Commentaire sur « moi j’aime Macron »

Christian Coste

Je comprends assez bien votre sympathie pour le « courage » de Macron. Mais est-ce véritablement du courage, en régime démocratique, de prendre à rebrousse-poils les électeurs ? Il est vrai que nous ne sommes plus en démocratie depuis fort longtemps. Je trouve, pour ma part, que c’est plus de la morgue que du courage.

Je ne souhaite pas discuter votre propos, car je partage votre dépit devant le comportement et l’instabilité des citoyens qui n’en sont plus vraiment. Mais qu’ont-ils fait depuis des décennies pour élever le niveau de compréhension des citoyens ? Leur école « progressiste » s’est-elle donnée pour mission de cultiver les vertus du « peuple », afin de le mettre à la hauteur de l’exigence démocratique ?

Pour ma part, je ne me lamente plus sur le niveau du citoyen moyen, parce que je crois que nous avons tourné une page de l’histoire et que les chances d’une ressaisie sont très faibles. Pourquoi s’étonner que les électeurs (terme que je préfère, en l’état actuel de rupture des consensus, à celui de français) renâclent à la plupart des initiatives des politiciens, alors qu’on ne les respecte pas depuis bien longtemps ? Ils ont le retour de ce qu’ils méritent ; ils détournent la démocratie et ils voudraient, en plus, que nous soyons responsables, à l’écoute, confiants, reconnaissants, complaisants ?

J’appartenais, il y a déjà longtemps, au camp des inconscients qui se voulaient socialement et personnellement responsables, mais aujourdh’ui je campe dans une résistance tous azimuts. Tant que nous ne serons pas respectés, je n’adhérerai à plus aucune de leurs actions.

Ceci étant, Macron a-t-il, à ce stade de son mandat, d’autres opportunités que celle qui consiste à déclarer que les français n’aiment pas les réformes, tant il est vrai qu’avec 15% de personnes supposées favorables aux réformes (attention, le terme réforme est idéologiquement très connoté) ça ne peut pas faire une majorité, même avec beaucoup de propagande. Quand vous êtes élu avec environ 15% des électeurs inscrits, il est évident que vous n’avez aucune marge de manoeuvre pour réformer (vous l’avez vous-même reconnu, avant même son élection).

Alors, trois possibilités sont à sa portée : soit piloter à la Hollande (contente-toi de croire ce que je dis, et laisse-moi faire), soit profiter du bon temps pendant cinq ans, soit aller jusqu’au bout de l’idéologie technocratique : au diable les électeurs, on ne va pas se laisser arrêter en si bon chemin, parce qu’ils sont tellement nuls ; qu’ils marchent ou qu’ils crèvent !

En tout état de cause, le score du candidat populiste au second tour des présidentielles les a convaincus qu’ils disposent des moyens pour forcer les électeurs et ils ne s’en priveront pas tant qu’il n’y aura pas de retour de bâton. Et peut-être n’y en aura-t-il pas.

Commentaire:

J’apprécie votre texte et je vous en remercie.

En revanche je n’apprécie pas le courage de Macron et donc je le précise.

Je récuse l’argument de Moscovici et du Medef qui disent que c’est un bon chef car il a du courage…le courage de déclarer la guerre à son peuple.

C’est une singulière conception de la politique que celle qui considère que faire la guerre à son peuple est courageux! Macron a repris la stratégie de Fillon exposée devant le Medef, stratégie du Blitzkrieg contre les Français.

Faire la guerre aux Français n’est ni courageux ni intelligent.

Le courage aurait consisté à dire la vérité, à l’exposer en détail et à accepter le débat lors des élections, afin qu’il n’y ait nulle équivoque. Macron savait que ses réformes allaient provoquer des réticences et le courage aurait été de les affronter avant, pas après.  Macron a, en France, pas à l’étranger,  escamoté le contenu de sa politique, le courage aurait été de le mettre en avant et d’en faire débat.

L’intelligence aurait été de reconnaître que le refus des Français de  réformer était une donnée de la situation et de  découvrir la voie pour leur faire accepter les réformes en toute connaissance de cause. Le génie d’un politicien de qualité serait là, dans la capacité à résoudre ce problème: il faut réformer mais comment le faire sans tricher, sans tromper, sans manoeuvres qui faussent le consentement.

Le courage et l’intelligence consistent à traiter les problèmes et le problème se formulait comme suit: comment procéder aux réformes avec le consentement d’une majorité républicaine.

Vous évoquez un sujet que j’ai à coeur : la baisse de la conscience politique du pays, la régression de l’intelligence. Vous évoquez à juste titre les affaissements qui conduisent à la baisse du niveau de compréhension des Français, école, médias, propagande, mystifications, enfumages etc Je soutiens d’ailleurs que le remplacisme a entre autres pour objectif non formulé et à peine conscient, de faire baisser en continu le niveau de conscience politique du pays et de faire reculer l’intelligence moyenne. Les banlieues sont l’avenir de la France en  matière d’achats de Nike et de drogue, c’est vrai., mais je ne ferai pas sur elles le fameux pari de l’intelligence de Chevènement.   L’affaissement moyen permet  de s’installer dans un régime de démocratie purement formelle vidée de tout contenu. C’est un moyen de dénaturer la démocratie, de massifier et bien sur d’assouplir les échines.

Cette politique qui consiste à tirer vers le bas, produit des conséquences non voulues que vous soulignez: le peuple ne répond plus aux sollicitations du pouvoir , il est ingouvernable, il s’enfonce et devient non manoeuvrable. Le lien qui permet la transmission entre le pouvoir et les citoyens est de plus en plus ténu, il se réduit à une expression de plus en plus simple. Le peuple est de plus en plus court-termiste, seul le présent compte, il est veule, obsédé par la consommation et de moins en moins par le collectif, l’avenir, le futur. Ceux qui pensent encore, ceux qui se sentent citoyens , se perdent dans des combats douteux, ils se fourvoient, ils renoncent  et donc ils ne contribuent plus au bon fonctionnement politique du pays.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s