Sarkozy tente encore d’abuser d’une autorité qu’il n’a plus

Sarkozy a annoncé mercredi sur les réseaux sociaux qu’il voterait pour Macron. Ce faisant il divise, tout en appelant bien sur à l’unité. Il se retire, tout en revenant par son clone Baroin. Et puis il faut qu’il pense à ses démêlés futurs avec la justice, donc il a intérêt à marcher droit…

L’appel de Sarkozy était attendu, n’avait il pas tenté de débaucher Macron en son temps? Et puis lui aussi est soumis aux mêmes influences des ingénieurs sociaux que sont les Attali, les Minc et autres; ces ingénieurs sociaux qui excellent dans le conseil aux puissants mais n’ont jamais, absolument rien jamais réussi par eux même. Tout ce qu’ils ont entrepris concrètement en dehors de leur spécialité de conseil a lamentablement échoué. Mais ce ne sont jamais eux , fausses valeurs qu’ils sont,  qui ont payé les pots cassés, ce sont toujours les autres. Ces gens sont les meilleurs exemples de la scélératesse des  systèmes de tiers payant dans lesquels nous vivons.

Ces gens vivent dans une névrose aiguë qui leur fait perdre tout contact avec la réalité. La politique est un monde de signes, d’abstractions qui a sa logique, sa cohérence; malheureusement la cohérence et l’adéquation n’existent qu’à l’intérieur de ce monde et sitôt que la réalité s’introduit, c’est le choc , même mieux, la claque.

Quand la question de la réconciliation entre les signes et le réel se pose, alors c’est l’échec, le choc, car leur corpus certes intelligent est inadapté. Leur parole n’est pas un outil, c’est un simple scintillement, un instrument de séduction. C’est en ce sens que nous vivons dans un monde profondément féminin, la séduction domine. Personne n’ose plus le dire par peur d’être accusé de machisme, mais beaucoup de choses tournent autour de ce problème: l’opposition entre le plaire et le faire,  la féminisation de la société. L’ennui c’est que la vie est une lutte, un combat à mort, surtout entre les nations et comme le disait le général de Gaulle qui n’avait pas peur d’être taxé de machisme: la guerre c’est comme la chasse, mais les lapins ont des fusils. Nos zozos ne connaissent que la chasse, la chasse aux suffrages. Dans le monde des grands, on ne joue pas, on ne séduit pas, on ne parade pas.

Ces gens manient le discours, jonglent avec, mais ce discours tourne à vide, il ne reflète ni le réel ni ses problèmes. Ils sont, on ne peut rien dire d’autre,  à côté de la plaque.

L’échec profond des politiques tient radicalement à cela: la disjonction entre la parole, la pensée, le langage, le code et la réalité qu’ils sont censés rendre intelligibles et transformables. Ils connaissent le code, surtout celui de la Com, mais c’est tout, rien de plus. Ils sont dans une sorte de magie et le peuple n’a pas compris qu’il n’y a pas de magicien, qu’il n’y a que des illusionnistes.

Macron c’est tout cela à la puissance 10. Dans son cas les signes eux sont comme les signes monétaires déconnectés de tout ancrage, de toute attache avec la réalité, mais ils sont cohérents entre eux, cohérents dans leurs relations entre eux, : la politique est devenue une combinatoire qui tourne sur elle même.

C’est la racine profonde de que ces gens appellent la modernité: la disjonction entre les signes et le réel et leur combinaison infinie d’où est exclu le sens, la production, l’efficacité, remplacés par la séduction.

On ne peut mieux comparer Macron qu’à la FIAT Money, la monnaie tombée du ciel , qui n’a de valeur que d’être crue et acceptée sinon imposée. Comme cette monnaie, Macron fait bulle et comme cette monnaie il crevera comme une bulle qu’il est. Comme l’a été Sarkozy.

Sarkozy a annoncé mercredi sur les réseaux sociaux qu’il voterait pour Macron au second tour de l’élection présidentielle pour faire barrage à la candidate du Front national.

« Je considère que l’élection de Marine Le Pen et la mise en oeuvre de son projet entraîneraient des conséquences très graves pour notre pays et pour les Français », écrit-il dans un message.

« Je voterai donc au second tour de l’élection présidentielle pour Emmanuel Macron. C’est un choix de responsabilité qui ne vaut en aucun cas un soutien à son projet », ajoute-t-il.

Il estime que les élections législatives de juin seront l’occasion pour les Français de faire « le choix d’une alternance véritable » en votant pour les candidats de la droite et du centre investis par LR. Aie aie, que cela fait mal le grand écart!

« J’ai décidé il y a quelques mois de me retirer de la vie politique active. Je n’ai pas l’intention de revenir sur ce choix », précise Nicolas Sarkozy, qui a tenté un retour lors des primaires de la droite mais a été battu par son ancien Premier ministre François Fillon, lui-même désormais éliminé.

L’ancien chef de l’Etat appelle cependant « tous les responsables de la droite et du centre au rassemblement des énergies, des talents et des compétences » face à une situation qu’il juge « exceptionnelle ».

« Tout autre comportement serait irresponsable. La division n’est pas une option face à l’extrême gravité de la situation de la France », conclut Nicolas Sarkozy.

Allons Sarkozy, on ne convainc pas sur des mensonges, personne ne croit sérieusement que la France puisse être en danger de quoi que ce soit. Et si elle était en danger ce ne sont pas les gens comme toi qui iraient au combat, mais le peuple et sans hésiter un instant.

En Prime

Le bon sens de Henri Guaino: Où est le fascisme ?

Pour ce qui me concerne ce sera l’abstention, j’irai à la pêche ou je voterai blanc, je ne sais pas, mais je ne voterai ni pour l’un ni pour l’autre”. C’est ce qu’a déclaré le député Henri Guaino ce matin sur LCI.

Je ne suis pas favorable aux consignes de vote. (…) Mais si j’avais à en donner une ce serait non à Mme Le Pen mais pas une voix pour M. Macron, a-t-il continué. Jamais personne ne me fera voter Emmanuel Macron. Je suis en désaccord avec tout. Je me bats depuis des années en politique contre ce qu’il incarne, contre ce qu’il représente, contre ce qu’il fait. Qui plus est, il est le candidat, ça n’est pas un hasard, de M. Hollande, il est le candidat de toute la classe politique qui a échoué”.

Où est le fascisme ?

Va-t-on encore passer toute l’élection du second tour dans la lutte contre le fascisme? (…) vous avez vu des fascistes quelque part dans cette histoire ? Si on arrêtait de caricaturer. (…) Si ça avait été Mélenchon, ça aurait été le bolchévisme. Mme Le Pen n’est pas fasciste, ou nazie, et M. Mélenchon n’était pas bolchévique”, a affirmé avec force Henri Guaino.

Publicités

2 réflexions sur “Sarkozy tente encore d’abuser d’une autorité qu’il n’a plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s