Macron est il le président de l’élite ? Est il légitime? Avec traduction en bas de texte par Ecureuil

  • French President Emmanuel Macron can only be described as close to the business world if one understands how things work in France. The French economy is a mixed system where it is almost impossible to succeed financially without having close relations with political leaders who can grant favors and subsidies, and either authorize, prohibit or facilitate contracts or hinder them. Macron is not supposed to bring any new impetus to business, but to ensure and consolidate the power of those who placed him where he is.
  • A deliberate side-effect of Macron’s policies will be population change. Macron wants Islam to have more room in France. Like many European leaders, Emmanuel Macron seems convinced that the remedy for the demographic deficit and the aging of ethnic European populations is more immigration.
  • The French branch of the Muslim Brotherhood published an official communiqué, saying: « Muslims think that the new President of the Republic will allow the reconciliation of France with itself and will allow us to go farther, together. »

Emmanuel Macron — whose victory in the French presidential election on May 7, 2017 was declared decisive — was presented as a centrist, a newcomer in politics with strong ties to the business world, and a man who could bring a new impetus to a stagnant country.

The reality, however, is quite different.

His victory was actually not « decisive ». Although he received a high percentage of the votes cast (66%), the number of voters who cast a blank ballot or decided to abstain was the highest ever in a French presidential election.

Although his opponent, Marine Le Pen, tried to dissociate herself from the anti-Semitism of her father, Jean-Marie Le Pen, she was treated as a walking horror by almost all politicians and journalists during the entire campaign. That she nevertheless drew 34% of the votes was a sign of the depth of the anger and frustration that has been engulfing the French people. More than half of those who chose Macron were apparently voting against Marine Le Pen, rather than for Macron.

Macron, who won by default, suffers from a deep lack of legitimacy. He was elected because he was the last man standing, and because the moderate right’s candidate, François Fillon, was sabotaged by a demolition operation carried out by the media and by a political use of justice. Significantly, the legal prosecution of Fillon stopped immediately after he was defeated.

Macron is not a centrist: he was discreetly supported throughout the campaign by most of the Socialist Party’s leaders and by the outgoing Socialist President, François Hollande. The day after the election, during a V-E Day ceremony, Hollande could not hide his joy. A few days later, on May 14, when he handed the office of the president over to Macron, Hollande said that what was happening was not an « alternative » but a « continuity ». All Macron’s team-members were socialists or leftists. Macron’s leading political strategist, Ismael Emelien, had worked for the campaign that led to the election of Nicolas Maduro in Venezuela.

Macron’s entire program is socialist. Proposals for additional public expenditures abound. « Climate change » is defined as « the key issue for the future of the world ». The proposed changes to the Labor Code and the tax system are largely cosmetic and seem intended more to give an illusion of change than to bring about real change. While Macron does not reject a market economy, he thinks that it must be placed at the service of « social justice », and that the government’s role is to « guide », to « protect », « to help » — not to guarantee freedom to choose. Significantly, the economists who participated in the elaboration of Macron’s program are those who had drawn up Hollande’s economic program in 2012.

Even if he is young, Macron is not a newcomer to politics and does not embody renewal. He not only worked with Hollande for five years, but those who shaped his political ascent have long careers behind them: Jacques Attali was President François Mitterand’s adviser in the 1980s ; Alain Minc worked with all French Presidents since Valery Giscard d’Estaing was elected in 1974, and Jean-Pierre Jouyet was the cabinet director for Socialist Prime Minister Lionel Jospin in the late 1990s. Just after the election, three documentaries were broadcast on French television explaining in detail how Macron’s campaign was organized. Macron is the pure product of what analysts described as the « French nomenklatura » — an arrogant élite, composed of senior officials, political power-holders and the businessmen working in close collaboration with them.

Macron can only be described as close to the business world if one understands how things work in France. The French economy is a mixed system where it is almost impossible to succeed financially without having close relations with political leaders who can grant favors and subsidies, and either authorize, prohibit or facilitate contracts or hinder them.

