Politique: Il n’y a rien à espérer, sauf à attendre le jeu des contradictions internes

Tirer les enseignements du scrutin est sans intérêt. C’est avant qu’il fallait les comprendre.Tout a été escamoté et ce n’est pas au soir du scrutin que cela va changer. Pour notre part, certes tout n’est pas dit, mais l’essentiel au moins l’est.

Au plan général nous ferons remarquer que la légitimité de Macron a bien été attaquée, par les Insoumis, mais que la mayonnaise n’a pas pris. Cela n’accroche pas car les chiffres ne permettent pas d’aller dans ce sens. seule une analyse fine permet d’aller dans cette direction, mais elle n’est pas grand public, elle est trop complexe et ne peut faire l’objet d’une communication efficace. Même le chiffre des abstentions et votes blancs , 16 millions , s’il est important, ne s’y prête pas. ce pas spectaculaire. La contre performance  de Marine avec 35% n’autorise pas cet angle d’attaque, car elle fait apparaître Macron avec 65%.

Ce qui a changé , ce qui change , c’est la position des protagonistes; de complices ou de connivents ils redeviennent adversaires. Rassurez vous,  adversaires pour les places, le statut et la soupe, pas adversaires au plan des idées. Ce n’est pas  être mauvaise langue que le dire , puisque la démonstration en a été faite dès dimanche soir.

Au plan des idées le vide est sidéral, Nous n’avons entendu que des formules creuses de la part des partisans et suiveurs de Macron, cela se comprend, ils n’en savent pas plus que ce qu’a dit Macron et il n’a rien dit, mais de la part des autres, de ceux qui vont tenter de survivre à la débâcle, c’est étonnant. Dès Dimanche soir, profitant de la tribune qui leur était encore offerte, ils auraient dû essayer de tracer leur territoire.

Avez vous remarqué que ni les uns ni les autres n’ont prononcé le mot Europe, personne ne l’a intégrée dans une problématique, un questionnement!

Seule Marion en a parlé pour semble -t- il reconnaître les erreurs tactiques du Front sur ce point et c’est tout. Et cela est vrai, ce qui aurait du être le point fort de Marine, l’Europe, a finalement été son point faible. Vous savez que nous avons toujours dit que la sortie de l’euro, le Frexit était une sottise sans nom: les Français n’ont qu’une peur, celle de perdre l’euro! C’est leur béquille. L’erreur de Marine date du Brexit, elle a cru qu’il constituait un courant porteur et elle a voulu le chevaucher, elle s’est fait intoxiquer par certains conseils idéologues, déconnectés des réalités. Le problème à résoudre par tout opposant sérieux est précisément celui là: comment concilier l’attachement des Français à l’euro, et en même temps vouloir échapper aux effets néfastes de l’Europe, comment se libérer de l’emprise allemande et de celle des fonctionnaires. Bref comment conserver le positif tout en se libérant du négatif.

La situation sera gouvernée par les contradictions qu’elle comporte.

Pour Macron c’est comment faire du neuf avec du vieux. Comment retarder le plus possible les prises de conscience et continuer de bénéficier de la mystification:  il a  réussi à succéder à Hollande, à ne pas endosser son héritage, mais néanmoins il a besoin de  récupérer ses soutiens politiques et populaires.

Nous sommes dans  une situation bourrée de contradictions pour tous. 

La droite veut défendre ses positions, elle ne se rallie pas centrisme , c’est sa contradiction majeure, car elle est centriste. Comment le faire quand on n’ a plus d’identité perceptible? Pas de chef, pas de principe, pas de programme, rien que des ambitions… médiocres. La droite n’a rien à dire et rien pour se démarquer.

Hier Copé, le moins médiocre a tenté d’articuler quelque chose afin de mettre des distances entre En Marche et Les LR, il n’ a trouvé que trois choses! Ils ne sont pas d’accord sur la fiscalité, le communautarisme, et la lutte contre le terrorisme. Il n’y a rien eu d’autre! Ce ne sont pas des thèmes susceptibles de « recliver » la vie politique, et de  redonner une existence à la droite de gouvernement. Ce sont des thèmes de « baratin », des thèmes de nuances sur lesquelles il est difficile de faire la différence. Les lignes de partage sur ces trois points sont floues et les LR ne se sont jamais distingués positivement dans aucun de ces domaines.

