« Le suffrage censitaire est rétabli », de notre lecteur GUS

La démocratie semble cyclique.

En occident, depuis le 19ème siècle généralisation progressive du suffrage universel, avec des partis de droite et de gauche en tuyaux d’orgue, avec une base et un sommet.

Depuis les années 80, progressivement et selon des modalités différentes selon les pays, des pans entiers de l’électorat sont progressivement éjectés du jeu démocratique.

En France, le FN a rempli cette fonction, parti paria qui permet de neutraliser la contestation.

Aujourd’hui, 1/3 de l’électorat vote aux législative, LREM : 14% des inscrit, 32% des suffrages exprimés, 61% des sièges. Taux d’abstention des ouvriers et employés : 65-69%, cadres : 50% (tout de même, c’est plus ce que c’était cadre)

C’est officiel, le suffrage censitaire est rétabli. C’était en germe depuis longtemps, mais là au moins c’est officiel.

C’est la monarchie de juillet, bientôt la restauration, En Marche vers l’Ancien Régime.

Publicités

Une réflexion sur “« Le suffrage censitaire est rétabli », de notre lecteur GUS

  1. Merci

    Nous sommes plus de deux à faire cette analyse, Monsieur, ci-dessous un extrait d’une itw de Jérôme Sainte Marie sur Figaro Vox
    A vrai dire, ça saute tellement aux yeux, difficile de dire qu’on a pas raison. Le pouvoir et les médias eux-mêmes reconnaissent que ce niveau d’abstention pose un problème

    « Une note du CEVIPOF montre que la composition de la prochaine Assemblée pourrait être plus homogène socialement que jamais. Parmi les candidats LREM, il n’y aurait que 0,2 % d’ouvrier et 0,9% d’employés. Le renouveau se fait-il par le haut?

    Ce travail de Luc Rouban est d’autant plus spectaculaire qu’il montre qu’au même moment la représentation des femmes et des actifs issus du privé s’améliore. On savait que la promotion de la parité et de la diversité pouvait parfaitement s’accommoder d’une aggravation des inégalités sociales, voire en être le paravent. L’offre électorale de ces élections aura été une illustration éloquente de ce phénomène, décrit et expliqué par le chercheur américain Walter Benn Michaels. Nous touchons également à la notion de «société civile». On utilise parfois ce mot comme synonyme d’un «pays réel» qui serait masqué par l’État et le personnel politique. En fait, dans le cadre d’un système représentatif, c’est la politique, et donc les partis, qui permettent parfois la promotion d’élus issus des catégories populaires. Sinon on retombe sans s’en apercevoir, et sans parfois le vouloir, dans un recrutement élitaire. Une entreprise ne se résume pas à sa direction, ni le monde des indépendants aux fondateurs de start-ups. Il est piquant de voir le côté 19e siècle de la situation. On a une participation qui rappelle les grandes heures du suffrage censitaire, et une assemblée qui évoque un peu, mutatis mutandis, les assemblées de notables. Il ne manque même pas les Saint-Simoniens.

    http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2017/06/16/31001-20170616ARTFIG00329-jerome-sainte-marie-une-election-sans-le-peuple.php

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s