Mauvaise fréquentation de Macron

Le Parisien évoque un entretien de Macron avec la famille de Shaoyao Liu, un Chinois tué par un policier de la BAC à son domicile parisien, le 26 mars. Parmi les invités, un homme est soupçonné par la DGSI d’être un agent de Pékin…

Le vendredi 31 mars, Emmanuel Macron a reçu dans son QG de campagne la famille de Shaoyao Liu, un ressortissant chinois de 56 ans tué par un policier de la BAC à son domicile parisien, le 26 mars. Tout est bon pour récolter des voix, même si cela aboutit à de mauvaises fréquentations.

Sa mort a suscité de nombreux rassemblements de la communauté asiatique, qui dénonce le fait d’être régulièrement la cible d’agressions violentes. Lors de cette rencontre à huis clos, des représentants d’une vingtaine d’associations étaient présents, parmi eux, un homme a été identifié par la DGSI comme étant un agent de Pékin, rapporte Le Parisien ce dimanche 2 avril.

Il rendrait des comptes auprès des autorités chinoises

Alors que l’entourage d’Emmanuel Macron est resté discret sur ce rendez-vous, les journalistes chinois, qui faisaient partie de la délégation, ont vendu la mèche et publié quelques clichés de la rencontre.

Parmi les membres associatifs, la DGSI a reconnu un certain Jacques Sun. Dans la note révélée par Le Parisien, le service de renseignement français affirme qu’il s’agit d’un espion chinois. Il serait susceptible de rendre “compte immédiatement du contenu des entretiens” à ses relais auprès des autorités chinoises, selon la même source.

Sur le site du Conseil représentatif des associations asiatiques de France (CRAAF), il est présenté comme un “chef d’entreprise […] fortement impliqué dans la vie associative” et “déterminé à aller plus loin que le soutien aux manifestations culturelles et traditionnelles”, en intervenant “délibérément dans le champ social, médiatique et institutionnel”, indique encore Le Parisien.

Macron n’y verrait pas d’inconvénients

Emmanuel Macron, qui semble être “au courant des soupçons” qui pèsent sur Jacques Sun, assumerait cette entrevue, selon l’entourage du candidat, interrogé par les services de la DGSI. “On n’a pas à se prononcer sur les controverses qui entourent ce personnage. Dans son statut aujourd’hui, il représente une communauté, il porte une voix et représente quelque chose. C’est à ce titre qu’on l’a vu. On ne peut pas renoncer à écouter cette communauté sous prétexte que celui qui la représente est l’objet de soupçons. D’autant qu’il y avait aussi un conseiller du XIIIe arrondissement de Paris. Aucune des associations présentes n’a vu un inconvénient à apparaître en présence de Jacques Sun”, déclarent les proches de macron.

De son côté, Jacques Sun, président du CRAFF, a contesté ces soupçons auprès du Parisien : “C’est n’importe quoi. Dans la situation actuelle, toutes les rumeurs circulent mais je suis un chef d’entreprise qui préside une association loi 1901. Moi qui ai grandi en France j’en suis l’un des membres fondateurs. Totalement bénévole et apolitique”.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s