Législatives: moi aussi je m’abstiens

Législatives: moi aussi je m’abstiens

Plus de la moitié des Français se sont abstenus lors du premier tour des élections législatives. Les profiteurs, parasites suiveurs de Macron ont profité de l’aubaine, ils vont occuper les quatre cinquièmes de l’hémicycle alors qu’ils n’ont eu que 16% des voix des Français.

Le pourcentage d’abstentions, c’est l’information la plus importante, celle qui est la plus chargée de sens. Au niveau individuel cela recouvre un sentiment d’impuissance: les Français veulent autre chose, mais ils savent aussi que leur vote ne servira à rien donc ils ne votent pas ou votent moins. On n’ose imaginer ce que serait la participation si il n’y avait pas le mythe que « voter c’est un devoir »! Ces élections sont une sorte de coup de grâce à la démocratie, elles l’achèvent, heureusement qu’elle était déjà morte, vidée de tout son sens.

Moi même, écoeuré, je n’ai pas envie d’écrire sur ces élections. Écrire dessus c’est leur manifester trop  d’intérêt. Pourquoi les valoriser alors que l’on envie de les oublier. Les analyser alors qu’elles ne méritent que le mépris serait encore leur faire honneur. Leur accorder une valeur. C’est une mascarade. Une comédie.

Pourtant dieu sait si il y a de choses à dire; mais je suis saisi également , comme les Français par ce sentiment d’à quoi bon. Ce n’est pas paresse, au contraire, c’est un calcul: j’ai la conviction que pour que cela change il faut passer son chemin, ignorer tout cela, se consacrer à l’important, pas au dérisoire. Le dérisoire électoral nous rabaisse, il rabaisse le citoyen qui est en nous. Il tue les bonnes choses qui sont encore en nous, celles qu' »ILS », le grand “ILS” n’ont pas encore eu. Ils rendent tout absolument vain, inutile; tout devient sale, caricature, mensonge, propagande débile.

Le spectacle dimanche soir était plus que navrant pour une personne de bonne volonté, il était répugnant de petitesse convenue. Plus rien d’intelligent n’est dit, plus aucune culture, plus aucune honnêteté ne réussit à frayer son chemin dans ce fatras d’imbécillités flagorneuses. C’est la raison pour laquelle j’ai passé la réaction de Guaino, au moins elle sonne juste, elle a quelque chose qui sonne vrai, authentique dans sa grossièreté.

Les observateurs considèrent que ce qui s’est passé est en soi l’évènement. Je m’inscris en faux , dimanche ce n’était pas l’évènement, mais la révélation d’évènements bien antérieurs, la mise à jour, la reconnaissance, le dévoilement d’un scandale qui existe depuis longtemps.

Il a fallu le hasard d’un Macron pour exhiber la nullité de la pseudo-droite, son absence de squelette, son manque de valeurs, d’idées, bref son vide sidéral. Ses médiocres contradictions se sont enfin données à voir mais elles sont là, depuis si longtemps! Les Français ont vécu de longues années près d’un cadavre, et il n’y a que dimanche qu’ils se sont aperçu qu’il sentait mauvais. Puissent ils ne pas entretenir de rêves ou d’espoirs idiots, il ne faut surtout pas qu’il renaisse, il faut l’enterrer.

Que dire de la raclée des Lepeniste si ce n’est que là aussi ce n’est qu’une révélation de quelque chose que l’on sait depuis longtemps mais que l’on faisait semblant de ne pas voir: ils ne sont pas à la hauteur. Ils ne méritent pas les 34% qu’ils ont eu aux présidentielles, ils ont dépassé les limites de leur compétence. Il faut des êtres exceptionnels pour guider le peuple, beaucoup plus exceptionnels que pour guider les autres, les bourgeois. Il faut à la fois se mettre au niveau du peuple, l’aimer, se faire comprendre, et en même temps se battre à un autre niveau, plus abstrait, plus complexe, sur le terrain des élites avec leurs armes , leur vocabulaire, leurs concepts, leurs théories. Il faut démystifier leurs tromperies. Bref combattre à un niveau totalement différent. Ou plutot à deux niveaux tout à fait différents.

On se raccroche à ce que l’on peut: Marine va chuter d’une ambition présidentielle à celle de star de Henin Beaumont.

Il n’y a personne pour mettre en forme la colère du peuple, voila le triste constat et ce peuple, il va continuer de se lamenter, de se désespérer,  sans avenir. De temps à autre il va s’agiter vainement, de façon presque ridicule, pour jouer la comédie de la révolte dans la rue, comme l’ont fait en leur temps les tristes bonnets rouges.

Les Français ne sont pas indifférents à la chose politique, non cela est faux, il suffit de discuter avec eux: ils sont très politisés; mais ils ont le sentiment qu’on leur volé la politique qu’ils en ont été exclus. C’est différent.