During the years he spent at Hollande’s side, Macron helped various French businessmen. They thanked him by massively contributing to his campaign. It would be surprising if they do not expect a « return on investment ». The operation that allowed Macron’s election could be described in business language as a takeover. Almost all French private media outlets belong to those who supported Macron and were part of the takeover.

Macron is not supposed to bring any new impetus to business, but to ensure and consolidate the power of those who placed him where he is. Their goal is to create a large, single, center-left, technocratic political party that will crush the old political parties and that will be installed in a position of hegemony. The party’s slogan, « En Marche! » (« On the Move! »), was established to go forward in that direction; the old political parties have been almost destroyed. The official Socialist Party is dying. The main center-right party, The Republicans, is in disarray. One of its leaders, Edouard Philippe, was appointed Macron’s Prime Minister. Another, Bruno Le Maire, is now Finance and Economy minister: he will have to apply quite a different policy from those defined by his original party. The rightist National Front and the radical left will be treated as receptacles of anger: everything will be done so that they stay marginalized.

Another goal is to entrust ever more power to the technocratic unaccountable, untransparent and undemocratic institutions of the European Union: it is a goal Emmanuel Macron never stopped emphasizing. On May 7, as soon as the election result was known, the leaders of the European Union showed their enthusiasm. The president of the European Commission, Jean-Claude Juncker, spoke of « a signal of hope for Europe ». On May 15, immediately after the inauguration, Macron went to Berlin, met German Chancellor Angela Merkel and said that he hoped for a rapid « strengthening of the Union ». Macron says he wants the creation of an EU Ministry of Finance, whose decisions would have binding force for all member states.

Macron et  Merkel

A deliberate side-effect of Macron’s policies will be population change. Like many European leaders, Emmanuel Macron seems convinced that the remedy for the demographic deficit and the aging of ethnic European populations is more immigration. On September 6, 2015, he stated that « immigration is an opportunity for all of us ». On February 12, 2017, he said, « I will propose to the Algerian government the creation of a Franco-Algerian Bureau of Youth, to encourage mobility between the two shores of the Mediterranean ». A few weeks later, he declared that « the duty of Europe is to offer asylum to all those who seek its protection » and that « France must take its fair share of refugees ».

Almost all refugees arriving in France are Muslims. France already has the greatest percentage of Muslims in Europe. Macron wants Islam to have more room in France. His position concerning other religions is not known. His position on Islam is clear:

« Today, Muslims of France are poorly treated … Tomorrow, a new structure will make it possible to relaunch the work sites of the Muslim religion in France: the construction and the improvement of worthy places of worship will take place where their presence is necessary, and the training of imams of France will be organized. »

The French branch of the Muslim Brotherhood congratulated Macron on on his victory. It published an official communiqué saying: « Muslims think that the new President of the Republic will allow the reconciliation of France with itself and will allow us to go farther, together. »

Macron’s prime minister, Edouard Philippe, has close ties with the Muslim Brotherhood and favored their installation in the city of which he is the mayor, Le Havre. Richard Ferrand — a Socialist MP, the secretary-general of En Marche! since its inception, and now Minister for the Cohesion of Territories — has been financially contributing to the anti-Israel BDS movement and to « pro-Palestinian » organizations for years. Gerard Collomb, the Socialist Mayor of Lyon, and now Interior Minister, financed the French Institute of Muslim Civilization that will open its doors in December 2017.

In a recent article, Yves Mamou noted that Macron is not « an open promoter of Islamism in France » and could be defined as a « useful idiot. »

In another recent article, Bruce Bawer wondered how the French could have chosen Emmanuel Macron. His answer was that « the mainstream media have played a role ». Evidently, also, « some people do not want to know the truth, » even when the truth is in front of their eyes.

« Some people are accustomed to the idea that there are people above them in the hierarchy whose job is to think about, and take care of the big things while they, the citizens, the mice, take care of their own little lives ».

