisé), d’ailleurs avant cela comment vont se dérouler les débats télévisés,de BFM début avril et plus tard celui de France 2 ??
    Macron n’a que peut brillé lors du premier débat,à l’inverse de Mélenchon ….

    J'aime

  2. Il est des hommes d’honneur qui commence à comprendre et à se retirer de ce jeu de dupe d’En Marche :

    « 6Medias, publié le mercredi 29 mars 2017 à 12h30

    Emmanuel Macron doit faire face à un désistement. D’après une information révélée par RTL, le général Bertrand Soubelet a adressé une longue lettre au leader d’En Marche ! le mardi 28 mars.

    Il explique les raisons de sa déception : « J’avais besoin de croire qu’une nouvelle façon de faire de la politique était en train de naître (…) Les ralliements successifs tous azimuts et symboliques à bien des égards, à commencer par ceux de l’actuel gouvernement, ne correspondent pas à ma conception du changement », constate le général 4 étoiles.
    L’ancien numéro trois de la Gendarmerie avait décidé de s’engager en politique. Il avait alors annoncé son ralliement à Emmanuel Macron au début du mois de mars. Il espérait ainsi une investiture pour les prochaines élections législatives de juin prochain.
    Le général Bernard Soubelet s’était fait connaitre du grand public en mars 2016 avec le livre « Tout ce qu’il ne faut pas dire ». Alors qu’il commandait la gendarmerie Outre-mer, il avait rompu son devoir de réserve en critiquant la politique que menait le gouvernement concernant la sécurité et la justice. Suite à son livre, il avait perdu son poste de commandant dans la gendarmerie. »

    J'aime

  3. Ce qu’il reste du PS officiel ne réagira pas, sauf par de belles paroles.
    Cambadelis est de mèche avec Hollande, c’est évident ; Quant à Hamon, sa grande ambition est de pouvoir continuer à jouer les opposants « de gauche » dans l »hémicycle, drapé dans sa vertu : il vise les législatives.

    Je pense que ce soutien de Valls à Macron va causer du tort au candidat. Plus les cadres du PS le rejoignent, plus le masque tombe. Attendons aussi le baiser de la mort de Hollande.

    J'aime

    1. Extraits

      Les soutiens.

      Les grandes fortunes de France choisissent Macron .

      « Je lui ai fait rencontrer des milieux d’affaires, on a eu des réunions en Angleterre et il y aura des contacts directs entre Emmanuel Macron et la présidence des États-Unis» disait son mentor le richissime rocardien Henry Hermand.

      Mais Macron va aussi être présenté au « Tout Paris » par Jean-Pierre Jouyet, son parrain, qui dispose d’un carnet d’adresse aussi gros qu’un Larousse.

      Jouyet a épousé en seconde noce Brigitte Taittinger (le champagne), ex- PDG des parfums Annick Goutal et actuellement directrice de la stratégie de Sciences Po. Les témoins du mariage furent François Hollande et feu Christophe de Margerie, le PDG de Total. 12ème patron du CAC 40. Quand on saura que Jouyet a été nommé en 2008, par Sarkozy, président de l’Autorité des marchés financiers (AMF) et que tous les patrons du CAC 40 sont venus le voir dans son bureau, on aura tout dit…

      Parmi les dix personnes les plus riches de France, quatre soutiennent officiellement Macron : Bernard Arnaud ( 1er fortune de France), François Pinault (4ème), Patrick Drahi (5ème ), Xavier Niel (9ème). Seul Serge Dassault (3ème) ne s’est pas prononcé officiellement mais il encense Macron et Le Drian, ministre de la défense. Et pour cause. Il a un business à faire tourner. A ceux là, il faut ajouter, Martin Bouygues, Vincent Bolloré, Pierre Bergé, Matthieu Pigasse et Arnault Lagardère et ceux dont on ne connaît pas le nom car Macron ne souhaite pas publier la liste de ses donateurs. On comprend pourquoi.