Les débats qui les intéresse sont escamotés, ils l’ont été dans une connivence éclatante lors de ces législatives. Il suffisait d’écouter le peu que Baroin a dit , il était totalement hors sujet, à croire, ce que je fais, qu’il l’a fait délibérément. Ce sont des gens comme lui qui sont responsables de l’abstention, pas le peuple. Les citoyens eux  ont eu une réaction rationnelle, ils se sont adaptés, ils ont, par leur comportement, pris note de ce qui leur était infligé: vous vous abstenez de nous représenter, nous nous abstenons de voter.

Finalement je plains, j’ai pitié de Macron qui va sacrifier de belles années pour satisfaire un vieux complexe de gamin non liquidé en passant 5 ans de sa vie avec une équipe de profiteurs de basse volée . Une assemblée de parasites venus profiter de son travail. Il ne lui faudra pas longtemps pour goûter l’amertume du pouvoir et regretter d’avoir mis tant d’énergie à le conquérir. Il va s’apercevoir qu’il a fait un marché de dupes. Il a été élu sur une image qu’il va devoir assumer, il va s’essouffler à essayer de lui donner vie, de lui donner un contenu. A peine en place il a déjà commencé a endosser un costume qui n’est pas le sien, il a fait le guignol avec Trump, le clown avec Poutine.

Le pauvre, il va devoir marcher comme l’on dit , à côté de ses pompes et cela fait mal.

Publicités

8 réflexions sur “Législatives: moi aussi je m’abstiens

  1. Monsieur, je vous suis depuis quelque temps et apprécie beaucoup vos commentaires et points de vue.

    Sinon que dans le cas présente trouve que vous faites peu de cas du passé : depuis ± 40 ans, nous avons été gouvernés, en alternance par les deux « grands »(?) partis, et force est de constater qu’il n’y en a pas eu un pour relever l’autre. Ils nous ont tous rouler dans la farine !

    Alors, où est le problème de confier notre sort à de nouvelles et jeunes têtes, enfin non-professionnels de la Politique ? Pourquoi ce procès d’intention? Après tout, si notre Président mène son quinquennat comme il a mené son accession, j’achète et ne serai pas le seul.

    On doit au moins lui être reconnaissants de nous avoir débarrassés d’une bande d’incompétents, sauf pour leurs « carrières » ! Une partie du problème venant que nous avons été gouvernés par des fonctionnaires, au gouvernement comme à l’Assemblée. Et qui pourrait scier la branche du côté de l’arbre ???

    Et bien, vivons d’espoir, pour commencer, il sera temps de changer une autre fois si nécessaire …

    J'aime

  2. Je n’ai pas participé non plus à cette pantalonnade, exactement pour les raisons de vacuité de l’offre politique que vous évoquez. J’y ai rajouté un côté mesquin en me disant que ma voix n’irait pas apporter 1.45€/an à un quelconque de ces partis. Mais multipliez ce chiffre par le nombre d’abstentionnistes et cela représente « un manque à gagner » pour les partis de quelques dizaines de millions d’euros pour la législature à venir. On se console come on peut!

    J'aime

  3. Je c comprends vraiment votre faible motivation pour écrire sur ce lamentable événement, et sur les non moins tristes sires qui ne nous gouvernent plus, parce que nous n’avons plus envie d’être gouvernés par une telle engeance, même s’ils continueront à prendre des décisions sur lesquelles nous n’aurons aucune prise.

    Comme d’autres, j’ai décidé depuis le résultat des élections présidentielles de faire mien l’adage « Élections piège à cons ». J’ai mis du temps à en arriver là. Longtemps j’ai pensé que les élections étaient la seule voie possible et souhaitable, en dehors des mitraillettes.
    Les sinistres élections présidentielles américaines et leurs sordides suites, ainsi que la certitude qu’une victoire de Marine Le Pen aurait été très vite torpillée par l’oligarchie européiste, m’ont définitivement convaincu que ce n’est pas par le vote que nous parviendrons à changer quoi que ce soit… d’autant que nous avons bien compris désormais qu’avec MLP et ce FN nous étions dans une impasse. Quant aux mitraillettes, elles ne seront pas une alternative aux élections, faute de combattants, tout au moins tant que les classes dominées continueront de pouvoir manger plus ou moins à leur faim et se distraire.
    Ne pas voter devient donc la seule voie ouverte aujourd’hui à ceux qui ont pu et su jusqu’à présent résister à la propagande et aux manipulations de masse.

