Ma théorie de la valeur moderne des actifs financiers. Doc Turgot sur la valeur

Turgot qui est l’un des plus grands penseurs de l’économie, un très grand précurseur, ne pensait pas que l’on puisse établir une monnaie en escamotant l’objet qui en constituait « le gage ». A juste titre il était opposé au Système de john Law.

Les signes monétaires, pour lui ne peuvent que re-présenetr une réalité que ce soit de l’or, de l’argent ou des marchandises.

L’opération de 1971 de suppression de la référence à l’or, puis celle de 1973 qui institue les changes flottants consistent en un escamotage des objets qui servent de référence au dollar d’abord et à toutes les monnaies ensuite.

Les monnaies sont des-ancrées, elle ne valent plus objectivement que ce que l’on croit qu’elles valent. Les monnaies, actifs financiers à maturité zéro, ont cessé à partir de là de re-présenter le monde, elles ne re-présentent rien d’autre que la subjectivité, c’est à dire l’offre et la demande.

C’est l’offre et la demande qui fixent la valeur du dollar: il vaut parce que l’on en veut. Elles deviennent pure construction symbolique qui n’exprime rien d’autre que le désir des utilisateurs. Bien entendu cela exprime un état de l’histoire, un état du monde qui fait que les Etats-Unis c’est l’Empire et qu’ils sont les plus puissants, on a besoin de leur monnaie, on ne peut s’en passer.

Nixon n’aurait pas pu procéder à ce des-ancrage de la monnaie si les USA n’avaient été la puissance dominante, celle qui maintenait l’ordre du monde. Donc cette monnaie des-ancrée s’inscrit dès le départ comme une manifestation de puissance et en même temps de faiblesse car c’est à la suite d’une demande colossale d’or de la part des britanniques que Nixon quelques jours plus tard a prononcé l’inconvertibilité.

La monnaie des-ancrée est née d’une sorte de faillite, de l’impossibilité à honorer ses engagements , de l’impossibilité à rembourser ses dettes autrement qu’en monnaie de singe. L’objet de la monnaie, son référent étant rayé de l’équation, ce qui n’était qu’un signe, un symbole, le dollar change de nature, il devient réalité, et même la seule réalité puisqu’il a rayé de la carte son objet, son référent, l’or. Il devient une entité toute puissante, sans histoire, sans contexte car il a coupé les liens qui le rattachaient au Réel, à l’objet, au travail puisque l’or c’est un travail cristallisé. Il a même coupé le lien avec la finitude et la rareté.

Le monde bascule c’est ce qu’il faut comprendre maintenant, il bascule, il a basculé: la valeur travail, le travail cristallisé cessent d’être la base de toute valeur, ils sont remplacés par le désir, le besoin, l’obligation d’avoir des dollars. Le monde monétaire se réduit à une combinatoire de motivations a détenir ou à ne pas détenir des dollars. C’est important de le comprendre et de s’en souvenir à notre époque marquée par la volonté non dissimulée des pays « rogues », Chine, Russie, Iran , Venezuela, de se passer du dollar car les USA abusent du pouvoir qu’il leur confère: embargos, procès, amendes etc.

Ainsi a été créée une nouvelle monnaie, une nouvelle entité symbolique qui a le pouvoir de re-présenter, de condenser le désir et le besoin d’avoir ou d’utiliser des dollars.

Comme il se doit, toute limite a donc été supprimée à la création de dollars, la statue du commandeur que constituait l’or a été déboulonnée. Le dollar libre, libéré est né sous le signe de la faillite américaine, le signe de son impossibilité à rembourser et il va servir à continuer dans la même voie: c’est dire contribuer à  créer toujours plus de monnaie, de crédit et de dettes. Né sous les auspices de l’absence de discipline, il va perpétuer cette absence de discipline par construction et motivation; c’est sa raison d’être! .

Mais ces dollars qui résultent des excès du crédit américain et du laxisme de la politique de la Fed sont accumulés en dehors des Etats- Unis et il faut bien en faire quelque chose, on ne va les laisser dormir. Donc on les recycle, (Bretton Woods II)  on les renvoie aux USA ou ils rapportent un intérêt, un profit.

Le système s’équilibre grâce aux retour des dollars vers les USA et grâce aux achats que les étrangers qui en détiennent font des dettes américaines , des dettes du Trésor, des dettes des entreprises, des dettes de sociétés hypothécaires, des actions du S&P 500 etc. Vous avez compris. Ce qui était du dollar, c’est à dire un actif financier a maturité zéro, devient donc un actif financier  placé plus long, il devient un actif financier à maturité plus longue, un actif que j’appelle un  money-like, un avatar des dollars qui ont servi à les acheter. L’excès de dollars mute, glisse et se transforme en un excès de quasi-dollars, un excès d’actifs financiers américains.

La crise américaine de  2008 est exactement semblable à celle de 1971, il y a trop de dettes, trop de promesses  dans le système américain. Il y a trop de créances, on a promis trop de choses que l’on ne peut tenir. C’est une crise d’excès d’émission, une crise d’un excès de liabilities  que l’on ne peut honorer, les objets  qui sont sous jacents, les objets qui sont re-présentés par les titres acquis par les étrangers ne sont pas suffisants. Il y a rareté des objets,  rareté des réalités qui sont signifiées dans les titres financiers, dans les valeurs mobilières.

L’objet des dollars en 1971 était l’or, l’objet des quasi dollars en 2008, c’était la masse de crédit US, la masse de papiers quasi dollars, quasi monnaie. Les USA ont trop promis, ces promesses sont intégrées dans les cours de Bourse des obligations, des fonds d’état, des actions. Les Etats Unis  ne peuvent faire face et tenir leurs engagements.  A votre avis que vont ils faire ? Ils vont faire comme ils l’ont fait en 1971!  De la même façon qu’ils ont des-ancré le dollar ils vont des-ancrer les quasi dollars, les valeurs mobilières , les promesses papier!

Le processus qui a servi à faire face à la faillite en 1971 est utilisé en 2008 mais cette fois il est utilisé à l’égard des avatars du dollar, les quasi-dollars que sont les dettes, les créances, les actions, etc.

Bien entendu tout cela n’est pas dit et n’est même pas compris clairement, mais les mêmes causes produisant les mêmes effets , la poursuite des excès et des déficits américains qui a produit le des-ancrage du dollar en 1971 a produit le des-ancrage des valeurs mobilières,de la bourse  depuis 2008!

On a séparé l’ombre du corps de la monnaie, on a séparé le dollar de l’or et donc on a séparé l’ombre du corps des valeurs mobilières: elles sont détachées des réalités économiques, elles flottent.

La mise à zéro des taux, les achats de titres à long terme, la progression inexorable des valorisations des assets papiers, tout cela est la manifestation du des-ancrage. Les valeurs mobilières américaines, comme le fut le dollar sont libérées. Elles valent ce que disent l’offre et la demande, elles n’ont plus d’objet. Plus de valeur de fond, plus de valeur fondamentale. Etant libérées, elles ne sont plus surévaluées, elles sont en dehors du système des évalutions, elles sont ailleurs, elles sont dans un autre monde. Cet autre monde nous l’avons nommé, c’est le monde du jeu, au sens fort du mot « jeu ». Jouer c’est abandonner le sérieux;  jouer c’est attribuer au réel des significations qui se plient au bon vouloir des  sujets jouant et surtout au bon vouloir de celui qui commande le jeu…

Turgot: Valeurs et monnaies

(Projet d’article, 1769)

(Les mesures. – Les diverses espèces de monnaie. La valeur : pour l’homme isolé; dans l’échange.)