      Le choix du candidat

      Dans une publication précédente (« Macron ciblé par la CIA ») il est décrit avec précision comment cet homme a été choisi et porté au cœur de l’appareil d’état par des membres de l’oligarchie politique et affairiste en moins d’une dizaine d’années. Mois après mois, il a été façonné pour répondre exactement au calibrage des idées politiques de ses parrains, des « sociaux libéraux internationalistes » disent – ils avec pudeur…en fait des néo conservateurs mondialistes conformes à l’idée que se font les Etats Unis de ce que doivent être les démocraties occidentales.

      Il a été amené à devenir secrétaire général adjoint de l’Élysée, l’un des plus proches conseillers du Chef de l’État. Puis Ministre de l’Économie. Son recruteur et mentor politique, Jean-Pierre Jouyet est aujourd’hui Secrétaire Général de l’Élysée, autant dire le cœur de l’appareil d’État

      Cette ascension, pour le moins épique, rappelle étrangement la pièce de théâtre » La Résistible Ascension d’Arturo Ui » de Bertolt Brecht…(à voir ou à lire impérativement)

      Macron, intelligent mais immature…

      Le profil psychologique et physique du candidat est très important pour ce projet. Il faut qu’il soit présentable, malléable et qu’il reste sous influence. Une forte personnalité est contre productive et impossible à gérer.

      Feu Henry Hermand, son mentor (lire « Macron ciblé par la CIA) , le connaît bien. C’est lui qui lui a mis le pied à l’étrier en politique. Voici ce qu’il en dit en septembre 2016, il y a donc 6 mois : « Il n’a jamais pris une décision importante sans m’en parler. Sur le plan politique, Emmanuel est trop jeune, il a besoin d’être recadré sur des connaissances historiques. Son épouse, est très présente à ses côtés. Elle a orienté ses lectures, joué un rôle dans ses cercles d’amis, veillé à ce qu’il ne se disperse pas ».

      Hermand l’infantilise, et de façon anecdotique, il raconte un peu agacé : « Ce désir qu’il a de serrer toutes les mains qui se présentent à lui, même de ceux qui ne sont pas d’accord avec lui, est regrettable. Avec sa femme, on veut freiner ses tentatives de trop convaincre, on lui dit de se calmer!». Et il conclut en soulignant sa dépendance financière et psychologique ( ?!)

      C’est ce qu’en pense aussi l’entourage de Hollande qui le connaît bien ; « Macron apparaît comme un homme sous influences multiples » disent-ils. Espérons qu’il ne se perde pas…

      La description psychologique qu’en font ses proches correspond exactement à l’objectif de ses traitants. Ce qui prouve, s’il en est encore nécessaire, que Macron est un personnage créé de toute pièce pour servir des intérêts puissants. Cette personnalité ne pouvait pas habiter un physique ingrat. Dents blanches, bien coiffé, « tête de premier de la classe » dirait Coluche, costumes de bonne facture, séducteur et charmeur, Macron est l’image même du quarantenaire qui a réussi. Il a sa « Rolex » au poignet.

      Pour conclure ce chapitre, écoutons encore une fois ce que dit Henry Hermand : « Il incarne une tendance, il ne faut pas que ce soit personnalisé, il ne faut pas que ce soit M. Macron, il n’a pas d’expérience politique. Je demande qu’on mette en place un comité politique et non pas un comité de parrainage. Macron ne sera candidat que s’il a un mouvement d’opinion suffisamment fort avec des appuis politiques important et il ne fera déclaration de candidature que s’il dispose d’appui suffisant »

      2) Le contrôle des media.

      Justement. Le candidat dispose maintenant d’un bon encadrement politico-économique, il faut dès lors créer un mouvement d’opinion autour de lui. D’aucuns vont s’attacher à le provoquer.

      Si la quasi totalité des media est acquise à la cause, c’est bien sûr parce que la dizaine de milliardaires qui soutient Macron en sont propriétaires à 90%.