    Nous sommes nombreux à être dépités, découragés, écœurés, car nous devons bien admettre que nous avons les hommes politiques que nous méritons collectivement, et vice versa. Il y a un moment où l’envie nous prend de jeter le manche avec la cognée… mais on ne peut pas arrêter de vivre, sous prétexte que nous sommes dominés. Les rapports de domination sont une loi de la vie, et une lutte sans fin est notre perspective quotidienne.
    Nous n’avons donc pas d’autre alternative que de résister pied à pied dans notre comportement au quotidien, parce que tout autre position serait impensable, irresponsable et indigne.
    A la réflexion, je crois qu’il faudra apprendre à mieux composer avec le temps, parce que la sinistre période que nous vivons témoigne, selon toutes vraisemblances, que nous sommes en train de changer de paradigme civilisationnel. J’ai l’intime conviction que ce système tiendra autant qu’il pourra, sans aucun scrupule ni retenue, mais qu’il s’effondra inévitablement sous le poids de ses contradictions. Quand ? Nul ne peut le prédire.

    Il y a des périodes de l’histoire de l’humanité au cours desquelles les hommes conscients souffrent, mais ils sont la petite lueur qui vacille dans l’obscurité et qui pourra éclairer la caverne quand le moment sera venu, si, d’ici là, une guerre nucléaire n’a pas décimé une grande partie du monde vivant.

    J'aime

  4. Laissons a Macron trois mois pour voir ce qu’il vaut:soit il veut vraiment relancer le secteur productif privé,soit il se contente de gérer de bons chiffres.De toutes façons c’est la grande crise financière mondiale qui va décider de ses actes.Je crains que les banques centrales soient aujourd’hui au bout du chemin.Comment faire monter les bourses quand elles auront tout racheté?Peut etre avec les produits dérivés?

    J'aime

  5. ils ne sont pas à la hauteur. Ils ne méritent pas les 34% qu’ils ont eu aux présidentielles, ils ont dépassé les limites de leur compétence.

    les membres du fn sont honnis depuis des annees:cela n’attire pas les competences. regardez toutes ces nouvelles tetes de lrem,eux vont faire une bonne affaire: tous les avantages de la deputation pendant 5 ans vont leur etre acquis apres juste 1 ou 2 ans d’existence de ce mouvement.marine a grandi sous la honte d’etre la fille de son pere pendant des annees:pour quelle recompense?voir un type de 39 ans sorti d’on ne sait ou etre elu president par 20 millions de francais? comment continuer dans ce cas alors que personnellement je suis deja degoute alors que je n’ai quasi rien investi dans ce combat ,uniquement le fait de m’etre deplace pour voter ?
    quand a macron,croire que cela va le gener de travailler avec « Une assemblée de parasites venus profiter de son travail »,je n’y crois pas. je pense que les membres de son mouvement et macron sont du meme bois: des hypocrites qui savent ce qu’ils font et pourquoi ils le font. ils considerent que les moutons sont faits pour etre tondus et que c’est dans l’ordre naturel des choses que les malins exploitent les pigeons.

    J'aime

  6. Cher Monsieur, je partage une fois encore bien de vos idées. Je pense malgré tout que si avenir il y a , il passera par Asselineau, qui a entamé un long chemin que pour ma part je soutiens dans la mesure de mes moyens. Convictions, clarté, etc…, qui lui comparer? Pour ma part, je l’ignore. Et pour évoquer la pauvre MLP, Asselineau au moins a le niveau. Cordialement.

    J'aime

    1. Je suis allée voter UPR. Je pense que M Asselineau est actuellement le seul qui est une véritable alternative à la politique de ces dernières années. Je regrette de ne pas lui avoir donné ma voix au premier tour de l’élection présidentielle.
      Mais finalement, c’est bien que Macron ait la majorité absolue au parlement. Il sera d’une évidence tout aussi absolue que sa politique sera responsable des effets.

      J'aime

  7. Excellent article.

    Moi non plus je n’y suis pas allé, à quoi bon sauver ce qui ne peut plus l’être, à quoi bon sauver une démocratie qui n’en est plus une, à quoi bon sauver un peuple qui n’en est plus un, et qui a décidé d’en finir.

    Ce qui frappe au premier instant comme un symbole écrasant, et qui subsiste, c’est le chiffre… symbole formidable puisque la limite de la majorité absolue est dépassée.

    C’est historique pour une élection de cette importance : l’abstention est élue au premier tour avec plus de 51% des voix (dites “voix-muettes”).

    Dans la perspective historique, selon ce que l’on sait des us & coutumes de la république (avec un petit r) où les participations aux grands scrutins ont toujours été importantes (avec tassement en 2012, comme une réplique du séisme à venir), il s’agit de la première insurrection postmoderne.

    Son premier effet, incommensurable, insaisissable mais pesant de tout son poids, c’est la délégitimation du président à peine élu, dont l’énorme majorité de plus de 400 attachera à ses basques, comme un boulet qui représente le symbole de l’ensemble, une Chambre non seulement “introuvable” mais plus encore, “indicible”, une Chambre-simulacre qui résume toute l’opération.

    Cette illégitimité va peser comme une malédiction des dieux.
    La victoire totale et gargantuesque de dimanche prochain sera le début d’un véritable cauchemar parce que c’est l’installation de l’instabilité totale et paradoxale de leur simulacre sous l’apparence du triomphe démocratique.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s