La monnaie a cela de commun avec toutes les espèces de mesures, qu’elle est une sorte de langage qui diffère, chez les différents peuples, en tout ce qui est arbitraire et de convention, mais qui se rapproche et s’identifie, à quelques égards, par ses rapports, à un terme ou étalon commun.

Ce terme commun qui rapproche tous les langages, et qui donne à toutes les langues un fond de ressemblance inaltérable malgré la diversité des sons qu’elles emploient, n’est autre que les idées mêmes que les mots expriment, c’est-à-dire les objets de la nature représentés par les sens à l’esprit humain et les notions que les hommes se sont formées en distinguant les différentes faces de ces objets et en les combinant en mille manières.

C’est ce fond commun, essentiel à toutes les langues indé-[80]pendamment de toute convention, qui fait qu’on peut prendre chaque langue, chaque système de conventions adoptées comme les signes des idées, pour y comparer tous les autres systèmes de conventions, comme on les comparerait au système même des idées qu’on peut interpréter dans chaque langue, ce qui a été originairement exprimé dans toute autre, qu’on peut en un mot traduire.

Le terme commun de toutes les mesures de longueur, de superficie, de contenance, n’est autre que l’étendue même, dont les différentes mesures adoptées chez différents peuples ne sont que des divisions arbitraires, qu’on peut pareillement comparer et réduire les unes aux autres.

On traduit les langues les unes par les autres; on réduit les mesures les unes aux autres. Ces différentes expressions énoncent deux opérations très différentes.

Les langues désignent des idées par des sons qui sont en eux-mêmes étrangers à ces idées. Ces sons, d’une langue à l’autre, sont entièrement différents et, pour les expliquer, il faut substituer un son à un autre son : au son de la langue étrangère, le son correspondant de la langue dans laquelle on traduit. Les mesures, au contraire, ne mesurent l’étendue que par l’étendue même. Il n’y a d’arbitraire et de variable que le choix de la quantité d’étendue qu’on est convenu de prendre pour l’unité, et les divisions qu’on a adoptées pour faire connaître les différentes mesures. Il n’y a donc point de substitution à faire d’une chose à une autre; il n’y a que des quantités à comparer et des rapports à substituer à d’autres rapports.

Le terme commun auquel se rapportent les monnaies de toutes les nations est la valeur même de tous les objets de commerce qu’elles servent à mesurer. Mais cette valeur, ne pouvant être désignée que par la quantité même des monnaies auxquelles elle correspond, il s’ensuit qu’on ne peut évaluer une monnaie qu’en une autre monnaie: de même qu’on ne peut interpréter les sons d’une langue que par d’autres sons.

Les monnaies de toutes les nations policées étant faites des mêmes matières, et ne différant entre elles, comme les mesures, que par les divisions de ces matières et par la fixation arbitraire de ce qu’on regarde comme l’unité, elles sont susceptibles, sous ce point de vue, d’être réduites les unes aux autres, ainsi que les mesures usitées chez les différentes nations.

[81] Nous verrons, dans la suite, que cette réduction se fait d’une manière très commode, par l’énonciation de leur poids et de leur titre.

Mais cette manière d’évaluer les monnaies par l’énonciation du poids et du titre ne suffit pas pour faire entendre le langage du commerce par rapport aux monnaies. Toutes les nations de l’Europe en connaissent deux sortes. Outre les monnaies réelles comme l’écu, le louis, le crown, la guinée, qui sont des pièces en métal, marquées d’une empreinte connue, et qui ont cours sous ces dénominations, elles se sont fait chacune une espèce de monnaie fictive, qu’on appelle de compte ou numéraire dont les dénominations et les divisions, sans correspondre à aucune pièce de monnaie réelle, forment une échelle commune à laquelle on rapporte les monnaies réelles, en les évaluant par le nombre de parties de cette échelle auxquelles elles correspondent. Telle est en France la livre de compte ou numéraire, composée de vingt sous, et dont chacun se subdivise en douze deniers. Il n’y a aucune pièce de monnaie qui réponde à une livre; mais un écu vaut trois livres; un louis vaut vingt-quatre livres, et l’énonciation de la valeur de ces deux monnaies réelles en une monnaie de compte établit le rapport de l’écu au louis comme d’un à huit.

Ces monnaies de compte n’étant, comme on voit, que de simples dénominations arbitraires, varient de nation à nation, et peuvent varier, dans la même nation, d’une époque à une autre époque.

Les Anglais ont aussi leur livre sterling, divisée en vingt sous ou schellings, lesquels se divisent en douze deniers ou pence. Les Hollandais comptent par florins, dont les divisions ne correspondent point à celles de notre livre.

Nous avons donc à faire connaître, dans la géographie commerçante, non seulement les monnaies réelles de chaque nation et leur évaluation en poids et en titre, mais encore les monnaies de compte employées par chaque nation, les rapports de cette monnaie de compte avec les monnaies réelles qui ont cours dans la nation, et le rapport qu’ont entre elles les monnaies de compte des différentes nations.

Le rapport de la monnaie de compte à la monnaie réelle de chaque nation se détermine en énonçant la valeur des monnaies réelles en monnaie de compte du même pays : du ducat en flo-[82]rins, de la guinée en schellings et deniers sterling, du louis et de l’écu en livres tournois.

Quant au rapport qu’ont entre elles les monnaies de compte usitées chez les différentes nations, l’idée qui se présente d’abord est de le conclure du rapport des monnaies de compte de chaque pays aux monnaies réelles, et de la connaissance du poids et du titre de celles-ci. En effet, connaissant le poids et le titre d’un crown d’Angleterre et le poids et le titre d’un écu de France, on connaît le rapport du crown à l’écu de France, et sachant combien l’écu vaut de deniers tournois, on en déduit ce que vaut le crown en deniers tournois et, comme on sait aussi ce que vaut le crown en deniers sterling, on sait que tel nombre de deniers sterling équivaut à tel nombre de deniers tournois et l’on a le rapport de la livre sterling à la livre tournois.

Cette manière d’évaluer les monnaies de compte des différentes nations par leur comparaison avec les monnaies réelles de chaque nation, et par la connaissance du poids et du titre de celles-ci, ne serait susceptible d’aucune difficulté s’il n’y avait des monnaies que d’un seul métal, d’argent, par exemple, ou si la valeur relative des différents métaux employés à cet usage, de l’or, par exemple, et de l’argent, était la même chez toutes les nations commerçantes, c’est-à-dire si un poids quelconque d’or fin, un marc par exemple, valait exactement un nombre de grains d’argent fin qui fût le même chez toutes les nations. Mais cette valeur relative de l’or et de l’argent varie suivant l’abondance ou la rareté relative de ces deux métaux chez les différentes nations.