A majority of the French did not choose Macron but apparently accept that there are people above them. Those who do not accept this fact so easily are many, but in minority, and they are likely to become a smaller minority. Macron is counting on their resignation. It is not certain, however, that the millions of people who voted for Marine Le Pen, despite her extremely problematic closeness to Russia and the harsh campaign against her, or those who voted for the leftist candidates, will so easily give up. It is also not certain — thanks to willful blindness and appeasement — that Islamists will mellow, or that jihadist attacks will stop.

Macron said he was « dismayed » over Manchester Arena terror attack. He added that he was « filled with dread ». He did not express the necessity of confronting the danger. The French have every reason to be nervous.

Dr. Guy Millière, a professor at the University of Paris, is the author of 27 books on France and Europe.

© 2017 Gatestone Institute. All rights reserved. The articles printed here do not necessarily reflect the views of the Editors or of Gatestone Institute. No part of the Gatestone website or any of its contents may be reproduced, copied or modified, without the prior written consent of Gatestone Institute.

Traduction par Ecureuil  que je remercie à nouveau 

Le président français Emmanuel Macron ne peut être décrit que comme étant proche du monde des affaires si l’on comprend comment les choses fonctionnent en France. L’économie française est un système mixte où il est presque impossible de réussir financièrement sans avoir de relations étroites avec les dirigeants politiques qui peuvent accorder des faveurs et des subventions, et autoriser, interdire ou faciliter les contrats ou les entraver. Macron n’est pas censé apporter un nouvel élan aux affaires, mais pour assurer et consolider le pouvoir de ceux qui l’ont placé là où il est.

Un effet secondaire délibéré des politiques de Macron sera le changement de population. Macron veut que l’Islam occupe plus de place en France. Comme beaucoup de leaders européens, Emmanuel Macron semble convaincu que le remède contre le déficit démographique et le vieillissement des populations ethniques européennes est plus d’immigration.

La section française des Frères musulmans a publié un communiqué officiel en disant: «Les musulmans pensent que le nouveau président de la République permettra la réconciliation de la France avec elle-même et nous permettra d’aller plus loin ensemble.

Emmanuel Macron – dont la victoire aux élections présidentielles françaises le 7 mai 2017 a été déclarée triomphale – a été présenté comme un centriste, un nouveau venu en politique avec des liens solides avec le monde des affaires et un homme qui pourrait apporter un nouvel élan à un pays atone.

La réalité, cependant, est tout à fait différente.

Sa victoire n’était en réalité pas «triomphale». Bien qu’il ait reçu un pourcentage élevé des votes exprimés (66%), le nombre d’électeurs qui ont voté blanc ou a décidé de s’abstenir était le plus élevé jamais enregistré lors d’une élection présidentielle française.

Bien que son adversaire, Marine Le Pen, ait essayé de se dissocier de l’antisémitisme de son père, Jean-Marie Le Pen, elle a été considérée comme un épouvantail par presque tous les politiciens et les journalistes pendant toute la campagne. Qu’elle eut attiré néanmoins 34% des votes était un signe de la profondeur de la colère et de la frustration qui habitait les Français. Plus de la moitié de ceux qui ont choisi Macron ont apparemment voté contre Marine Le Pen plutôt que pour Macron.

Macron, qui a gagné par défaut, souffre d’un profond manque de légitimité. Il a été élu parce qu’il était le dernier candidat survivant, et parce que le candidat de la droite modérée, François Fillon, a été torpillé par une opération de démolition menée par les médias et par un usage politique de la justice. De manière significative, la poursuite en justice de Fillon s’est arrêtée immédiatement après sa défaite.

Macron n’est pas un centriste: il a été discrètement soutenu tout au long de la campagne par la plupart des dirigeants du Parti socialiste et par le président socialiste sortant, François Hollande. Le lendemain de l’élection, lors d’une cérémonie de la Victoire, Hollande ne pouvait cacher sa joie. Quelques jours plus tard, le 14 mai, lors de la passation de pouvoir à Macron, Hollande a déclaré que ce qui se passait n’était pas une «alternative» mais une «continuité». Tous les membres de l’équipe de Macron étaient des socialistes ou des gauchistes. Le principal stratège politique de Macron, Ismael Emelien, avait travaillé pour la campagne qui a conduit à l’élection de Nicolas Maduro au Venezuela.