Pour les autres, tous les autres, c’est mission impossible à ce jour; comment cristalliser son score du premier tour pour Melenchon, et comment éviter l’éparpillement, la débandade pour Marine. Ce n’est pas en « braillant » que Mélenchon et ses troupes trouveront la solution; ce n’est pas en promettant une refonte du Front que Marine « tiendra » ses sympathisants.

Ce qui gouverne, c’est la réalité, c’est le mode de scrutin, et sous cet aspect , rien ne sera modifié d’ici les législatives, et puis  les conditions qui ont conduit à la victoire de Macron ne seront pas modifiées d’ici là.

A ceux qui sont pressés et qui voudraient déjà disposer de canevas ou de schéma du futur, nous répondrons que l’avenir ne se devine pas, il se construit. Et par conséquent tout va dépendre des constructions que vont tenter les uns et les autres au cours de ces prochains jours et ces prochaines semaines.

Ces constructions s’inscrivent dans un aménagement d’ensemble qui lui, est bel et bien visible pour ceux qui connaissent l’histoire proche et l’histoire général. Depuis des années les élites européennes luttent pour faire passer un ensemble de dispositions, de réformes et de modifications dans les arrangements nationaux. Elles ont favorisé des pouvoirs de droite, ce fut l’échec; elles ont favorisé des pouvoirs de gauche, ce fut l’échec, et maintenant comme elles ont fait en leur temps en Italie, en Grèce, en Espagne, elles essaient le pouvoir du milieu. La fameuse troisième voie. Ailleurs cela é été tenté par la technocratie, par la troisième voie  de la bureaucratie, cette fois elles tentent par une voie plus originale, politique certes, mais au dela du politique fondée sur le modernisme, sur la jeunesse, presque le sociétal.

Publicités

Une réflexion sur “Politique: Il n’y a rien à espérer, sauf à attendre le jeu des contradictions internes

  1. L’UE a été incapable de vendre l’idée d’une forme de patrie européenne. Les technocrates ont cru qu’en favorisant les principes du communautarisme, appliqués dans les pays anglo-saxons, le « vivre ensemble » (qui en pratique revient au mieux à vivre juxtaposés) serait un ferment. Mais on ne bâti pas un peuple sur des slogans, en tout cas jamais durablement. Au mieux, on se fait élire. Mais après?

    Le vide, abyssale, est là. On ne veut pas d’une Europe ethnique, ce qui se comprend; on a refusé les racines chrétiennes de l’Europe ce qui s’explique vis-à-vis des musulmans mais néglige le fait que ce sont trois courants chrétiens (protestant, catholique et orthodoxe) sur lesquels s’est reposée et bâtie l’Europe (jusqu’à l’Oural, celle qui terrifie les USA). Las. On aurait pu croire, imaginer, qu’il resterait la Culture, celle qui a émergé dès le XIVème sous les monarchies mais… les cultures nationales et leurs dimensions européenne sont encore une fois, une exclusion pour les musulmans.

    Mais alors… si, sous prétexte de faire plaisir à une minorité gueulante de musulmans influencés par l’entrisme wahhabite (mais qu’une majorité de musulmans aurait bien aimé pouvoir rejeter en paix : ils ne l’ont pas fui pour subir, ici, son entrisme), on a refusé tout roman national qui intégrerait l’Europe et ce qui nous lie, que reste-t-il?

    Il n’y a plus rien pour forger l’union. Rien. Absolument rien.

    Les politiciens ignorent les principes anthropologiques et psychologiques que Maslow a eu beaucoup de mal à définir dans sa pyramide. Ils ont tout fait pour qu’émergent des clans, des factions, des chapelles, des clientèles, des tribus (au sens marketing). Ah diviser pour régner, ça marche, bien, mais Machiavel disait aussi de faire attention, ça ne dure qu’un temps. Historiquement, cela a toujours conduit à une forme ou une autre de guerre civile en faisant, ou pas, avant, émerger des tyrannies.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s