Si, dans une nation, il y a treize fois plus d’argent qu’il n’y a d’or, et qu’en conséquence on donne 13 marcs d’argent pour avoir un marc d’or, on donnera 14 marcs d’argent pour un marc d’or chez une autre nation où il y aura 14 fois plus d’argent qu’il n’y a d’or. Il suit de là que si, pour déterminer la valeur des monnaies de compte de deux nations où l’or et l’argent n’ont pas la même valeur relative, pour évaluer, par exemple, la livre sterling en livres tournois, on emploie pour terme de comparaison les monnaies d’or, on n’aura pas le même résultat que si l’on se fût servi des monnaies d’argent. Il est évident que la véritable évaluation se trouve entre ces deux résultats; mais, pour la déterminer avec une précision entièrement rigoureuse, il faudrait faire entrer dans la solution de ce [83] problème une foule de considérations très délicates. Cependant, le commerce d’argent de nation à nation, toutes les négociations relatives à ce commerce, la représentation de la monnaie par les papiers de crédit, les opérations du change, des banques, supposent ce problème résolu.

Le mot de monnaie, dans son sens propre, originaire et primitif, qui répond exactement au latin moneta, signifie une pièce de métal d’un poids et d’un titre déterminés et garantis par l’empreinte qu’y a fait apposer l’autorité publique. Rapporter le nom, désigner l’empreinte, énoncer le poids et le titre de chaque monnaie des différentes nations en réduisant ce poids au poids de marc, c’est tout ce qu’il y a à faire pour donner une idée nette des monnaies considérées sous ce premier point de vue.

Mais l’usage a donné à ce mot de monnaie une acception plus abstraite et plus étendue. On divise les métaux en pièces d’un certain poids; l’autorité ne garantit leur titre par une empreinte que pour qu’on puisse les employer d’une manière commode et sûre dans le commerce, pour qu’ils y servent à la fois de mesures des valeurs et de gage représentatif des denrées; il y a plus, l’on n’a songé à diviser ainsi les métaux, à les marquer, à en faire, en un mot, de la monnaie,que parce que déjà ces métaux servaient de mesure et de gage commun de toutes les valeurs.

La monnaie n’ayant pas d’autre emploi, ce nom a été regardé comme désignant cet emploi même; et, comme il est vrai de dire que la monnaie est la mesure et le gage des valeurs, comme tout ce qui est mesure et gage des valeurs peut tenir lieu de la monnaie, on a donné le nom de monnaie dans un sens étendu à tout ce qui est employé à cet usage.

C’est dans ce sens qu’on dit que les cauris sont la monnaie des îles Maldives que les bestiaux étaient la monnaie des Germains et des anciens habitants du Latium; que l’or, l’argent et le cuivre sont la monnaie des peuples policés; que ces métaux étaient monnaies avant qu’on eût imaginé d’en désigner le poids et le titre par une empreinte légale.

C’est dans ce sens qu’on donne aux papiers de crédit qui représentent les monnaies, le nom de papier-monnaie. C’est dans ce sens enfin que le nom de monnaie convient aux dénominations purement abstraites qui servent à comparer entre elles toutes les valeurs et celles même des monnaies réelles, et qu’on dit monnaie de compte, monnaie de banque, etc.

[84] Le mot de monnaie, en ce sens, ne doit jamais se traduire par le mot latin moneta, mais par celui de pecunia, auquel il correspond très exactement.

C’est dans ce dernier sens, c est comme mesure des valeurs et gage des denrées, que nous allons envisager la monnaie, en suivant la marche de son introduction dans le commerce et les progrès qu’a faits chez les hommes l’art de mesurer les valeurs.

Avant tout, il est nécessaire de se faire une idée nette de ce qu’on doit entendre ici par ce mot valeur.

Ce substantif abstrait, qui répond au verbe valoir, en latin valere, a dans la langue usuelle plusieurs significations qu’il est important de distinguer.

Dans le sens originaire que ce mot avait dans la langue latine, il signifiait force, vigueur; valere signifiait aussi se bien porter, et nous conservons encore en français ce sens primitif dans les dérivésvalide, invalide, convalescence. C’est en partant de cette acception, où le mot valeur signifiait force, qu’on en a détourné le sens pour lui faire signifier le courage militaire, avantage que les anciens peuples ont presque toujours désigné par le même mot, qui signifiait la force du corps.

Le mot valoir a pris dans la langue française un autre sens fort usité, et qui, quoique différent de l’acception qu’on donne dans le commerce à ce mot et à celui de valeur, en est cependant la première base.

Il exprime cette bonté relative à nos besoins par laquelle les dons et les biens de la nature sont regardés comme propres à nos jouissances, à la satisfaction de nos désirs. On dit qu’un ragoût ne vaut rien quand il est mauvais au goût, qu’un aliment ne vaut rien pour la santé, qu’une étoffe vaut mieux qu’une autre étoffe, expression qui n’a aucun rapport à la valeur commerçable, et signifie seulement qu’elle est plus propre aux usages auxquels on la destine.

Les adjectifs mauvais, médiocre, bon, excellent, caractérisent les divers degrés de cette espèce de valeur. Il est cependant à observer que le substantif valeur n’est pas à beaucoup près aussi usité en ce sens que le verbe valoir. Mais si l’on s’en sert, on ne peut entendre par là que la bonté d’un objet relativement à nos jouissances.

Quoique cette bonté soit toujours relative à [85] nous, nous avons cependant en vue, en y appliquant le mot de valeur, une qualité réelle, intrinsèque à l’objet et par laquelle il est propre à notre usage.

Ce sens du mot valeur aurait lieu pour un homme isolé, sans communication avec les autres hommes.

Nous considérerons cet homme n’exerçant ses facultés que sur un seul objet; il le recherchera, l’évitera ou le laissera avec indifférence. Dans le premier cas, il a sans doute un motif de rechercher cet objet : il le juge propre à sa jouissance; il le trouvera bon, et cette bonté relative pourrait absolument être appelée valeur. Mais cette valeur,n’étant point comparée à d’autres valeurs, ne serait point susceptible de mesure, et la chose qui vaut ne serait point évaluée.

Si ce même homme a le choix entre plusieurs objets propres à ses usages, il pourra préférer l’un à l’autre, trouver une orange plus agréable que des châtaignes, une fourrure meilleure pour le défendre du froid qu’une toile de coton : il jugera qu’une de ces choses vaut mieux qu’une autre; il comparera dans son esprit, il appréciera leur valeur. Il se déterminera; en conséquence, à se charger des choses qu’il préfère et à laisser les autres.

Le sauvage aura tué un veau qu’il portait à sa cabane : il trouve en son chemin un chevreuil; il le tue et il le prend à la place du veau, dans l’espérance de manger une chair plus délicate. C’est ainsi qu’un enfant qui a d’abord rempli ses poches de châtaignes, les vide pour faire place à des dragées qu’on lui présente.

Subjectivité de la valeur 

Voilà donc une comparaison de valeurs, une évaluation des différents objets dans ces jugements du sauvage et de l’enfant; mais ces évaluations n’ont rien de fixe, elles changent d’un moment à l’autre suivant que les besoins de l’homme varient. Lorsque le sauvage a faim, il fera plus de cas d’un morceau de gibier que de la meilleure peau d’ours; mais, que sa faim soit satisfaite et qu’il ait froid, ce sera la peau d’ours qui lui deviendra précieuse.