      Voici ce qu’en dit Daniel Schneidermann (Arrêt sur Image) : « S’agissant de Macron (…) Xavier Niel et Pierre Bergé, copropriétaires du groupe le Monde, lui ont plus ou moins publiquement déclaré leur flamme. Rien, dans ce que l’on sait de lui, et du peu que l’on sait de son programme, n’est de nature à effaroucher MM. Dassault, Arnault, Pinault, Lagardère, Bolloré ou Drahi. Ce qui ne signifie pas que les oligarques français soient pendus au téléphone chaque matin pour commanditer des unes, des éditos, ou des sondages favorables. Simplement, par capillarité intellectuelle, ils ont nommé à la tête des rédactions de «leurs» médias des journalistes macrono-compatibles, éventuellement macrono-indifférents, en tout cas jamais macrono-opposés, encore moins macrono-hostiles ».

      Quand on constate le matraquage médiatique autour de ce candidat, Il n’y a plus rien à ajouter.

      3) Contrôle de l’opinion publique.

      Il est utile de rappeler ici les recherches du sociologue Patrick Champagne sur les sondages. Son travail s’est articulé autour du problème central, en science politique, de l’analyse des formes de légitimation de la représentation politique.

      D’une critique des logiques qui sont au principe de la mesure de l’opinion publique par les sondages, on est passé à une réflexion qui tente d’appréhender les effets, sur le champ politique, de la croyance en ces instruments. Cette évolution, qui se veut proche de l’évolution même de l’influence des sondages d’opinion sur les pratiques politiques, constitue le centre de la problématique du sociologue qui prend au sérieux les professionnels des sondages, même ceux qui sont peu sérieux scientifiquement, en les prenant au moins comme objet.

      Champagne démontre que la croyance dans l’efficacité des sondages à exprimer « l’opinion publique » est indissociable d’une transformation des règles du jeu politique et particulièrement de l’importance croissante qu’on prit les journalistes et les spécialistes en communication. Ainsi, s’est mise en place la croyance selon laquelle « faire de la politique » c’est, notamment grâce à «une bonne communication», se situer le plus haut possible dans les cotes de popularités ».

      On y est quand Macron ne déclare avoir nul besoin d’expérience politique et encore moins de programme pour être candidat. Il suffira pour lui d’avoir une bonne côte de popularité. Jouyet et Hollande l’ont bien compris. C’est eux et les économistes qui réfléchissent pour lui. Seule l’image compte, car si on entre dans le dur du programme, on s’apercevra rapidement de quels ventriloques Macron est le nom.

      Et en voici la parfaite illustration :

      Macron est intégré pour la première fois dans un sondage pour les élections présidentielles en janvier 2016. Le Monde titre : « Sondage : Emmanuel Macron préféré à Manuel Valls ou François Hollande pour 2017 » et en sous titre « Un sondage Odoxa pour « Le Parisien/Aujourd’hui en France » estime que le ministre de l’économie pourrait devancer le premier ministre et même le président ». Il est placé d’entrée de jeu à 22%.

      Mais qui sont les commanditaires de ce sondage – test ?

      Sans aucun doute le staff de Bernard Arnault, patron de LVMH et propriétaire du « Parisien/ Aujourd’hui en France ». Signalons que Nicolas Bazire, proche de Sarkozy, est l’un des administrateurs de LVMH en même temps que l’un de ceux de l’institut de sondage IPSOS. Mais ce qui est le plus intéressant ici, c’est qu’il est gérant associé de la Banque Rothschild…Il connaît très bien Macron avec qui il a travaillé dans la même banque. Quant à Odoxa, les deux fondateurs sont d’anciens de l’institut de sondage BVA dont Vincent Bolloré et… le fond d’investissement Rothschild sont actionnaires.

      Ce sont donc des proches de Macron qui l’ont mis en selle. On se doute bien à la demande de qui.

      Curieusement sa côte moyenne était de 17% dans les sondages tout au long de l’année 2016. Elle a bondi de 7 points en janvier 2017, à 24% pour arriver à 26% des intentions de vote en mars, le plaçant en tête de tous les sondages. Et comme on sait que les élections se jouent dans les trois mois qui précédent les élections, on comprend mieux ces scores…

      Il en sera de même, bien sûr, pour Marine Le Pen, challenger indispensable à la réussite du coup d’État. Elle est créditée de 25% des intentions de vote. Normal.

