La baisse du dollar est un conundrum.

La baisse du dollar est un conundrum. Elle étonne. Elle est favorable aux marchés financiers car elle correspond à un assouplissement des conditions financières mondiales en particulier pour les émergents, alors que le changement de régime monétaire en cours est censé favoriser un petit resserrement des conditions financières! La baisse du dollar peut être considérée comme un signe que le cycle de hausse des taux et réduction de la taille du bilan des banques centrales sera réduit à sa plus simple expression.

Certes la hausse qui a suivi l’élection de Trump était une erreur , les anticipations des trumponomics n’étaient pas réalistes et son début de mandat inspire tout sauf la confiance, mais on va au delà de la correction de anticipations erronées. Voir graphique.

Le décalage que l’on croyait déceler dans les cycles conjoncturels globaux se sont inversés, au lieu de croître plus vite que les autres, les USA sont à la traîne; même l’activité japonaise est repartie alors que les indicateurs américains comme l’ECRI donnent des indications mitigées.

Les doutes s’installent sur la possibilité pour la Fed de monter ses taux administrés sans risque, tandis que les problèmes politiques de Trump alimentent les incertitudes. On a peur pour le plafond de la dette, on a enfin compris qu’aucune réforme fiscale d’ampleur n’était possible et les taux longs en tiennent compte. La pente des taux s’aplatit ce qui est de mauvaise augure.

La conviction s’installe que la reprise américaine ne saurait se prolonger encore longtemps.

Et puis l’euro est fort:

-l’activité connait une embellie

-le redressement de l’inflation est plus net en Europe qu’aux USA

-les craintes politiques ont cessé de retenir l’attention

-malgré les tergiversations de Draghi, on a l’impression que les achats de titres vont ralentir et les taux remonter

-en 2018 certains croient à une reprise du pouvoir au sein de la BCE par les Allemands avec le départ de Draghi et les espoirs d’une nomination de Weidmann.

Tout ceci ne nous convainc guère. 

Nous considérons que nous sommes maintenant sur des seuils aussi bien pour la parité avec l’euro autour des 1,20 que pour le dollar index autour des 91. Le marché marque une pause et hésite à aller plus loin.

Nous sommes sceptiques sur la poursuite de l’embellie économique globale car nous doutons de la soutenabilité de la demande mondiale: elle est dopée par le crédit impulse chinois qui ne saurait durer. Mais il convient de rester prudent dans les anticipations car la Chine peut surprendre dans tous les sens.

Vue longue des mouvements du dollar:

;

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s