Le plus souvent, le sauvage borne ses désirs à la satisfaction du besoin présent et, quelle que soit la quantité des objets dont il peut user, dès qu’il en a pris ce qu’il lui faut, il abandonne le reste, qui ne lui est bon à rien.

réserve de valeur

L’expérience apprend cependant à notre sauvage que, parmi [86] les objets propres à ses jouissances, il en est quelques-uns que leur nature rend susceptibles d’être conservés pendant quelque temps et qu’il peut accumuler pour les besoins à venir : ceux-là conservent leur valeur, même lorsque le besoin du moment est satisfait. Il cherche à se les approprier, c’est-à-dire à les mettre dans un lieu sûr où il puisse les cacher ou les défendre. On voit que les considérations qui entrent dans l’estimation de cette valeur, uniquement relative à l’homme qui jouit ou qui désire, se multiplient beaucoup par ce nouveau point de vue qu’ajoute la prévoyance au premier sentiment du besoin.

Lorsque ce sentiment, qui d’abord n’était que momentané, prend un caractère de permanence, c’est alors que l’homme commence à comparer entre eux ses besoins, à proportionner la recherche des objets, non plus uniquement à l’impulsion rapide du besoin présent, mais à l’ordre de nécessité et d’utilité des différents besoins.

Quant aux autres considérations par lesquelles cet ordre d’utilité plus ou moins pressante est balancé ou modifié, une des premières qui se présente est l’excellence de la chose, ou son aptitude plus ou moins grande à satisfaire le genre de désir qui la fait rechercher. Il faut avouer que cet ordre d’excellence rentre un peu, par rapport à l’estimation qui en résulte, dans l’ordre d’utilité, puisque l’agrément de la jouissance plus vive que produit ce degré d’excellence est lui-même un avantage que l’homme compare avec la nécessité plus urgente des choses dont il préfère l’abondance à l’excellence d’une seule.

rareté, valeur travail

Une troisième considération est la difficulté plus ou moins grande que l’homme envisage à se procurer l’objet de ses désirs; car il est bien évident qu’entre deux choses également utiles et d’une égale excellence, celle qu’il aura beaucoup de peine à retrouver lui paraîtra bien plus précieuse, et qu’il emploiera bien plus de soins et d’efforts à se la procurer. C’est, par cette raison, que l’eau, malgré sa nécessité et la multitude d’agréments qu’elle procure à l’homme, n’est point regardée comme une chose précieuse dans les pays bien arrosés, que l’homme ne cherche point à s’en assurer la possession, parce que l’abondance de cette substance la lui fait trouver sous sa main.

valeur d’usage et valeur d’échange

Nous n’en sommes pas encore à l’échange, et voilà déjà la rareté, un des éléments de l’évaluation. Mais il faut dire que cette estime attachée à la rareté est encore fondée sur un genre [87] particulier d’utilité, car c’est parce qu’il est plus utile de s’approvisionner d’avance d’une chose difficile à trouver, qu’elle est plus recherchée et que l’homme met plus d’efforts à se l’approprier.

On peut réduire à ces trois considérations toutes celles qui entrent dans la fixation de ce genre de valeur relative à l’homme isolé; ce sont là les trois éléments qui concourent à la former. Pour la désigner par un nom qui lui soit propre, nous l’appellerons valeur estimative, parce qu’elle est effectivement, avec une entière précision, le degré d’estime que l’homme attache aux différents objets de ses désirs.

Il n’est pas utile d’appuyer sur cette notion et d’analyser ce que c’est que ce degré d’estime qu’attache l’homme aux différents objets de ses désirs, quelle est la nature de cette évaluation, ou le terme unité auquel les valeurs de chaque objet en particulier sont comparées, quelle est la numération de cette échelle de comparaison, quelle en est l’unité.

En y réfléchissant, nous verrons que la totalité des objets nécessaires à la conservation et au bien-être de l’homme forme, si j’ose ainsi parler, une somme de besoins qui, malgré toute leur étendue et leur variété, est assez bornée.

Il n’a pour se procurer la satisfaction de ces besoins qu’une mesure plus bornée encore de forces ou de facultés. Chaque objet particulier de ses jouissances lui coûte des soins, des fatigues, des travaux et au moins du temps. C’est cet emploi de ses facultés appliquées à la recherche de chaque objet qui fait la compensation de sa jouissance et pour ainsi dire le prix de l’objet. L’homme est encore seul; la nature seule fournit à ses besoins, et déjà il fait avec elle un premiercommerce où elle ne fournit rien qu’il ne paie par son travail, par l’emploi de ses facultés et de son temps.

Son capital, dans ce genre, est renfermé dans des bornes étroites; il faut qu’il y proportionne la somme de ses jouissances; il faut que, dans l’immense magasin de la nature, il fasse un choix, et qu’il partage ce prix dont il peut disposer entre les différents objets qui lui conviennent, qu’il les évalue à raison de leur importance pour sa conservation et son bien-être. Et cette évaluation, qu’est-ce autre chose que le compte qu’il se rend à lui-même de la portion [88] de sa peine et de son temps, ou, pour exprimer ces deux choses en un seul mot, de la portion de ses facultés qu’il peut employer à la recherche de l’objet évalué sans y sacrifier celle d’autres objets également ou plus importants ?

Quelle est donc ici sa mesure des valeurs ? Quelle est son échelle de comparaison ? Il est évident qu’il n’en a pas d’autre que ses facultés mêmes. La somme totale de ses facultés est la seule unité de cette échelle, le seul point fixe d’où il puisse partir, et les valeurs qu’il attribue à chaque objet sont des parties proportionnelles de cette échelle. Il suit de là que la valeur estimative d’un objet, pour l’homme isolé, est précisément la portion du total de ses facultés qui répond au désir qu’il a de cet objet, ou celle qu’il veut employer à satisfaire ce désir. on peut dire, en d’autres termes, que c’est le rapport de cette partie proportionnelle au total des facultés de l’homme, rapport qui s’exprimerait par une fraction, laquelle aurait pour numérateur l’unité et pour dénominateur le nombre de valeurs ou de parties proportionnelles égales que contient les facultés totales de l’homme.

Nous ne pouvons ici nous refuser une réflexion. Nous n’avons pas encore vu naître le commerce; nous n’avons pas encore assemblé deux hommes, et dès ce premier pas de nos recherches nous touchons à une des plus profondes vérités et des plus neuves que renferme la théorie générale des valeurs. C’est cette vérité que M. l’abbé Galiani énonçait, il y a vingt ans, dans son traité della Moneta, avec tant de clarté et d’énergie, mais presque sans développement, en disant que la commune mesure de tontes les valeurs est l’homme. Il est vraisemblable que cette même vérité, confusément entrevue par l’auteur d’un ouvrage qui vient de paraître, sous le titre d’Essai analytique sur la richesse et l’impôt, a donné naissance à sa doctrine de la valeur constante et unique, toujours exprimée par l’unité, et dont toutes les valeurs particulières ne sont que des parties proportionnelles, doctrine mélangée chez lui de vrai et de faux, et qui, par cette raison, a paru assez obscure au plus grand nombre de ses lecteurs.

Ce n’est pas ici le lieu de développer ce qu’il peut effectivement y avoir d’obscur, pour nos lecteurs, dans la courte énonciation que nous venons de faire d’une proposition qui mérite [89] d’être discutée avec une étendue proportionnée à son importance; moins encore devons-nous en détailler dans ce moment les nombreuses conséquences.