Tout le programme de Macron est socialiste. Les propositions de nouvelles dépenses publiques abondent. Le «changement climatique» est défini comme «le problème clé pour l’avenir du monde». Les changements proposés au Code du travail et au système fiscal sont en grande partie cosmétiques et semblent davantage donner une illusion de changement que de provoquer des changements réels. Alors que Macron ne rejette pas une économie de marché, il pense qu’il doit être mis au service de la «justice sociale» et que le rôle du gouvernement est de «guider», de «protéger», «d’aider» – de ne pas garantir la liberté de choisir. De manière significative, les économistes qui ont participé à l’élaboration du programme de Macron sont ceux qui ont élaboré le programme économique de Hollande en 2012.

Même s’il est jeune, Macron n’est pas un nouveau venu en politique et ne représente pas le renouvellement. Il a non seulement travaillé avec Hollande pendant cinq ans, mais ceux qui ont façonné son ascension politique ont une longue carrière derrière eux: Jacques Attali était le conseiller du président François Mitterand dans les années 1980; Alain Minc a travaillé avec tous les présidents français depuis que Valery Giscard d’Estaing a été élu en 1974 et Jean-Pierre Jouyet était directeur de cabinet pour le Premier ministre socialiste Lionel Jospin à la fin des années 1990. Juste après les élections, trois documentaires ont été diffusés sur la télévision française expliquant en détail comment la campagne de Macron était organisée. Macron est le pur produit de ce que les analystes qualifient de «nomenklatura française» – une élite arrogante, composée de hauts fonctionnaires, de titulaires de pouvoir politiques et d’hommes d’affaires travaillant en étroite collaboration avec eux.

Macron ne peut être décrit que près du monde des affaires si l’on comprend comment les choses fonctionnent en France. L’économie française est un système mixte où il est presque impossible de réussir financièrement sans avoir de relations étroites avec les dirigeants politiques qui peuvent accorder des faveurs et des subventions, et autoriser, interdire ou faciliter les contrats ou les entraver.

Pendant les années qu’il a passé aux côtés de Hollande, Macron a aidé divers hommes d’affaires français. Ils l’ont remercié en contribuant massivement à sa campagne. Il serait surprenant qu’ils ne s’attendent pas à un «retour sur investissement». L’opération qui a permis l’élection de Macron pourrait être décrite en langue des affaires comme une prise de contrôle. Presque tous les médias privés français appartiennent à ceux qui ont soutenu Macron et faisaient partie de la prise de contrôle.

Macron n’est pas censé apporter un nouvel élan aux affaires, mais assurer et consolider le pouvoir de ceux qui l’ont placé là où il est. Leur but est de créer un grand et unique parti politique technocratique, de centre gauche qui écrasera les anciens partis politiques et sera installé dans une position d’hégémonie. Le slogan du parti, «En Marche! »(« En mouvement! »), a été établi pour avancer dans cette direction; Les anciens partis politiques ont été presque détruits. Le parti socialiste officiel est mourant. Le principal parti de centre-droite, les républicains, est en déroute. L’un de ses dirigeants, Edouard Philippe, a été nommé Premier ministre de Macron. Un autre, Bruno Le Maire, est maintenant ministre des finances et de l’économie: il devra appliquer une politique tout à fait différente de celle définie par son parti d’origine. Le Front national de droite et la gauche radicale seront traités comme des réceptacles de colère: tout sera fait pour qu’ils restent marginalisés.

Un autre objectif est de confier encore plus de pouvoir aux institutions technocratiques qui ne rendent de compte à personne, obscures, et antidémocratiques de l’Union européenne: c’est un objectif qu’Emmanuel Macron n’a jamais cessé de souligner. Le 7 mai, dès que les résultats des élections ont été connus, les dirigeants de l’Union européenne ont montré leur enthousiasme. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a parlé de «un signal d’espoir pour l’Europe». Le 15 mai, immédiatement après son entrée en fonction, Macron est allé à Berlin, a rencontré la chancelière allemande Angela Merkel et a déclaré qu’il espérait un «renforcement rapide de l’Union». Macron dit qu’il veut la création d’un ministère des finances de l’UE, dont les décisions auraient force de loi pour tous les États membres.

