Le terrorisme est l’avenir de nos sociétés

Attaques terroristes, de nombreuses organisations sont touchées.

Le défunt Bruno Lussato avait analysé, prévu et décrit tout cela. Il avait averti sur les risques pour les libertés individuelles, sur les attaques contre les entreprises comme un véritable visionnaire. Il avait montré les conséquences des dérives informatiques sur la constitution même, la psyché de l’être humain. Nous avions eu la chance de l’écouter et de le lire quand il collaborait à notre hebdomadaire « la Vie Française ».

Hélas le monde est empêtré dans son admiration des fausses valeurs, qui font autorité grâce aux médias; et les hit parades ne s’intéressent guère à ce qui est complexe et difficile d’accès…

Nous avons expliqué et répété que notre monde produisait du terrorisme. Produire du terrorisme cela veut dire qu’il suscite des comportements violents. Il oblige à des comportements  fondés sur la force, le viol, la coercition car les élites ont trahi: elles ont cessé de rechercher le consensus, elles cherchent  à passer, à se maintenir, à se reproduire par la force, la violence, le mensonge. Or que se passe t- quand, dans une société, la vérité, la morale,  les valeurs, le symbolique ne règnent plus et ne sont même plus reconnues? Il se passe ce que l’on voit c’est dire des groupes désespérés de se faire entendre, de se faire reconnaître, de gagner leur vie normalement, entrer en  rébellion en révolte.

En France les irresponsables qui tiennent lieu de gouvernants, y compris Macron, prétendent que les banlieues  sont l’avenir du pays. Ils ne croient  pas si bien dire, les banlieues sont des zones ou tout ce que nous décrivons ci dessus, se développe: la frustration, le relativisme, l’envie, la négation de valeurs, la haine, le rien à foutre, …

Pour comprendre notre hypothèse de reflexion il faut admettre comme nous l’idée que nos sociétés sont menées par la dialectique Périphérie/Centre et que la Péripherie est dominée par ses contradictions internes, les uns luttent contre le Centre, les autres s’en foutent et en profitent pour piller, ils considèrent que monter la Péripherie contre le Centre en la pillant est bien plus intéressant et rémunérateur. L e Centre est affaibli par le mécontentement de la Péripherie, c’est ce qui se passe de façon caricaturale en matière de terrorisme islamique/domestique.

Nos sociétés sont devenues « pragmatistes », utilitaristes, c’est le règne de Machiavel: partout on le constate, « la fin justifie les moyens ».

C’est vrai pour tous les domaines; la raison, la vérité, la logique sont quotidiennement bafouées par le pragmatisme, le cynisme et leur conséquence, le terrorisme.  La réponse dissymétrique terrorisante devient le seule réponse et les moyens matériels pour terroriser sont colossaux.

Lisez la  bio  de Lussato sur Wilipédia, en voici un extrait :

« Bruno Lussato était professeur et fondateur de la chaire d’organisation au Conservatoire national des arts et métiers et professeur à la Wharton School de l’université de Pennsylvanie.

Il est réputé entre autres pour son opposition très précoce — dès le début des années 1970 — à la concentration des moyens informatiques, qu’il considérait comme une grave erreur, et à la « loi de Grosch » qu’il dénonçait comme modèle erroné de la réalité. Les années suivantes lui donnèrent en grande partie raison, surtout à partir du milieu des années 1980. Il revendique l’invention du mot microinformatique. Son collègue Michel Godet aime à rapporter son franc-parler en la matière: « La question de l’utilisation de l’ordinateur à l’école n’est pas plus importante que celle de la craie. » (Futuribles, 1988)

  • Virus / Huit leçons sur la désinformation (2007 – Syrtes)
  • Voyage au cœur du Ring (2005 – Fayard), avec Marina Niggli
  • L’imposture informatique (2000 – Fayard), avec François de Closets
  • La troisième révolution (1999 – Plon)
  • L’échelle humaine (1998 – Robert Lafont), avec Olivier de Tissot et Philippe Delannoy
  • Décodage (1997 – Interédition)
  • La vidéomatique (1996 – Organisation), avec Bruno France-Lanord
  • Claude Mediavilla (1996 – Paris Bibliothèques), avec Claude Mediavilla
  • Du signe calligraphié à la peinture abstraite (1996)
  • Un amour de stylo (1995 – Robert Lafont), avec Jean-Pierre Guéno et Kimiyasu Tatsuno
  • La Théorie de l’empreinte (1991 – ESF)
  • Bouillon de culture (1986) – Robert Laffont, avec Gérald Messadié
  • Le Défi informatique (1981 – Fayard)
  • Les structures de l’entreprise (1981 – Organisation)
  • Introduction critique aux théories d’organisation (1977 – Bordas)
  • La micro-informatique : introduction aux systèmes répartis (1974 – Éditions d’informatique), avec Bruno France-Lanord et Pierre Bouhot.

———————————————-

Des hôpitaux britanniques au constructeur français Renault, en passant par des ministères russes ou la compagnie ferroviaire publique allemande, des dizaines d’entreprises et d’organisations à travers le monde ont été touchées par l’attaque informatique massive.
LE NHS

Le service public de santé britannique (NHS), cinquième employeur du monde avec 1,7 million de salariés, a été visé. Environ 45 établissements ont été touchés, selon la ministre britannique de l’Intérieur Amber Rudd. Plusieurs d’entre eux ont été obligés d’annuler ou de reporter des interventions médicales. Mme Rudd a cependant assuré qu’il n’y a « pas eu d’accès malveillant aux données de patients ».

Renault

Le constructeur automobile français Renault a été touché par la vague de cyberattaques simultanées, et des sites de production en France sont à l’arrêt, a annoncé la direction du groupe.

Un porte-parole de la filiale de Renault en Slovénie, Revoz, a déclaré à l’AFP que les ordinateurs de l’usine de Novo Mesto avaient été touchés, entraînant un arrêt de production.

Les banques et ministères russes

La Banque centrale russe a annoncé samedi que le système bancaire du pays avait été visé par une cyberattaque massive, ainsi que plusieurs ministères, et que les pirates avaient tenté de forcer les installations informatiques du réseau ferroviaire.

Deutsche Bahn

Des panneaux d’affichages en gare ont été piratés, et plusieurs passagers allemands ont posté sur Twitter des photos de panneaux avec la demande de rançon à la place des horaires de départs et d’arrivées. « Le trafic n’est pas affecté par le virus et il n’y a aucune perturbation ni sur les grandes lignes ni sur les lignes régionales », a cependant assuré la compagnie ferroviaire publique Deutsche Bahn.

Fedex

Le géant américain de livraison de colis FedEx a annoncé avoir été touché et assuré qu’il appliquait « des mesures pour remédier le plus vite possible » à cette situation.

Telefonica

Le géant des télécoms espagnol a été visé, mais « les équipements infectés sont sous contrôle et en train d’être réinstallés », selon le responsable de la cybersécurité de Telefonica, l’ancien hacker espagnol Chema Alonso.

« Vos fichiers importants ont été cryptés », pouvait-on lire sur les captures d’écran d’ordinateurs infectés, largement diffusées par les médias en Espagne, où le gouvernement a confirmé vendredi « différentes cyberattaques visant des sociétés espagnoles ».

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s