Reprenons le fil qui nous a conduit jusqu’à présent; étendons notre première supposition. Au lieu de ne considérer qu’un homme isolé, rassemblons-en deux : que chacun ait en sa possession des choses propres à son usage, mais que ces choses soient différentes et appropriées à des besoins différents. Supposons, par exemple, que, dans une île déserte, au milieu des mers septentrionales, deux sauvages abordent chacun de leur côté, l’un portant avec lui dans son canot du poisson plus qu’il n’en peut consommer, l’autre portant des peaux au-delà de ce qu’il peut employer pour se couvrir et se faire une tente. Celui qui a apporté du poisson a froid, celui qui a apporté des peaux a faim, il arrivera que celui-ci demandera au possesseur du poisson une partie de sa provision, et lui offrira de lui donner à la place quelques-unes de ses peaux : l’autre acceptera. Voilà l’échange,voilà le commerce.

Arrêtons-nous un peu à considérer ce qui se passe dans cet échange. Il est d’abord évident que cet homme qui, après avoir pris sur sa pêche de quoi se nourrir pendant un petit nombre de jours, passé lequel le poisson se gâterait, aurait jeté le reste comme inutile, commence à en faire cas lorsqu’il voit que ce poisson peut servir à lui procurer (par la voie de l’échange) des peaux dont il a besoin pour se couvrir; ce poisson superflu acquiert à ses yeux une valeur qu’il n’avait pas. Le possesseur des peaux fera le même raisonnement, et apprendra de son côté à évaluer celles dont il n’a pas un besoinpersonnel. Il est vraisemblable que, dans cette première situation, où nous supposons nos deux hommes pourvus chacun surabondamment de la chose qu’il possède, et accoutumés à n’attacher aucun prix au superflu, le débat sur les conditions de l’échange ne sera pas fort vif; chacun laissera prendre à l’autre, l’un tout le poisson, l’autre toutes les peaux, dont lui-même n’a pas besoin. Mais, changeons un peu la supposition : donnons à chacun de ces deux hommes un intérêt de garder leur superflu, un motif d’y attacher de la valeur : supposons qu’au lieu de poisson, l’un ait apporté du maïs, qui peut se conserver très longtemps; que l’autre, au lieu de peaux, ait apporté du bois à brûler, et que [90] l’île ne produise ni grain, ni bois. Un de nos deux sauvages a sa subsistance, et l’autre son chauffage, pour plusieurs mois; ils ne peuvent aller renouveler leur provision qu’en retournant sur le continent, d’où peut-être ils ont été chassés par la crainte des bêtes féroces ou d’une nation ennemie; ils ne le peuvent qu’en s’exposant sur la mer, dans une saison orageuse, à des dangers presque inévitables; il est évident que la totalité du maïs et la totalité du bois deviennent très précieuses aux deux possesseurs, qu’elles ont pour eux une grande valeur; mais le bois que l’un pourra consommer dans un mois lui deviendra fort inutile si, dans cet intervalle, il meurt de faim faute de maïs, et le possesseur du maïs ne sera pas plus avancé, s’il est exposé à périr de froid faute de bois : ils feront donc encore un échange, afin que chacun d’eux puisse avoir du bois et du maïs jusqu’au temps où la saison permettra de tenir la mer pour aller chercher sur le continent d’autre maïs et d’autre bois. Dans cette position, l’un et l’autre seront sans doute moins généreux; chacun pèsera scrupuleusement toutes les considérations qui peuvent l’engager à préférer une certaine quantité de la denrée qu’il n’a pas à une certaine quantité de celle qu’il a; c’est-à-dire, qu’il calculera la force des deux besoins, des deux intérêts entre lesquels il est balancé, savoir : l’intérêt de garder du maïs et celui d’acquérir du bois, et celui d’acquérir du maïs et de garder du bois; en un mot, il en fixera très précisément la valeur estimative relativement à lui. Cette valeur estimative est proportionnée à l’intérêt qu’il a de se procurer ces deux choses; et la comparaison des deux valeurs n’est évidemment que la comparaison des deux intérêts Mais, chacun fait ce calcul de son côté, et les résultats peuvent être différents : l’un changerait trois mesures de maïs pour six brasses de bois; l’autre ne voudrait donner ses six brasses de bois que pour neuf mesures de maïs. Indépendamment de cette espèce d’évaluation mentale par laquelle chacun d’eux compare l’intérêt qu’il a de garder à celui qu’il a d’acquérir, tous deux sont encore animés par un intérêt général et indépendant de toute comparaison; c’est l’intérêt de garder chacun le plus qu’il peut de sa denrée, et d’acquérir le plus qu’il peut de celle d’autrui. Dans cette vue, chacun tiendra secrète la comparaison qu’il a faite intérieurement de ses deux intérêts, des deux valeurs qu’il attache aux deux denrées à échanger, et il sondera, par des offres plus [91] faibles et des demandes plus fortes, le possesseur de la denrée qu’il désire. Celui-ci, tenant de son côté la même conduite, ils disputeront sur les conditions de l’échange et, comme ils ont tous deux un grand intérêt à s’accorder, ils s’accorderont à la fin peu à peu chacun d’eux augmentera ses offres ou diminuera ses demandes, jusqu’à ce qu’ils conviennent enfin de donner une quantité déterminée de maïs pour une quantité déterminée de bois. Au moment où l’échange se fait, celui qui donne, par exemple, quatre mesures de maïs pour cinq brasses de bois, préfère sans doute ces cinq brasses aux quatre mesures de maïs; il leur donne une valent estimative supérieure; mais, de son côté, celui qui reçoit les quatre mesures de maïs les préfère aux cinq brasses de bois. Cette supériorité de la valeur estimative,attribuée par l’acquéreur à la chose acquise sur la chose cédée, est essentielle à l’échange, car elle en est l’unique motif. Chacun resterait comme il est s’il ne trouvait un intérêt, un profit personnel, à échanger; si, relativement à lui-même, il n’estimait ce qu’il reçoit plus que ce qu’il donne.

Mais, cette différence de valeur estimative est réciproque et précisément égale de chaque côté; car, si elle n’était pas égale, l’un des deux désirerait moins l’échange et forcerait l’autre à se rapprocher de son prix par une offre plus forte. Il est donc toujours rigoureusement vrai que chacun donne valeur égale pour recevoirvaleur égale. Si l’on donne quatre mesures de maïs pour cinq brasses de bois, on donne aussi cinq brasses de bois pour quatre mesures de maïs et, par conséquent, quatre mesures de maïs équivalent, dans cet échange particulier, à cinq brasses de bois. Ces deux choses ont donc une valeur échangeable égale.

Arrêtons-nous encore. Voyons ce que c’est précisément que cettevaleur échangeable dont l’égalité est la condition nécessaire d’un échange libre; ne sortons point encore de la simplicité de notre hypothèse, où nous n’avons que deux contractants et deux objets d’échange à considérer. Ce n’est pas précisément la valeur estimative ou, en d’autres termes, l’intérêt que chacun des deux attachait séparément aux deux objets de besoin, dont il comparait la possession pour fixer ce qu’il devait céder de l’une pour acquérir de l’autre, puisque le résultat de cette comparaison pouvait être inégal dans l’esprit des deux contractants : cette première valeur, à laquelle nous avons donné le [92] nom de valeur estimative, s’établit par la comparaison que chacun fait, de son côté, entre les deux intérêts qui se combattent chez lui; elle n’a d’existence que dans l’esprit de chacun d’eux pris séparément. La valeur échangeable, au contraire, est adoptée par les deux contractants, qui en reconnaissent l’égalité et en font la condition de l’échange. Dans la fixation de la valeur estimative, chaque homme, pris à part, n’a comparé que deux intérêts : les deux intérêts qu’il attache à l’objet qu’il a et à celui qu’il désire avoir. Dans la fixation de la valeur échangeable il y a deux hommes qui comparent et il y a quatre intérêts comparés; mais, les deux intérêts particuliers de chacun des deux contractants ont d’abord été comparés entre eux à part, et ce sont les deux résultats qui sont ensuite comparés ensemble, ou plutôt débattus par les` deux contractants, pour former une valeur estimative moyenne qui devient précisément la valeur échangeable, et à laquelle nous croyons devoir donner le nom de valeur appréciative, parce qu’elle détermine le prix ou la condition de l’échange.