      En cherchant un peu on constate que plus de 80% des instituts de sondage appartient à la sphère d’influence qui soutient Macron. Son conseiller en la matière n’est autre que Denis Delmas, ancien président de TNS Sofres. Autant vous dire que, celui là, il connaît la musique.

      4) Le contexte international

      L’important, pour s’assurer de la réussite d’une prise de pouvoir c’est de ne pas froisser ses alliés. En tous les cas, il faut leur donner des gages de non agression. Dans le cas contraire les auteurs s’exposent à une déstabilisation. Il faut donc que les planètes soient alignées. Pour Macron, ses parrains ont rassuré tout le monde. Le candidat reste bien dans l’orbite assignée : atlantiste et européiste, deux points d’un équilibre indispensable.

      5) La régularisation du coup d’État

      Enfin, il s’agira de valider la démarche par les élections. Ce sera relativement simple. Si le scénario arrive à son terme, Marine Le Pen sera en face d’Emmanuel Macron. Les commanditaires joueront sur la fibre républicaine et rafleront la mise.

      CONCLUSION PROVISOIRE

      En analysant chaque phase, nous pouvons dire maintenant, sans l’ombre d’une hésitation, si l’on s’appuie sur les paramètres donnés par les experts, qu’il s’agit bien d’un coup d’État, ou pour l’heure, d’une tentative de Coup d’État…Dans l’intérêt de nos concitoyens et celui de notre pays, il vaut mieux qu’elle n’arrive pas à son terme…

      Il est essentiel de laisser la parole à Hervé Kempf, le rédacteur en chef de Reporterre qui est l’auteur d’un ouvrage remarquable sur l’oligarchie et qui connaît donc bien le sujet.

      « Les conditions d’un bon exercice de la démocratie sont largement altérées. La délibération libre est viciée par le fait que les médias sont massivement contrôlés par l’oligarchie. Le choix majoritaire est tronqué par le poids des lobbies voire, parfois, par le déni pur et simple du choix populaire, comme lors du référendum de 2005 sur l’Europe. Mais aujourd’hui, le capitalisme ne considère plus la démocratie comme indispensable à son existence, il la rejette même de plus en plus nettement puisqu’elle conduit logiquement à la remise en cause des pouvoirs en place.

      Le respect des droits de l’homme et des libertés publiques est bafoué au nom des politiques anti migratoires. Le pouvoir politique est subordonné aux puissances financières.

      En fait, les classes dirigeantes nous font entrer dans un régime oligarchique, où un groupe de personnes contrôlant les pouvoirs politique, économique et médiatique, délibèrent entre eux puis imposent leurs choix à la société.

      Or l’oligarchie actuelle cherche avant tout à maintenir sa position privilégiée. A cette fin, elle maintient obstinément le système de valeurs organisé autour de la croissance matérielle et de la surconsommation – un système qui accélère notre entrée dans la crise écologique. »

      L’heure du choix de société a sonné…

      Référence :

      « L’opinion publique n’existe pas », Pierre Bourdieu, Les Temps modernes, n°318, 1973
      « Faire l’opinion. Le nouveau jeu politique », Patrick Champagne, Paris, Minuit, coll. « Le sens commun », 1990
      L’oligarchie ça suffit, vive la démocratie, Hervé Kempf Seuil, Paris, 2011,
      Edward Luttwak Le Coup d’État : manuel pratique, Paris, Éd. Robert Laffont, 1969
      Louis Calaferte Droit de Cité, Paris, Ed. Gallimard 1999

      Partager :
      TwitterFacebook2K+Plus

      TaguéFRANCE

      PIGA
      Analyste en géostratégie, spécialiste des pays de la sphère arabo-musulmane.
      Publié
      24 mars 2017
      Navigation de l’article
      MACRON CIBLE PAR LA CIA?JEAN-LUC MELENCHON PRÉSIDENT ?

      J'aime

      1. Article des plus intéressant et édifiant…

        Valls cocufié, sait que son soutien ne profite pas à Macron qui ne semble pas non plus le souhaiter, de plus il va à l’encontre des incantations du Mentor à son encontre…Ne serait-ce pas à la fois une vengeance et un dernier sursaut avant round final?

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s