Un effet secondaire délibéré des politiques de Macron sera le changement de population. Comme beaucoup de leaders européens, Emmanuel Macron semble convaincu que le remède contre le déficit démographique et le vieillissement des populations ethniques européennes est plus d’immigration. Le 6 septembre 2015, il a déclaré que «l’immigration est une opportunité pour nous tous». Le 12 février 2017, il a déclaré: «Je proposerai au gouvernement algérien la création d’un Bureau franco-algérien de la jeunesse pour encourager la mobilité entre les deux rives de la Méditerranée». Quelques semaines plus tard, il a déclaré que «le devoir de l’Europe est d’offrir l’asile à tous ceux qui recherchent sa protection» et que «la France doit prendre sa juste part de réfugiés».

Presque tous les réfugiés arrivant en France sont des musulmans. La France a déjà le plus grand pourcentage de musulmans en Europe. Macron veut que l’Islam soit plus reconnu en France. Sa position concernant d’autres religions n’est pas connue. Sa position sur l’islam est claire:

«Aujourd’hui, les musulmans de France sont mal traités … Demain, une nouvelle structure permettra de relancer les lieux de culte de la religion musulmane en France: la construction et l’amélioration de lieux de culte dignes se dérouleront là où leur présence est nécessaire, Et la formation des imams de France sera organisée. »

La section française des Frères musulmans a félicité Macron pour sa victoire. Il a publié un communiqué officiel disant: «Les musulmans pensent que le nouveau président de la République permettra la réconciliation de la France avec elle-même et nous permettra d’aller plus loin ensemble. »

Le premier ministre de Macron, Edouard Philippe, a des liens étroits avec les Frères musulmans et a favorisé leur installation dans la ville dont il est le maire Le Havre. Richard Ferrand – un député socialiste, le secrétaire général de En Marche! Depuis sa création, et maintenant ministre de la cohésion des territoires – a contribué financièrement au mouvement anti-Israel BDS et aux organisations «pro-palestiniennes» depuis des années. Gerard Collomb, le maire socialiste de Lyon et maintenant ministre de l’Intérieur, a financé l’Institut français de la civilisation musulmane qui ouvrira ses portes en décembre 2017.

Dans un article récent, Yves Mamou a noté que Macron n’est pas «un promoteur déclaré de l’islamisme en France» et pourrait être défini comme un «idiot utile». »

Dans un autre article récent, Bruce Bawer s’est demandé comment les Français ont pu choisir Emmanuel Macron. Sa réponse a été que «les médias traditionnels ont joué un rôle». Évidemment, aussi, «certaines personnes ne veulent pas connaître la vérité», même lorsque la vérité est devant leurs yeux.

«Certaines personnes sont habituées à l’idée qu’il y a des gens au-dessus d’eux dans la société dont le travail consiste à réfléchir et à s’occuper des grandes choses, alors que les citoyens, les souris, prennent soin de leur propre petite vie».

La majorité des Français n’a pas choisi Macron, mais semble accepter qu’il y ait des gens au-dessus d’eux. Ceux qui n’acceptent pas cela facilement sont nombreux, mais en minorité, et ils sont susceptibles de devenir une minorité plus petite. Macron compte sur leur résignation. Il n’est toutefois pas certain que les millions de personnes qui ont voté pour Marine Le Pen, malgré sa proximité extrêmement problématique avec la Russie et la campagne sévère contre elle, ou ceux qui ont voté pour les candidats de gauche, abandonneront si facilement. Il n’est pas non plus certain – grâce à la cécité et à l’apaisement volontaires – que les islamistes se tempéreront ou que les attaques djihadistes s’arrêteront.