On voit, par ce que nous venons de dire, que la valeur appréciative — cette valeur qui est égale entre les deux objets échangés — est essentiellement de la même nature que la valeur estimative, elle n’en diffère que parce qu’elle est une valeur estimativemoyenne. Nous avons vu plus haut que, pour chacun des contractants, la valeur estimative de la chose donnée est plus forte que celle de la chose reçue, et que cette différence est précisément égale de chaque côté; en prenant la moitié de cette différence pour l’ôter à la valeur la plus forte et la rendre à la plus faible, on les rendraégales. Nous avons vu que cette égalité parfaite est précisément le caractère de la valeur appréciative de l’échange. Cette valeur appréciative n’est donc évidemment autre chose que la valeur estimative moyenne entre celle que les deux contractants attachent à chaque objet.

Nous avons prouvé que la valeur estimative d’un objet, pour l’homme isolé, n’est autre chose que le rapport entre la portion de facultés qu’un homme peut consacrer à la recherche de cet objet et la totalité de ses facultés; donc, la valeur appréciative dans l’échange entre deux hommes est le rapport entre la somme des portions de leurs facultés respectives qu’ils seraient disposés à consacrer à la recherche de chacun des objets échangés et la somme des facultés de ces deux hommes.

[93] Il est bon d’observer ici que l’introduction de l’échange entre nos deux hommes augmente la richesse de l’un et de l’autre, c’est-à-dire leur donne une plus grande quantité de jouissances, avec les mêmes facultés. Je suppose, dans l’exemple de nos deux sauvages, que la plage qui produit le maïs et celle qui produit le bois soient éloignées l’une de l’autre. Un sauvage seul serait obligé de faire deux voyages pour avoir sa provision de maïs et celle de bois; il perdrait, par conséquent, beaucoup de temps et de fatigue à naviguer. Si, au contraire, ils sont deux, ils emploieront, l’un à couper du bois, l’autre à se procurer du maïs, le temps et le travail qu’ils auraient mis à faire le second voyage. La somme totale du maïs et du bois recueilli sera plus forte et, par conséquent, la part de chacun.

Revenons. Il suit de notre définition de la valeur appréciativequ’elle n’est point le rapport entre les deux choses échangées, ou entre le prix et la chose vendue, comme quelques personnes ont été tentées de le penser. Cette expression manquerait absolument de justesse dans la comparaison des deux valeurs, des deux termes de l’échange. Il y a un rapport d’égalité, et ce rapport d’égalité suppose deux choses déjà égales; or, ces deux choses égales ne sont point les deux choses échangées, mais bien les valeurs des choses échangées. On ne peut donc confondre les valeurs, qui ont un rapport d’égalité, avec ce rapport d’égalité qui suppose deux valeurs comparées.

Il y a, sans doute, un sens dans lequel les valeurs ont un rapport, et nous l’avons expliqué plus haut en approfondissant la nature de la valeur estimative; nous avons même dit que ce rapport pouvait, comme tout rapport, être exprimé par une fraction. C’est précisément l’égalité entre ces deux fractions qui forme la condition essentielle de l’échange, égalité qui s’obtient en fixant la valeur appréciative à la moitié de la différence entre les deux valeurs estimatives.

Dans le langage du commerce, on confond souvent sans inconvénients le prix avec la valeur, parce qu’effectivement l’énonciation du prix renferme toujours l’énonciation de la valeur. Ce sont pourtant des notions différentes qu’il importe de distinguer.

Le prix est la chose qu’on donne en échange d’une autre. De cette définition, il suit évidemment que cette autre chose est aussi le prixde la première : quand on parle de l’échange, il [94] est presque superflu d’en faire la remarque et, comme tout commerce est échange, il est évident que cette expression (le prix) convient toujours réciproquement aux choses commercées qui sont également le prix l’une de l’autre. Le prix de la chose achetée, ou si l’on veut les deux prix, ont une valeur égale : le prix vaut l’emplette et l’emplette vaut le prix; mais le nom de valeur, à parler rigoureusement, ne convient pas mieux à l’un des deux termes de l’échange qu’à l’autre. Pourquoi donc emploie-t-on ces deux termes l’un pour l’autre ? En voici la raison, dont l’explication nous fera faire encore un pas dans la théorie desvaleurs.

Cette raison est l’impossibilité d’énoncer la valeur en elle-même. On se convainc facilement de cette impossibilité pour peu qu’on réfléchisse sur ce que nous avons dit et démontré de la nature de la valeur.

Comment trouver, en effet, l’expression d’un rapport dont le premier terme, le numérateur, l’unité fondamentale, est une chose inappréciable, et qui n’est connue que de la manière la plus vague ? Comment pourrait-on prononcer que la valeur d’un objet correspond à la deux-centième partie des facultés de l’homme, et de quelles facultés parlerait-on ? Il faut certainement faire entrer dans le calcul de ces facultés la considération du temps, mais à quel intervalle se fixera-t-on ? Prendra-t-on la totalité de la vie, ou une année, ou un mois, ou un jour ? Rien de tout cela, sans doute; car, relativement à chaque objet de besoin, les facultés de l’homme doivent être, pour se les procurer, indispensablement employées pendant des intervalles plus ou moins longs et dont l’inégalité est très grande. Comment apprécier ces intervalles d’un temps qui, en s’écoulant à la fois par toutes les espèces de besoins de l’homme, ne doit cependant entrer dans le calcul que pour des durées inégales relativement à chaque espèce de besoin ? Comment évaluer des parties imaginaires dans une durée toujours une, et qui s’écoule, si l’on peut s’exprimer ainsi, sur une ligne indivisible ? Et quel fil pourrait guider dans un pareil labyrinthe de calculs, dont tous les éléments sont indéterminés ? Il est donc impossible d’exprimer la valeur en elle-même; et tout ce que peut énoncer [95] à cet égard le langage humain, c’est que la valeur d’une chose égale la valeur d’une autre. L’intérêt apprécié ou plutôt senti par deux hommes, établit cette équation dans chaque cas particulier, sans qu’on ait jamais pensé à sommer les facultés de l’homme pour en comparer le total à chaque objet de besoin. L’intérêt fixe toujours le résultat de cette comparaison; mais il ne l’a jamais faite, ni pu faire.

