Les cauchemars de Draghi

La BCE ne devrait ajuster sa politique monétaire que graduellement, la zone euro ayant toujours besoin d’un soutien monétaire « considérable » en dépit d’une reprise de l’économie et de l’inflation plus soutenue, a dit mardi son président.

Mario Draghi a aussi évoqué de possibles inflexions de la politique monétaire de la BCE, qui allie achats massifs d’actifs et taux ultra-bas, tout en soulignant que d’éventuels changements dépendraient de conditions financières favorables à l’échelle mondiale.

« Avec la poursuite de la reprise de l’économie, une politique monétaire stable deviendra plus accommodante, et la banque centrale peut accompagner la reprise en ajustant les paramètres de ses instruments de politique – non pour rendre l’orientation de la politique monétaire plus restrictive mais pour la maintenir inchangée dans l’ensemble », a dit Mario Draghi qui intervenait à l’occasion du forum annuel de la BCE, à Sintra, au Portugal.

Si vous avez compris ce que je dis, c’est parce que je me suis mal exprimé disait jacques Lacan et sous une autre forme Alan Greenspan.

La transparence a ses limites et ces limites, ce sont celles de la clarté de l’expression. Mais peu importe, car au fond on a compris. On a compris que Draghi veut faire le grand écart dans sa Com, comme il fait le grand écart dans sa politique monétaire entre ce qui est bon pour l’Italie et le Portugal et ce qui est bon pour l’Allemagne.

Aux uns il faut dire soyez rassurés je ne vais pas retirer le bol de punch , aux autres il faut dire mais, non, cela marche, tout va bien notre politique donne des résultats et un jour nous arrêterons.

Une fois de plus nous avons l’illustration que le monstre européen est ingérable tant les situations, tant les besoins divergent.

Il a ajouté que l’inflation demeurait freinée par des chocs sur les cours des matières premières et par l’atonie du marché de l’emploi, ce qui rend nécessaire le maintien du soutien monétaire de la BCE, qui ne se traduira que par une hausse graduelle des prix.

 

« Tous les signaux indiquent désormais un approfondissement et un élargissement de la reprise au sein de la zone euro. Les forces déflationnistes ont été remplacées par des forces reflationnistes », a dit Mario Draghi.  « Toutefois, un degré considérable d’accommodation monétaire reste nécessaire pour que les dynamiques de l’inflation deviennent durables et auto-entretenues. » Draghi aurait pu être plus clair et dire, toutefois comme je ne crois pas un mot de ce que je dis, je ne vais pas prendre le risque de retirer le maquillage maintenant.

On se demande bien ce  que viennent faire les matières premières dans ce galimatias car les cours des matières premières sont mondiaux et donc leur évolution est hors du pouvoir de la BCE: on ne fait pas monter le prix des matières premières mondiales avec un QE de la BCE! Tous les patrons de Banque Centrale l’ont dit: il y a des éléments sur lesquels nous avons une influence et d’autres sur lesquels nous n’en avons pas.

 

« Si ces différentes raisons peuvent retarder la transmission de notre politique monétaire aux prix, elles ne l’empêcheront pas », a dit Draghi.

Les achats d’actifs de la BCE à un rythme de 60 milliards d’euros par mois doivent se poursuivre jusqu’à la fin de l’année et elle devra d’ici là décider si elle les poursuit et selon quelles modalités ou si elle y met un terme.

Draghi n’est pas un magicien, ce n’est même pas un illusionniste, c’est un marchand d’eau de cologne au parapluie sur les marchés, au mieux un marchand de produits de beauté. De maquillage. Il vend du rouge à lèvres, du fond de teint, du rimmel et autres produits de maquillage. C’est bonim(e)nteur, l’ennui c’est qu’il a une planche à billets pour attirer le chaland  et 340 millions de gogos pour l’écouter.

Et si il ne peut retirer le maquillage comme il vient encore de le reconnaître , c’est parce que :

-sous la couche de fond de teint il y a des rides hideuses. Le système euro reste fracturé. Plus que jamais, la convergence ne s’est pas faite.  Malgré les rodomontades de 2012, les fossés sont encore plus profonds. A un point tel que dans les allées du pouvoir européen on prépare une Europe scindée, à deux vitesses.

-les marchés financiers sont à l’affût, ils savent que rien n’est réglé et pire que les choses se sont aggravées alors que les cours de bourse et surtout ceux des fonds d’état européens sont au plus haut. La communauté financière spéculative mondiale attend le signal de l’hallali, c’est à dire le moment ou on va retirer le maquillage.

Il y a une véritable fortune à faire en jouant contre la BCE, en jouant la fin des cosmétiques. Le maquillage c’est le couple taux d’intérêt/liquidité. Les deux marchent ensemble et ils sont unis pour créer un monde Potemkine, un monde totalement faux, partout, mais singulièrement en Europe. Selon ce monde Potemkine, l »Italie, le Portugal, l’Espagne, la France  c’est aussi bien que l’Allemagne, cela mérite la même monnaie, l’euro et les mêmes taux d’intérêt, presque zéro. Le maquillage a rendu tout le monde attirant et rendu équivalent ce qui est très différent. Comme si celui qui prête et celui qui emprunte étaient sur le même plan! Comme si les risques sur celui qui est excédentaire étaient les mêmes que sur celui qui ne survit que parce qu’on fait ses fins de mois .

Ci dessous le miracle du maquillage italien

Quand le maquilage sera retiré, toute une mécanique va s’enclencher et c’est d’elle que Draghi a peur, on comprend qu’il recule:

-les cours des emprunts souverains des pays déficitaires vont chuter

-les investisseurs vont perdre beaucoup d’argent

-les gouvernements et les entreprises vont avoir du mal à se refinancer

-des quantités impressionnantes de jobs vont être perdus et pas seulement dans les secteurs sensibles aux taux, mais dans toute l’économie par contraction en chaine de la demande. Comme on dit les conditions financières vont se resserrer.

Les capitaux étrangers qui sont venus jouer le retard européen par rapport aux USA, vont une fois de plus prendre leur claque!

https://i0.wp.com/themacrotourist.com/images/2017/06/BarronsJun2717.jpg

Accessoirement, les capitaux vont fuir l’Europe car l’euro va tanguer , le dollar va être recherché, les bourses euros qui ont monté sur des achats de gogos ces derniers mois vont subir les dégagements étrangers.

Un vrai cauchemard.

 

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Les cauchemars de Draghi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s