Macron a déclaré qu’il était «consterné» par l’attaque terroriste de Manchester Arena. Il a ajouté qu’il était «rempli de crainte». Il n’a pas exprimé la nécessité de faire face au danger. Les Français ont toutes les raisons d’être nerveux.

Docteur Guy Millière, professeur à l’Université de Paris, auteur de 27 livres sur la France et l’Europe.

Publicités

Une réflexion sur “Macron est il le président de l’élite ? Est il légitime? Avec traduction en bas de texte par Ecureuil

  1. Entre deux noisettes, Ecureuil a traduit:

    Le président français Emmanuel Macron ne peut être décrit que comme étant proche du monde des affaires si l’on comprend comment les choses fonctionnent en France. L’économie française est un système mixte où il est presque impossible de réussir financièrement sans avoir de relations étroites avec les dirigeants politiques qui peuvent accorder des faveurs et des subventions, et autoriser, interdire ou faciliter les contrats ou les entraver. Macron n’est pas censé apporter un nouvel élan aux affaires, mais pour assurer et consolider le pouvoir de ceux qui l’ont placé là où il est.

    Un effet secondaire délibéré des politiques de Macron sera le changement de population. Macron veut que l’Islam occupe plus de place en France. Comme beaucoup de leaders européens, Emmanuel Macron semble convaincu que le remède contre le déficit démographique et le vieillissement des populations ethniques européennes est plus d’immigration.

    La section française des Frères musulmans a publié un communiqué officiel en disant: «Les musulmans pensent que le nouveau président de la République permettra la réconciliation de la France avec elle-même et nous permettra d’aller plus loin ensemble.

    Emmanuel Macron – dont la victoire aux élections présidentielles françaises le 7 mai 2017 a été déclarée triomphale – a été présenté comme un centriste, un nouveau venu en politique avec des liens solides avec le monde des affaires et un homme qui pourrait apporter un nouvel élan à un pays atone.

    La réalité, cependant, est tout à fait différente.

    Sa victoire n’était en réalité pas «triomphale». Bien qu’il ait reçu un pourcentage élevé des votes exprimés (66%), le nombre d’électeurs qui ont voté blanc ou a décidé de s’abstenir était le plus élevé jamais enregistré lors d’une élection présidentielle française.

    Bien que son adversaire, Marine Le Pen, ait essayé de se dissocier de l’antisémitisme de son père, Jean-Marie Le Pen, elle a été considérée comme un épouvantail par presque tous les politiciens et les journalistes pendant toute la campagne. Qu’elle eut attiré néanmoins 34% des votes était un signe de la profondeur de la colère et de la frustration qui habitait les Français. Plus de la moitié de ceux qui ont choisi Macron ont apparemment voté contre Marine Le Pen plutôt que pour Macron.

    Macron, qui a gagné par défaut, souffre d’un profond manque de légitimité. Il a été élu parce qu’il était le dernier candidat survivant, et parce que le candidat de la droite modérée, François Fillon, a été torpillé par une opération de démolition menée par les médias et par un usage politique de la justice. De manière significative, la poursuite en justice de Fillon s’est arrêtée immédiatement après sa défaite.

    Macron n’est pas un centriste: il a été discrètement soutenu tout au long de la campagne par la plupart des dirigeants du Parti socialiste et par le président socialiste sortant, François Hollande. Le lendemain de l’élection, lors d’une cérémonie de la Victoire, Hollande ne pouvait cacher sa joie. Quelques jours plus tard, le 14 mai, lors de la passation de pouvoir à Macron, Hollande a déclaré que ce qui se passait n’était pas une «alternative» mais une «continuité». Tous les membres de l’équipe de Macron étaient des socialistes ou des gauchistes. Le principal stratège politique de Macron, Ismael Emelien, avait travaillé pour la campagne qui a conduit à l’élection de Nicolas Maduro au Venezuela.