Le seul moyen d’énoncer la valeur est donc, comme nous l’avons dit, d’énoncer qu’une chose est égale à une autre en valeur; ou, si l’on vous, en d’autres termes, de présenter une valeur comme égale à la valeur cherchée. La valeur n’a, ainsi que l’étendue, d’autre mesure que la valeur; et l’on mesure les valeurs en y comparant des valeurs, comme on mesure des longueurs en y appliquant des longueurs; dans l’un et l’autre moyens de comparaison, il n’y a point d’unité fondamentale donnée par la nature; il n’y a qu’une unité arbitraire et de convention. Puisque, dans tout échange, il y a deux valeurs égales, et qu’on peut donner la mesure de l’une en énonçant l’autre, il faut convenir de l’unité arbitraire qu’on prendra pour fondement de cette mesure ou, si l’on veut, pour élément de la numération des parties dont on composera son échelle de comparaison des valeurs. Supposons qu’un des deux contractants de l’échange veuille énoncer la valeur de la chose qu’il acquiert : il prendra, pour unité de son échelle des valeurs, une partie constante de ce qu’il donne, et il exprimera en nombre, en fractions de cette unité, la quantité qu’il en donne pour une quantité fixe de la chose qu’il reçoit. Cette quantitéénoncera pour lui la valeur et sera le prix de la chose qu’il reçoit, d’où l’on voit que le prix est toujours l’énonciation de la valeur, et qu’ainsi, pour l’acquéreur, énoncer la valeur, c’est dire le prix de la chose acquise. En énonçant la quantité de celle qu’il donne pour l’acquérir, il dira donc indifféremment que cette quantité est la valeur,ou le prix de ce qu’il achète. En employant ces deux façons de parler, il aura le même sens dans l’esprit, et fera naître le même sens dans l’esprit de ceux qui l’entendent; ce qui fait sentir comment les deux mots de valeur et de prix, quoique exprimant des notions essentiellement différentes, peuvent être sans inconvénient substitués l’un à l’autre dans le langage ordinaire, lorsqu’on n’y recherche pas une précision rigoureuse.

Il est assez évident que si un des deux contractants a pris [96] une certaine partie arbitraire de la chose qu’il donne pour mesurer la valeur de la chose qu’il acquiert, l’autre contractant aura le même droit à son tour de prendre cette même chose, acquise par son antagoniste, mais donnée par lui-même, pour mesurer la valeur de la chose que lui a donnée son antagoniste, et qui servait de mesure à celui-ci. Dans notre exemple, celui qui a donné quatre sacs de maïs pour cinq brasses de bois prendra pour unité de son échelle le sac de maïs, et dira : la brasse de bois vaut quatre cinquièmes du sac de maïs. Celui qui a donné du bois pour le maïs prendra, au contraire, la brasse de bois pour son unité, et dira : le sac de maïs vaut une brasse et un quart. Cette opération est exactement la même que celle qui se passe entre deux hommes qui voudraient évaluer réciproquement, l’un l’aune de France en vares d’Espagne, et l’autre la vare d’Espagne en aunes de France.

Dans les deux cas, on prend, pour une unité fixe et indivisible, la chose à évaluer, et on l’évalue, en la comparant à une partie de la chose dont on se sert pour évaluer une partie qu’on a prise arbitrairement pour l’unité. Mais, de même que la vare d’Espagne n’est pas plus mesure de l’aune de France que l’aune de France n’est mesure de la vare d’Espagne, le sac de maïs ne mesure pas plus la valeur de la brasse de bois que la brasse de bois ne mesure la valeur du sac de maïs.

On doit tirer, de cette proposition générale, que, dans tout échange, les deux termes de l’échange sont également la mesure de la valeur de l’autre terme. Par la même raison, dans tout échange, les deux termes sont également gages représentatifs l’un de l’autre,c’est-à-dire que celui qui a du maïs peut se procurer, avec ce maïs, une quantité de bois égale en valeur, de même que celui qui a le bois peut, avec ce bois, se procurer une quantité de maïs égale en valeur.

Voilà une vérité bien simple, mais bien fondamentale, dans la théorie des valeurs, des monnaies et du commerce. Toute palpable qu’elle est, elle est encore souvent méconnue par de très bons esprits, et l’ignorance de ses conséquences les plus immédiates a jeté souvent l’administration dans les erreurs les plus funestes. Il suffit de citer le fameux système de Law.

Nous nous sommes arrêtés bien longtemps sur ces premières hypothèses de l’homme isolé, et de deux hommes échangeant [97 deux objets; nous avons voulu en tirer toutes les notions de la théorie des valeurs, qui n’exigent pas plus de complication. En nous plaçant ainsi toujours dans l’hypothèse la plus simple possible, les notions que nous en faisons résulter se présentent nécessairement à l’esprit d’une manière plus nette et plus dégagée.

Nous n’avons plus qu’à étendre nos suppositions, à multiplier le nombre des échangeurs et des objets d’échange, pour voir naître le commerce et pour compléter la suite des notions attachées au motvaloir.

Il nous suffira même, pour ce dernier objet, de multiplier les hommes, en ne considérant toujours que deux seuls objets d’échange.

Si nous supposons quatre hommes au lieu de deux, savoir, deux possesseurs de bois et deux possesseurs de maïs, on peut d’abord imaginer que deux échangeurs se rencontrent d’un côté, et deux de l’autre, sans communication entre les quatre; alors, chaque échange se fera à part, comme si les deux contractants étaient seuls au monde. Mais, par cela même que les deux échanges se font à part, il n’y a aucune raison pour qu’ils se fassent aux mêmes conditions. Dans chaque échange pris séparément, la valeur appréciative des deux objets échangés est égale de part et d’autre; mais il ne faut pas perdre de vue que cette valeur appréciative n’est autre chose que le résultat moyen des deux valeurs estimatives attachées aux objets d’échange par les deux contractants. Or, il est très possible que ce résultat moyen soit absolument différent dans les deux échanges convenus à part, parce que les valeurs estimatives dépendent de la façon dont chacun considère les objets de ses besoins, et de l’ordre d’utilité qu’il leur assigne parmi ses autres besoins; elles sont différentes pour chaque individu. Dès lors, si l’on ne considère que deux individus d’un côté et deux individus de l’autre, le résultat moyen pourra être très différent. Il est très possible que les contractants d’un des échanges soient moins sensibles au froid que les contractants de l’autre, cette circonstance suffit pour leur faire attacher moins d’estime au bois, et plus au maïs. Ainsi, tandis que, dans un des deux échanges, quatre sacs de maïs et cinq brasses de bois ont une valeur appréciative égale, pour les deux autres contractants, cinq brasses de bois n’équivaudront qu’à deux sacs de maïs pour [98 les autres contractants, ce qui n’empêchera pas que, dans chaque contrat, la valeur des deux objets ne soit exactement égale pour les contractants, puisqu’on donne l’une pour l’autre.

