Gattaz à Macron: « surtout ne lachez rien ». Analyse du macronisme.

L’Université d’été du Medef s’ouvre à Jouy-en-Josas , autour du thème « Confiance et croissance, l’avenir c’est la France ! » À cette occasion, Gattaz, le président du Medef, a donné une interview au Parisien. Il met la pression sur  Macron afin qu’il tienne bon sur les réformes. Ceci à deux jours de la présentation des cinq ordonnances qui formaliseront la réforme du Code du travail.

« Ne rien lâcher »

« J’encourage Emmanuel Macron à aller au bout de la réforme du Code du travail »et à « surtout à ne rien lâcher ». « Il est légitime pour la mener à bien. Il l’a mille fois annoncée et cela a été confirmé par les élections présidentielle et législatives »,poursuit  Gattaz. Selon lui, « la France ne doit pas rater cette opportunité », car elle risquerait alors de compromettre la confiance des chefs d’entreprises et son attractivité à l’égard des investisseurs étrangers.

Gattaz invite le président de la République à « ancrer dans la durée sa réforme fiscale » dès le budget 2018. Il salue sa volonté de baisser le taux de l’impôt sur les sociétés (IS) pour le ramener à 25% en 2022, de réformer l’impôt sur la fortune (ISF). Si ces réformes sont effectuées, il s’engage à faire du Medef « le meilleur ambassadeur de France ». Pour ne pas déséquilibrer les comptes publics,  Gattaz invite Macron à baisser les dépenses publiques, « le niveau de la mer » selon lui.

Gattaz craint la chute de popularité de Macron: le fameux Blitzkrieg des réformes que le candidat avait promis est mal en point et sous forme de victoire rapide, la bataille  est déjà perdue. Tout est allé trop vite et Macron aborde la rentrée en position non pas offensive mais défensive.

Macron a soigneusement évité en France d’énoncer son diagnostic et ses remèdes face à la situation française, mais il l’a fait à l’étranger. Et vu sous l’angle du Medef et des économistes classiques de l’establishment, ce que dit Macron tient la route et on peut même dire que cela est cohérent. Ce qui explique les espoirs mis en lui et le soutien patronal , plutôt le soutien du très Grand Patronat Financiarisé. Pas celui des patrons de  PME et TPE qui sont encore dans la mystification, ils n’ont pas encore compris qu’ils allaient être les victimes du macronisme.

Mais un avertissement s’impose: nous ne sommes pas du bord de Macron, pour nous c’est l’ultra financiarisation, l’aboutissement de l’évolution au profit des ultra riches et des financiers. C’est clair. Mais cela ne nous empêche pas d’analyser le macronisme à la lueur des thèses de l’establishment financiarisé qui l’a sponsorisé , à la lueur des théories des dominants. Il y a un fossé entre reconnaître la cohérence interne du macronisme et considérer qu’il est adéquat, fondé, efficace, juste.

Macron a un diagnostic

Macron a un plan de redressement, ce qui n’était ni le cas de Sarkozy ni celui de Hollande qui eux, avaient des plans politiques voire politiciens. La plan de Macron s’inscrit dans l’évolution des dernières décennies , c’est à dire dans la logique du début des années 80; celle qui a constaté:

-la tendance au ralentissement de la croissance,

-la chute de la dynamique capitaliste

– la chute de l’investissement, de la productivité

-la tendance à la baisse de la profitabilité par rapport à la masse de capital,  qui prétend à sa mise en valeur

L’analyse de Macron est moderne en ce sens qu’il est directement branché sur les débats actuels les plus sophistiqués sur la croissance lente, la chute de la productivité, les réformes et ce qui est plus particulier, l’existence d’un capital zombie identifié  par l’OCDE comme  un boulet. Peut-être même a t- il conscience, mais il n’en parle pas, de l’existence d’un capital fictif,  de poids mort comme nous l’appelons, d’un capital-papier, financier qui vient ponctionner sur la profitabilité générale.