    Tout le programme de Macron est socialiste. Les propositions de nouvelles dépenses publiques abondent. Le «changement climatique» est défini comme «le problème clé pour l’avenir du monde». Les changements proposés au Code du travail et au système fiscal sont en grande partie cosmétiques et semblent davantage donner une illusion de changement que de provoquer des changements réels. Alors que Macron ne rejette pas une économie de marché, il pense qu’il doit être mis au service de la «justice sociale» et que le rôle du gouvernement est de «guider», de «protéger», «d’aider» – de ne pas garantir la liberté de choisir. De manière significative, les économistes qui ont participé à l’élaboration du programme de Macron sont ceux qui ont élaboré le programme économique de Hollande en 2012.

    Même s’il est jeune, Macron n’est pas un nouveau venu en politique et ne représente pas le renouvellement. Il a non seulement travaillé avec Hollande pendant cinq ans, mais ceux qui ont façonné son ascension politique ont une longue carrière derrière eux: Jacques Attali était le conseiller du président François Mitterand dans les années 1980; Alain Minc a travaillé avec tous les présidents français depuis que Valery Giscard d’Estaing a été élu en 1974 et Jean-Pierre Jouyet était directeur de cabinet pour le Premier ministre socialiste Lionel Jospin à la fin des années 1990. Juste après les élections, trois documentaires ont été diffusés sur la télévision française expliquant en détail comment la campagne de Macron était organisée. Macron est le pur produit de ce que les analystes qualifient de «nomenklatura française» – une élite arrogante, composée de hauts fonctionnaires, de titulaires de pouvoir politiques et d’hommes d’affaires travaillant en étroite collaboration avec eux.

    Macron ne peut être décrit que près du monde des affaires si l’on comprend comment les choses fonctionnent en France. L’économie française est un système mixte où il est presque impossible de réussir financièrement sans avoir de relations étroites avec les dirigeants politiques qui peuvent accorder des faveurs et des subventions, et autoriser, interdire ou faciliter les contrats ou les entraver.

    Pendant les années qu’il a passé aux côtés de Hollande, Macron a aidé divers hommes d’affaires français. Ils l’ont remercié en contribuant massivement à sa campagne. Il serait surprenant qu’ils ne s’attendent pas à un «retour sur investissement». L’opération qui a permis l’élection de Macron pourrait être décrite en langue des affaires comme une prise de contrôle. Presque tous les médias privés français appartiennent à ceux qui ont soutenu Macron et faisaient partie de la prise de contrôle.

    Macron n’est pas censé apporter un nouvel élan aux affaires, mais assurer et consolider le pouvoir de ceux qui l’ont placé là où il est. Leur but est de créer un grand et unique parti politique technocratique, de centre gauche qui écrasera les anciens partis politiques et sera installé dans une position d’hégémonie. Le slogan du parti, «En Marche! »(« En mouvement! »), a été établi pour avancer dans cette direction; Les anciens partis politiques ont été presque détruits. Le parti socialiste officiel est mourant. Le principal parti de centre-droite, les républicains, est en déroute. L’un de ses dirigeants, Edouard Philippe, a été nommé Premier ministre de Macron. Un autre, Bruno Le Maire, est maintenant ministre des finances et de l’économie: il devra appliquer une politique tout à fait différente de celle définie par son parti d’origine. Le Front national de droite et la gauche radicale seront traités comme des réceptacles de colère: tout sera fait pour qu’ils restent marginalisés.

    Un autre objectif est de confier encore plus de pouvoir aux institutions technocratiques qui ne rendent de compte à personne, obscures, et antidémocratiques de l’Union européenne: c’est un objectif qu’Emmanuel Macron n’a jamais cessé de souligner. Le 7 mai, dès que les résultats des élections ont été connus, les dirigeants de l’Union européenne ont montré leur enthousiasme. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a parlé de «un signal d’espoir pour l’Europe». Le 15 mai, immédiatement après son entrée en fonction, Macron est allé à Berlin, a rencontré la chancelière allemande Angela Merkel et a déclaré qu’il espérait un «renforcement rapide de l’Union». Macron dit qu’il veut la création d’un ministère des finances de l’UE, dont les décisions auraient force de loi pour tous les États membres.