Rapprochons maintenant nos quatre hommes, mettons-les à portée de communiquer, de s’instruire des conditions offertes par chacun des propriétaires, soit du bois, soit du maïs. Dès lors, celui qui consentait à donner quatre sacs de maïs pour cinq brasses de bois, ne le voudra plus lorsqu’il saura qu’un des propriétaires du bois consent à donner cinq brasses de bois pour deux sacs de maïs seulement. Mais, celui-ci apprenant à son tour qu’on peut avoir pour la même quantité de cinq brasses de bois quatre sacs de maïs, changera aussi d’avis, et ne voudra plus se contenter de deux. Il voudrait bien en exiger quatre, mais les propriétaires du maïs ne consentiront pas plus à les donner que les propriétaires du bois ne consentiront à se contenter de deux. Les conditions des échanges projetés seront donc changées, et il se formera une nouvelleévaluation une nouvelle appréciation de la valeur du bois et de la valeur du maïs. Il est d’abord évident que cette appréciation sera la même dans les deux échanges et pour les quatre contractants, c’est-à-dire que, pour la même quantité de bois, les deux possesseurs du maïs ne donneront ni plus ni moins de maïs l’un que l’autre, et que réciproquement les deux possesseurs de bois ne donneront ni plus ni moins de bois pour la même quantité de maïs. On voit, au premier coup d’œil, que si un des possesseurs de maïs exigeait moins de bois que l’autre pour la même quantité de maïs, les deux possesseurs de bois s’adresseraient à lui pour profiter de ce rabais : cette concurrence engagerait ce propriétaire à demander plus de bois qu’il n’en demandait pour la même quantité de maïs : de son côté, l’autre possesseur de maïs baisserait sa demande de bois, ou hausserait son offre de maïs, pour rappeler à lui les possesseurs du bois dont il a besoin, et cet effet aurait lieu jusqu’à ce que les deux possesseurs de maïs en offrissent la même quantité pour la même quantité de bois.

Publicités

6 réflexions sur “Ma théorie de la valeur moderne des actifs financiers. Doc Turgot sur la valeur

  1. La suppression du plafond de la dette aux USA confirme votre théorie : on est dans l’au-delà à présent.
    Des nimbes économiques, une « inception » comme dans le film de Nolan, de second niveau, une dérivée seconde de la réalité que les médias nous vendent comme étant vrai.
    J’hallucine comme dit mon fils. Une conception faustienne comme vous dites. Je la prends au sens premier : ceci est réellement satanique, sans bigoterie aucune. Les messes noires pratiquées par certains banquiers et politiques ( voir le témoignage de cet ancien banquier hollandais) n’en sont à mon sens que la confirmation de cette état d’esprit totalement perverti.
    Merci à vous de théoriser dessus et nous nous rendre accessible ce qui est caché.

    J'aime

  2. La prochaine étape déjà en cours de des -ancrage obligée, obligatoire pour perpétuer le système financier basée uniquement sur l’expansion du crédit de la dette a l’infini (nouvelle tendance obligation d’état 100 ans.. largement souscrites par les fonds de pensions et les assurances bien sur.)
    Sans aucune intention de réconcilier les dettes et les créances, d’équilibrer les comptes des passifs et actifs qui sont dissimules dans le system et pèsent mortellement sur l’économie réelle c’est a dire les investissements productifs
    Sera la digitalisation généralisée

    Le FMI s’intéresse au block Chain pour passer l’emission des SDR par le Blockchain pour remettre de la liquidite pour la prochaine crise majeur et échapper a l’éclatement de ce système financier /financiarise base sur la croissance infinie et perpétuelle des dettes.
    Page 43 interessant
    https://www.imf.org/en/Publications/Staff-Discussion-Notes/Issues/2017/06/16/Fintech-and-Financial-Services-Initial-Considerations-44985

    J'aime

  3. Bonjour,
    vous décrivez magnifiquement l’envers du décor monétaire et financier et c’est essentiel pour comprendre dans quel monde on vit et surtout essayer d’anticiper modestement la suite des événements.

    Créer la monnaie sans entrave a permis au système de se perpétuer et maintenant de se transmuter dans quelque chose complètement sous contrôle et tyrannique; la guerre contre le cash en atteste.

    Tout comme en 1971 le capital cherche un moyen de dépasser un horizon indépassable que préfigure la baisse tendancielle du taux de profit.

    Ce que vous décrivez est certainement un des moyens d’aboutir à cette transformation mais cela ne sera pas suffisant… de l’eau a coulé sous les ponts depuis 1971: dettes mondiales abyssales, croissance diminuant par paliers et tendant vers zéro, quantité de ressources planétaires en déclin constant…etc..

    Comment résoudre cette équation?? Je crois que nous risquons de « trinquer »..
    Bonne journée

    J'aime

    1. Vous avez mille fois raison d’introduire la baisse tendancielle du taux de profit.

      L’horizon de la situation présente bute :

      1) sur la rareté absolue, la finitude des ressources et en passant la situation de la Chine est le noeud de cet contradiction entre croissance , fuite en avant et rareté. L’ordre actuel en Chine est en sursis.

      2) sur la baisse tendancielle du taux de profit et l’accumulation à la fois d’actifs productifs , d’actifs non productifs, d’actifs fictifs et de promessees intenables ;

      Le système est condamné mais c’est comme nous, nous somes mortels mais cela ne nous empêche pas de vivre en attendant!

      le système ne peut échapper à la Loi de la Valeur, c’est organique, indépassable tout comme nous ne pouvons depsser la loi de la vie qui est l’ineluctabilité de la mort! la vie se definit par sa temporalité, l’économie par la rareté.

      On a beau dissocier les signes, la symbolique de ce qu’ils re-présentent, la tricherie, l’illusion, ne tiennent que le temps de la maturation soit de l’économie, soit de la prise de conscience.

      J'aime

  4. Merci pour ce nouveau document et les développements sur la mutation du concept de valeur économique au cours de la période moderne.

    Désolé de réagir avec décalage, mais la lecture attentive du texte relatif à Turgot m’a incité à relire des passages de Ricardo, des analyses sur l’étalon-or et des contributions sur la courbe de la demande.

    L’économie politique s’était efforcée de théoriser le monde réel (un Turgot, un Ricardo me semblent avoir adopté une démarche autrement plus scientifique que celle d’un Walras et consorts), tandis que l’économie moderne, dénommée abusivement économie néo-classique, s’est libérée du réel, en renonçant à une démarche scientifique -la courbe de la demande est impuissante à rendre compte de la réalité-, pour entrer dans un nouveau monde, un monde reposant sur le désir, le jeu, le symbolique, la libération de l’individu de toute forme de contraintes, ce qui, en contrepartie, le place dans un quotidien de pur rapport de forces qu’il doit affronter seul.

    J’en conclus que la modernité procède d’une volonté historique de désencrage du réel, désencrage qui tend progressivement vers un monde atomisé, virtuel, subjectif, émotionnel et dépourvu de sens. L’Homme Nouveau est un homme hors-sol que rien ne saurait limiter.

    Plus rien n’est sûr, tout est jeu (les enfants disent « c’est pas pour de vrai »), parce qu’il n’y a plus de vérités, même plus de réalités, autres que celles du moment, confectionnées par l’idéologie dominante. Avec l’aide de puissantes techniques modernes de communication, la potentialité idéologique des mots et du langage crève les oreilles et participe à la construction d’un monde ludique, confus, indéterminé, manipulé, « ouvert ».

    On ne peut s’empêcher de repenser à mai 1968. L’affiche « Vivez vos rêves et jouïssez sans entraves » pourrait s’inscrire au fronton du monde bourgeois (i.e. moderne), et forcément, au bout du rêve et de la jouïssance se tient la réalité, d’autant plus dure et triste qu’elle avait été refoulée.

    J'aime

    1. Je vous rejoins totalement et j’ajoute que je trace la continuité avec 68 car si la Révolution a tourné court, les idées qui ont été brassées à cette époque ont fait leur chemin dans le des-ancrage, la contestation des referents la critique sociale et bien sur les combats de la soi disantt justice sociale. femmes, genre, dictature du phallus, et bien sur monnaie et valeur.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s