La philosophie économique de Macron ressort  de l’anlayse de ses propositions éparses : la France est  en retard dans l’évolution globale, et c’est en euthanasiant les parties mortes,  en libérant les énergies,  et en favorisant  l’innovation que l’économie française pourra se remettre au niveau.

 

France 1960-2015. Taux de croissance annuels: une évolution intenable, suicidaire !

Les causes de la médiocrité de la croissance identifiées par les économistes classiques bien pensants sont la chute de la productivité du travail, la chute de la productivité globale, et une évolution des coûts salariaux inadéquate en regard de la compétition internationale. Alors qu’ailleurs les salaires ont baissé plus vite que les gains de productivité  grâce à la concurrence mondiale, en France les rigidités de l’exception française  ont empêché cette baisse.

La France a un retard dans la pression sur les coûts salariaux et le macronisme entend rattraper ce retard. Pour parler cyniquement, la France a un retard dans l’aggravation de l’exploitation des salariés qui est devenue une nécessité pour le système depuis le début des années 80. Il faut, en effet, compte tenu du ralentissement de la croissance, de l’alourdissement du poids du capital  et de l’atonie de la productivité, que la part des salaires baisse dans les valeurs ajoutées nationales. En  passant ceci explique que pour compenser la pression sur les salaires, il faille inflater les endettements!  Tout ceci afin de compenser l’érosion du taux de profitabilité qui est le ratio entre les profits et la masse de capital qui défend ses droits. On doit monter la part des profits dans les prix de vente afin de maintenir la profitabilité du capital total engagé.

Le macronisme vise six  choses au moins:

-favoriser la destruction de ce qui n’est pas au niveau ou est le fruit d’une rente, la fameuse destruction créatrice

-essayer de remonter les gains  de productivité, essayer de relancer l’investissement, la modernisation, y compris par l’accueil de capitaux étrangers

-augmenter la part des profits dans la valeur ajoutée nationale pour la remonter vers le niveau mondial

-baisser le coût de reproduction de la main d’oeuvre en réduisant certains coûts comme le logement, les transports, la santé en sacrifiant les vieux fonds de commerce en un mot.

-réorienter vers l’exportation pour compenser les pressions sur la demande interne issue de la sur-exploitation de la main d’oeuvre domestique privée de gains de pouvoir d’achat.

-réformer la fiscalité dans un sens favorable au capital, voire à l’épargne , à l’investissement productif et un peu au crédit.

En fait, la France doit faire un rattrapage car elle n’a pas fait ce qui a été fait ailleurs, chez ses concurrents et rivaux depuis le début des années 80. Chirac, Sarkozy et Hollande ont péché par immobilisme, voire en organisant la régression.

La France a un retard en matière de progression des inégalités, de destruction des classes moyennes, de création de dette et de progression de parts de marché à l’export, et c’est certainement ce qui explique une partie de sa médiocre performance en matière d’emploi , de comptes publics  et de comptes extérieurs.

 

Une tendance mondiale lourde à l’érosion de la dynamique économique 

Part des salaires dans le revenu national, la chute est une tendance mondiale et la France est en retard sur ce point.  

En %. Économies avancées. Source : FMI 

Le macronisme n’est pas une nouveauté, une modernité, c’est une aggravation:

Nous disons que le macronisme est non pas un changement mais une poursuite: il s’inscrit dans la financiarisation, dans son accentuation et dans la régression sociale, au moins à moyen terme. Au dela, tout dépend ou dependrait de sa réussite. On comprend très bien que Gattaz lui dise »ne lâchez rien ».

Il s’inscrit également dans la droite ligne des politiques des élites, des Très Grandes Entreprises Financiarisées,  et surtout celles des banques centrales: il s’agit de protéger le capital fictif qui s’est accumulé par le crédit, de maintenir en vie le stock de dettes et donc de protéger  le poids mort.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

Publicités

Une réflexion sur “Gattaz à Macron: « surtout ne lachez rien ». Analyse du macronisme.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s