    Un effet secondaire délibéré des politiques de Macron sera le changement de population. Comme beaucoup de leaders européens, Emmanuel Macron semble convaincu que le remède contre le déficit démographique et le vieillissement des populations ethniques européennes est plus d’immigration. Le 6 septembre 2015, il a déclaré que «l’immigration est une opportunité pour nous tous». Le 12 février 2017, il a déclaré: «Je proposerai au gouvernement algérien la création d’un Bureau franco-algérien de la jeunesse pour encourager la mobilité entre les deux rives de la Méditerranée». Quelques semaines plus tard, il a déclaré que «le devoir de l’Europe est d’offrir l’asile à tous ceux qui recherchent sa protection» et que «la France doit prendre sa juste part de réfugiés».

    Presque tous les réfugiés arrivant en France sont des musulmans. La France a déjà le plus grand pourcentage de musulmans en Europe. Macron veut que l’Islam soit plus reconnu en France. Sa position concernant d’autres religions n’est pas connue. Sa position sur l’islam est claire:

    «Aujourd’hui, les musulmans de France sont mal traités … Demain, une nouvelle structure permettra de relancer les lieux de culte de la religion musulmane en France: la construction et l’amélioration de lieux de culte dignes se dérouleront là où leur présence est nécessaire, Et la formation des imams de France sera organisée. »

    La section française des Frères musulmans a félicité Macron pour sa victoire. Il a publié un communiqué officiel disant: «Les musulmans pensent que le nouveau président de la République permettra la réconciliation de la France avec elle-même et nous permettra d’aller plus loin ensemble. »

    Le premier ministre de Macron, Edouard Philippe, a des liens étroits avec les Frères musulmans et a favorisé leur installation dans la ville dont il est le maire Le Havre. Richard Ferrand – un député socialiste, le secrétaire général de En Marche! Depuis sa création, et maintenant ministre de la cohésion des territoires – a contribué financièrement au mouvement anti-Israel BDS et aux organisations «pro-palestiniennes» depuis des années. Gerard Collomb, le maire socialiste de Lyon et maintenant ministre de l’Intérieur, a financé l’Institut français de la civilisation musulmane qui ouvrira ses portes en décembre 2017.

    Dans un article récent, Yves Mamou a noté que Macron n’est pas «un promoteur déclaré de l’islamisme en France» et pourrait être défini comme un «idiot utile». »

    Dans un autre article récent, Bruce Bawer s’est demandé comment les Français ont pu choisir Emmanuel Macron. Sa réponse a été que «les médias traditionnels ont joué un rôle». Évidemment, aussi, «certaines personnes ne veulent pas connaître la vérité», même lorsque la vérité est devant leurs yeux.

    «Certaines personnes sont habituées à l’idée qu’il y a des gens au-dessus d’eux dans la société dont le travail consiste à réfléchir et à s’occuper des grandes choses, alors que les citoyens, les souris, prennent soin de leur propre petite vie».

    La majorité des Français n’a pas choisi Macron, mais semble accepter qu’il y ait des gens au-dessus d’eux. Ceux qui n’acceptent pas cela facilement sont nombreux, mais en minorité, et ils sont susceptibles de devenir une minorité plus petite. Macron compte sur leur résignation. Il n’est toutefois pas certain que les millions de personnes qui ont voté pour Marine Le Pen, malgré sa proximité extrêmement problématique avec la Russie et la campagne sévère contre elle, ou ceux qui ont voté pour les candidats de gauche, abandonneront si facilement. Il n’est pas non plus certain – grâce à la cécité et à l’apaisement volontaires – que les islamistes se tempéreront ou que les attaques djihadistes s’arrêteront.

    Macron a déclaré qu’il était «consterné» par l’attaque terroriste de Manchester Arena. Il a ajouté qu’il était «rempli de crainte». Il n’a pas exprimé la nécessité de faire face au danger. Les Français ont toutes les raisons d’être nerveux.

    Docteur Guy Millière, professeur à l’Université de Paris, auteur de 27 livres sur la France et l’Europe.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s